12 min aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr

Le Combat De La Raison 13 - L'humiliation et la honte de l'Europe américaine

1 - La psychobiologie de l'histoire
2 - Les premiers pas d'une métazoologie
3 - " Nous ne sommes pas fiers de lui... "
4 - La résurrection de M. Vladimir Poutine et la descente aux enfers de la France
5 - Le naufrage des civilisations américanisées
6 - Les naufrages du sens commun sont provisoires

1 - La psychobiologie de l'histoire

Pourquoi apprendre à observer notre espèce de l'extérieur ? Parce que la distinction entre le dedans et le dehors nous aide à cerner le singulier et le collectif. La psychobiologie nous aidera à situer le particulier d'un côté et l'universel de l'autre. Mais cette scission est trompeuse, tellement notre cerveau est demeuré plus collectif que jamais. Que vaut le regard que le plus grand nombre porte sur sa propre masse? Cet œil-là a seulement pris le relais de la cécité d'un ex-quadrumane à fourrure. Plus tard, son globe oculaire a accédé à un monothéisme schizoïde et greffé sur un paradis de sucreries. La politique des tribus, puis des Etats sera donc gravée à l'effigie de cerveaux d'une espèce biphasé sur ce modèle.

Aussi est-ce devenu un devoir politique, pour les nations éclairées, d'entrer en apprentissage du dédoublement de notre boîte osseuse, parce que personne ne saurait désormais exercer la fonction de chef d'Etat d'une grande nation sans porter sur l'histoire bipolaire de l'humanité le regard créateur des psycho biologistes d'une conque osseuse en devenir.

Un siècle et demi après Darwin, penser, donc peser les secrets de la politique de la bête cogitante, c'est placer jour après jour le bimane rêveur et tueur dans le laboratoire où bouillonne son évolution cérébrale, laquelle se révèle désespérément sporadique, donc vouée à subir d'un côté, des rechutes répétées et de l'autre, à bénéficier de sursauts fallacieux. Notre connaissance zoologique de nous-mêmes s'est lexicalisée. Elle nous permet, d'ores et déjà, de porter notre auto-examen à l'âge d'une science politique relativement prospective et quelque peu cérébralisée; mais cette science remonte à quelques millénaires seulement. J'en appelle donc aux phalanges macédoniennes de la raison de ce temps, j'en appelle aux anthropologues d'avant-garde, qui savent que nous sommes des animaux que la pratique d'un langage articulé a biphasés et voués à une bipolarité intellectuelle dangereuse. La géopolitique scientifique ressortit désormais à une métazoologie prospective. Cette discipline se demande quels sont les prémisses et les pièges de ce biphasage.

2 - Les premiers pas d'une métazoologie

Par chance, l'heure a également sonné où la vassalisation affective et mentale d'une Europe asservie pour longtemps à une puissance étrangère se trouve paradoxalement freinée un instant par une menace immédiate et concrète, celle qui pèse subitement sur le porte-monnaie des industriels, le gousset des agriculteurs et l'escarcelle des commerçants. Ces trois caissiers ne sont pas des spéléologues de l'abîme. Ils ignorent tout des progrès de l'anthropologie critique, mais ils se découvrent soudainement les otages et les pions d'un empire spectaculairement ambitieux d'étendre son territoire de Paris à Vladivostok.

Or, le César actuel de la démocratie mondiale ne saurait acheter son expansion censée vertueuse - tant politique que militaire et économique - qu'aux dépens des maigres finances de ses vassaux. C'est pour faire échouer la folle ambition de l'empire du dollar qu'il nous faudra en appeler aux citoyens dont le missel aura oublié les préceptes de la trilogie d'Alice au pays des merveilles, de Paul et Virginie et de la Nouvelle Héloïse.

3 - " Nous ne sommes pas fiers de lui... "

Le Département d'Etat américain tout entier et M. John Kerry, qui dirige le Ministère des affaires étrangères du Nouveau Monde depuis 2012, auraient-ils réussi à convaincre tout soudainement et en un tournemain l'Allemagne, l'Angleterre, l'Italie et les vingt-huit ombres d'Etats de l'Union européenne de ce que les relations de la Russie avec l'Ukraine seraient devenues par miracle - et, pour ainsi dire, au cours de la nuit - le nouveau point d'équilibre des forces politiques sur les cinq continents?

Que serait-il arrivé si la pensée rationnelle de la France laïque s'était approfondie et si, cent soixante ans après Darwin, la réflexion du monde entier sur l'évolution du cerveau demeuré embryonnaire de l'humanité avait débarqué dans la géopolitique? Croyons-nous vraiment que la mascarade d'un salut politique messianisé dans l'arène du mythe démocratique, croyons-nous vraiment que les rubans et les dentelles de la Liberté, croyons-nous sérieusement que toute cette fantasmagorie verbifique s'accomplira sur la terre ou bien qu'elle sera nécessairement vouée à l'échec de ses fioritures si, par malheur, soixante dix-ans d'occupation militaire de l'Europe par les Etats-Unis n'auront pas suffi à enfanter une centaine de millions d'Européens aux yeux grand ouverts sur l'épicentre artificiel de la planète que l'Ukraine serait instantanément devenue?

Certes, la servitude cérébrale qui frappe soudainement les vaincus s'inscrit plus rapidement que nous ne le croyions sous leur os frontal, certes, la soumission des candidats aux verdicts du ciel de leur vainqueur semble devenir atavique en deux ou trois générations seulement. Mais rien de plus éphémère que le superficiel. Voyez la facilité, donc la fragilité avec laquelle le mythe américain des esclavagistes de la Liberté a enfanté le prodige international de paraître métamorphoser M. Vladimir Poutine en pestiféré aux yeux d'une Europe livrée aux contrefaçons les plus grossières des idéaux de 1789, voyez avec quelle aisance des dessinateurs à la cervelle d'oiseau et aux pattes éléphantesques sont entrés dans cette farandole internationale sans y entendre goutte et au seul profit des Etats-Unis!

Mais rien de moins durable que les jeux d'enfants. Notre Président de la République s'est révélé plus craintif que tous ses prédécesseurs; et nous ne sommes pas fiers de lui. Il n'a pas osé livrer le Mistral à ses acheteurs, bien qu'ils eussent payé leur commande d'avance et rubis sur l'ongle. Mais voyez avec quelle célérité l'humiliation de la Russie s'est retournée contre nous, voyez avec quelle rapidité l'abaissement des peuples est de courte durée! La Russie a grandi à l'école de nos déconfitures et le monde entier a commencé de tourner ses regards en direction du Kremlin. Quel spectacle qu'un chef d'Etat digne des responsabilités attachées à sa fonction!

4 - La résurrection de M. Vladimir Poutine et la descente aux enfers de la France

Même le Wall Street Journal écrit que M. Vladimir Poutine est le vrai gagnant des élections locales françaises des 22 et 29 mars parce que les deux partis de droite devenus majoritaires dans le pays, l'UMP et le Front nationale, jugent honteux qu'une Europe soi-disant ambitieuse de jouer à nouveau un rôle dans l'arène du monde se soit laissé entraîner en vassale à déclarer une guerre économique à la Russie, ce que, dans ses pires cauchemars, le Général de Gaulle n'avait jamais imaginé.

Et pourtant, il faut relever que le microbe de l'Elysée a osé se rendre à Moscou le 6 septembre 2014 pour y serrer solennellement et aux yeux du monde entier, le "nouveau Lucifer" dans ses bras; et ce nain a pris le risque de demander - en coulisses - à toute l'Europe de lever les sanctions saugrenues et stupides qui conduisent notre civilisation dans un asile d'aliénés. (L'Europe, un asile d'aliénés La modernité de l'Eloge de la folie d'Erasme, 5 décembre 2014)

Quant à l'Angleterre, elle se souvient de ce que les grands Etats ne sont réalistes que parce qu'ils sont audacieux, mais que la faculté de regarder la réalité n'est pas à la portée de tout le monde. Londres continue, néanmoins, et à l'instar des Etats-Unis eux-mêmes - d'exporter ses produits en Russie. Ce que voit clair comme le jour l'Angleterre des Churchill, c'est que la Russie et la Chine sont déjà les orchestrateurs de la chute prochaine de l'empire américain - même le Canada, l'Australie et la Corée du Sud ont adhéré à la banque monde pour l'investissement mise en place par Pékin et dont la Maison Blanche a dû solliciter les bonnes grâces aux conditions de l'Empire du Milieu.

Et pourtant, soixante dix-ans après la paix de 1945, une Allemagne occupée par deux cents bases militaires américaines et une Italie quadrillée par cent trente sept de ces forteresses depuis 1943 ne disposent plus d'une liberté politique suffisamment appuyée par le glaive pour qu'une France à nouveau placée dans l'étau de l'OTAN puisse, à elle seule, mettre à nouveau l'Occident en route vers sa souveraineté. Pour que la livraison des Mistral à la Russie fasse l'effet d'un coup de tonnerre à l'échelle du globe terrestre, il faudrait que le réalisme politique des hommes d'Etat de génie bouleversât la problématique et l'échiquier des médiocres C'est cela que la Chine a compris au quotidien: elle sait que la construction du canal trans-océanique du Nicaragua vaut une dizaine de porte-avions américains et qu'une rivale du FMI qui ne serait pas un instrument docile entre les mains d'un maître répond à l'attente du monde démocratique: la Suisse y a adhéré vingt-quatre heures seulement après l'Angleterre, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne. Mais, à force d'hésiter et d'attendre la neige au mois d'août, la France a perdu un gigantesque marché - celui de la vente des avions Rafale à l'Inde. La petite France ne voit même pas où courent les dés, tellement l'éphémère s'est déjà enclos dans l' étroite enceinte d'un dépérissement de la nation.

5 - Le naufrage des civilisations américanisées

Qu'avons-nous à faire des dentelles et des broderies des démocraties verbales d'aujourd'hui? La preuve de leur défaite est dans la disqualification morale, politique et philosophique du mythe de la Liberté américaine. La fonction des citoyens instruits est devenue intellectuelle au premier chef, ce qui nous condamne à nous colleter avec les fondements parathéologiques, donc parazoologiques de la paralysie mentale qui menace l'Occident.

Exemple: toute la classe dirigeante de l' Europe sait fort bien que les Etats-Unis sont venus dépenser sur place six milliards de dollars à seule fin de déclencher à Kiev un mouvement de foule artificiel; de même, tout le monde sait que Mme Victoria Nuland - Assistant Secretary for European and Eurasian Affairs - a stipendié des tireurs d'élite afin qu'ils ameutent la foule sur la place Maidan - il s'agissait de présenter un nombre suffisant de cadavres pour que des mouvements de foule locaux se métamorphosent en révolution. Depuis la Fronde, nos historiens connaissent sur le bout des doigts la technique du déclenchement des émeutes.

Mais croyez-vous que la France des chancelleries de cour aurait donné dans un panneau diplomatique d'une construction aussi grossière? Les historiens-et les anthropologues de demain porteront sur nous un regard de l'extérieur. Ils expliqueront aux générations futures et dans le détail les arcanes d'un siècle entier de servitude de l'Europe; et les hommes de la mémoire nous diront pourquoi Mme Merkel a tout subitement sacrifié un quart de siècle de bonnes relations de l'Allemagne avec la Russie - elles étaient au beau fixe depuis la chute du mur de Berlin en 1989. Ce sera dans l'ébahissement, l'éberluement et l'ahurissement que nos descendants découvriront les moyens rabougris, mais momentanément efficaces dont disposait le Département d'Etat américain pour amener à résipiscence les Etats interloqués et titubants de l'Europe des vassaux.

6 - Les naufrages du sens commun sont provisoires

La vassalisation des peuples modernes retrouve les chemins du Moyen-âge. En ces temps reculés, l'ignorance conjuguée des foules et des élites sacerdotales faisait toute la puissance des magiciens de l'autel et d'une nuée d'intellectuels voletants au-dessus des cierges et des ciboires. La raison est un bien fragile, parce que "tout ce qui est précieux est fragile" disaient les Romains. Mais la rapidité avec laquelle la raison, un instant suffoquée, ressuscite à l'école même de ses effondrements successifs résulte de ce que le naufrage des civilisations stupéfaites entraîne toujours une courte débâcle des évidences les plus connues et les plus irréfutablement démontrées, de sorte qu'elles renaissent de leur hébétude de seulement s'ancrer de nouveau dans le sens commun. Ne vous y trompez pas, si l'évidence capitule, c'est seulement pour se réveiller en sursaut.

Nous avons momentanément renoncé à former des citoyens en mesure de démonter les sortilèges verbaux d'une démocratie d'illettrés. Mais puisque le capitalisme moderne se révèle plus barbare et plus sot que celui du siècle de Karl Marx, puisque nous savons que le machinisme moderne fait danser l'anse d'un système économique suicidaire, puisque nous savons que le rêve évangélique du genre humain est décédé en 1989, il est redevenu clair comme le jour que si nous ne perçons pas les secrets anthropologiques du naufrage des civilisations, notre espèce se divisera à nouveaux frais entre ses auréoles verbales et ses prédateurs aux dents longues.

Nous nous trouvons immergés dans un monde d'idéalités totémisées. Tentons de remettre le cerveau d'autrefois de la France en état de marche, tentons de retrouver la cervelle logicienne d'une nation en position de force. Ce sera à ce prix que nous parviendrons à reconstituer les phalanges de la pensée politique du siècle des Lumière, ce sera à ce prix que nous arracherons à l'abîme une Europe à la cervelle en déroute. Ne nous y trompons pas: si tout serf est l'otage de sa propre sottise, la sottise des serfs est la plus contagieuse des pathologies politiques. Mais le temps presse: ou bien nous parviendrons à percer les secrets cérébraux de l'animal eschatologisé, ou bien il sera trop tard pour recourir aux sacrilèges sauveurs.

La semaine prochaine je reviendrai sur l'art de combattre la double ignorance des peuples et des élites de la démocratie mondiale.

Le 3 avril 2015

aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr