130309 9 min

Pirate = homme libre

On apprend sur internet que cette impression de vivre dans un monde de mierda n'est que le fait d'une aristocratie démoniaque qui cherche à s'emparer de la liberté des gens, mais que quand même, ce n'est pas partout comme ça, notamment là où l'herbe est verte.
Ce n'est comme ça que à la télé, les médias, dans Google, mais dans la réalité il y a des gens comme le révolutionnaire Hugo Chavez.

Ah quand même ça fait du bien.

Ah lala, chercher dans Google quand aura lieu l'enterrement et si on pourra y assister en direct, ou toute information dont on se pose la question, est impossible. D'abord il faut passer par les 50 pages de soldats du système qui nous obligent à entendre ce qu'ils pensent de la chose, que être libre c'est mal, que penser c'est dangereux, que les petits dictateurs on les vaincra, etc etc...

Au début ils voulaient faire un internet spécial, qui requiert une autorisation, et dans lequel il y aurait tout tandis que dans celui d'en bas il ne resterait rien, et où les soldats du système pourraient déblatérer de façon robotique tout en frappant ceux qui n'écoutent pas bien. Ils voulaient faire un internet sécure, tout en https.
Mais après ils se sont rendus compte que ça ne marcherait pas parce qu'il suffit d'en n'avoir rien à foutre pour que ça ne marche pas, alors ils ont décidé de tabasser à peu près tout le monde directement, et de faire de l'internet existant leur lieux à eux, où ils se sentent bien, et où la liberté c'est mal, et où penser c'est dangereux.

Et là je me suis mis à rêver d'un internet spécial normal, fait par les vrais gens qui existent réellement, pour qui la liberté est vitale et pour qui penser c'est la santé.
Un moteur de recherche qui dirait "tu ne veux plus voir de réponses de ce site tout pourri ? ok, clique ici". Franchement une telle option coûte zéro centime et zéro seconde de travail pour la mettre en place, mais bon, penser c'est mal.

Si on supprimait les médias-boliques des réponses des moteurs de recherche, ça serait du boulot, ok, mais quand même ça éviterait beaucoup plus de boulot pour chercher une information crédible. Et où on n'a pas à subir la férocité de l'ignorance.

Et dire qu'à chaque fois qu'on cherche un truc sur Chavez, il faut aller demander son avis à Le Parisien, le mec le plus con et gris du monde, pour obtenir une information logée au milieu d'une dizaine de considérations fallacieuses, disgracieuses, honteuses, insipides, insultantes, ignorantes, provocantes, démentes, blessantes, fatigantes, bref tout ce qui ressemble aux parisiens quoi.

Google est devenu infréquentable, c'est un soldat du système, il se considère comme l'élite de l'intelligence, organisé comme une agence, positionnée au centre du monde (C.I.A). Il n'y a qu'à voir comment ils recrutent et comment ils débauchent (grâce à des tests de QI). Être avec eux, c'est cool, c'est bien, c'est tout bénéfs, tu as accès aux tapis roulants gratuits, mais être libre c'est dangereux, c'est mal, c'est comme se retrouver tout seul dans la jungle face à eux qui plus est.

Et Vas-y Dailymotion, te gêne pas pour placer une pub par minute en plein sur les sous-titres de Chavez qui dit "Voilà ce que je lui ait répondu :" (pub).
"Et c'est ainsi que je me suis dit (pub).

Je t'entends, Hugo, les Yankees nous poursuivent, et nous les indiens d'amériques sommes poursuivis. Hugh.
Les pirates de caraïbes volent l'or que les espagnols ont volés aux peuples libres et pensants, dans le but de le leur rendre, mais c'est pas grave l'histoire dira aux enfants que les pirates étaient méchants, avec un oeil masqué, une jambe de bois, des dents en moins, le couteau entre les dents au cas où, et qu'ils étaient des terroristes très dangereux. Des antisionistes. On les reconnaît facilement.
Et les enfants gobèrent cela.
Ils en firent une tradition.
Les contredire c'est vouloir mourir.
Alors qu'en fait les colons étaient simplement hyper véner qu'on leur ait reprit l'or qu'ils avaient si consciencieusement volé aux peuples libres et heureux.
Ah on la voit d'ici l'histoire !

-

L'offre légale consiste à devoir absorber de force une information contrôlée, et payante,
tandis que l'offre pirate consiste à faire mouliner une information sincère telle un ingrédient dans une réflexion qui vient de loin.

Hey les gars, arrêtez tout, enfin moi j'ai arrêté tout, je regarde la télé.
Je sais pas si ils ont fait exprès ou pas, ou s'ils ne s'en sont pas rendus compte, ou s'ils se sont faits avoir, ou si de toutes manières ils ont simplement voulu profiter de la vague, mais il y un truc à la télé que je ne vais pas manquer, car ça me permet de ressentir la puissance de la beauté de la liberté, ça s'appelle ONE PIECE.

Tel l'ado que je suis, je m'imprègne de mes héros.
Chavez, Ok man je t'entends, je préférerai moi aussi mourir plutôt que pas parler sincèrement.
ça a été une longue éducation d'apprendre à se taire pour trouver un travail, il a fallu admettre des paradigmes tels que "s'ils sont en faute, laisse-les crever", "s'ls sont en danger, laisse-les s'en rendre compte et apprendre", "s'ils se trompent, souhaite-leur bonne chance, en focalisant ton esprit sur un mur blanc".
Mais bon je suis pas très éducable finalement.

A part quand c'est pour m'identifier avec un héros de la beauté de la résistance de la vie de Dieu sur Terre. De Jésus, oui j'ai appris. De Chavez, oui j'ai appris. Et de Luffy au chapeau de paille (Mugiwara), oh que oui j'ai appris !

*



La légende de Mugiwara


Nan mais vous autres, les gens consciencieux, vous êtes bon et humbles, mais vous manquez un peu de souplesse spirituelle pour pouvoir avoir la force d'être capables d'admettre en public que vous aimez des dessins animés.

Mugiwara gagne parce qu'il a la justice de son côté. Personne ne veut le comprendre, encore moins les soldats de la marine qui ont d'écrit "Justice" en gros sur leur cape.
Pour eux, c'est, au début, un moustique sans intérêt. Ils veulent le capturer car il est indiscipliné, insoumis. De son point de vue, il est seulement LIBRE et rien que ça et tout ça à la fois.

Quand la marine voit Mugiwara arriver en hurlant
- Laissez-moi passer !
- C'est impossible Chapeau de Paille, nous sommes une centaine de soldats face à toi !
- Très bien alors : Foutez le camp !!!
ils ne se demandent pas ce qu'il est venu faire, pourquoi, ce qu'il a en tête. Pour eux il c'est juste un ennemi qui refuse de comprendre que la marine c'est l'autorité, que Enies Lobby, c'est le gouvernement mondial, et que le défier ça revient à défier le monde.
Mais Luffy il s'en fout de tout ça, lui il vient seulement chercher sa nakama (j'ai bien appris le japonais, je connais ces mots par coeur), membre de son équipage que, en tant que capitaine, il a pour devoir moral et vital de protéger.
Si il venait à manquer à ses obligations de pirate, il perdrait tout, et si il doit perdre tout, autant perdre la vie !

Le Roi des pirates, c'est celui qui trouvera le One Piece, et pour se faire il faut parcourir toutes les mers, toutes les îles de Grand Line, et ne jamais perdre la face, ne jamais perdre sa liberté. Le roi des pirates c'est celui qui peut vraiment être libre parce qu'il peut aller partout, parce que partout il a des amis, et même ses ennemis finissent par être attendris par le courage indéfectible du Mugiwara.

La marine, le gouvernement mondial qui domine ce monde depuis 400 ans, (ce monde ultra futuriste ou ultra passé, on sait pas) les Shichibukaï (7 grand corsaires, pirates vénaux au service des puissants), ne peuvent rien contre la férocité et la détermination de la justice qui accompagne indéfectiblement l'homme libre et pensant.

Un pirate ? Des citoyens opprimés qui rêvent de liberté.
La marine ? Une justice qui n'est que celle des héritiers du trône, une famille de nobles aristocrates incestueux, bavant, protégés des microbes dans une bulle, qui tuent par plaisir, qui considèrent les humains comme une sous-race d'esclaves jetables.

Luffy ne cherche pas à combattre l'ordre existant, mais au cas pas cas, quiconque se met en travers de sa dignité risque fort de se prendre une rouste, quelle que soit sa puissance !
Et pourtant l'ordre existant va être chamboulé. Une nouvelle ère s'annonce, avec la mort du roi des pirates Barbe Blanche, le bon et généreux homme qui a presque désapprit à rire. Barbe Noire, un des nakama de Barbe Blanche, saisit l'occasion de prendre la place dominante, et représente tous les pirates qui croient en la fable selon laquelle être un pirate, par essence, c'est mal, et que de ce fait ils sont autorisés à tuer voler, et à donner cette acception injuste à la liberté.

Mais le vrai pirate, celui qui est vraiment libre, n'en a que faire.
Il le battra c'est sûr, car la victoire appartient aux hommes libres et pensants, car c'est comme ça que fonctionne la justice dans la réalité.

*

Histoire


Il y a vingt-deux ans,
Gol D. Roger, apprenant son cancer, se rendait à la justice.
Celui qui fut le roi des pirates, détenteur du One Piece, allait satisfaire les furie de ses tortionnaires, pour sauver son fils Ace, le frère adoptif de Luffy.
Le père de Luffy, Monkey D. Dragon (ah ces homme avec un D. dans leur nom !), est le chef de l'armée révolutionnaire qui couve le renversement du système injuste dominé par la caste des nobles.

Sur l'échaffaud,
Gold Roger (de son surnom) vit la foule venir se délecter de la mort du plus dangereux des pirates, tel qu'il était présenté par l'ordre existant.
Un homme dans la foule demanda :
- Hey Gold Roger, puisque tu vas mourir, tu peux nous dire où tu as caché ton trésor ?
- Ahahah ! Mon trésor ? Je vous le laisse !

Les bourreaux furent pressés d'en finir avant qu'il n'en dise trop.
N'ayant pas le temps de finir :
- Il est... Quelque part... Dans ce Moooonde !!!

Ainsi naquit l'esprit de la Liberté.



newsnet - Justice 130307