070423 4 min

Tous ensemble contre Sarkozy

Tous ensemble contre Sarkozy

1 - élection de l'idéologie dominante

Devant un grand nombre de difficultés à produire un quelconque entendement, produit d'une discussion rationnelle, les candidats ont décidé de tout miser sur la domination idéologique.
C'est dans ce contexte qu'il est opportun de qualifier ce qui guide les choix d'irrationnel, et cette époque de pré-hitlérienne.

Les arguments de Nicolas Sarkozy sont taillés pour plaire au plus grand nombre, dans le but de conférer le pouvoir à quelqu'un d'assez embrigadé pour que les entreprises privées aient un contrôle de la législation.

La tentative de récupération de l'Ecologie par le système économique afin qu'il justifie qu'on continue de se décarcasser pour lui, en faisant la promotion du bioéthanol et des carburants d'origine végétales, a pourtant montré de façon criante qu'il n'était ni plus ni moins question de confisquer une denrée alimentaire à des pays pauvres pour les donner à des "pays riches" en échange des intérêts sur leurs dettes.

Est-ce moral ? En tous cas c'est légal.

L'idéologie du néolibéralisme a pour principal intérêt d'excuser un comportement qui devrait être stoppé par la morale, malgré des bénéfices assurés.
Son opposable est donc un imbécile heureux qui se fait toujours avoir en espérant que "les autres" deviennent meilleurs.
En fait ça va plus loin, l'idéologie du néolibéralisme veut principalement que l'irresponsabilité soit admise socialement pour ceux qui ne font rien d'autre que leur travail, leur mission, leur devoir.

Et donc aussitôt les travailleurs se sentent, sans vraiment chercher pourquoi, comme consolés et protégés, parce que culturellement dans l'idéologie dominante il sera admit que personne n'est responsable des dégâts causés par le système économique.

C'est cette cécité mentale qui saisi ceux qui votent pour le bel orateur.
Qu'il change d'avis constamment, que ses propos ne tiennent pas debout, que son français soit ostentatoirement approximatif, ou qu'il mente effrontément devient comme une chose positive aux yeux de ses fidèles clients, qui se disent "il a bien raison".
"Il a la technique".
"C'est comme ça qu'il faut faire".

A la limite que Nicolas Sarkozy ait instigué l'expulsion de jeunes étrangers scolarisés, n'effleure pas même son électorat, tout ce qui subsiste c'est qu'ii a pu faire ce qu'il voulait, et donc qu'il est puissant.
En disant cela, ils s'autorisent ainsi à utiliser les mêmes techniques, sans soi-même être aussi criminel que celui qui a servi d'exemple.

Si Sarkozy est élu, sa mentalité de tortionnaire se déclinera dans toutes les strates de la société.
En effet ce sont de modèles comportementaux dont les clients sont le plus demandeurs.
Ce qui est inquiétant pour un analyste de ces questions psychosociales et anthropoloqiques, c'est cette forte accentuation du lien dominant-dominés.

Il devrait quand même être troublant pour les sarkozystes de lire la frayeur que les paroles rodées et glaciales de cette homme véhicule dans les yeux de leurs congénères.

Quand les gens penseront enfin les uns aux autres afin que, mutuellement, aucun ne soit oublié ?
Y compris ceux qui n'ont "aucun mérite".
A part celui de naître libre et égal.
Il est évident que l'idéologie véhiculée par Nicolas Sarkozy (sûrement malgré lui) n'a pour objectif le bien de tous qu'à la condition préalable de produire plus de richesses, plus vite et pus intensément. C'est tout ce que ce candidat a trouvé à proposer pour garantir plus de richesses, alors que ça n'a jamais fonctionné avant et que la bourse mondiale, est au bord de l'effondrement.
Pourtant on ne pourra pas dire que cette politique n'est pas rationnelle et concrète.

C'est comme si la prochaine dévastation était devenu tellement évidente, qu'au niveau psychosocial des défenses psychologiques permettaient de produire de douces illusions... qui ne feront qu'accentuer le crash inéluctable de l'économie capitaliste, qui en demande toujours plus et en rend toujours moins, provoque des guerres dont on ne parle plus, ce qui est logique si on veut bien admettre que ce système est mal pensé.

8119_70423