121209 3 min

l'énergie du vide

suite à Éloge de la pensée critique
(se plaint que le changement, l'évolution est toute relative,
évoque le sens critique)
(et après avoir écrit Education révolutionnaire)

le vide n'existe pas c'est une vue de l'esprit
l'énergie du vide, le junk ADN, les pièces vides les jours de pluie...
(les terres palestiniennes)
et ce sujet très pertinent, l'absence d'effet de l'évolution,
jusqu'au jour du brusque changement,
quand les trucs inopérants se mettent à fonctionner ensemble,
le moment où l'aspérité du verre laisse s'échapper le gaz de l'eau
(ça fait des bulles de champagne)
(d'où l'intérêt des verres en cristal)
que cache le non-vide ?

la question du sens critique comme échappatoire à la menace du vide est pleine de bon sens !
il faut critiquer le vocabulaire utilisé pour chaque affirmation
c'est un devoir de critiquer aussi sévèrement que possible tout ce qui peut l'être
(c'est de la trahison de ne pas le faire)
sinon les rouages se grippent et le monde s'arrête
la liberté c'est la parole,
pas de parole, pas de liberté, pas de vie.
or la société confisque cette parole et inculque une parole officielle
la société est malade quand on se sent de moins en moins en droit de prendre la parole
"nul ne sera inquiété pour ses opinions"
ça voulait dire un truc que personne n'a compris,
qui se situe au niveau des réflexes (comme le disent les U)
réflexes qui sont harcelés par la parole officielle
la voix du système
tous les mecs qui parlent à la télé ainsi que leurs échos sont doublés par la voix du système
ils disent aux gens "ça y est, vous y êtes, nouveau job, nouvelle situation, nouvelle voiture"
venir dire après ça que travailler c'est mal, devenir riche c'est mal,
c'est mal ! le système a besoin de créer des emplois,
il trouve n'importe quoi pour arriver à ses fins,
et la pollution sera un nouveau chantier,
et ainsi va le Système
Parler c'est nuire au Système

tous ces cris d'exclamation pour dénoncer des dictatures imaginaires
n'est-ce pas le fait de la volonté d'occulter la dictature réelle
bien plus sévère, puissante et rugueuse que n'importe quelle enclave folle
puisqu'elle est globale, pieuvresque, insidieuse
on vit avec sans s'en rendre compte jusqu'au jour où on a une bonne idée
alors là vous voyez la réaction des gens
stupéfaction, incrédulité, menaces,
puis le vol, puis le coup fatal.
Ne pas parler c'est être le système.

même les politiciens doivent faire un job de bureau prédéterminé par le système
ils n'ont aucune liberté, l'histoire est déterministe
ils n'ont aucun besoin de sens critique, c'est trop risqué
le muscle est atrophié
(j'ai vu Obama, il est comme perdu, sans savoir quoi faire)
(je vois toujours en rêve les gens qui se font élire)
là les U parlent de gens robotiques
(qui détestent les robots et n'y connaissent rien)
aucun robot n'a l'impression d'avoir été programmé

je me souviens avoir un jour parlé de trucs préemptifs dans le cerveau,
mot inusité à l'époque
(des fois l'idée précède la réflexion)
(la liberté c'est d'agir Avant que la situation ne devienne déterministe)
1,5 million de morts après en Irak, tout le monde connaît le mot "préemptif"
"attaque préemptive"
comme quoi des fois parler c'est nourrir le système
qui fout le beau à la poubelle et trouve "beau" ce qui lui sert
et c'est ainsi que le sens des mots se dégrade considérablement
"démocratie"
ahaha
dit par le système ça veut dire autre chose quand même