La candidature pour remplacer Trump dévoilée

18/05/2017 2 articles 2 min fr.sputniknews.com #128987

© REUTERS/ Joshua Roberts

L'éventualité d'une destitution de Donald Trump se propage parmi les républicains, alimentée par la dernière vague de scandales retentissant autour de la personnalité du Président américain, assure le magazine Politico.

À l'en croire, « ils [les républicains, ndlr] sont fatigués de défendre Trump et sont inquiets de son comportement » dans ses fonctions de chef d'État.

Ainsi, selon Politico, « ce n'est plus un secret à Washington que beaucoup de républicains préfèrent que le Bureau ovale soit occupé par Pence au lieu de Trump ».

© AP Photo/ Evan Vucci
Une procédure de destitution de Donald Trump préparée au Congrès

La candidature du vice-Président Mike Pence attire les républicains car il semble être « une source de stabilité à la Maison-Blanche où l'ambiance est devenue électrique ».

Toutefois, Politico avertit qu'en cas de destitution de Donald Trump, la passation de pouvoir ne serait pas facile car « Pence serait obligé de prendre le pouvoir dans les conditions d'une crise constitutionnelle ».

Le 17 mai, le député démocrate du Texas Al Green a déclaré qu'il souhaitait destituer le Président des États-Unis. Il a accusé Donald Trump d'avoir empêché l'enquête sur « l'intervention russe dans la campagne présidentielle aux États-Unis en 2016 ».

© REUTERS/ Yuri Gripas
Les propositions sur la destitution de Trump ne concernent que Washington, selon Moscou

Mike Pence, gouverneur de l'Indiana et vice-Président des États-Unis, se définit comme « chrétien, conservateur et républicain, dans cet ordre ». Peu de temps après sa nomination, il a critiqué la politique de l'administration démocrate, notamment à l'égard de la Russie.

fr.sputniknews.com

 commentaire

articles affiliés plus récents en premier
19/05/2017 10 min #128997

Est-ce qu'ils veulent réellement destituer Trump ?

Trump se bat pour sa survie

Les médias des USA continuent à entonner quotidiennement le choeur de la russophobie, selon le mot du blogueur américain James Howard Kunstler, « comme une cantate pour kazoo et couvercles de poubelle » pendant que les observateurs de la politique se noient dans les conjectures et les suppositions sur le cours délirant que prennent les événements.