150619 9 min

La chute de l'empire du commerce

Chères dames et sieurs,
habitants de ce monde,
pauvres et riches, visionnaires et attardés,
vous aurez du mal à me croire.

Déjà le fait qu'on puisse vous parler à vous tous ensemble, c'est une première.
Ensuite ce que j'ai à vous dire, constitue un nombre de "premières" qui risque de vous faire décrocher au premier virage.

Rien de ce que vous croyez de ce monde n'est tel que vous le pensez. Ceci, simplement car votre pensée ne peut contenir l'ensemble des éléments, et surtout parce que les plus déterminants sont tellement énormes, que ceux qui le savent préfèrent le garder secret afin de se sentir supérieurs.

Bien que je n'aie pas trop de preuves à fournir, très vite, je n'en n'aurai plus besoin, car les choses deviendront criantes.
Enfin quoi, jusqu'à quel moment allez-vous accepter d'être conduits à l'abattoir avant d'admettre que ce chemin, est un abattoir ?

Putain de merde.
Je vois ces gens qui vivent heureux dans la rue, marchent avec leurs sacs de courses, mangent une glace, prennent le métro pour aller bosser, terme devenu synonyme de destruction de l'âme, et de consacrer sa vie à l'enrichissement des riches, pour le seul assouvissement de leur désir halluciné de pouvoir.

Je vois ces cadavres et ces zombies comme si j'étais revenu dans le passé, avant l'effondrement, quand il y avait encore du soleil et des couleurs, des rires et des bruits heureux.
Car là où on va, il n'y a que misère et solitude, une lutte effreinée pour la vie qui perd tout son sens, des immeubles éventrés, des hélicoptères de la dictature, des gens en haïllons, et une répression d'état visant à faire s'affronter les esclaves entre eux, tout le temps qu'il faudra pour qu'ils se rendent finalement compte qu'ils sont manipulés.

MERDE quoi. Vous allez tout perdre, y compris les potentiels, les chances, les possibilités de faire que les choses changent. Vos proches, vos possessions, et il ne restera que la méfiance. Alors que ce qui fait une civilisation, c'est la confiance. Mais elle a été accaparée, mise entre de mauvaises mains, puis détruite.

Tout ce que je peux vous proposer, c'est cet avertissement, non pas sous forme de preuves évidentes de ce que tout le monde sait (à part le peuple), mais juste comme une grille de lecture.
Je n'ai que cela à vous offrir, une grille de lecture :

Les médias mentent ? Oui mais ils le font depuis toujours c'est juste que avant, cela ne se voyait pas. De ce fait, même l'histoire passée est simplifiée, pervertie, utilisée à contre-escient, et ridiculisée.

Ne vous méfiez-vous pas quand vous voyez une scène de Hollywood dans l'actu ? Avec des bons et des méchants biens tranchés ?

Vous reléguez toute la responsabilité du monde à des élites, des élus, responsables, alors pourtant qu'ils sont fous à lier. Êtes-vous conscients de cela ? Quand ils sont contraints et forcés de s'occuper légèrement des questions qui vous angoissent, n'avez-vous pas remarqué à quel point ils s'en moquent, comme ils éludent les questions cruciales, comme ils rient d'autre chose, comme leurs solutions sont ridicules, et comme leurs promesses sont insultantes ?

Personne ne se soucie-t-il qu'aucune loi humaine, légale, convenue, morale, éthique, ou même les lois militaires, ou les lois ancestrales, qu'aucune d'entre elle n'aie à être respectée par vos élites ?

Avez-vous pensé que les dégâts engendrés mettront plusieurs générations à être résorbés et qu'il y a bien un moment où il faut commencer à payer ? Que le plastique qu'on fabrique, il va falloir le digérer pour que "la nature" le résorbe ?

Quand on compare la distance entre les promesses pour "sauver le climat" et la réalité, n'y a-t-il pas un gouffre entre la négligence et l'association de malfaiteurs dans le cadre d'un crime contre l'humanités à l'échelle intergénérationnelle ?
Saviez-vous qu'il ne suffit pas d'arrêter d'émettre du CO2 pour guérir les rivières et faire revenir les espèces animales et végétales qui ont été éradiquées ? Que le CO2 des arbres a été prit dans l'atmosphère et que c'est un cycle ?

Quand vous voyez des politiciens de n'importe quel bord, tous payés et formés par les mêmes personnes, mener exactement les mêmes politiques, avec les déguisement qui plaisent le plus à des clans dessinés pour être ennemis, n'y a-t-il pas un moment où vous vous regardez dans les yeux avec le sentiment naissant de vous être faits berner ?

*

Quand j'étais petit en voyant le dernier épisode de "Il était une fois l'Homme", quand les politiciens chantent "Tout va très bien madame la Marquise" alors que tout va très mal, je me disais qu'une telle stupidité serait facile à résoudre.

Mais en fait pendant toute ma vie j'ai vu que la logique des arguments ne pouvaient rivaliser contre la fureur dévastatrice de la haine exercée avec puissance. Parce que les badauds quand ils voient cela, préfèrent le confort qui consiste à s'allier au plus fort plutôt que de se fatiguer à s'entendre avec leurs congénères pour s'y opposer.

Tant que les gens sont divisés le mal gagne, au détriment de la logique, de la raison, du bien-être, du bien commun, au détriment de la vie elle-même. Que faut-il de plus que le risque de perdre la vie, pour vous pousser à faire les bons choix ?

L'effondrement de l'empire ne viendra pas vous prévenir à l'avance des dispositions qu'il faut prendre pour y survivre.
En mourant, le Système essaiera de tuer le plus possible.
Le système du commerce est l'ensemble des alliances tendues dans l'optique de pratiquer le commerce, qui est un art du troc érigé en Raison, en but et moyen de toutes choses, en religion à part entière.
Vous y êtes dévoués et vous aimez jouir du sentiment de sécurité qu'il vous procure, par petites doses assez minces pour que perdure le besoin. Personne ne se demande-t-il comment on obtient un sentiment de pérénnité ?

Or le troc, est inter-individus, il est incapable d'entreprendre de grands chantiers, de penser en commun, de penser en terme d'abondance, de ne pas avoir besoin de compter, et tout à la fois de révoir l'avenir.

A ceux qui se demandent comment se sortir de ce système, Bravo d'avoir compris que c'est ce qu'il faut faire, mais pardon, vous n'avez pas vu à quel point vous y êtes empêtrés, sans quoi la question ne se poserait même pas.

C'est lui qui oblige tout le monde à devoir compter en permanence, tout ce qui est fait, dit, le mesurer, le comparer, l'échanger, le penser comme un produit. En fait l'humanité passe le plus clair de son temps à faire fonctionner un système qui lui, en retour, ne sert à rien ni à personne, ni à lui-même, mais seulement à quelques douzaines de fous malencontreux, déconnectés de toute réalité.

Non, vous ne serez pas prévenus, car vous l'avez déjà été, mais comme rien n'a changé vous avez oublié qu'on vous l'a dit, et puis comme d'habitude les choses se disent et puis s'oublient. Pourtant c'est réel, "le monde vit à crédit". Cela veut dire que notre manger, notre eau, n'existent pas. Pourtant ils sont encore là, grâce à une savante organisation visant à déposséder les plus faibles en premier, qui ne peuvent ni se révolter ni crier au secours.

On parle de justice climatique, de réfugiés climatiques, mais dès que les migrants arrivent, non seulement on n'a rien prévu pour eux mais aussi on les martyrise comme si c'étaient des criminels, pour assouvir le sentiment de puissance des faibles qui ne savent que s'allier avec le plus fort, qu'est le plus violent et le plus injuste.

Mais très vite, la vague va déferler. Un tsunami c'est pas comme au cinéma, une grande vague qui s'annonce dès l'horizon, c'est le calme d'une mer retirée, qui gonfle, gonfle, mouille les pieds, et arrache les habitations, ravageant tout sans pitié ni discrimination. Vous allez voir vos proches mourir devant vos yeux dans à peine quelques années, et vous continuez à rire et à chanter comme si rien n'était.

Quand l'empire de la dette aura expiré son dernier souffle, au moment où cela ne voudra plus rien dire de posséder ou pas un argent qui, maintenant on le sait tous, s'imprime gratuitement comme on en a envie, et ne sert que les intérêts de ceux qui ne le savent pas, en l'espace d'une semaine à peine vous verrez la fin de la civilisation. Pas sur une longue période avec des alternatives qui naissent, mais sur une courte période avec le plus gros choc traumatique de l'histoire de l'humanité. Plus délectricité, plus d'eau, plus de nourriture, plus de ramassage des ordures, plus aucune marchandise, plus de pétrole, plus de plastique, plus de transport, plus d'agriculture, sauf celle que les puissants destinent aux miséreux.

Eux, s'en sortiront, ils ne craignent rien, ils vous chient dessus, vous avez bien travaillé pour eux, et maintenant ils sont tranquilles pour longtemps. Si vous vouliez travailler pour le bien commun, il fallait y penser avant. C'était votre choix libre, mais vous avez préféré vous avilir et vous laisser humilier contre le privilège qui consistait à vous sentir normal. Tels que vous avez été programmés pour le faire, par vos propres parents.

*

A chaque fois que je regarde le ciel je pense à ceux qui sont venus de planètes lointaines jusqu'ici.
Certains, les hostiles, sont alliés avec les élites. Ils les manipulent comme des petites enfants.
D'autres, oeuvrent à nous protéger contre les diverses choses contre lesquelles nous ne pouvons rien, en raison de notre stade primitif. Quand nous somme impuissants, il est légitime qu'une "main invisible" vienne, par exemple, calmer un volcan, faire dysfonctionner un essai nucléaire, jouer des tours aux traders, bref contenir les catastrophes critiques qu'on a provoquées sans conscience et sans connaissance des conséquences.
Ils nous protègent également des intrusions hostiles, sauf pour Roswell où ils ont été pris par surprise.
Et à chaque fois qu'on fait un pas en avant dans l'évolution, ils se retirent d'un pas également, afin de rester dans l'ombre.

Toute ma vie désormais en regardant le ciel je penserai à eux.