121221 6 min

Le nouveau monde

J'ai vu passer un de ces articles qui parle d'un gars qui proclame partout, tout heureux et content, que pour changer le monde il faut d'abord se changer soi-même.
(et donc il change ses ampoules)

En fait il a tort. Pas de dire ou faire ce qu'il fait, mais d'en être content. Ok, comme condition préalable à obtenir le grade d'Humain, il faut en premier lieu 'savoir' se changer soi-même, ça veut dire qu'est capables de le faire. Cette capacité peut être avérée ou latente. C'est de l'ordre de l'auto-alchimie donc c'est très cosmique, de structurer sa pensée, lâchant prise un instant le temps qu'une nouvelle structure prenne le relais, ayant sa charge de mettre en relation les faits les uns avec les autres.

Je dirais ces gars sont de bon humains normaux.
Il faut voir ce qu'est la structuration. (donc bien apprécier l'instant)
Leur premier acte de nouvel humain du nouveau monde est d'agir.
Ils agissent immédiatement et sans attendre même sur le pus faible des leviers. Ils croient que ce levier est déterminant mais il n'est que symbolique. En tant que tel il n'est pas dénué de sens ni d'effet, d'ailleurs.

La structuration c'est ce qui vient s'intercaler entre l'intention et l'action à laquelle l'intention est destinée. Elle forge son destin. Avec le développement elle devient longue, périlleuse, difficile d'accès, mais pour déboucher sur une action qui n'en est que plus efficace.
En d'autres termes nos valeureux et bienvenus nouveaux humains font dans la facilité.

*

Il faut voir plus grand.
Ce ne sont pas les petits gestes du quotidien qui doivent faire l'objet d'une noble intention, j'aimerais que ce soient tous les gestes, le simple fait d'aller travailler qui constitue un bienfait pour l'humanité.

En fait les gens qui travaillent sont de foutus égoïstes, le monde peut s'enflammer, eux ils sont en sécurité. Ils sont bien aveugles.
J'entends d'ici leurs gémissements en lisant ceci "ouh le petit complexe de supériorité que tu nous fais là, tu fais rien de ta vie vie et tu médis ceux qui agissent à petite échelle ?".

Ma ce propos n'est pas l'office d'une belle structuration de l'esprit.
Regardez l'humanitaire, la chose la plus centrale dans la raison de constituer des états, est confiée aux bonnes œuvres de la générosité humaine alors que ça devrait avoir une position centrale dans l'organisation humaine, nommée "le Système".

Il va de soi que si l'activité humaine était profitable, tout le monde s'empresserait d'y participer avec la plus grande bonté du monde. C'est parce que c'est motivant qu'on peut puiser l'énergie nécessaire au génie humain. On ne peut pas se mentir à soi-même, le Système ne fait qu'offrir ce qu'il présente comme une compensation pour que le génie humain soit mit au service d'intérêts privés. Le système est bâti uniquement pour l'intérêt privé, tout en n'en ayant pas l'air parce que sinon ça brime trop la motivation ; c'est un système interpersonnel impersonnel.

Les échanges se font entre individus avec leurs propres estimations absurdes, et l'addition de toute cette activité produit l'immondice à laquelle on assiste, la guerre chronique, l'hypocrisie, la folie.
C'est parce que le système est défectueux que les gens le deviennent.
Un organisation humaine au sens propre du terme est la seule garante de la santé mentale de ses concitoyens.

Les gens qui vont travailler dans ce monde, bon il faut les comprendre ils en ont rêvé étant enfants, et une fois grands ils sont content d'y être. Mais ensuite le chemin ne se termine pas là, il fautencore le révoquer, le renier, pour mieux le détenir, et ainsi le contrôler.

Car c'est ça qui est voulu, avoir un contrôle sur les choses, sur le devenir de la nation humaine. Ce qu'elle veut c'est être maître de son destin. Vous croyez qu'ils font quoi les gens dans l'espace ? Ils ne sont pas au service d'intérêts, ils sont à la poursuite de leur destin.
Il est question quand on prend le contrôle de son destin, d'agir librement, avant qu'il ne se scelle.

*

Les grands rouages qu'on veut activer ne bougent pas d'une miette quand on active les petits. Ou alors c'est infinitésimal. Le Système force les gens à se croire heureux, jusqu'à ce qu'ils ouvrent les yeux sur un guide aussi inconséquent qu'incapable de suivre la moindre logique.

Même la voix du système que sont les médias-politiciens est contrainte de changer de cap à vue selon ce que les gens ont envie d'entendre, tout en étant déconnectée de son corps, qui agit de façon déterministe.

En fait même les "présidents de la république" (rien que cet intitulé devient une blague) peuvent avoir les convictions qu'ils veulent, Sarko aurait voulu faire pire et Hollande aurait voulu faire mieux, mais aucun n'a rien pu faire car le destin du monde est dicté par le Système.

Et les gens, soit ils sont aveugles car ils méditent leur éveil soit ils débarquent fraîchement dans le nouveau monde avec l'esprit vivifié d'une énergie solaire, et dans ce cas ils veulent agir en conscience.
On ne fait jamais mieux les choses que en conscience.

Il faut donc éduquer cette conscience en lui apprenant les effets produits par ses actes. Les endormis sont légitimement endormis par le Système puisqu'aucun de leurs acte n'a jamais eu le moindre effet, et donc leur conscience n'est pas éduquée, et n'a pas eu besoin de se structurer. C'est ça l'horreur d'un peuple en esclavage, on le prive de liberté en le privant du besoin de liberté, et au final, en les privant de conscience.

Les grands rouages que les conscients veulent voir activés sont ceux qui donnent un sens à leurs actes. Ils peuvent se tromper, viser trop court, militer du mauvais côté, mais ce sera toujours dans le but d'avancer en harmonie avec les grands rouages du monde.

On ne veut plus avancer avec les rouages du commerce interpersonnel, avec ses lois baveuses et sa culture de petit comptable.

*

Si c'est au peuple de l'offre et la demande de s'enquérir de la connaissance pour ne faire que les bons achats (se trouvant dès lors en situation de client du Système), alors autant lui confier directement la structuration de ce système. Et dès lors pourquoi ne pas s'organiser contre lui, en crant des réseaux de distribution parallèle, qui fonctionneraient de telle manière qu'en y participant, on ait l'impression d'être utile à quelque chose ?

De tels réseaux sont en train de naître et prendront de l'ampleur.
Et déjà il faut avoir pensé et établi comment ça doit se structurer, vers quoi ça doit aller, comment faire pour que l'humanité devienne maître de son destin.

Article parent : Les limites de la logique formelle