7 min

Chapitre Ii : L'empire a soif

Sur le sentier de la guerre

A Boire ! A boire ! Soif .

L'empire a soif. L'empire a soif de pétrole . L'empire est sur le sentier de la guerre.

Une soif inextinguible le hante , le harcèle, pourrit ses nuits, accable ses jours.

L'empire rumine , l'empire cogite des plans de conquête qu'il entasse comme Pélion sur Ossa. Il rêve de gisements , de millions de barils, d'un réseau de pipe-lines enserrant le globe .

L'empire rêve de tuyaux aboutissant sur ses côtes ou se déversant directement dans la bouche de ses habitants et les réservoirs de ses automobiles. Tel un goéland prisonnier d'une marée noire, l'empire est englué dans des rêves de pétrole. Vingt millions de barils du précieux nectar sont injectés chaque jour dans les rouages de la machine impériale .

D'aucuns se plaignent et glapissent qu'il s'agit de l' équivalent de la totalité de ce qu'avale la circulation automobile sur le reste de la planète. Et alors ! répond l'empire dans un haussement d'épaules dédaigneux : quand les dieux ont soif, ils doivent être rassasiés, telle est la loi de l'empire sous le règne de sa Majesté Picrochole second.

Ah ! les limousines de l'empire ! Si belles, si puissantes, si rutilantes avec leurs chromes étincelants, vastes comme des tramways dans lesquelles des Rowiens faméliques pourraient s'entasser à cinquante sans compter les cageots de légumes, les paquets de victuailles et les poules. Ces merveilles biberonnent hardiment quelque vingt litres de précieux nectar tous les cent kilomètres et en absorbent jusqu'à cinquante pour les plus gourmandes, celles dont les carlingues haut perchées sur quatre roues motrices vous donnent la délicieuse sensation de conduire un semi remorque.

Quant aux normes de protection contre la pollution, Pffttt ! Ils laissent ces contraintes aux sous-hommes, à ces Rowiens qui n'ont pas l'insigne privilège de vivre au paradis .

Le labeur d'assouvir la voracité insatiable de leurs limousines soiffardes, des systèmes de chauffage et de climatisation qui leur assurent en toutes saisons la douce température qui convient à leurs organismes subtils, des usines construites sans aucun souci d'économie d'énergie ou de protection de l'environnement, des aéronefs gloutons, tout cela occupe les Picrocholiens de l'aube au couchant. Foin des économies. Les élus sont d'une essence si délicate que même les stades sont chauffés et climatisés. Des notions telles que "économie d'énergie" et "respect de l'environnement" n'ont pas d'équivalent sémantique dans le vocabulaire de l'empire picrocholien.

Toujours plus

L'empire est vorace et sa rapacité est sans limite . Représentant moins de quatre pour cent de la population mondiale, il consomme le tiers de l' énergie de toute la planète. Rien n'est trop beau pour les Picrocholiens .

Du nord au sud et de l'est à l'ouest , de toutes les provinces de l'empire un grand cri monte jusqu'aux nues: "Oil ! Oil !" Ce qui traduit en Rowien signifie : Nous voulons du pétrole très bon marché !"

Une mélopée gémissante et accusatoire scande sur tous les tons les discours des politiciens : "Des terroristes jaloux veulent détruire notre mode de vie", se lamentent-ils . Un slogan met la classe politique picrocholienne en transes: "Sécurité énergétique" hurlent-ils à tue-tête !

C'est pourquoi le premier commandement et le pilier central de la puissance mondiale de l'empire est de faire main basse sur les pays producteurs du précieux or noir.

D'ailleurs, la source des richesses privées des dirigeants actuels de l'empire - les Bush et les Cheney - est le pétrole du Texas. Mais la presque totalité leur entourage est issue de l'industrie du pétrole, à commencer par Mme Condoleezza Rice, actuelle responsable de la politique internationale.

L'empire avait la chance de disposer de gisements abondants . Mais à force de biberonner sans compter , il a quasiment épuisé ses propres ressources et il est maintenant condamné à importer 72% de ses besoins . C'est pourquoi, comme le disait crûment un éminent picrocholien, M. Lee Raymond, patron d'ExxonMobil, "Il faut bien aller là où est le pétrole ". Et son collègue, Fadel Gheit, ancien directeur du même groupe pétrolier , reconnaît froidement qu?en ce qui concerne la guerre en l?Irak, il ne s?agit pas de la lutte contre le terrorisme mais avant tout du contrôle des réserves de pétrole et de gaz naturel qui diminuent dans le monde entier. «Notre style de vi, dit-il avec le tranquille cynisme qui est la marque de fabrique du Picrocholien pur sucre, nécessite tous les jours 20 millions de barils. Nous ressemblons à un patient en dialyse de pétrole. C?est une question de vie ou de mort.»

Comme le claironnait déjà à haute et intelligible voix et avec une bonne conscience désarmante, Mme Madeleine Albright , ancienne responsable de la politique étrangère de l'empire: "Nous faisons la politique qui correspond à notre force et à nos intérêts" .

Mais il n'y a de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre et il faut être un candide Rowien pour s'imaginer que des idéaux ou des principes dirigeraient la politique internationale d'un empire .

Picrochole s'en va-t-en guerre

C'est pourquoi votre fille n'est pas muette et que la politique et les guerres de l'empire ont des causes claires comme de l'eau de roche , même si elles se tapissent sous le masque d'une appellation confuse et bénigne dite de "renforcement des alliances globales " en vue d'un "établissement de la démocratie" . La feuille de vigne appelée "guerre contre le terrorisme" tente vainement de dissimuler, le puissant réseau d'intérêts représentés par les lobbies pétroliers , auxquels se sont joint ceux de l'armement, de l'électronique ou du bâtiment pour former une galaxie de termites cheminant en colonnes serrées afin coloniser la planète.

Si l'on ajoute au plat de résistance que constitue le fameux "terrorisme international" une pincée de messianisme démocratique endémique et qu'on saupoudre le tout d'une grosse louche d'un messianisme religieux primaire lié au niveau mental si élémentaire de l' empereur Picrochole II que de plus en plus de dirigeants rowiens parlent ouvertement de sa stupidité, le menu complet du plat géopolitique servi au ROW et que l'empire tente de lui faire ingurgiter afin de justifier une guerre sans fin, apparaît en longueur, largeur et profondeur. Pour mémoire, je rappelle que l'empire s'est précipité en Algérie afin, disait-il, d'aider les autochtones à "combattre le terrorisme". Il soutient la Guinée équatoriale, troisième producteur africain de pétrole, où règne un satrape du nom de Malabu et il a offert un appui inconditionnels aux pseudo démocrates d'Angola, où le régime ex-marxiste d'Eduardo Dos Santos a réduit le pays à la misère malgré des réserves pétrolières phénoménales. Mais l'Afghanistan n'était pas à négliger, parce que son territoire est le seul qui permette l'évacuation du brut et du gaz pompés sous les steppes du Kazakhstan, du Kirghiztan, du Turcménistan et de l'Ouzbékistan . Aussi l'empire fait-il les yeux doux aux dictateurs locaux qui y règnent en maîtres absolus.

Le sang de la mondialisation

On sait que les compagnies pétrolières ont longtemps négocié avec les talibans et que la guerre a seulement tiré les conséquences politiques de l'échec des négociations menées par la compagnie pétrolière Unocal de la traversée du pays par un gigantesque gazoduc. Personne n'ignore que les tentatives de déstabiliser le président vénézuélien Chavez sont financées par les compagnies pétrolières américaines, car Hugo Chavez prétend utiliser l'argent du pétrole pour moderniser le pays , crime absolu aux yeux de l'empire et qui mérite les pires insultes de ses représentants dans les instances internationales.

Mais dérison absolue et pied de nez à notre Picrochole , ce même Président Chavez, présenté comme un démon au moins égal au Satan en chef que serait le barbichu Oussama ben Laden, est allé jusqu'à fournir un pétrole quasi gratuit aux miséreux des cités picrocholiennes, abandonnés à leur triste sort, afin qu'ils puissent se chauffer en hiver !

Les hauts parleurs de la propagande des médias complices ou soudoyés, s'appliquent à répandre et à claironner , le moment venu, le lamento de la peur accompagné de fumées pseudo idéologiques, le tout destinées à créer un climat de terreur afin de diaboliser tel ou tel Etat que l'Empire se propose d'envahir et de piller .

La guerre pour le pétrole , tel est aujourd'hui le credo de l'empire car le pétrole est le sang de la mondialisation et l'empire en est la pompe .

Une question nous taraude: comment réussissent-ils à payer tout cela? Sont-ils des magiciens? Des surhommes?

A suivre