120905 7 min

Le prof d'infos

Les élèves arrivent au second jour de classes à leur premier cours d'informatique.
Ils sont encore dans l'esprit de la curiosité, de voir les installations, la tête du prof, d'estimer ce que va être leur année.
Ils s'installent, le prof est déjà présent, les regarde s'installer, certains disent bonjour, il leur répond individuellement.

Aucun mot n'est prononcé jusqu'à ce que s'établisse le silence, qui est attendu patiemment. Enfin, quand certains commencent à se demander pourquoi le prof ne dit rien pour les faire taire, il commence :

- Salut à vous, enfants de la Terre. Êtes-vous contents d'être vivants ?
Certains s'esclaffent. (c'est un peu craignos comme entrée en matière)
Il continue :

Leçon 1, c'est la seule phrase que je vous demande de noter mot pour mots : "Au début furent les systèmes de Boot".

Une élève demande : Excusez-moi, on ne doit pas faire les présentations d'abord ?
Le prof répond : Non, aucun besoin, c'est ça l'aventure !

Et un autre demande : Mais on ne doit pas faire un topo sur le programme, les bouquins à acheter, la taille et la couleurs des cahiers ?
Réponse : Non. Figurez-vous que quand j'étais au lycée on m'a mit 4 heures de colles pour, je cite : "arrive en classes les mains dans les poches". Bien là c'est ce que je vous demande.
Vous avez noté la phrase ?

Un autre demande : - Mais on la note où ? on n'a même pas de cahier ?
- Vous la notez où vous voulez, dans la tête c'est le plus pratique.

*

(contraire de flashback) Flashpost

Dans une salle des profs, ils échangent leur expérience du premier jour.
- Moi je leur avait préparé un questionnaire détaillé, c'est important de bien connaître les élèves, dit une prof d'histoire.
- Le prof d'info répond : Et eux, de la même manière, devront-ils se contenter de simples faits historiques ?
La prof se perd dans son café et s'en va ailleurs.

Un autre lui dit : "Tu devras quand même avoir un minimum de relations sociales ici, si tu veux t'entendre !
Il répond : Tu sais comment j'ai commencé la classe ? J'ai directement lancé la leçon 1, les présentations elles ont duré deux secondes.
Le prof de philo rit un coup et demande : Et est-ce que tes élèves devront se contenter de se faire inculquer un langage de machine ?
Il répond : Pas du tout, ils vont devoir le découvrir, l'inventer. Il leur faudra des années pour comprendre que la leçon 1, les systèmes de Boot, consistait à faire démarrer la classe ! C'est le plus important les systèmes de Boot !

*

Le prof demande aux élèves : Alors, qu'est-ce que vous pouvez dire sur les systèmes de boot ?
- C'est quoi un système de boot ?
- Très bonne question ! Il faut bien commencer quelque part, répond le prof.
- Alors c'est quoi ?
- C'est ce que je viens de dire, il faut bien commencer quelque part.

Les élèves sont un peu perdus.
Un autre dit : - Mais ça ne mène nulle part !
- Ah enfin et déjà, le cerveau brillant envoie sa lumière ! Dans ce cas, par où commencer ?
- C'est à vous de nous le dire !
- Niet ! C'est à chacun de vous de le savoir. Par quoi on commence un truc d'habitude ?
- Par les présentations !
- Exact, il faut bien présenter, être poli, aimable, facile à instruire...
- Et bien rasé !
- Non ça c'est pas obligé, ça ne sert à rien.

- Msieur c'est quoi un boot ?
- Merci mademoiselle de votre souci de ne pas vous retrouver larguée dès le premier cours. Souvent le largage trop précoce conduit au krash.
C'est une question très importante qui vient d'être posée, peut-on continuer ce cours sans savoir ce que signifie le boot ?
- Ben sinon personne ne comprend de quoi on parle, là.
- En effet. Les termes que nous utilisons déterminent si on est accroché à ce qui se passe ou si on est largués. La plupart du temps quand vous êtes largués c'est simplement que vous avez loupé un mot, une idée, ou un concept, et du coup plus rien n'a de sens.

- Est-ce que vous comprenez quelque chose à ce qui se passe dans le monde ?
- Dans le monde ? Mais quel rapport ?
- Répondez simplement, à voix haute ou intérieurement, est-ce que ça vous intéresse, ce qui se passe dans le monde ?
- Nan !
- On n'y comprend pas grand chose, dit un autre.
- Il n'y a rien à comprendre ! dit un troisième.

Le prof continue :
Wow, c'est bien de naviguer dans les hautes sphères de la philosophie, mais ne pars pas trop haut quand même sinon on ne t'entendra plus !
Eh bien n'attendez pas de moi que je réponde aux questions que je vous pose, sinon je ne vous les poserait pas ! Vous comprenez ce qui se passe dans le monde ?

- Et vous, vous y comprenez quelque chose ?
- Oui bien sûr, j'ai tout sous contrôle.
- Alors donc comprendre c'est contrôler ?
Le prof : Ah magnifique celle là ! Eh les gars quand vous entendez un truc que vous ne saviez pas notez le bien,
mais attention, il ne suffit pas que ça subsiste dans votre mémoire, il faudra aussi savoir où est stockée l'information dans la mémoire, pour pouvoir y accéder de façon automatique.

Comprendre sert à contrôler, on ne peut rien contrôler sans comprendre : à quoi cela fait-il référence ?
- A tout et rien.
En effet mais comme tu es à l'école et que tu entends ça pour la première fois, à quoi ça peut te servir de le savoir ?
- On se le demande toujours !
Mais en pratique ?
- ça dépend de chacun.
En effet, vous construisez votre propre langage informatique, vos propres références, qui vous permettent d'accéder à des informations pourtant publiques.

Parlons alors du contrôle, vous allez en avoir plein, ceci est déjà un premier contrôle, et je vais vous estimer !

- C'est un contrôle ? demande une fille, un peu alarmée.
Oui tout à fait, vous serez notés. Par exemple cette question vous rapporte moins un point !

Que se passe-t-il quand on ne contrôle rien ?
- On se fait arnaquer.
- C'est qu'on n'a pas assez d'informations sur ce qui se passe.
- C'est parce que la définition des termes est insuffisante. (précise un autre).
- C'est qu'on est largués ?

Qu'est-ce que vous faites quand vous arrivez au milieu d'un film et que vous ne comprenez pas l'histoire ?
- On le remet au début ? (les élèves ont l'art de répondre par l'interrogative au cas où).
Et si jamais vous regardez le début après la fin, est-ce que ça suffira ?
- Pas si le film est bon.
En fait tu auras des indicateurs que le film est bon, bien que ce soit moins agréable à regarder. Il se peut aussi qu'il soit bien meilleur qu'il en ait l'air, ou au contraire qu'il soit comme un coquille vide, avec plein d'effets spéciaux, la musique à fond, et au fond, rien d'intéressant.

Alors, au niveau informatique, c'est à dire au niveau du langage, comment s'exprime l'idée qu'on puisse être largués, qu'on n'ait aucun contrôle ?
- Qu'il faut tout reprendre au début ?
- Qu'il y a des actions qui sont sans effets.

Ah ça c'est bien, on s'approche là. Le mec il fait un truc mais rien ne se passe ! Si c'est pour comprendre une histoire, il s'imagine une théorie mais elle ne colle pas... finalement, après avoir testé.
Si vous voulez vous accrocher à la locomotive du temps, qui présente les événements de façon séquentielle, indépendamment de leur importance, alors que vous avez raté le début, quelle est la première chose à faire ?

- Définir les termes.
Bravo ! Du premier coup ! L'humanité qui a compris ça vient de faire un grand pas en avant ! Elle ne connaîtra plus de guerres ni de malheur !
Une bonne réponse comme celle-là permet de gagner beaucoup de temps.

*

Bon c'est assez pour aujourd'hui.
Nous avons parlé de notions aussi rudimentaires que vitales, il faut beaucoup de temps pour les intégrer.
Notez juste qu'un système de Boot c'est ça, c'est ce qui formalise les définitions auxquelles on doit faire référence pour pouvoir s'accrocher au train séquentiel des événements qui vont arriver.

Vous pouvez consacrer la demi-heure qui reste à faire ce que vous voulez !