06/11/2017 26 articles 8 min arretsurinfo.ch #134772

Arabie Saoudite: La «nuit des longs couteaux»

Hier, le clan Salman au pouvoir en Arabie saoudite a opéré une purge digne de la Nuit des longs couteaux pour se débarrasser de tous les concurrents possibles. Le roi saoudien Salman et son fils, le prince clown Mohammad bin Salman, ont lancé une vaste vague d'arrestations de princes et de hauts fonctionnaires. Un des intérêts de ce coup d'État interne est la confiscation d'énormes domaines financiers au profit du clan Salman.

La démission forcée du Premier ministre libanais Saad al-Hariri était probablement liée aux événements de la nuit dernière. Le Premier ministre israélien Netanyahou a approuvé cette démission. Du fait du soutien d'Israël, Hariri ne pourra plus jamais jouer un rôle de premier plan au Liban.

En Arabie Saoudite, onze princes, dont des fils du défunt roi Abdallah, plus de trente anciens ministres et hauts responsables, ainsi que les directeurs de trois grandes chaînes de télévision, ont été placés en détention ou assignés à résidence. Le commandant de la garde nationale, le prince Mitieb Bin Abdullah, a été démis de ses fonctions et remplacé par le prince Khalid Bin Abdulaziz al Muqrin. La Garde nationale était le dernier centre de renseignement et de sécurité détenu par la branche Abdullah de la famille Al-Saoud.

Une autre purge, en juillet dernier, avait détrôné l'ancien prince héritier Nayaf et l'avait remplacé par le jeune Mohammad Bin-Salman. Ensuite, la branche Nayef de la famille al-Saoud a été chassée de tous les centres de pouvoir. Hier, ça a été le tour de la branche Abdullah. Les fonctionnaires exclus ont été remplacés par des laquais du clan Salman au pouvoir.

La branche Salman à laquelle appartiennent le roi actuel et le prince clown a maintenant éliminé toute la concurrence interne potentielle. Cela va à l'encontre du consensus sur lequel était basée la domination de la famille saoudienne au siècle dernier. Des dizaines de milliers de clans et d'individus dépendaient du patronage des princes et des fonctionnaires limogés. Ils ne resteront les bras croisés pendant que leur fortune s'évapore.

Un des effets de la purge sera la concentration de la richesse saoudienne entre les mains des Salman.

Une des personnes arrêtées est le prince Al-Waleed Bin Talal ( vidéo ) qui détient dit-on, la sixième fortune mondiale. Il possède (possédait?) entre 18 et 32 milliards de dollars nets. Al-Waleed s'était publiquement opposé au président américain Donald Trump. (Al-Waleed est (était?) le plus grand actionnaire de Citygroup qui avait choisi le cabinet de Barack Obama avant de recevoir une énorme aide financière du gouvernement.) Une autre personnalité qui a fait les frais de la purge est Bakr ben Laden, frère d'Oussama Ben Laden, président du Saudi Binladin Group et cinquième plus grosse fortune du pays.

Les prétextes officiels de la purge sont des allégations de corruption remontant à 2009. Cet artifice financier permettra aux Salman de confisquer les biens des accusés. Le total de ce raid s'élèvera à des dizaines de milliards de dollars. Un nouveau comité anti-corruption a été installé sous le prince clown Mohammad bin Salman. Il a des pouvoirs dictatoriaux et peut geler et confisquer tous les actifs financiers qui lui paraissent dignes d'intérêt:

Il peut prendre toutes les mesures qu'il juge nécessaires pour traiter les affaires de corruption publique et prendre ce qu'il considère être le droit des personnes, des entités, des fonds, des biens meubles et immeubles, dans le pays et à l'étranger, rendre des fonds au Trésor public. enregistrer les biens et les actifs comme propriété de l'état.

Les événements au Liban et à Riyad n'auraient pas pu se produire sans le consentement et le soutien des États-Unis. Fin octobre, Jared Kushner le gendre en même temps que le principal conseiller de Trump, a effectué une visite surprise en Arabie Saoudite. Dans un tweet hier Donald Trump, qui a prêté serment sur le globe wahhabite, a indiqué le prix de son accord et de sa coopération:

Donald J. Trump @realDonaldTrump - 12:49 PM - 4 nov. 2017

J'apprécierais beaucoup que l'Arabie Saoudite fasse l'introduction en bourse d'Aramco au New York Stock Exchange. Important pour les États-Unis!

Une introduction du conglomérat pétrolier Aramco à la Bourse de New York donnera au gouvernement des États-Unis l'autorité réglementaire et juridique sur la société la plus profitable du monde.

La nuit dernière également, les forces yéménites ont tiré un missile à moyenne portée depuis le nord du Yémen vers l'aéroport de Riyad. Le tir bien ciblé de 1 000 kilomètres (660 milles) est impressionnant et sans précédent. La défense antiaérienne saoudienne près de l'aéroport, le système américain Patriot piloté par une entreprise privée, a lancé quatre missiles pour intercepter le missile yéménite (vidéo). Les Saoudiens affirment que l'un de leurs missiles a touché la cible. On a vu une colonne de fumée sur l'aéroport (vidéo). Il n'est pas possible de dire si la fumée a été causée par le missile original ou par son interception.

C'est un choc pour beaucoup de Saoudiens de s'apercevoir que la capitale saoudienne peut être touchée. Cela décourage aussi l'investissement en Arabie Saoudite.

Les missiles yéménites, lancés par l'ancienne armée du Yémen dirigée l'ancien président Saleh, pourraient venir d'Iran. Mais ils pourraient aussi être de vieux missiles que le Yémen a achetés il y a des décennies. Les Saoudiens vont certainement accuser l'Iran sans expliquer comment de pareils missiles pourraient être passés en contrebande malgré le blocus serré qu'ils maintiennent autour du pays tenu par la résistance.

Le lancement des missiles n'a sans doute pas de lien avec la démission de Hariri, ni la purge à Riyad. Il faut des jours aux Yéménites pour préparer un tel missile et son lancement. Il a été lancé probablement en représailles à l'attaque aérienne saoudienne dévastatrice de mercredi sur un marché ouvert dans la province du Yémen, au nord de Saada. Selon des sources yéménites, plus de 60 personnes ont été tuées. Après le lancement du missile sur Riyad, les avions saoudiens ont de nouveau bombardé la capitale yéménite Sanaa.

Depuis que l'incapable roi Salman est sur le trône de Riyad, son fils sans foi ni loi de 32 ans, Mohammad bin Salman, a pris le contrôle de toutes les institutions d'Arabie saoudite. Les Saoudiens ont lancé une guerre contre le Yémen sans défense et ont soutenu Al-Qaïda, l'EI et d'autres « rebelles » contre les gouvernements irakien et syrien. Il a divisé le Conseil de coopération du Golfe en attaquant le Qatar. Maintenant qu'il est dans une impasse au Yémen et au Qatar et qu'il a été vaincu en Irak et en Syrie, il s'attaque au Hezbollah libanais. Aucune de ces initiatives meurtrières n'a atteint son objectif, à savoir diminuer l'influence de l'Iran qu'il considère comme son pire ennemi. Au contraire, tout ce qu'il a fait a aidé l'Iran à consolider sa position.

La situation financière de l'Etat saoudien est catastrophique. Sous les applaudissements de la claque occidentale Bin Salman a annoncé la libération économique, sociale et religieuse de l'Arabie Saoudite. Mais peu pour ne pas dire aucune de ces grandes promesses n'ont été tenues.

On peut attribuer la purge d'hier à la panique. Tous les efforts de Bin Salman ont échoué. Le tir yéménite réussi sur l'aéroport de Riyad ne fait que souligner ses échecs. Il est sous pression mais incapable d'obtenir le moindre résultat positif. La résistance interne contre lui grandit.

Quand Hitler a lancé la Nuit des Longs Couteaux contre les socialistes de son parti, son pouvoir politique était sur la courbe ascendante. Le pays était en paix, sa position internationale s'affirmait, l'économie était en plein essor et la majorité du peuple le soutenait. Le remake de Bin Salman de cette nuit se produit alors que ses initiatives échouent l'une après l'autre. Il est peu probable que sa dernière initiative pour consolider son pouvoir soit davantage couronnée de succès.

Moon of Alabama Novembre 05, 2017

Article original: moonofalabama.org

Traduction : Dominique Muselet

Source: arretsurinfo.ch

arretsurinfo.ch

 commentaire

articles affiliés plus récents en premier
documentaires 20/11/2017 10 min arretsurinfo.ch #135287

Le jeu désespéré de l'Arabie saoudite

Furieux de sa défaite en Syrie, le Prince héritier rejoue sa mise. Il arrête ses rivaux à leurs domiciles et provoque une crise politique au Liban, déclare l'ex-diplomate Alastair Crooke.

Par Alastair Crooke - Le 10 novembre 2017 - Consortium News

Il est toujours tentant de jouer un autre coup. La guerre en Syrie touche à sa fin, et les pertes, sous les feux des projecteurs de la fin du jeu, pour ceux qui ont parié sur les perdants deviennent publiquement embarrassantes.

documentaires 20/11/2017 11 min lesakerfrancophone.fr #135267

Du féodalisme vers l'avenir : comment la révolution du prince rouge pourrait moderniser la monarchie

Par Andrew Korybko - Le 8 septembre 2017 - Source Oriental Review

Le "prince rouge" Mohammed Bin Salman essaye de faire l'impensable - moderniser l'Arabie saoudite à travers une "révolution" anti-féodale - mais il va faire face à beaucoup de résistance à chaque étape, et son échec éventuel signerait inévitablement la destruction future du Royaume.

documentaires 15/11/2017 9 min legrandsoir.info #135138

Ce n'est pas la première fois que l'Arabie Saoudite menace la stabilité du Liban (The Independent)

Robert FISK

Saad Hariri a déclaré qu'à son retour au Liban, il confirmerait sa "démission" conformément à la constitution du pays. Mais comment diable a-t-il pu croire qu'il pouvait "choquer" le Liban en démissionnant dans la capitale saoudienne de Riyad ?

Une étrange et très encadrée "interview" sur sa chaîne de télévision personnelle par le Premier Ministre libanais Saad Hariri a été faite sous la contrainte saoudienne à Riyadh.

15/11/2017 8 min mondialisation.ca #135102

La crise saoudienne menace d'entraîner une guerre dans tout le Moyen-Orient

Les récentes arrestations en masse en Arabie Saoudite combinées au rapt du Premier ministre libanais, à l'escalade de la guerre contre le Yémen et à l'affirmation de Riyad que l'Iran et le Liban lui auraient « déclaré la guerre » font état d'une crise régionale grave qui menace de se transformer en un conflit plus large.

Après plus d'un quart de siècle de guerres d'agression américaines ininterrompues, d'occupations et d'opérations de changement de régime qui ont coûté la vie à plus d'un million de personnes et chassé des millions d'autres de leurs foyers, le Moyen-Orient est une poudrière.

USA 14/11/2017 13 min mondialisation.ca #135062

Trump et les missions confiées au futur roi de la Saoudie salmanienne

Traduction : « Trahison : Trump vient de signer un contrat d'armement de 460 milliards de dollars avec l'Arabie saoudite, permettant que des armes américaines soient utilisées pour des crimes de guerre contre des civils yéménites. Que s'est-il passé ? En 2011, dans son livre, Trump a écrit ceci à propos de l'Arabie saoudite : ''C'est le plus grand bailleur de fond du terrorisme.

Murs 13/11/2017 2 articles 4 min europalestine.com #135029

L'Arabie Saoudite demande à Israël d'attaquer le Liban

La monarchie la plus pourrie du monde, l'Arabie Saoudite, demande à Israël d'attaquer le Liban, dans le cadre d'une opération saoudo-américano-israélienne orientée contre l'Iran.

(Liban, 2006 : l'aviation israélienne larguant ses infâmes bombes à fragmentation)

A part le fait que Netanyahou n'a évidemment pas besoin d'une autorisation du prince héritier saoudien, Mohamed bin Salman (dit « MBS ») pour bombarder la Palestine ou le Liban, nous n'avons pas affaire à de la politique-fiction.

documentaires 12/11/2017 5 min lesakerfrancophone.fr #135018

Mohammed Bin Salman : l'improbable bolchevique anti-oligarchique ?

Au cœur du pétro-capitalisme, une révolution n'est pas télévisée

Par Andrew Korybko - Le 7 novembre 2017 - Source The Duran

Le jeune leader a élaboré une brillante stratégie pour capturer l'élite saoudienne corrompue et potentiellement saisir des milliards de dollars de leurs actifs dans un transfert sans précédent de richesse des poches privées aux programmes socio-économiques publics, sur fond de centenaire de la Révolution russe.

documentaires 12/11/2017 8 min mondialisation.ca #134997

Quel sens peut-on donner aux « grandes manœuvres » de Riyad?

Il est évident que la propagande actuelle de MBS (Mohammed ben Salman) sur la purge totalitaire qu'il réaliserait pour « lutter contre la corruption » dans le Royaume d'Arabie Saoudite, est une plaisanterie de mauvais goût! Le prétexte nous ferait gentiment sourire si ce scénario ne cachait pas quelque chose de beaucoup plus grave pour la paix du monde entier...

documentaires 11/11/2017 6 min arretsurinfo.ch #134989

Arabie saoudite et Israël - Une conjonction d'intérêts

Alors que le ton monte entre Riyad et Téhéran, la conjonction d'intérêts entre l'État hébreu et le royaume wahhabite se confirme.

Par Philippe PERNOT | 10/11/2017

« Lorsque les Israéliens et les Arabes sont d'accord sur une chose, il faut que le monde soit attentif », déclarait Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, le 5 novembre.

documentaires 11/11/2017 11 min legrandsoir.info #134980

Arabie Saoudite - Le « réformateur libéral » est un tyran impulsif

Moon of Alabama

Il devient de plus en plus difficile de dissimuler le bazar engendré par le prince clown saoudien Mohammed ben Salmane Al Saoud. La propagande sur le « réformateur libéral » est trop éloignée de son comportement manifestement tyrannique.

Le prince clown de la Barbarie saoudienne a pratiquement enlevé le Premier ministre libanais, l'a obligé à démissionner de ses fonctions en lui faisant du chantage, et le maintient depuis en résidence surveillée.

documentaires 11/11/2017 3 min arretsurinfo.ch #134969

Revirements tectoniques en Arabie Saoudite sur fond de purge politique radicale

Adam Garrie, directeur de la rédaction de site TheDuran.com, à Londres, nous livre son analyse sur les récents événements en Arabie saoudite.

Entretien réalisé le 6 novembre 2017 par Lawrence Desforges.

Le roman-feuilleton géopolitique moyen-oriental ne cesse de surprendre par ses changements soudains et inattendus, si bien qu'en dépit de certains signes avant-coureurs décelés par les meilleurs analystes les gens peuvent, comme pris de court, se laisser embarquer par le discours le plus dominant, c'est-à-dire le plus relayé par la presse occidentale.

11/11/2017 2 articles 8 min mondialisation.ca #134959

Le prince héritier saoudien accuse l'Iran d'«acte de guerre»

Dès qu'il s'est débarrassé de ses principaux rivaux pour le trône saoudien, le prince héritier Mohammed ben Salman a intensifié de façon spectaculaire les tensions au Moyen-Orient, accusant l'Iran d'un «acte de guerre». Cela montre clairement que la consolidation du pouvoir entre les mains de la faction anti-iranienne la plus radicale de la famille royale saoudienne menace de déclencher un conflit régional catastrophique à travers le Moyen-Orient ravagé par la guerre.

documentaires 11/11/2017 4 min mondialisation.ca #134957

La prise d'otages politique, une pratique courante en Arabie saoudite

La prise d'otages politique est une pratique courante en Arabie saoudite et Saad Hariri, le chef du gouvernement libanais, avant d'être captif des Saoudiens à Riyad, aurait même participé à une opération similaire à l'encontre d'un jeune prince contestataire, selon les révélations de Moujtahed, le gazouilleur le plus célèbre du Royaume.

La pratique est ancienne et remonte à la décennie 1970.

10/11/2017 8 min arretsurinfo.ch #134947

Des personnalités haut placées torturées et battues au cours de la purge saoudienne

Plusieurs détenus à hôtel Ritz Carlton auraient dû être hospitalisés pour des blessures dues à des actes de torture

Le prince héritier Mohammed ben Salmane a supervisé l'arrestation de centaines de personnes, y compris des membres de la famille royale, des ministres et des magnats des affaires.

Par David Hearst 10 novembre 2017

09/11/2017 5 min francais.rt.com #134918

L'Arabie saoudite demande à ses ressortissants de quitter le Liban «le plus vite possible»

© IBRAHIM CHALHOUB Source: AFP

Suite à la démission du Premier ministre libanais, l'Arabie saoudite a appelé ses ressortissants à quitter le Liban. Le Hezbollah accuse Riyad d'être à l'origine de cette démission et de vouloir déstabiliser le pays.

L'Arabie saoudite a appelé le 9 novembre ses ressortissants à quitter «le plus vite possible» le Liban, quelques jours après l'annonce de la démission surprise de Saad Hariri de son poste de Premier ministre, depuis Riyad.

09/11/2017 voltairenet.org #134909

800 milliards de dollars confisqués en Arabie saoudite

Selon le Wall Street Journal, le total des biens confisqués aux adversaires et rivaux politiques du prince héritier Mohammed Ben Salmane (« MBS ») s'élèverait à 800 milliards de dollars [1 ].

Cette somme pourrait encore augmenter de 550 milliards de dollars pour atteindre 1 250 milliards de dollars. Cependant, une grande partie de ces avoirs est stationné

09/11/2017 voltairenet.org #134883

Les Houthis proposent l'asile politique aux Saoud

Les rebelles Houthis qui contrôlent l'essentiel du Yémen ont proposé l'asile politique aux victimes du coup de Palais de Riyad.

Le prince héritier Mohammed Ben Salmane, qui vient de liquider tous les clans susceptibles de contester la succession du trône, est l'initiateur de la guerre de l'Arabie saoudite contre le Yémen.

Par ailleurs, on apprend que, lors de son arrestation, le prince Abdoul Aziz ben Fahd aurait été tué en résistant aux forces de l'ordre.

War 09/11/2017 2 min voltairenet.org #134881

Israël instrumente la démission d'Hariri pour provoquer une guerre

Dimanche 5 novembre 2017, sayyed Hassan Nasrallah, intervenant dans une allocution en différé, a observé l'incongruité de la démission du Premier ministre libanais, Saad Hariri, non pas depuis le Liban, mais depuis l'hôtel Ritz-Carlton de Riyad en présence de « MBS ». Il a accusé l'Arabie saoudite d'ingérence dans les affaires intérieures libanaises.

Lundi 6 novembre au matin, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Jubair, déclarait sur CNN que le tir d'un missile par les rebelles Houthis contre l'aéroport de Riyad était un acte de guerre.

documentaires 09/11/2017 7 min tlaxcala-int.org #134874

Coup de filet en Saoudie

MK Bhadrakumar

Le prince Al-Walid ben Talal, 10 autres princes et quatre ministres en exercice, ainsi que des dizaines d'anciens ministres, ont été arrêtés par le comité anti-corruption dans le cadre d'une purge contre les dissidents et les opposants

Dans les heures qui ont suivi l'annonce samedi par le roi saoudien Salman ben Abdulaziz de la constitution d'un nouveau comité de lutte contre la corruption sous la présidence du prince héritier Mohammed ben Salman (MBS), une purge sans précédent de hauts personnages a commencé, signe d'une attaque politique préméditée contre les dissidents et les opposants.

Référencé par