31/08/2017 8 articles 6 min francais.rt.com #132511

Macron accuse le Venezuela d'être une «dictature», Caracas dénonce une «ingérence» dans ses affaires

© YOAN VALAT / POOL Source: AFP

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères a condamné fermement les déclarations du président de la République française, qui avait parlé de la «dictature» de Nicolas Maduro. Le ministre a exigé du «respect» de la part du chef de l'Etat.

Dans un communiqué du 30 août, le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Jorge Arreaza, a fermement dénoncé les récents propos du président français, Emmanuel Macron. Le 29 août, le locataire de l'Elysée avait qualifié l'Etat sud-américain présidé par Nicolas Maduro de «dictature», lors d'un discours prononcé devant les ambassadeurs français à Paris. Par le biais d'un communiqué publié sur son site web, le ministre vénézuélien a fait savoir que les déclarations du chef de l'Etat français sur son pays constituaient une «ingérence claire» dans les affaires intérieures du Venezuela, selon l'AFP.

Jorge Arreaza M 30/08/2017 14:25:52  375  1172

Comunicado oficial en rechazo a las ofensivas e injerencistas declaraciones del Presidente de Francia sobre Venezue… t.co

Lors de son discours de politique étrangère, le président français avait fustigé la manière dont «certains», en France, avaient pu se montrer complaisants avec «le régime qui se met en place au Venezuela». Il avait poursuivi en lançant : «Une dictature qui tente de se survivre au prix d'une détresse humanitaire sans précédent, alors même que les ressources de ce pays restent considérables.»

Lire aussi

Migrants, terrorisme, conflits régionaux : Macron décline les grands axes de sa politique étrangère

«[Les assertions exprimées par Emmanuel Macron] portent atteinte aux institutions vénézuéliennes et semblent provoquées par l'obsession permanente et impériale d'attaquer notre peuple, en ignorant les principes les plus élémentaires du droit international», déplore Jorge Arreaza. Le ministre bolivarien estime également que les propos du président de la République française démontrent une «profonde méconnaissance de la réalité» du pays dirigé par le socialiste Nicolas Maduro. Il a également exigé de l'exécutif français «le respect pour sa démocratie».

Alors que le Venezuela traverse une grave crise politique, économique et sociale, ses autorités ont fait l'objet de critiques sur la scène internationale ces derniers mois, en particulier de la part des pays occidentaux. En cause : les violences meurtrières ayant ensanglanté le pays lors de manifestations anti-Maduro, et la tenue le 30 juillet d'un scrutin pour l'élection d'une Assemblée constituante, jugée illégitime par l'opposition.

Lire aussi : L'Union européenne refuse de reconnaître l'Assemblée constituante élue au Venezuela

Le Venezuela : un sujet qui fâche la classe politique française

En France, les déclarations d'Emmanuel Macron ont été perçues comme une réponse implicite à son opposant politique, Jean-Luc Mélenchon, ex-candidat à l'élection présidentielle et leader du groupe La France Insoumise (FI) à l'Assemblée nationale. Les «complaisants» au «régime» de Nicolas Maduro décrits par le président de la République semblent renvoyer à FI, dont les positions sur le Venezuela - très critiques vis-à-vis de l'opposition au président Maduro - sont assez isolées dans la sphère politique française.

Lire aussi : «Coup d'Etat social» ? Philippe renvoie Mélenchon à ses amours vénézuéliennes

Lors des journées d'été de FI, le 25 août à Marseille, Jean-Luc Mélenchon avait réaffirmé sa position sur la crise vénézuélienne. Pour le leader du mouvement de gauche, l'impérialisme américain est le «principal responsable du mal» dans le pays de Nicolas Maduro. Par la suite, certains «Insoumis» n'ont pas hésité à faire bloc autour de leur leader.

Au micro du journaliste Guillaume Durand, ce 30 août sur Radio Classique, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon et député, Alexis Corbière, a dénoncé la qualification de «dictature», utilisée par le président Emmanuel Macron pour désigner le Venezuela. Il a affirmé : «Si c'est le cas, l'homme qui a mis en place cette dictature s'appelle Ismaël Emelien, conseiller spécial d'Emmanuel Macron». Le député FI faisait allusion par là au rôle qu'a joué l'un des plus proches conseillers du président français dans la communication de la campagne présidentielle... du successeur d'Hugo Chavez, en 2013.

La porte-parole de FI, Raquel Garrido, qui a rejoint l'équipe de chroniqueurs de Thierry Ardisson sur C8, a appuyé dans un tweet les propos du député de la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis.

Raquel Garrido 30/08/2017 13:14:14  199  133

"Dictature" au Venezuela: un conseiller de Macron a travaillé pour Maduro, rappelle Corbière - SFR News t.co

https://news.sfr.fr/actualites/politique/dictature-au-venezuela-un-conseiller-de-macron-a-travaille-pour-maduro-rappelle-corbiere.html

Ces dernières semaines, divers responsables de FI, dont les députés Adrien Quatennens et Clémentine Autain, avaient déjà accusé les Etats-Unis de s'immiscer dans les affaires du Venezuela en soutenant l'opposition à Nicolas Maduro, à contre-courant de la vision de cette crise portée par la majorité de la classe politique française.

Lire aussi : Bis repetita : Valls remet le couvert contre Maduro sur Twitter... et se fait (encore) incendier

francais.rt.com

 commentaire

articles affiliés plus récents en premier
politic 07/09/2017 8 min mondialisation.ca #132764

Les États-Unis s'opposent à la Chine et la Russie sur la Corée du Nord

Par Peter Symonds

Au Conseil de sécurité de l'ONU hier, les États-Unis ont considérablement fait monter les enchères de la crise intense sur la péninsule de Corée après le test nucléaire de la Corée du Nord dimanche denier. La réponse de Washington visait non seulement Pyongyang, mais aussi Pékin et Moscou.

Une division claire a émergé.

médias 06/09/2017 2 articles 18 min legrandsoir.info #132729

Mensonges médiatiques contre France insoumise, partie I : « Maduro a fermé 49 médias ».

Thierry DERONNE

Grèce, Espagne, France... les pouvoirs financier et médiatique usent fébrilement du repoussoir de la « dictature-au-Venezuela » pour attaquer les résistants au libéralisme (1 ). Les grands groupes et leurs journalistes ne sont élus par personne mais utilisent leur pouvoir de facto pour discréditer des mouvements ou des députés sortis des urnes.

Latina 05/09/2017 6 min elcorreo.eu.org #132680

Vous auriez préféré, M. le président Macron, qu'un Pinochet vénézuélien « libère le peuple du communisme », à sa façon...

par Jean Ortiz*

Monsieur le président, jadis banquier d'affaires,

Que nous êtes drôle en défenseur du peuple vénézuélien ! Dommage que vous soyez si peu crédible !

Seul monsieur Rajoy, cet espèce de Franco sans barbe, fait mieux que vous sur le fond, mais il faut en convenir : vous êtes à peine un peu plus charismatique que lui. Le taiseux Rajoy a le charisme d'une brique.

Latina 01/09/2017 10 min legrandsoir.info #132562

Du Venezuela et de l'Amérique Latine

Jean-Michel HUREAU

Le dénigrement des médias sur le régime vénézuélien et son emprise sur l'opinion publique, y compris ceux qui se prennent pour des politiciens et qui la répercute sans discernement, pourrait prêter à sourire si cela n'en était pas dramatique. Tous, écrits, parlés ou télévisés prétendent donner une information alors qu'elle n'est qu'un instrument de propagande visant le pouvoir en place.

politic 31/08/2017 13 min legrandsoir.info #132546

Venezuela ! Venezuela !

Jean-Luc MELENCHON

En a-t-on lu, en a-t-on entendu des impatients qui devinaient dans le silence estival des vacances de Jean-Luc Mélenchon (occupées aussi à préparer le Rendez-vous de la FI à Marseille) le début d'un lâchage du Venezuela. Il fallait qu'il parle, vite, fort, au moment choisi par les éditocrates et sur ce sujet choisi par eux. Qui n'a remarqué la répétitivité de la question rituelle de fin des interviews des représentants et députés de la FI : « En 30 secondes, le Venezuela, dictature... » ?

Latina 31/08/2017 5 min mondialisation.ca #132540

Lorsque le peuple devient une dictature... qu'advient-il de la démocratie ?

Par Oscar Fortin

Le président français, Emmanuel Macron, accuse le Venezuela d'être une dictature. Son principal péché serait d'avoir convoqué à une Assemblée nationale constituante plénipotentiaire dont le mandat principal est de ramener la paix dans le pays et de rafraîchir la Constitution de 1999 de manière à garantir les acquis de la Révolution bolivarienne dans les secteurs de la santé, de l'éducation, du logement, etc.

politic 31/08/2017 6 min legrandsoir.info #132532

Lettre ouverte à Monsieur Macron, grand ami et connaisseur du Venezuela

Jean ORTIZ

Monsieur le président, jadis banquier d'affaires,

Que nous êtes drôle en défenseur du peuple vénézuélien ! Dommage que vous soyez si peu crédible !

Seul monsieur Rajoy, cet espèce de Franco sans barbe, fait mieux que vous sur le fond, mais il faut en convenir : vous êtes à peine un peu plus charismatique que lui. Le taiseux Rajoy a le charisme d'une brique.