060203 7 min

Les interrupteurs complexes

La pensée est avant tout responsable de la simplification outrancière rendant impossible OU dirigeant les résolutions.

De prime abord on s'imagine toujours que c'est simple, ce qui est vrai si tant est que la simplicité doit corroborer ce qui est véritable, si elle veut être "juste" (=évidence). C'est donc le fruit d'un petit voyage dans la complexité, qu'on est amenés à découvrir si on veut résoudre les illogismes qui apparaissent ponctuellement.

Un interrupteur va proposer un choix parfaitement binaire et ça suffira pour engendrer la complexité, en raison du fait que cet interrupteur fait nécessairement partie d'un système plus vaste, et que pourtant il participe à son fonctionnement (pourtant = il ne nuit pas à son fonctionnement).

La simplicité de l'interrupteur est de la pure imagination, elle concerne le résultat obtenu, ainsi un être humain aussi complexe qu'il y paraisse peut ne jouer que le rôle d'un simple interrupteur, au sein d'une histoire dans laquelle il joue un rôle, réagit sous une impulsion, et engendre des conséquences.
Alors, on voit mieux que le terme d'interrupteur s'applique dans l'idée à un bouton off/on, mais dans l'idée seulement, car en fait c'est une jonction de boutons off/on au sein d'une écriture logicielle.

Dans la pratique voici l'exemple du plus simple des interrupteurs complexes, un booléen qui doit composer avec deux conditions, en fait, deux ensembles de classes de possibilités combinées ensembles, forment notre petit interrupteur complexe. (croquis des deux ensembles qui ont une partie commune = A et B deux réalités ontologiques qui sont vraiment des réalités pures, mais leur usage est la vérification avec les choses testées, donc inutilisables comme telles).

Être concret ça permet de mieux voir, (alors que l'exercice est de relativiser, être théorique) l'exemple concerne on va dire, un panneau sur la page que je ne veut pas voir s'afficher, quand on est sur une page de consultation, dans le cas où la nature de ce qui est consulté indique qu'il va y avoir un problème de superposition à l'affichage, en l'occurrence quand le format est supérieur à "840".

Si $page="consultation" ET si $format>="840", (une partie de l'ensemble A + une partie de B, je veux que quand ces parties coïncident,) alors le panneau cerné par cet interrupteur ne s'affiche pas ; ça c'est que je veux obtenir.
Donc en première approche, tout naturellement on se dira : ces deux choses combinées me permettent d'obtenir "ce que je ne veux pas" par le simple tracé de la recherche du contraire :

Si $page!="consultation" (différent, ne vérifie pas) alors l'affichage est permis.
Si $format>="840" l'affichage est également permis.
Donc je prends tous les ensembles non-$page et tous les ensembles non-$format, et ça indique quand la condition voulue est remplie pour permettre l'affichage. Notez que ça a changé l'ordre logique, de permettre l'affichage plutôt que de l'interdire, ce n'est pas la vérification d'égalité qui autorise, c'est la vérification de non égalité.
je veux cerner les moment où l'affichage est autorisé, et ce qui enclenche ceci, c'est de remplir les conditions que j'aurais trouvées par déduction.
Donc il n'est plus question de dire "si $page ET $format sont vérifiés", mais "si $page et $format ne sont pas vérifiés".

De là on aura tendance à chercher le radical Contraire de la formule "Si $page et $format sont vérifiés" => "Si $page et $format ne sont pas vérifiés" : ce qui est une erreur logique.

Petit Rober (c'est un pote) = "Contraire, adj, truc en opposition, si vous devez obtenir un contraire, c'est que vous êtes au coeur d'une problématique qui vous dépasse".

En effet il y aurait une solution intermédiaire, pour autoriser l'affichage en fait dans d'autres conditions qu'on aura oubliées du coup, en chevauchant les deux ensembles "ontologiques", notamment celle où, pour n'importe quel $format si la $page est une autre, l'affichage doit aussi avoir lieu = il faut recouvrir Tout l'ensemble A ($page) et Tout l'ensemble B ($formats) dans de nombreux cas de figure. Justement ce qui est écrit dans le logiciel ce n'est que l'exception, et son écriture définit l'application de cette restriction.

Cette solution intermédiaire serait de temporiser l'activité, en faisant se succéder les conditions, afin de déployer par écrit toutes les possibilités : IF $page=="consultation" => IF $format>=840, IF $format<=840 ; puis IF $page!= "consultation", pour lequel on teste les deux encore : => IF $format>=840, IF $format<=840.

Mais ça c'est la méthode qui date de juste après la création du premier Pentium en 1945, et juste avant la création des booléens en 1946.

Ainsi avec la pratique de nombreux connecteurs ont été créés, afin de faire exister les distinctions logiques nécessaires à l'accomplissement des processus, d'une telle façon qu'au bout du compte à un niveau au-dessus il existe de multiples écritures pour rendre le même calcul, en fait c'est la liberté de l'inspiration du rédacteur qui en décide, mais cette liberté est réduite au fur et à mesure que la complexité augmente, et au fur et à mesure que la performance grandit.
Ainsi le OR (ou), contraire du AND, permet de faire fonctionner une inversion de conditions (pour obtenir des non-conditions, ce qui assez prise de tête au début), qu'on aurait crue toutes simples de prime abord.

Le OR choisira l'une ou l'autre des conditions pour que le vérification soit valide (interrupteur ON), autorisant implicitement que les deux conditions soient remplies, ce qui presque non voulu. Sinon il y a un autre signe, c'est XOR, contraire de OR, qui force l'une ou l'autre mais pas aucune ni les deux "XOR" est le "ou" de notre vocabulaire usuel, voyez où il aura fallu aller le chercher. En effet au final, "Tout A", (n'importe quelle consultation) "Tout B" (n'importe quel format) et "Tout A et Tout B" (le format choisi dans la consultation choisie) sont à eux trois la solution qu'on cherchait, le contraire de l'exception. Ils ne sont pas "en même temps" mais "conditionnés" par l'écriture.
c'est ceci qui permet la concrétisation de l'idée initiale, sa réalisation dans la réalité. C'est là qu'on se dit "il fallait y penser ou le savoir".
résultat => if($page!="consultation" OR $format<=840) [ceci est une banalité]

Ainsi avec OR on aura créé un interrupteur complexe capable d'isoler une non[non-condition couplée à une autre non-condition], un ensemble dans un ensemble, indépendamment de l'ordre de vérification.
Au final, le panneau s'allume dans toutes les conditions, avec aucune, avec l'une ou avec l'autre, mais pas quand deux sont remplies simultanément.
Pour rappel, si on avait dit AND pour joindre les conditions, seule la simultanéité aurait fait office de déclencheur, ce qui est insuffisant (affichage uniquement si "les deux ok").

c'est intéressant de voir un modèle dynamique en fonctionnement cohérent avec le schéma de la NR20 dans la symbolique. c'est le schéma qui est symbolique, parce que la jonction "OU" = intersection veut dire qu'elle ne renie pas l'ensemble ne faisant pas partie de l'intersection, là où ET signifie la seule intersection.
Aussi on voit de quelle manière les deux ensembles peuvent fonctionner ensemble. Si ils sont "opposables dans la dialectique" ce serait vraiment une façon éloignée de dire la chose, le faits qu'ils soient tous deux des conditions combinables, et que la tendance à devoir choisir l'un ou l'autre n'est que le résultat de l'absence de méthode.

Ce qui est intéressant aussi est que les interrupteurs sont une écriture logicielle, qui a pour fonction de lancer ou non d'autres écritures, des fonctions, là où on localise normalement toute la programmation. Mais finalement on ne peut jamais obtenir une telle propreté, les fonctions d'un côté et les interrupteurs de l'autre, les interrupteurs comportent une part de programmation, et la programmation va parfois être obligée de faire appel à ces interrupteurs lourds en temps de calcul.
C'est parfaitement comparable à mon avis au cortex préfrontal si la partie des "inputs", doit avec ces derniers seulement déduire à quel processus ils sont destinés, et attribuer leur emplacement indépendamment de la connaissance du résultat que ça va engendrer, mais uniquement pas association dans une écriture simple à remanier, et lourde de conséquences.