La guerre culturelle au festival de Cannes

19 min

Manuel de Diéguez

1 - Un Indien d'Amérique
2 - La démocratie sous le regard de l''ethnopsychiatrie
3 - Mme Filippetti face à l'OTAN culturel
4 - Les Indiens sommitaux
5 - Saint Ambroise et Symmaque
6 - Les chrétiens et la question de la vérité
7 - De la survie de la civilisation européenne
8 - Les nouvelles hallucinations
9 - Le trépas du mythe de l'immortalité
10 - Demain, le génie de l'Europe de Personne

1 - Un Indien d'Amérique

Avec quelles complicités de l'Etat le festival de Cannes a-t-il pu projeter un film qualifié de français, Jimmy P., psychothérapie d'un Indien des plaines, mais parlant anglais, tourné aux Etats-Unis et produit par une entreprise américaine ? Le scénario, tourné par M. Arnaud Desplechin, met en scène deux étrangers, un Indien, d'un côté, que la guerre de 1940 à 1945 a gravement déséquilibré et que les psychanalystes du Nouveau Monde ne parviennent ni à guérir, ni même à soigner, parce qu'ils ne comprennent goutte à sa culture, et, de l'autre un acteur français censé imiter le fort accent hongrois d'un psychanalyste franco-américain, né juif roumain, György Dobó, mais qui abjura la religion juive, se fit baptiser catholique et prit le nom de Georges Devereux. A ce titre, le film le présente en personnage non moins étranger que l'Indien à la mentalité du pays d'accueil dans lequel il exerça son art jusqu'à sa mort en 1985. Ce polyglotte parlait le roumain, le hongrois, l'allemand, l'anglais, le français, mais il apprit également le maltais et le mohave, ces Indiens dont les mœurs et la sexualité firent l'objet de sa thèse de doctorat d'anthropologie à l'université de Berkeley.

Les autorités françaises d'aujourd'hui savent-elles que Georges Devereux avait fondé aux Etats-Unis, il y a une soixantaine d'années, une école de psychanalyse hyper superficielle, l'ethnopsychiatrie, qui avait connu une vogue passagère en raison de l'usage politique auquel son acéphalie la conduisait fatalement. Le sujet sain d'esprit se trouvait parfaitement immergé dans la société de l'endroit, tandis que le malheureux déviant se trouvait dangereusement guetté par la névrose et ressortissait aux soins attentionnés du faux disciple du grand Viennois. A ce compte, le spécimen à son aise sous le régime franquiste ou qui se portait comme le pont neuf sous les régimes nazi, stalinien ou sous l'inquisition géocentriste de l'Eglise du XVIe siècle permettait à l'ethnopsychiatrie américaine de s'épanouir à l'ombre de la sociologie mondiale, cette discipline de la neutralisation internationale des cerveaux et de la mise à égalité de toutes les cultures sous le bouclier d'une acéphalie universelle.

Naturellement, huit ans seulement après la paix de 1945 - le scénario nous transporte dans l'Amérique de 1953 - le Nouveau Monde passait encore pour l'Eldorado de la démocratie mondiale sur une planète libérée du nazisme. Mais, de nos jours, il est bien évident que l'expansionnisme cinématographique américain a le plus grand intérêt à retrouver les présupposés et les méthodes de l'ethnologie de Georges Devereux, tellement cette discipline est devenue pain bénit pour une thérapie politique enracinée dans le salut par la médiation du mythe de la Liberté. L'orthodoxie marxiste l'avait si bien compris qu'elle soignait au titre de malades mentaux les opposants au collectivisme rédempteur. L'eschatologique religieuse cadenasse nécessairement l'hérésie dans l'enceinte d'une nosologie déclenchée par le Diable et dont la foi brisera les barreaux. La pestifération et la malédiction vont de pair avec une incroyance dont le statut se partage entre le péché et la folie.

2 - La démocratie sous le regard de l'ethnopsychiatrie

C'est dire que les organisateurs du festival de Cannes sont tombés de bonne foi et en toute innocence dans la même catéchèse que Mme Nougayrède.

- Le journal Le Monde et la vassalisation de l'Europe, 4 mai 2013

Car l'honnêteté intellectuelle de Georges Devereux est au-dessus de tout soupçon, ce qui montre d'autant mieux que la méconnaissance des fondements anthropologiques du sacré se révèle la candide alliée des catastrophes qu'entraîne l'alliance de la sincérité messianique avec la naïveté politique. C'est pourquoi, et dans le même temps, le public du festival a applaudi de tout cœur et à tout rompre le producteur américain Harvey Weinstein, grand homme d'affaires, mais qui a chaleureusement approuvé l'initiative de Mme Aurélie Filippetti de tenter de sauver le cinéma européen de son naufrage dans une zone de libre échange artificiellement nivelée par la sociologie réductrice de notre temps. H. Weinstein rappelle que l'Amérique n'a acheté aucun "Western spaghetti", parce qu'il est "improductif de faire deux fois la même chose" et que la copie ne vaut pas l'original. Rome ville ouverte ou Le voleur de bicyclette, ajoute Weinstein, n'auraient pas été tournés si l'engloutissement du cinéma du Vieux monde dans un commerce international de marchandises indifférenciées avait conduit, dès la Libération, les identités nationales à l'anéantissement.

3 - Mme Filippetti face à l'OTAN culturel

Il est des thèmes cinématographiques à double ou à triple fond : si, deux siècles après Atala de Chateaubriand, l'Indien pur sucre d'Arnaud Desplechin est tombé malade d'une guerre messianique, donc inspirée par l' esprit de croisade de la démocratie mondiale et si le prophète de la nouvelle religion, qui s'appelle la Liberté, mène le combat désintéressé que l'on sait pour le triomphe universel de la Justice et de la Vérité sur les cinq continents, bref, si le nouvel apostolat est pathogène en diable, il est à parier que la guérison de notre "dernier des Abencérage" lui a fait retrouver la royaume du Beau et du Bien. Du reste, la sortie de ce film béatifique coïncide avec la conversion de l'université française à l'enseignement en anglais de la physique, de la chimie et des mathématiques, ce qui préfigure la neutralisation politique et culturelle de l'Europe par le relais de la neutralisation cinématographique.

Mais c'est dire également que, soixante ans après sa parution, L'Etranger de Camus entre dans la postérité littéraire et philosophique qui l'attendait; car, pour la première fois, le thème central et explosif de l'aliénation cérébrale des civilisations mourantes débarque dans le cinéma mondial, et cela non seulement le jour de l'inauguration de la plus célèbre messe annuelle du septième art, mais en présence de Mme Aurélie Filippetti. Cette rebelle est d'ores et déjà parvenue à rassembler autour d'elle treize insurgés de poids - tous les ministres européens de la culture, dont ceux de l'Allemagne, de l'Espagne et de l'Italie, donc des Etats les plus dociles de l'OTAN - afin de tenter de sauver l'identité du Vieux Monde face à l'offensive du cinéma américain. C'est dire que l'alliance de la guerre politique avec la guerre des cerveaux a commencé à Cannes et que les historiens retiendront le mois de mai 2013 pour celui du déclenchement des hostilités.

4 - Les Indiens sommitaux

Qu'en est-il du troupeau des intellectuels européens emportés par les flots d'un panculturalisme mondial, mais dans la masse passive desquels on repère quelques têtes résolument placées à l'écart de celles de leurs congénères. Il s'agit d'une insurrection des cerveaux fort distincte de celle de l'Indien et du psychanalyste Devereux, qui s'était fait naturaliser Américain? Selon le scénario d'Arnaud Desplechin, l'Indien du film finit par guérir en ce sens qu'il se trouve docilement réintégré dans la civilisation mondiale de la terreur commerciale. On recense néanmoins quelque deux mille encéphales européens dont le trépas imminent de la civilisation de la pensée critique aiguise les armes et effile le glaive de leur dialectique. Car ces Indiens-là bénéficient maintenant d'une distanciation dont le tragique n'a été pleinement identifié qu'il y a quelque douze décennies par un médecin allemand, un étranger et un malade, lui aussi, un certain Frederick Nietzsche. Pour avoir cerné et étiqueté la spécificité de la pathologie incurable dont souffrait la raison et la logique européennes de l'époque, ce Germain a été conduit à une folie inguérissable et au trépas après un long et douloureux enfermement de onze années dans un asile d'aliénés. Mais sa maladie a conduit les derniers logiciens du Vieux Monde à descendre dans le puits creusé à son insu par Georges Devereux.

Qu'enseignent leurs syllogismes? Que le parallèle entre l'Indien de Sigmaringen et l'Indien du cinéaste français résulte de ce que les deux pathologies ont en commun de passer à tort pour d'origine culturelle, alors que le terme de culture n'a pas le même sens en Europe et en Amérique. Mais le malade allemand avait été nommé professeur de grec à l'Université de Bâle à l'âge de vingt-neuf ans. On doit à la précocité de son génie le débarquement cataclysmique de l'étude philosophique de la maladie mentale dont souffre l'Université européenne - et cette maladie n'est autre que sa cécité à l'égard du génie.

C'est dire que le jeune Allemand a renversé le diagnostic officiel de la folie. C'étaient eux, disait-il, les nouveaux sorbonagres et sorbonicoles à guérir d'une pathologie doctorale déguisée en bonne santé. Il fallait en conclure que l'animal rationale rassemble des masses immenses de spécimens tenus pour savants, mais dont la démence collective leur demeure invisible. Qu'en est-il de la folie des Indiens sommitaux dont la race remonte à Platon?

Nietzsche fut le premier psycho-thérapeute de la civilisation européenne, celui dont le regard de l'extérieur sur l'encéphale de la bête a permis aux descendants du grand Athénien de démontrer qu'un seul cerveau sur dix mille environ se pose sérieusement la question de la vérité. Je me suis fait, ici même, le très modeste écho de ce psychopathologiste; et pour cela, je me suis contenté de rappeler la joute célèbre qui opposa saint Ambroise à Symmaque dans l'enceinte du Sénat de Rome en 384.

[- A propos des caricatures de Mahomet - Mort et résurrection de l'Europe de la pensée, 24 février 2006
- Lettre ouverte à Hubert Védrine sur l'avenir intellectuel et politique de l'Europe, 2 décembre 2002
- A propos d'un athéisme endormi Les troupes de choc du "Connais-toi" sur la piste du "corps" des dieux, 4 mars 2006]

5 - Saint Ambroise et Symmaque

Souvenez-vous des chrétiens de l'époque: ils entendaient expulser de force la statue de la Victoire du temple de la démocratie qui avait servi de théâtre à la célébration de tous les triomphes guerriers du peuple romain depuis Romulus. Face à cette profanation d'un millénaire de la mémoire des ancêtres, saint Ambroise faisait valoir un titanesque contrepoids: une grâce particulière du Dieu nouveau l'avait fait bénéficier d'une victoire cérébrale inouïe. Cet ancien préteur allait jusqu'à suggérer que les dieux cachés depuis tant de siècles dans le gosier des oies du Capitole auraient soudainement perdu tellement de leur crédibilité religieuse que, pour sa part, il avait mis la main sur un dieu unique, solitaire et définitif, lequel lui avait tendu une main secourable et avait remplacé sous ses yeux ses rivaux vieillis et exténués par tant d'épreuves. Pour sa part, il adorait désormais le vrai Jupiter, mais il ne s'expliquait encore ni pourquoi ce dieu avait tenu si longtemps à demeurer caché aux yeux de tout le monde ni à quel âge il avait décidé de monter à son tour sur les planches de l'histoire.

A ces observations appuyées de saint Ambroise - il était allé jusqu'à se moquer des dieux - Symmaque, préfet de Rome et ancien consul, n'avait en rien répondu par un examen de la seule question décisive, celle de savoir si les dieux existent ou non. Ce personnage considérable s'était même si peu interrogé sur le vrai et le faux qu'il avait mis toute sa véhémence à faire valoir la sainteté de tous les dieux du monde. Symmaque était "omnibus honoribus defunctus", c'est-à-dire qu'il avait connu tous les honneurs attachés aux fonctions publiques. Mais comment l'éloquence et les plus hautes magistratures enfanteraient-elles des prodiges célestes, comment un long usage des rites cultuels de Rome ferait-il surgir des dieux dans les nues et les rendrait-il respectables à souhait?

Mais lorsque le Jupiter de saint Ambroise connut à son tour de terribles revers aux yeux des nations et des peuples les plus divers - en 410, les barbares avaient non seulement mis Rome à sac, mais perpétré un massacre mémorable de citoyens fraîchement baptisés - il apparut que les neuf mille neuf cent quatre-vingt dix-neuf pour dix mille des cerveaux étrangers à la question du vrai et du faux avaient si bien laissé cette petite difficulté en jachère qu'ils retournaient maintenant à toute allure et en rangs serrés se pelotonner sous le sceptre des idoles qu'ils avaient laissé s'endormir un instant dans leur tête. Il fallait en conclure que la question de la complexion psychique, de l'identité cérébrale et de l'éthique politique des campeurs de l'Olympe dépendaient seulement du rappel de leurs succès à la guerre et qu'ils se contentaient de le rappeler rudement à leurs fidèles momentanément devenus négligents ou tombés dans une coupable inattention à leur égard.

6 - Les chrétiens et la question de la vérité

La question du vrai et du faux demeurait-elle aussi absente de l'encéphale de saint Ambroise que de celui de Symmaque ? Pour l'apprendre, écoutez le plus illustre élève de l'évêque de Milan, un certain saint Augustin, qui mit vingt ans à prouver, non point que le nouveau Jupiter n'existait évidemment pas davantage hors de l'encéphale de ses adorateurs que l'ancien, mais que la seule énigme à résoudre était de découvrir pour quelles raisons, dans sa bonté et sa sagesse infinies, le nouveau souverain du cosmos avait cru bon de laisser les barbares saccager tout leur content la capitale de l'empire le plus illustre qui eût jamais paru sous le soleil et pourquoi ses propres fidèles méritaient de se trouver exterminés par le glaive des païens. Et puis, les tueurs étaient-ils devenus dévots sans seulement s'en douter, ou bien était-ce en tant que pécheurs qu'ils accomplissaient les saintes volontés du nouveau Zeus?

Deux millénaires plus tard, la distanciation intellectuelle des cerveaux sommitaux évoqués ci-dessus ne les a pas fait sortir de l'auberge; mais la question de la vérité s'est déplacée vers un nouveau centre de gravité du monde. Certes, la multitude des animalia rationalia continue de toréer ferme dans l'arène de la cécité mentale de Symmaque, et c'est non moins unanimement qu'autrefois que cette masse immense se demande seulement si les trois dieux actuels sont culturellement adaptés aux territoires qu'ils sont chargés de cultiver ou s'ils les laissent désespérément en friche.

7 - De la survie de la civilisation européenne

Mais, parallèlement au jardinage exclusivement culturel du sacré qui permet à une espèce acéphale de laisser merveilleusement de côté la question centrale de l'existence ou de l'inexistence de ses trois Jupiter, le théâtre du vrai et du faux est devenu celui de la survie ou de la mort de la civilisation européenne. Car la cécité intellectuelle du Vieux Monde d'aujourd'hui le fait courir à l'abîme à un train d'enfer, si je puis dire, et cela sans que l'infime minorité des Indiens de Nietzsche aient conquis la plus petite chance de se faire mieux entendre qu'en 1883. Car toute l'humanité ne songe plus qu'à se procurer des recettes de cuisine; et personne ne tourne seulement un instant la tête du côté du gouffre vers lequel le navire court à toute vapeur. Cette disposition de l'encéphale des aveugles plonge le pourcentage des cerveaux cogitants répertoriés par l'Indien de Bâle dans un état para-pathologique tel qu'il leur devient de plus en plus lourd de combattre jour après jour pour leur propre santé mentale. Car aussi longtemps que l'unanimité de la folie qui frappe cette espèce condamnait seulement quelques Robinson à peser dans leur coin l'encéphale des Symmaque, des saint Ambroise et des saint Augustin, la question pouvait demeurer relativement inoffensive.

Je m'explique : certes, dira-t-on, des centaines de millions d'êtres humains croient dur comme fer qu'ils boivent physiquement le sang toujours frais et mangent bien crue la chair éternelle d'un ressuscité, certes, d'autres milliards de spécimens de cette espèce lisent jour et nuit un livre dicté par l'ange Gabriel à l'un des leurs sur cette terre, certes, un troisième Jupiter conduit ses adorateurs à reconquérir, l'arme au poing, une terre censée leur avoir été remise en mains propres par leur ciel il y a plus de deux millénaires de cela. Mais pour les têtes bien portantes recensées par Nietzsche, résidait dans la victoire tardive qui leur avait du moins permis de mettre leur charpente à l'abri des flammes: après des siècles de combat pour la survie de leur ossature, la majorité en folie avait cessé de brûler toute vive la frange des animaux de sens rassis.

Mais maintenant, une humanité plus plongée dans les ténèbres que jamais travaille au suicide des Etats et à la dissolution des nations, parce que d'immenses troupeaux courent à l'abattoir sous la houlette de leurs bergers aveugles, sourds et muets; et l'on cherche en vain les Indiens du cinéaste français qui auraient lu Symmaque, saint Ambroise et saint Augustin.

8 - Les nouvelles hallucinations

Voyez le sort de la pensée politique: n'est-il pas hallucinant que, depuis soixante dix-ans, personne ne voie seulement la mort passer à un train d'enfer sur les arpents d'une civilisation occupée par cinq cents forteresses, garnisons et camps retranchés de l'étranger, n'est-il pas hallucinant que personne ne voie seulement qu'une monnaie unique ne saurait régler durablement les échanges commerciaux entre des Germains disciplinés et des Latins dépensiers, n'est-il pas hallucinant que personne ne voie seulement qu'une volonté ferme et partagée ne naîtra jamais d' une Europe de cantons suisses artificiellement amalgamés, n'est-il pas hallucinant que Paris et Berlin ne parviendront à s'agglutiner que si, à l'image de Zurich et de Berne, le Vieux Monde se retirait de l'histoire vivante et se proclamait neutre à perpétuité, n'est-il pas hallucinant qu'à l'image des écrivains helvètes, qui ne peuvent se trouver édités sérieusement qu'à Berlin, Paris ou Rome, l'écrivain gaulois d'aujourd'hui se fait baptiser sur les fonts baptismaux de l'anglo- américain, n'est-il pas hallucinant que la littérature française ne se collète plus avec la "comédie humaine" au sein d'une société assiégée, encerclée étouffée par son silence sur l'occupation militaire de ses hectares, n'est-il pas hallucinant que les civilisations agonisantes ne voient même plus sur quel théâtre la tragédie se déroule, à la manière dont l'empire romain ignorait qu'on ne retourne pas avec nonchalance au règne des sénateurs du temps des guerres puniques après un siècle de présence d'une garde prétorienne sur le forum, n'est-il pas hallucinant que la classe dirigeante d'une civilisation luttât contre l'asphyxie de ses exportations et l'étranglement de sa production industrielle sans seulement se poser la question du prix du travail et de l'impossibilité de revenir à la charrue de Cincinnatus sous Tibère ?

9 - Le trépas du mythe de l'immortalité

Quel est donc le diagnostic du funèbre qu'attend une civilisation quand le corbillard passe à bride abattue sur le triple territoire du commerce, de la politique et de la pensée, sinon de se poser à nouveaux frais la question de la pesée de l'encéphale de l'espèce? Car les cerveaux intéressés par la connaissance du vrai et du faux sont tout proches de connaître une distanciation qui les rendra contemplatifs de l'inexorable et en fera les cinéastes de la fatalité.

Comparons le naufrage de l'élite intellectuelle de l'empire romain avec celui d'aujourd'hui. La Grèce vaincue avait produit de brillantissimes encyclopédistes. Mais s'ils éduquaient l'empire à courir d'un bout à l'autre du monde latin, du moins s'adressaient-ils en grec à leurs auditoires, parce que toute l'intelligentsia de l'époque n'accédait au vrai savoir que dans la langue d'Athènes. Rien de tel aujourd'hui: ou bien un cinéma artificiellement qualifié de français s'exerce à valoriser son folklore auprès des Indiens ou des Hongrois du Nouveau Monde, comme il est rapporté plus haut, ou bien nos cinéastes se cantonnent dans nos villages et tournent en rond dans leur dialecte. Faut-il imiter la fierté de Sparte, qui se réduisit à quelques bicoques ratatinées au bord de l'Eurotas plutôt que de jouer à Rome les doublures rabougries de la Lacédémone engloutie des ancêtres? Les sophistes en vadrouille n'ont rien créé sous la domination romaine, parce que seuls les peuples souverains demeurent intellectuellement féconds. Mais les Spartiates demeurés sédentaires et réduits au rang des Indiens d'Amérique, n'ont rien produit non plus.

10 - Demain, le génie de l'Europe de Personne

Tel est le choix de l'Europe face à l'inexorable. La fatalité du trépas l'attend à la fois dans les studios du Nouveau Monde et à Perpignan. Mais alors, n'est il pas temps d'enfanter une distanciation nouvelle entre l'homme et l'animal, n'est-il pas temps d'apprendre à regarder de haut et de loin la bête semi rationnelle dont l'intelligence embryonnaire n'ose pas encore se poser la question de la vérité, n'est-il pas temps de lancer la foudre d'un regard sommital sur un bimane infirme, n'est-il pas temps de se poser la question de la véritable nature d'un encéphale encore en gestation et qui se cherche depuis des millénaires sans jamais trouver sa véritable assise, mais qui se révèle si proche de rencontrer, au plus secret de lui-même, le Dieu du vide et de l'infini qu'il est à lui-même dans l'univers de Personne?

En vérité, le miracle d'une mutation radicale du regard de l'humanité sur elle-même s'est produit une première fois il y a seize siècles, mais au prix d'un millénaire et demi d'engloutissement des Lettres, des sciences et des arts : le christianisme a enfanté un regard tellement nouveau de notre espèce sur elle-même que l'âme du latin en a été changée. La langue de saint Augustin n'est pas encore celle de l'absence de Dieu et du silence de l'univers, mais elle respire déjà tout autrement et le souffle auquel elle obéit est inconnu de saint Ambroise et de toute la littérature classique. Seul le français pourrait retrouver l'alliance augustinienne de l'esprit critique avec l'élévation intérieure des mystiques de la nuit, seul le français pourrait fonder la spiritualité d'une espèce devenue consciente du silence de l'éternité.

Si tous les dieux extérieurs se révèlent faits de main d'homme, quelle revanche, pour une civilisation condamnée à quitter l'histoire volubile et bruyante, d'y rentrer armé d'une autre cervelle et de reprendre la tête de l'aventure de la pensée dans un nouvel univers ! Saint Augustin se riait du petit Dieu qui avait créé un monde de pacotille et qu'on n'avait pas vu se colleter avec la création de l'espace et du temps. La spiritualité à construire sur le trépas du colosse ridicule de la Genèse attend de l'Europe de l'esprit la fécondation du néant par le néant, du vide par le vide, de l'infini par l'infini - une mystique du trépas de l'éternité des ossatures nous attend.

Le 25 mai 2013
aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr