121222 8 min

La mondialisation du monde

version(s)
Il y a beaucoup de discussions autour de Pourquoi le système économique, Quoi modifier pour réduire l'injustice, Quel axiome offre la meilleure expression du problème qu'il faut résoudre... mais j'ai déjà résolu ces problèmes et la solution est inévitablement indubitable.
(Tout mon art ne consistera plus qu'à paver la conscience des fondements qui conduisent à cette conclusion qui est limpide)

On s'en moque de la valeur de l'argent ou de la finance, l'idée principale c'est celle du Droit, et de ce qui peut faire que le droit ne soit pas conditionné par les moyens.
Le Système dit "vous avez le droit légitime de posséder Si" alors que le droit dit "vous avez le droit de posséder, point.". Le Système se place au-dessus du droit car il le conditionne. Or c'est mal !

Le comportement des sionistes, qui sont l'expression la plus fumante de l'esprit du système injuste, est de dire aux palestiniens "vous n'avez rien payé pour être là, donc vous n'avez pas le droit" et ils ajoutent "Tandis que nous on a dû payer le prix fort pour être là".

La perversion de ce que le système soit au-dessus du droit en se permettant de le conditionner, c'est à dire d'en faire une variable, pousse les gens à devenir hitlériennement fous.

Si le système est injuste, ce n'est pas une phrase pour faire joli, c'est l'expression de ce que le système transforme les gens en criminels.

*

J'ai trouvé un site, freelancer.com, qui permet d'offrir ses services numériques à n'importe qui dans le monde, en étant payé en PayPal ou autre.

Oh la la quelle géniale idée.
J'avais proposé à l'ANPE de faire un logiciel pour mettre en relation les employeurs et les gens, mais ils se sont vexés.
En voyant ça je me suis dit "ça y est, depuis vingt ans on savait qu'un jour ça existerait", qu'un jour les gens vivront de l'informatique en travaillant chez eux.
Depuis le temps qu'on promet que l'informatique serait le principal job que les adultes du futur auront dû apprendre dès l'enfance (donc dès maintenant), maintenant on en a la preuve, et donc, les compétences vont exploser.

Cela implique une telle mutation de la société que, selon ce qui est le plus logique, à l'avenir le temps de transport vers son travail fera partie du temps de travail. Parce que la plupart des gens, eux, travailleront de chez eux. Ainsi il sera injuste de donner du temps gratuitement pour rien en le passant dans les transports. (ça l'est déjà mais c'est absorbé par le fait que l'employé doive faire preuve de dévotion).

Aaah j'avais l'impression d'être sauvé.
Mais comme dit mon ami Mr Yang Tout a une ombre, et en fait même j'ajoute que tout se cale sur la fréquence globale, grâce à l'Equilibrium.
De fait si on fait un truc bien ou mal, un autre opposé apparaît pour compenser car ce qui compte c'est la fréquence globale, l'état d'esprit des gens de l'humanité.
Si on la change ça ouvre la voie à des trucs Biens sans engendrer trop d'entropie-associée.

*

Et donc avec ce site on a l'occasion d'observer des émergences très pertinentes sur le plan anthropologique.

Bon premièrement, un paquet de dispositions optionnelles sont rendues obligatoires et on ne peut les obtenir qu'en payant, comme le fait d'obtenir des certificats de compétence. Evidemment.
Le gars qui a eu l'idée de ce site est sur une mine d'or, il n'a presque rien à innover, le commerce tournera ad vitam aeternam, ou au moins jusqu'à un service équivalent en GPL apparaisse.
(imaginons un monde où on donne les solutions plutôt que de les vendre, le site deviendrait, par émergence, une "bibliothèque des méthodes")

Mais surtout c'est la foire à l'empoigne, les gens se bousculent les uns les autres, de par le monde, pour répondre à la moindre annonce.

Aussi les employeurs demandent le top du top, un logo, un site web, pour des sommes de 30 à 1500 euros, là où un logo ça pouvait se vendre autant qu'un site, un prix à 5 chiffres.
Il n'y a aucune pitié.

Les gens proposent leur service et leur prix, ou peuvent répondre à un concours en faisant des propositions payées si le client est intéressé.

Je me souviens d'une recherche en logotique où on s'était mis à trois pendant plusieurs semaines, c'était pas du travail d'amateur ! On avait obtenu des solution super adaptatives et significatives (en design opérationnel). Là, c'est, j'ai vu, "cabinet de médiums cherche logo", je les ai trouvé drôles, ils doivent pouvoir le voir aussi bien que moi, le pictogramme d'une tête de bonhomme avec un wi-fi qu'émet sa tête. 0,26 secondes pour trouver la solution.

Il se passe aussi que les pays comme le Bengladesh et les Philippines proposent des solutions à prix défiant toute concurrence puisque leur devise est bien moindre que la nôtre (nous pauvres occidentaux adeptes du protectorat, complètement submergés par la mondialisation).
Et en plus ils sont très forts.

Déjà avec cet exemple au moins on a une application où s'avère exacte la théorie selon laquelle si les prix étaient les mêmes partout, ça arrangerait beaucoup de problèmes.

Et mon argument selon lequel c'est mal de prendre le job d'un gars qui en a besoin n'est valable que pour les faibles.
Les gens sont comme affamés, ils s'attaquent parfois de façon automatique à toutes les annonces qui sortent, faisant du service un marché aux puces.

Il y a un gars qui a posté un message de deux pages en anglais avec un code à rappeler dans la réponse pour savoir si les gens l'ont bien lu avec attention, et attention ! à peine 3 personnes sur 10 signalaient ce code.
(c'était très drôle comme test)

Ceci est le genre d'émergences qui apparaissent après avoir mit en place le service, comme pour en dépasser les limites.

Il y a aussi l'expérience qui nous susurre à l'oreille qui est le client chiant (le client qu'il vaut mieux d'éviter), et dans ce cas ils le sont tous, dans une posture de client-roi, autoritaire, sclérosé, hermétique à tout, et avec qui il est impossible de s'entendre, faisant qu'on doit toujours se méfier des appels du style "cherche personne pour faire un site comme celui-ci". Ceci, veut dire que le gars croit qu'il n'aura pas un bouton de souris à toucher. Il veut juste gagner de l'argent, pas "travailler".
Même si on ne sait pas quoi mettre dedans, même si on lui explique qu'il ne peut pas demander ça au concepteur du site, même si c'est logique. C'est pour ça qu'il y a une rubrique "disputes".

Pour avoir une bonne appréciation il faut choisir les bons clients. Le fait que le choix soit bilatéral est une toutefois très grande avancée.

*

Bref c'est très intéressant comme évolution, ça rejoint une thèse qui parlait d'un algorithme capable de scinder les problèmes en parties simples à résoudre qui seraient dispatchées sur ce genre de site où les gens iraient accomplir leur devoir, sans rien savoir de ce à quoi servirait le tout une fois assemblé.

Les gens du monde entier ont les mêmes chances au départ, même s'il y a embouteillage sur les clients, qui tirent les prix vers le plus bas possible, et qui, sachant ce qu'ils veulent, demeurent ignorants de ce qu'il leur faudrait vraiment.

Pour illustrer ceci il y a le gars qui veut créer un logiciel à installer sur son Pc pour essayer des habils, et un seul client a l'audace de ne pas réponde "500 dollars in 14 days, ok" ; Il explique que c'est une mauvaise idée et qu'il vaut mieux utiliser un Cms, ce que j'aurais dit aussi, parce que c'est plus évolutif et multiplateforme. (c'est finis les Os individuels)

C'est à dire que le service impose une distance entre le client et le prestataire, telle que d'une part, pas besoin de dévotion ou de léchage de bottes, et en même temps, le prestataire se moque totalement de l'intérêt du client pourvu qu'il soit content. J'essaie d'exprimer l'idée que le prestataire est placé dans un cadre où il n'a rien besoin de savoir de la société pour laquelle il travaille, un peu comme l'argent n'a pas d'odeur.

Impossible par exemple de "grimper les échelons" de la société, elle est complètement à l'abri de l'intrusion d'un de ces révolutionnaires qui cachent leur jeu le temps d'obtenir de la puissance. J'en ai vu une fois, dans l'agro-alimentaire, le gars avait inventé le pré à vache, vachement plus économique que les bâtiments de tôle. Et en plus, s'exclamait-il, "leur bouse fait pousser leur herbe !". Il disait "pour changer le monde il faut faire partie des puissants". Ben maintenant les puissants seront hermétiquement protégés des gens.

Il y a beaucoup d'annonces pour l'écriture d'articles aussi, ce qui est mal, parce que l'écriture devrait rester le lieu de la créativité faite avec le cœur et avec les tripes. On suppute la présence des lobbies, qui paient à coup de cravache les trouducs petits gars qui ont pour mission de trouver un truc à dire pour placer des idées prédéterminées.

Donc voilà, plein d'avantages et d'inconvénients, des espoirs et des usages qui se perdent, toute une éducation collective qui reste à faire, beaucoup d'énergie mise au service du système, qui je l'espère, une fois que tout sera en place, aura au moins eu l'avantage de créer les dispositions à partir desquelles les gens n'auront plus qu'un bouton à cliquer pour changer le monde.