121014 5 min

Psaume 121014 : La meilleure solution est souvent celle qui commence par « il suffit de »

L'histoire du rasoir d'Occam, le fait que la solution la meilleure soit la plus simple, a comme une tendance, une fois l'expression tombée dans les oreilles des mortels, à vouloir signifier la nouvelle méthode facile pour ne pas avoir à réfléchir. Mais ce n'est pas ça du tout !
C'est le summum de la réflexion et de l'intelligence que de pouvoir s'exclamer : "Il suffit de".

Et c'est toujours comme ça que ça se passe, les dictons, les principes, les usages, tout est possible à mécomprendre.
Notre époque est sans doute une des plus abrutie qui soit parce qu'en toutes circonstances possibles les mortels ne manquent jamais de mésinterpréter, trahir le sens des mots, des expressions, des usages.

Rien que pour l'histoire de la burqa, je ressens encore le besoin d'écrire à ce sujet, observant encore se propager le virus de l'interprétation frauduleuse du concept de laïcité, qui consiste à forcer les autres à faire ce qu'on leur demande pour qu'ils soient nazifiés, alors que le sens originel du terme de la laïcité a pour objectif de produire dans l'esprit torturé des gens un apaisement, un sentiment de paix, en leur confiant le secret divin de la vraie indifférence, celle qui consiste à produire l'indifférence par la puissance de son esprit.

Car c'est seulement au fond, dans le champ spirituel, que les gens sont indifférents. Ils sont tous l'expression du divin, de la vie elle-même.
Les corps sont les jouets d'esprits hauts placés qui ont besoin de faire des trucs (dont on ignore tout, quoi qu'on en devine la plupart).

Si on parle d'indifférence il ne s'agit pas, en retour et selon la tradition de la dégradation de sens produite par l'incapacité à raccorder idée et réalité, de devenir dépourvu d'empathie.

Il va de soi, ça tombe sous le sens, que l'empathie est une partie intégrante de la loi, et si loi il y a sur la laïcité, ce ne peut être forcément que pour encourager l'émotion d'empathie.
De ce fait (ceci est de la philosophie du droit) le sens conféré aux lois doit toujours prioritairement être celui qui participe aux sentiments humains, à l'empathie.

Regardez ces nazis modernes qui crient à la laïcité en stigmatisant des gens de sorte qu'ils se sentent traumatisés de simplement marcher dans la rue, et passent comme de sombres crétins moyen-âgeux complètement à côté du sens réel de la loi.

C'est vers eux que les coups de sifflets devraient se tourner.

Et leur dire, en terme de laïcité, l'intelligence commande qu'il suffit de se l'appliquer à soi-même en manifestant de la tolérance envers la différence, de montrer, même si on en n'est pas capables, un minimum de civisme qui consiste à rester poli.

Moi personnellement j'adore l'aventure, la nouveauté, et je suis toujours touristiquement content de voir des trucs nouveaux (les burqas c'est indigène). Mais bon y'a des préhistoriens que ça dérange, ils sont minoritaires, et comme souvent ce sont ces espèces minoritaires qui se retrouvent au pouvoir, et qui contaminent les esprit des gens avec leurs non-sens.
Ils leur apporte le trouble avec des lois qui étaient sensées être tournées vers l'empathie, et qui étaient sensée produire l'apaisement, grâce à la plus belle et naturelle des méthodes : l'explication rationnelle selon laquelle, la laïcité, c'est ce qu'on doit faire, pas un truc qu'on fait faire aux autres.
Ils ont commencé par les écoles et subrepticement ils essaient de placer les peuples en tant qu'élèves, qui subissent.
Mais la loi ce n'est pas ça, les lois civiles sont un corpus d'accommodements qui ont pour objets de produire, garantir l'unité. ça a le droit d'être difficile, mais pas opprimant. Le but n'est pas le confort, le but est la paix.

Le paradigme du téléspectateur est quand même le summum de l'occidentalisme qui déjà se croyait au-dessus de la nature, et qui aujourd'hui se positionne comme un faiseur de loi, qui dit aux autres : "faites comme ci, faites comme ça", de sorte à s'épargner le besoin de s'auto-questionner, afin de savoir rester debout mentalement, avec l'esprit fluide et vif.

Car, exempté de cette contrainte, baignant dans le confort intellectuel, ils continuent à parler, de "dicter" (dans des microdictatures qui conforment le réseau social), ce qui doit être fait plutôt que de se poser les bonnes questions pour avancer.

*

Et ceci nous mène au Système, la chose dont on aimerait bien pouvoir se placer en son extérieur, que le confort intellectuel conduit à pouvoir contempler de l'extérieur, alors que pendant ce temps les mortels redoublent d'astuce et d'ingéniosité pour trouver la solution qui guérira le système de sa désagrégation, en faisant le moins d'effort possible.

Alors on leur dit "c'est pour sauver le monde quand même les gars, dans cent ans il n'y a plus âme qui vive sur cette planète, vous savez ça ? Vous avez bien compris, l'idée ?"
Et la réaction à ceci est l'indifférence, celle qui devait servir à la laïcité, est finalement employée à la cécité mentale. Comme quoi ce n'est pas une moindre question, "ce qui est approprié".

Et à force de redoubler d'ingéniosité pour en faire le moins possible on s'imagine que, cela entraînant le cerveau à plus d'effort, ça les conduise à se dire un jour "eh dis-donc, pourquoi ne pas envisager qu'il faille faire un vrai travail de fond, capable d'englober toutes ces questions actuelles qui nous taraudent, et les fera passer au second plan, voire même les rendra caduques ?"

*

Alors Ok, à partir de là j'ai plombé un bouquin, pour dire en gros (je résume) : quitte à ce que l'argent ne soit plus liquide mais informatique (car les banques peuvent en créer), autant donner ce pouvoir de création au peuple, qui, réuni en comités de toutes tailles, délibèrent selon le Droit, la justice et la morale, quels sont les endroits, organisation ou personnes qui ont besoin qu'on leur alloue des crédits, c'est à dire des Droits.

Et soudain, boum, plus de concurrence entre robots et humains, plus de bonnes choses impossibles par manque de moyen, plus de mauvaises choses possibles par défaut de loi, plus de famine, plus de guerre, et en prime tout le monde est content. Et soudain les gens apparaîtront beaucoup plus beaux.

C'est quand même la solution la plus simple.
(Il suffit juste de virer les politiciens lol)