3 articles 15 min

Dernières nouvelles du laboratoire mondial des sciences humaines de Pékin

L'inauguration de l'observatoire chinois de l'évolution du cerveau humain

Avertissement

L'Occident des sciences humaines a prêté peu d'attention à la décision de Pékin du mois de juillet dernier de fonder un observatoire international spécialisé dans l'examen de la nature du rythme et de l'itinéraire des métamorphoses du cerveau de l'humanité - institut dont l'objectif sera la pesée continue de la notion d'évolution au gré des continents et des civilisations.

Aux yeux des anthropologues chinois d'avant-garde, cette initiative paraît dictée par les besoins les plus pressants de la raison politique de notre temps : la planète, disent-ils, ne cesse de se rétrécir, de sorte que les rouages et les ressorts qui commandent l'organe central de l'histoire - on l'appelle un encéphale - se présentent de plus en plus sur le devant de la scène internationale.

L'exposé détaillé des motifs qui inspirent le gouvernement de Pékin est bien révélateur de la spécificité du recul anthropologique nouveau qui seul donnera à la classe sociale des nouveaux mandarins de la Chine une distanciation durable à l'égard de l'intelligentsia superficielle de l'Occident d'aujourd'hui, tellement on y voit l'étude de la généalogie des mythes sacrés de type monothéiste féconder la géopolitique en retour. Exemple : Pékin explique que, même dans le cas - fort improbable - où Berlin, Rome et Madrid se décideraient à demander l'évacuation des troupes américaines du Vieux Monde un quart de siècle après la chute du mur de Berlin, l'Occident demeurerait néanmoins dans l'impossibilité politique de jamais débarquer à nouveaux frais sur la scène de l'histoire du monde et d'y retrouver son rôle moteur d'autrefois, parce que la France ne peut qu'irriter l'Allemagne par l'étalage de son ambition naturelle - liée à son statut de grande puissance régionale - de s'étendre en Afrique et dans le monde islamique, tandis que, de son côté, l'Allemagne ne peut qu'irriter la France à poursuivre seule ses ambitions industrielles et commerciales autonomes en direction de la Russie et de la Chine.

Dans un préambule argumenté, le rapport souligne, en outre, que plusieurs décennies avant la chute de l'Union soviétique, la Chine et l'Inde étaient devenues un marché potentiel fabuleux et indispensable à l'expansion industrielle et commerciale nécessaire à l'Occident, que ce marché compte maintenant deux milliards et demi de consommateurs sur le point de conquérir l'autonomie relative d'une nouvelle classe moyenne et d'exploiter une main d'œuvre immense et peu coûteuse, que l' autarcie de cette bourgeoisie naissante conduit à l'extinction continue des exportations indispensables à la prospérité de l'Europe sur le long terme, que cette situation entraîne d'ores et déjà le chômage massif du prolétariat au sein de cette civilisation, que la fermeture des frontières des pays occidentaux serait aussi suicidaire que leur ouverture actuelle aux torrents des produits de consommation courante en provenance de l'empire du Milieu, puisque un prolétariat condamné à l'oisiveté ne saurait acheter des produits chinois, même à bas prix, que l'éjection progressive du Vieux Monde de l'économie concurrentielle est inéluctable à terme, tandis que le marché montant, pour un demi siècle encore, d'un milliard de petits bourgeois chinois réduira inéluctablement le Vieux Continent à un désert économique, que le pôle de la civilisation de la pensée rationnelle, donc de l'intelligence critique du monde se déplacera en direction de l'empire du Milieu, à condition que le génie, d'ores et déjà réveillé des descendants de Confucius se porte rapidement à la hauteur de vues qu'exige la compréhension de la fatalité qui commande désormais la course du temps.

Il en résulte, aux yeux de Pékin, que si la Chine de la logique prenait la tête des sciences humaines sur les cinq continents, elle se ruerait dans une brèche grande ouverte depuis Platon, qui a observé le premier la dichotomie cérébrale dont souffrent les neurones d'une espèce scindée entre les sciences expérimentales et les mythologies religieuses les plus délirantes. De plus, il est bien évident que si le Vieux Continent, comme il est dit plus haut, ne retrouvera jamais plus le rang de guerrier des intelligences sommitales qu'il avait conquis de haute lutte au XVIIIe siècle, la cause la plus profonde en est que les décadences remplacent par les floraisons désinvoltes d'un multiculturalisme décérébré leur renoncement aux victoires sur le long terme de l'alliance des savoirs exacts avec les mathématiques. Mais comme, de son côté, la Russie persévèrera à creuser le sillon de la postérité romanesque et poétique du patriotisme mystique de Dostoïevski et de Tolstoï, seule la Chine donnera un nouvel élan à l'évolution du cerveau du monde. Du reste, à peine esquissé, le pacte entre le Brésil, la Russie, la Chine, l'Inde et l'Afrique du Sud illustre une prise de conscience stupéfiante de l'avenir promis à la planète de l'intelligence.

J'ai pu me procurer le premier rapport, daté d'octobre 2012, des géopoliticiens et des généticiens chinois d'avant-garde. Je suis convaincu que l'empire du Dragon nous enverra le Discours de la méthode des futurs Descartes de notre astéroïde en même temps que les trains à grande vitesse de demain. Je publie ci-après tantôt le contenu littéral de ce document, tantôt une brève synthèse des considérations intermédiaires qui en consolident la trame.

1 - Les malheurs d'une éternelle enfance
2 - Les fausses routes de la raison
3 - La servitude involontaire
4 - L'encéphale américain
5 - Les démocraties musulmanes
6 - La Chine de la pensée débarque en Europe

1 - Les malheurs d'une éternelle enfance

Les mandarins du IIIe millénaire considèrent que les animaux dont un verdict inattendu de la matière cosmique a déclenché la loquacité se trouvent réduits à la dernière extrémité par les pièges que leur tendent à nouveau les statues de pierre de leurs ancêtres, lesquelles s'entêtaient à mettre leur espèce en suspension à des altitudes fort diverses entre le ciel et la terre. Puis, nous disent les généticiens pékinois, les malheureux parents de cet animal se sont trouvés empêchés de porter remède à la fossilisation continue de leurs neurones en raison des révoltes obstinées de leur progéniture; car les enfants en bas âge se clouent d'instinct aux erreurs que leurs géniteurs ont rendues héréditaires. Comment l'enfance ne se trouverait-elle pas nécessairement dépourvue de la capacité de délégitimer d'avance les dires de ses aînés? Or, ceux-ci s'accordent encore à proclamer urbi et orbi l'existence d'un père mythique du cosmos qu'ils ont partiellement décorporé et vaporisé tout au long des millénaires. Pourquoi l'ont-ils prématurément installé dans le vide de l'immensité, sinon parce qu'ils ne sauraient, pensent-ils, attacher des chaînes aux pieds et des menottes aux poignets de leur roi imaginaire du silence et du vide de l'immensité.

Le rapport que j'ai en mains continue en ces termes. "De génération en génération, les ancêtres des humains ont pris grand soin de mettre leur Jupiter à l'abri dans des ténèbres impénétrables. Afin de mieux l'étoffer de l'épaisseur de leur nuit, ils se sont ingéniés à élever le souverain de leurs épouvantes et de leurs félicités alternées au rang d'un barde sonorisé par la densité même du néant chargé de leprotéger. Puis les pouvoirs exorbitants que les premiers effarés du cosmos ont accordé aux cordes vocales de leur Jupiter ont permis à leurs sorciers les plus habiles et les plus impérieux de répandre les œuvres complètes de leur Olympe sur toute la terre habitée; et bientôt les trois dieux manqués qu'ils se sont forgés sur l'enclume de leur immortalité revée sont devenus de plus en plus bienveillants à l'égard de l'ossature et de la musculature dans lesquelles leur microscopique créature se trouve enclose.

"Puis le glaive des docteurs les plus éloquents des songeries de la tribu s'est si rapidement aiguisé sur la meule de leurs délires que leurs orateurs des nues ont réussi à transmettre à leurs descendants une dialectique de la vie et de la mort de plus en plus minutieusement affûtée. Comment des enfants au berceau auraient-ils seulement tenté d'ouvrir une brèche dans la forteresse des dogmes en acier trempé de leur géniteur? Comment des cerveaux durcis avant l'âge par leurs emmaillotteurs ne se seraient-ils pas rendus dociles à l'école des récitations inlassables de leurs clergés? Comment des hérésies bien habillées auraient-elles jamais enfoncé au bélier les murailles des citadelles cérébrales des premiers évadés des forêts?"

2 - Les fausses routes de la raison

Voici la traduction mot à mot du texte chinois - je rappelle à nouveau que les mots changent de tonalité selon l'atmosphère dont la langue les enveloppe:

"La Chine moderne trouve dans Confucius et dans l'Eveillé les surplombs de l'intelligence de demain. Elle observe de haut et de loin que les récits de la pensée universelle sont devenus titubants dans le monde entier et que l' esprit critique de l'Occident vagit encore dans son berceau. Mais puisque la raison embryonnaire de cette civilisation a capitulé d'emblée et sans seulement engager le combat, et puisque les Etats qui s'étendent au-delà de notre grande muraille se sont tout de suite résignés à ne jamais fournir à leur population qu'une éducation bancale, en un mot, puisque l'aveuglement des dirigeants dans leurs langes a recouru à un silence têtu afin de conduire le plus maladroitement possible une jeunesse aux yeux bandés à l'extinction des promesses de sa lucidité, le XXIe siècle a pris un rendez-vous plus tragique encore avec la fausse pédagogie qui conduit l'Europe actuelle à l'agonie, parce que l'histoire des démocraties enfantines a achevé de démontrer que les cosmologies hallucinées font encore partie du capital psychobiologique d'un animal éberlué de naissance. Mais à peine l'espèce onirique et précautionneuse a-t-elle franchi quelques pas hors de l'enceinte du paléolithique qu'il lui a bien fallu se rendre à l'évidence que sa pauvre cervelle ne cesse de la précipiter dans les malheurs d'une éternelle enfance."

3 - La servitude involontaire

Le rapport poursuit: "Pour comprendre nos travaux d'observateurs de la gangrène qui dévaste la boîte osseuse de nos congénères, il faut savoir que le miroir du télescope géant que nous avons construit fouille le passé de l'encéphale de la bête bien au-delà du paléolithique supérieur et que nous ne sommes nullement désarmés pour remonter plus haut encore dans le temps. C'est un jeu d'enfants, pour nos scrutateurs de la raison simiohumaine, de révéler qu'en 1529, le simianthrope européen s'est soudainement imaginé que sa servitude politique et religieuse confondues étaient le fruit de sa volonté cachée. Cette erreur de perspective s'est révélée fatale aux premiers spéléologues occidentaux: pendant un demi-millénaire, leurs psychologues se sont trouvés empêchés de constater le caractère viscéral de leur auto-assujettissement involontaire aux commandements de leur propre masse cérébrale et de leur sujétion innée aux ordres de leurs gènes depuis leur origine dans le sylvestre.

"Aujourd'hui encore, si vous placez les évadés de la nuit animale devant un représentant de quelque autorité terrestre, même étroitement enclose dans l'enceinte d'une horde, d'une tribu ou d'une peuplade, ils en confondent immédiatement la musculature avec la légitimité et ils se prosternent spontanément devant l'alliance instinctive d'une force physique quelconque avec la validité cérébrale et morale qu'ils lui attribuent, tellement l'idée même d'introduire une faille entre une magistrature corporelle et la légalité qu'elle est censée incarner se révèle allogène à leur identité d'appartenance et leur semble sacrilège. Ce n'est donc jamais un besoin prétendument concerté et mûrement réfléchi, mais seulement une pulsion native qui les contraint à se prosterner devant des chefs qu'il suffit de leur montrer du doigt pour les armer d'une autorité sacrale."

Puis le rapport explicite les effets de la démocratie sur la géopolitique contemporaine. "Depuis que leur législation les contraint d'élire leurs dirigeants à l'écoute d'un décompte aveugle de leurs voix, ils se montrent plus effrayés que jamais par la nécessité que leurs constitutions leur ont soudainement imposée d'installer aux commandes de leurs sociétés des pilotes inexpérimentés et qui n'ont jamais de leur vie tenu les commandes des appareils dont ils se trouveront contraints de guider la trajectoire dans les plus hautes régions de l'atmosphère. De plus, les mécaniciens que leur suffrage universel fait monter pour la première fois de leur existence à bord de leurs machines privées de boussole ont consacré toute leur activité antérieure à de tout autres exercices d'apprentissage de la politique que de s'initier au guidage de leurs engins au milieu des nuages qui recouvrent la scène internationale. C'est dire que l'épouvante qui serre cet animal à la gorge le soumet à une panique d'entrailles sans remède, puisque le goût et l'usage de la servitude que la nature a gravés dans ses gènes le contraignent sur tout son astéroïde à jouer dans le brouillard avec sa propre survie et avec celle de ses congénères."

4 - L'encéphale américain

Les Chinois soulignent ensuite qu'il leur appartient maintenant de se livrer à un examen approfondi de l'état de la conque osseuse des joueurs aux dés, afin, rappellent-ils, que leur nation retrouve à bref délai le rang de guide universel de l'intelligence de l'humanité qu'elle a si heureusement occupé dans le passé: car, écrivent-ils, "notre civilisation demeure la seule qui ait toujours éclaté de rire au spectacle des dieux que les autres humains vénéraient sur telle ou telle surface du globe terrestre."

De plus, ajoutent les auteurs, "il se trouve que le monde entier démontre à nouveau que les fausses ascensions des civilisations vers des mondes imaginaires sont non seulement la pierre de Sisyphe de l'humanité, mais la clé antédiluvienne de leurs rechutes sans cesse recommencés dans la folie.

" Si, le 6 novembre prochain, lit-on dans le rapport, M. Barack Obama se trouvait réélu pour quatre ans à la tête de la nation la plus messianique du monde, il prêterait serment le 19 janvier de l'année suivante. A cette occasion, il se rendrait à l'Eglise la plus proche de la Maison Blanche, dont le hasard a voulu qu'elle se trouve consacrée à la sotériologie catholique. Or, cette religion paie à sa divinité le tribut de la chair et de l'hémoglobine jugés rédempteurs d'un homme mort il y a deux mille ans ; et ses fidèles croient manger effectivement ce corps ressuscité et boire effectivement ce sang toujours frais. Dans le même temps, le président renouvellera sa promesse de permettre le mariage entre eux des homosexuels, tant masculins que féminins, ce qui se trouve vigoureusement condamné par toutes les religions eschatologiques du monde. Le cerveau américain actuel est-il donc désordonné? Nullement : les pratiquants de ce culte ignorent le premier mot de la théologie du salut que professe la divinité à laquelle ils sont censés croire et qu'ils sont réputés adorer. C'est que le besoin de l'humanité actuelle de se placer sous le sceptre et le guidage d'un chef doctrinal du cosmos lui demeure tellement congénital qu'il s'exprime de siècle en siècle par le brandissement d'un totem appelé à donner à cette espèce flottante une identité collective de type emblématique. C'est pourquoi le cerveau américain salue des dizaines de cultes aux contenus doctrinaux incompatibles entre eux, mais soumis à un seul et même modèle anthropologique."

5 - Les démocraties musulmanes

" Dans toute l'Afrique du Nord, poursuit le rapport, nous avons pris acte de ce que le culte d'une liberté politique tenue pour universelle présente un modèle bi-polaire, mais uniforme et fondé sur une scission archétypique seulement un peu différente de celle à laquelle le cerveau de l'Amérique du nord sert de creuset. Le citoyen arabe choisit entre le moule de la raison dite démocratique que l'encéphale euphorisant de l'humanité actuelle sécrète sur toute la terre habitée et la croyance angoissée qui le contraint à se prosterner devant un paradigme divin toujours régional. Du coup, les corps électoraux d'aujourd'hui oscillent sans cesse entre un Olympe impératif et incandescent, donc conséquent avec les songes paradigmatiques qui gouvernent sa logique interne, d'un côté et, de l'autre, une raison dite pratique, mais ridiculement partielle et lézardée par une scolastique parareligieuse.

"Le cerveau schizoïde se révèle donc incapable par nature de jamais seulement apercevoir à l'œil nu et en plein jour les failles qui fissurent les murs mi-religieux et mi-démocratiques de ses édifices mentaux. En vérité, l'effroi qui frappe la civilisation mondiale au-delà de notre grande muraille se situe tellement au cœur de son anthropologie bancale que l'histoire de la "raison" elle-même se trouve officialisée par ses propres protocoles pseudo charismatiques, lesquels lui dictent en retour les verdicts de façade que sa cécité impose aux enfants dès les bancs de l'école."

6 - La Chine de la pensée débarque en Europe

Depuis lors, le Premier Ministre de la Grande Bretagne, David Cameron, a solennellement enterré le discours de Churchill en 1946 à Zurich, qui avait lancé l'idée des "Etats-Unis d'Europe". Du coup, la vassalisation locale a aussitôt repris le pas sur celle de la masse stagnante qui s'embourbait dans sa propre glu. Et l'empereur d'outre-Atlantique a aussitôt envoyé à Berlin son principal lieutenant, qu'il a chargé de féliciter vivement les Germains de demeurer le pilier militaire le plus discipliné et le mieux armé de l'empire en Europe; et la Germaine en chef du peuple de Siegfried a répondu par des vœux de "partenariat" économique plus actifs entre l'occupant et l'occupé.

Enfin l'ambassadeur de la Chine en France s'est rendu en pèlerinage à Colonbey les deux Eglises, et l'on a vu des soupirants vieillis aux pieds de l'empereur se détourner de son trône et confesser leur conversion au grand Gaulois qui avait redressé un instant l'échine de la France. Tout cela pourrait bien déboucher sur un débarquement de la nouvelle Athènes digne des enjeux exposés dans le rapport d'octobre 2012.

On remarquera que la seconde prestation de serment du Président des Etats-Unis s'est exactement déroulée de la manière prévue dans l'analyse chinoise.

Je remets à la semaine prochaine la publication de la suite du rapport.

aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr


articles affiliés ordre chronologique
19 min

Dernières nouvelles du laboratoire mondial des sciences humaines de Pékin (2) : L'inauguration de l'observatoire chinois de l'évolution du cerveau humain

1 - Rappel et résumé
2 - Jeannot Lapin dans le thym et la rosée
3 - Vers une nouvelle aporie
4 - Leur encéphale au télescope
5 - Le naufrage du sens commun
6 - La psychophysiologie de Dieu
7 - L'espéce dédoublée par ses sosies sacrés
8 - Le retour de Socrate
9 - La méta-zoologie
10 - Décidément...

1 - Rappel et résumé

Le lecteur se souvient de ce que, la semaine dernière, j'ai commencé la traduction et le commentaire anthropologique du premier rapport à usage interne de l'observatoire du cerveau humain de Pékin.

14 min

Dernières nouvelles du laboratoire mondial des sciences humaines de Pékin - L'inauguration de l'observatoire chinois de l'évolution du cerveau humain (3)

1 - Oratio pro domo
2 - A la recherche du réel
3 - La haute et la basse littérature
4 - La filiation naturelle et la filiation symbolique
5 - La procréation biologique et la procréation symbolique
6 - L'école de Pékin et la psychophysiologie des civilisations
7- Le génie de la Chine et l'Occident de l'abstrait

1 - Oratio pro domo

Un jour un chauffeur de taxi à l'accent espagnol appuyé avec lequel j'avais engagé une conversation animée me dit qu'il était de Sagayo, dont ce vantard de don Quichotte se prétendait originaire.