121220 4 min

Les limites de la logique formelle

La topologie des systèmes est la mise en oeuvre de la combinaison de lois.
Les lois elles sont cool elles sont formelles. On met du temps à les découvrir mais quand c'est fait on obtient des formules exprimables par les mathématiques.

Les fonctionnement eux, relèvent du fait de mettre des lois en rapport les unes avec les autres, et d'autant que la science a pu le découvrir, le résultat n'a jamais rien de formellement prévisible.

Dans le domaine des fonctionnements on a plutôt mieux fait d'utiliser des repères cycliques, des routines dont il faut définir la séquence d'événements, des mécaniques connues pour marcher, des méthodes, de la méthode, de la discipline, de la précaution dans la mise en œuvre.

Ce qui est joli avec les fractales c'est qu'elles sont la formalisation de fonctionnements. Elles concernent des activités dynamiques, changeantes, mais respectant un déroulement. Ce sont des algorithmes.
Elles sont parlantes d'événements visibles dans la nature, et plus on regarde plus on en trouve.

*

Déjà en premier on devrait poser les définitions, c'est à dire obtenir une ontologie des lois connues.
Puis dans l'amusement on devrait étudier les combinaisons deux à deux de ces lois, puis par trois, puis découvrir des chimies de lois.

Il est certain qu'on sait d'avance que la combinaison de deux lois en produit une troisième et qu'elle agit sur l'activité des deux lois mises en relation.
Donc déjà ça ne facilite pas le travail et ça explique pourquoi le plus souvent on est étonné par ce qui se passe.

L'exemple le plus basique est H+2O=H2O (si on considère chaque élément comme une loi distincte). On peut essayer avec des vraies lois : la gravité (combinaison de la masse et de l'inertie de la masse).

Si ce n'est qu'un paramètre d'une application, son effet dépend du reste des activités.

*

Ce que j'essaie d'expliquer est simple :
le principe du commerce, le système interpersonnel est l'expression de lois du type occidentale normée obtue euclidienne. Les gars ils ont des idées simples.
L'offre et la demande. De belles théories, bien rigides. De vraies lois, à part peut-être qu'elle ne sont pas le fruit de la science, mais d'une opinion provenant un esprit mal structuré qui découvre le monde. Ce sont des parties de lois plus vastes en fait. Mal comprises, elles sont toutefois utilisées comme socle du Système.

Et à l'autre bout de la chaîne, les fonctionnements et les déroulements offrent le spectacle d'une imprécision si grande qu'on pourrait croire voir le hasard en action.

C'est à dire que le cumul de lois simples, brutes et bêtes produit un monde simple, brut et bête, sauf que là le sens des mots a tourné.
ça ne produit pas du tout les effets recherchés : rien n'est lisse, réglé, paramétrable, logique, limpide, comme on s'attendait à ce que cela soit.

Comme si 1+1+1... = grosse bouillie de uns.

Le fait est connu, le tout est plus que l'addition des parties, mais ce "plus" mérite d'être clairement définit. La structuration de l'existant, son organisation au sein d'une procédure qui a été choisie pour l'économie d'énergie qu'elle génère, sont les nouvelles lois générées.

Et évidemment elles n'ont pas été prises en compte dans le socle du Système, qui se retrouve en décalage avec l'endroit où il aurait dû être. Comme si le socle d'une statut était déporté sur le côté, laissant la statue à moitié au-dessus du vide.
C'est l'évolution qui fait ça. Ah mais rien ne marche jamais comme prévu, c'est normal.

Ce qui est nouveau et très intéressant, instructif, c'est le fait que des lois simples engendrent une complexité inattendue. Et pourtant ce résultat est ce que nous voulons obtenir. Avoir un contrôle sur les événements consiste à agiter les lois simples qui produisent la complexité attendue.

Et cette complexité attendue n'est pas possible à posséder dans son esprit si il n'a pas la compétence pour s'occuper de concepts qui échappent à la logique formelle. Ce dont nous parlons là c'est d'éthique et de morale.
Les systèmes engendrent une morale, la morale doit pouvoir engendrer des systèmes, à force d'expérience.

La conception d'un système échappe donc à la logique formelle puisque les lois générées lui échappent. Puisqu'elles le sont a posteriori de la conception.

Si on veut retomber sur ses pattes il faut obtenir l'expérience dans la conception d'un système et que cette expérience profite au plus humble des hommes.