070318 2 min

ce qu'il faut croire

Trouver les bons scientifiques à croire...

ce qui m'a étonné c'est qu'après tant d'années d'absorption de toute question écologique dans le tampon de l'indifférence,
soudainement tout le monde se met en alerte maximale et par conséquent court dans tous les sens avec des cris horrifiés, sans rien savoir faire de concret.

L'alerte au réchauffement climatique fait toujours, mine de rien, les bonnes affaires du commerce tant qu'il repose sur la croyance en la vérité statistique.
Or la statistique (sujet philosophique) est une piètre ombre de la réalité. C'est sûrement la plus mauvais méthode mathématique existante, c'est à peine qualifiable de "méthode mathématique".

Et pourtant les gens se balancent des stats à la tête, enfin c'est normal vu leur imprécision.
Les stats ne reflètent pas l'ampleur des variations dont elles sont issues.
Et la psychosocialité terrestre (occidentale dominante) est aveuglée par cela, incapable de discernement, et bipolaire au point de passer de l'indifférence à la panique, directement sans avoir à se faire trop mal en se posant des questions.

Mais bon c'est déjà pas mal si chacun commence à économiser l'eau, l'électricité, à dénoncer les non-économies, etc... à cause de la pression sociale
Il y a plein d'inventions à faire pour grapiller.

Mais surtout la question amusante dans cette affaire d'alerte écologique à but lucratif,
c'est la croyance aveugle conférée à un quidam dès lors qu'il porte une blouse blanche.

A aucun moment, à part avec le film de Gore, je n'ai rencontré d'informations concrètes qui soient des mesures prises avec des thermomètres et répertoriées dans des bases de données.
Une fois ces données stockées (c'est l'informaticien qui parle) le "logiciel" de leur assemblage ne dépend pas de ces données brutes mais de la logique utilisée pour les assembler.
Ce qui en résulte est doit rester plurivalent,
assez incertain pour ne pas nommer une cause unique et ensuite se planter lamentablement en essayant de la rectifier avec puissance,
et assez logique pour rendre immédiats les changements majeurs que cette découverte invoque.

Notamment, changer pour un système social non basé sur la consommation superflue mais plutôt sur la juste répartition mathématico-statistique des richesses, me paraît toujours être le meilleur plan.

-8119