060521 3 min

Immigration et morale

Il y a une logique et donc une morale aux flux migratoires.
Ensuite la façon d'y répondre est reliée aux techniques qui auront été trouvées.

La logique c'est que si dans un pays on vit mieux que dans un autre, si les règles ne sont pas homogènes entre les pays, alors de toute évidence appartenir à un pays ne doit plus être relié au fait d'y être né, mais au fait d'adhérer ou non à ces règles.

Ce qui se passe c'est qu'un pays riche attire les gens des pays pauvres mais dans ce cas précis, y adhérer n'est que temporaire puisque ces immigrés y viennent pour s'enrichir, dans le but légitime de déplacer cette "fortune" dans les pays pauvres où résident les êtres aimés... et de retourner y habiter, car en effet c'est le plus souvent un déchirement de quitter le pays de son enfance.
On ne peux blâmer ceux qui ont le courage de faire ce voyage puisque c'est un comportement parfaitement rationnel.

Donc on peut constater que le mouvement des peuples tend à justifier par la pratique une volonté "sur-politique" d'homogénéiser les niveaux de vie entre les pays.

C'est pourquoi née l'idée de vouloir homogénéiser les niveaux de vie, et les prix.
Cette volonté c'est de la politique, c'est ce qui doit être obtenu puisque c'est ce vers quoi tend implicitement, ce que signifient les flux migratoires, la conclusion à laquelle ils mènent.

Si on fait dans un pays un super système très efficace où tout le monde a les moyens de vivre, par essence, et c'est heureux, ça voudra dire que ce système doit se propager dans ces autres pays. C'est inévitablement ce qui se produira et je le redis, c'est bien heureux.

Ce qui crée des problèmes c'est le refus des uns et des autres d'évoluer dans ce sens. Les pays riches le sont parce que les pays pauvres le sont, et ils le demeurent parce que les pays riches tiennent beaucoup à le rester, et que "les pays pauvres" accumulent un retard dans la méthode et la technique sociétale.

Quand l'Iran veut obtenir l'arme nucléaire, c'est précisément pour faire comme les autres, arriver à "leur niveau" en les copiant. C'est inéluctable qu'eux et d'autres veuillent obtenir les mêmes appendices ou signe extérieur de richesse.

Il n'est nullement question de critiquer un processus qui dépasse les volonté individuelles et donc "politiques" d'aboutir à une homogénéisation des niveaux de vie entre les pays ; par contre en raison de ces refus il faut créer des règles plus ou moins justes qui ressemblent plus à du bricolage. Il en est toujours ainsi quand on et au sein d'une conformation vers un objectif.

-

Dans mon "trip" je me suis dit que si un système comme l'écosociétalisme était mit en oeuvre avec succès, comment faudrait-il gérer le flux migratoire international que cela engendrerait ?
La réponse est qu'une telle "résolution" ne peut qu'être adoptée unilatéralement par tous les pays simultanément ce qui cause un gros soucis, est quasiment impossible, étant donné qu'il aura fallu au préalable s'assurer que le système fonctionne comme on s'y attend.

Il en résulterait inéluctablement une règle un peu "visqueuse" du type "on fait un échange", on accepte les flux migratoires mai uniquement en proportion de ce que le pays d'origine accepte, lui, de se conformer à un mode de fonctionnement similaire et produisant les mêmes richesses.
De cette façon, l'augmentation du flux migratoire sera compensée proportionnellement par l'annulation des raisons de vouloir émigrer.

groups.google.com