9 min

39 - De la viande avariée à la servitude volontaire

Avertissement

Le Monde daté du lundi 21 mai 2007 rapporte qu'à l'occasion d'une rencontre " décisive " entre l'Europe et la Russie, M. Barroso, Président de la Commission de Bruxelles, a déclaré : " Le problème de l'exportation de la viande polonaise est un problème européen ".

L'Ecole française de simianthropologie a souligné vigoureusement que le vrai " problème européen " est exclusivement celui de la vassalisation accélérée du Vieux Monde à la suite de la construction, par l'empire américain, d'un bouclier antimissiles en Pologne. Comme la cible de cette imagerie stérile est un ennemi tout imaginaire, comment se fait-il qu'une fantasmagorie stratégique institutionnalise la domination militaire, donc politique perpétuelle des Etats-Unis sur un Continent qu'elle réduit définitivement à un spectre, tellement sa sujétion à un protectorat militaire à la fois omnipotent et onirique réduit sa souveraineté à une ombre ? Le spectacle de la cécité politique semi volontaire du genre simiohumain rend évident qu'une science de l'auto vassalisation de l'Europe exige la connaissance des secrets théologiques de l'inconscient des servitudes semi animales.

Le 23 de la Lune de Maharram

Uzbek à Rhedi,

Le plus incroyable est arrivé : la cécité de l'Europe est devenue un grand spectacle. Les historiens se frottent les yeux devant ce miracle. Jusqu'à présent, disent-ils, le lever de rideau sur l'aveuglement des peuples suivait de loin les événements, tellement le théâtre de l'histoire était tourné vers le passé. Et voici que le présent montait sur la scène et prenait Clio à contre-pied. A vrai dire, il n'y avait plus d'histoire, puisqu'il suffisait de suivre les événements du regard pour voir le temps des nations s'écrire avec le recul de Chronos.

Tu sais qu'il y a trois ans, l'Amérique et l'Angleterre avaient profité de la Présidence semestrielle de l'Union européenne par leur satellite, l'Irlande, pour faire nommer à la tête de la Commission de Bruxelles l'un de leurs plus fidèles serviteurs, le Portugais Barroso, qui avait approuvé l'invasion de l'Irak en violation du droit international et l'engagement du Portugal dans cette guerre. Trois ans plus tard, toute l'habileté des Etats-Unis et de leurs complices européens est d'endormir la Russie ; mais celle-ci n'a pas encore compris que la seule diplomatie efficace face à l'expansion sans frein de la puissance américaine sous la bannière de l'OTAN est de tenter de réveiller la fierté de l'Europe et de lui redonner du goût pour sa souveraineté perdue.

A mettre au cœur de la politique internationale la viande avariée que la Pologne tente d'exporter en Russie, l'Amérique et ses servants européens tentent une gigantesque manœuvre de diversion : il s'agit de rien moins, pour eux, que de tenter de faire oublier la question de leur vassalité.

Mais ce titanesque camouflage de leur servitude fait progresser à pas de géants la réflexion de l'Ecole sur les relations semi animales que les théologies messianiques entretiennent avec la vassalisation politique du simianthrope . Car toute l'autorité des divinités de type monothéiste est " à double détente " , comme l'enseigne la langue française d'aujourd'hui, ce qui signifie que leurs doctrines, bien qu'incompatibles entre elles, fonctionnent sur deux ressorts étroitement articulés l'un avec l'autre, lesquels ne paraissent se contrarier quelquefois que pour mieux cacher leur complicité. D'un côté , les trois idoles s'entendent à combattre leurs ennemis communs , qu'elles appellent des hérétiques ou des infidèles, de l'autre, elles profitent du dévouement aveugle de leurs fidèles pour faire prospérer leur gloire et leur grandeur. C'est pourquoi, tout au long des huit croisades au cours desquelles l'empereur chrétien des imaginations a envoyé ses troupes combattre son rival, Allah en Judée, l'assujettissement de la masse de la population à son maître local du cosmos s'est appesanti de tout l'éclat des équipées de la foi conduites à une distance fort grande de l'Europe; et plus les guerriers de la croix frappaient d'estoc et de taille dans le lointain, plus leur divinité ferrailleuse implantait ses garnisons en Europe .

La même stratégie commande aujourd'hui la vassalisation théopolitique du Vieux Monde par le Nouveau : quelques rumeurs d'une persécution du genre humain sur les terres de la Russie étant parvenues aux oreilles du Dieu des chrétiens et de son frère jumeau, la " Liberté ", tous deux n'ont pas manqué de dépêcher sur l'heure leurs vassaux admonester les fils infidèles de Dostoïevski et de Tolstoï. Cette belle ruse politique a permis à l'idole d'étendre ses garnisons à la Pologne sous le masque le plus évangélique du moment , tellement les croisades verbales contre les infidèles permettent maintenant de détourner l'attention du monde de l'afflux croissant des canons du Dieu Liberté et de leur ruée sur la terre.

Comme tu le vois, la simianthropologie de l'Ecole analyse la politique et l'histoire du monde à partir d'une problématique entièrement fondée sur le débarquement de documents théologiques dans la réflexion sur l'évolution du cerveau onirique de notre espèce . Aussi le plus extraordinaire, aux yeux de l'Ecole de Paris est-il le spectacle d'une civilisation de l'atome qui ne comprend pas le premier mot de ce qui lui arrive . Comment se fait-il que les savants en sciences dites humaines d'aujourd'hui en soient pas en mesure de scanner les documents simianthropologiques centraux qu'on appelle des théologies, alors que le Dieu de justice que la France a porté sur les fonts baptismaux d'une trinité aussi verbale que la précédente reproduit fidèlement le glaive de son ancêtre sous de nouveaux vêtements?

Par bonheur, la cécité simiohumaine n'est ni localisée, ni partielle : elle se donne l'arène entière de l'histoire du monde pour théâtre. Mais la démocratie messianique ne recourt plus à ce modèle dans l'aveuglement des âges de foi, comme au Moyen-Age , mais en toute lucidité. Car il se trouve que le monde moderne multiplie désormais les phalanges de cerveaux capables d'armer les grands Etats d'instruments de conquête du cerveau demeuré schizoïde de l'immense majorité de l'espèce . Le seul fait que M. Barroso ignore qu'il est téléguidé de l'étranger par des encéphales plus performants que le sien, le seul fait que Mme Merkel ne soit pas une simianthropologue de renommée internationale, que je sache, le seul fait que M. Sarkozy déambule à des années-lumières de l'univers cérébral dans lequel les spéléologues de génie de l'école de Paris se promènent à leur aise, le seul fait que l'Europe ne voie pas les régiments de croisés du mythe démocratique lancés sur ses terres, le seul fait que le génie des Machiavel de la liberté laisse sans voix l'auteur du Prince , le seul fait que le cerveau simiohumain d'aujourd'hui soit devenu transanimal chez quelques centaines de spécimens ambitieux de monter un complot mondial du salut et de la délivrance au nom de la démocratie messianique, tout cela ne saurait se trouver plus spectaculairement démontré que par l'argumentation insuffisante d'un M. Wladimir Poutine encore désarmé par le mythe de la rédemption et qui assiste au spectacle de l'excommunication majeure de la Russie sans comprendre les ressorts et les secrets simianthropologiques des hérésies et des orthodoxies modernes .

Certes, sa fonction d'homme d'Etat lui permet de demander sèchement aux Européens de s'occuper de leurs affaires ; mais si l'on n'a pas compris que l'ingérence parareligieuse est armée d'une bonne conscience à toute épreuve du seul fait que les orthodoxies sont inébranlables par nature ; si l'on n'a pas appris à l'école de l'eschatologique marxiste que la foi prolétarienne recourait aux méthodes sotériologiques et eschatologiques passées aux mains des théoriciens américains d'une espèce devenue saintement onirique au nom de la démocratie idéale, comment réfutera-t-on jamais l'évangélisme politique du Nouveau Monde avec des armes un peu plus affûtées que celles des Calvin et des Luther, qui combattaient avec des sagaies la gigantesque machine du salut de l'humanité que pilotait une église romaine farouchement hiérarchisée. Depuis le XVIè siècle, il existait un Général des Jésuites auquel son échec au siège de Pampelune avait enseigné avec cinq siècles d'avance que le cerveau du simianthrope est l'enjeu d'une bataille des rois de l'intelligence politique.

Imagine un Vladimir Poutine qui s'adresserait aux Etats européens sur un ton mi-charitable, ni apitoyé et qui, sans rire trop ouvertement de leur vassalité, leur apprendrait aussi gentiment que fermement les mécanismes psychobiologiques qui les font jouer les pantins évangélisateurs et les enfants de chœur, alors que la Liberté qui les envoie en croisade à Moscou est une divinité bicéphale dont le cerveau schizoïde soumet les prisonniers aux tortures les plus saintes à Guantanamo et fait régner en Irak un Eden de la démocratie armé de canons, un Vladimir Poutine qui donnerait à la sainte Russie l'avance intellectuelle sur le reste du monde que la France du XVIe siècle avait conquise sur les théologiens de Sorbonne de l'époque, un Vladimir Poutine qui exposerait sur un ton à mi chemin entre la sévérité et l'enjouement à une civilisation occidentale en panne des Gogol et des Pouchkine que les derniers secrets de la vassalisation des esprits biphasés sont à la portée des simianthropes russes, un Vladimir Poutine qui déclencherait en Europe la révolution de la pensée critique que le siècle attend , un Vladimir Poutine qui expliquerait posément aux marionnettes des chancelleries du Vieux Monde que le Dieu Liberté n'est qu'une copie de son ancêtre et qu'il profite aussi habilement que lui des expéditions évangéliques dans lesquelles il engage effrontément ses vassaux afin de semer plus sûrement ses armes sur leurs terres, un Vladimir Poutine qui se montrerait grand connaisseur des stratégies de diversion du Dieu dichotomique , un Vladimir Poutine qui s'amuserait en psychanalyste du ciel des ressources politiques infinies d'une divinité experte à enseigner à ses créatures à se repentir d'une offense impresciptible aux droits de l'homme sur sa propre personne, un Vladimir Poutine devenu grand connaisseur du Dieu bimillénaire de l'Amérique et de celui de Rome, qui travaillent à affiner le même gibet afin d'étendre la gloire et la puissance de leur potence à la sainte école du péché de leurs vassaux , un Vladimir Poutine qui rappellerait à l'Europe acéphale que les enfers confondus de Guantanamo, de l'Irak et de Gaza ne sont que des reproductions décolorées de la théologie des tortures rouge sang que le ciel cache pudiquement dans les entrailles de la terre, un tel Vladimir Poutine n'aurait pas à invoquer les charrettes de viandes avariées de la Pologne en direction de l'Europe et de la Russie, tellement la grandeur d'un chef d'Etat d'aujourd'hui est de tenir au monde entier le discours de l'intelligence de demain.

Voilà, mon cher Rhedi, les grands progrès dans la réfutation du Dieu de la torture que le bouclier anti-missiles du ciel de la Liberté inspire à l'illustre Ecole des simianthropologues de Paris. .

perso.orange.fr