L'esprit de la société

120904 11 min
Il y a quelque chose d'épouvantable dans la campagne américaine de Romney.
Les gens qui l'applaudissent sont complètement cons.
L'odeur qui se dégage est la même que celle de Bush ou de Sarkozy, c'est celle de la dictature, de l'ivresse du pouvoir, et de forte courbure de l'échine qui est attendue de ses sujets. Que les gens puissent aimer un milliardaire qui a une opinion complètement déglinguée sur le monde, est le plus hautement inquiétant.
Ce n'est pas tant son opinion pourrie qui est dangereuse, ou l'immense minusculité de son esprit, que cette fameuse odeur nauséabonde qui émane des gens qui applaudissent ça, comme s'ils désiraient ardemment qu'une soumission intense prenne le contrôle de leur vie. Comme s'ils avaient déjà perdu leur liberté, leur pensée, leur individualité. Comme s'ils ignoraient leur raison de vivre, et qu'ils attendaient qu'elle leur soit octroyée. Ils applaudissent, fous de joie, parce qu'on leur promet de leur donner une raison de vivre.
Ils se moquent complètement de ce qu'il dit, ils sont subjugués par l'idée qu'ils cultivent.

Cet esprit que j'arrive à peine à évoquer, est le même que celui qui constituait tout le fond de commerce de Sarkozy, ainsi que de Bush. Les gens disaient, dans les manifs pour supporter Bush, je cite : "Obéissez à votre maître" ou encore, un truc du style "les gens doivent se soumettre à leur maître". Ils le disaient haut et fort, et criaient "USA USA".

*

Ils représentent le parti des gens qui ont été éduqués aux films violents américains, ceux où rien n'est logique dans l'histoire, où les meilleures choses à faire, ils passent à côté systématiquement, où les meilleures choses à dire, ils sont incapables de les dire, et de là provient toute la tension nerveuse qui est stimulée pendant le film, et à la fin, la chose qui vient libérer cette tension nerveuse, c'est l'usage de la violence maximale, la rage absolue, le héros diabolique qui combat pour le bien de la tension nerveuse du spectateur.

Cette scène a été répétée dix millions de fois, les gens ont été abreuvés par ce schéma depuis leur naissance, c'est quasiment comme une religion maintenant, c'est ce en quoi ils croient avec le plus de ferveur.

On le voit, les américains psychopathes se créent eux-mêmes des situations d'extrême tension nerveuse, en étant le jouet de berlues burlesques, auxquelles personne dans le monde ne croit à part eux, et ce qu'on craint le plus c'est qu'ils passent à l'action, selon la seule méthode qu'ils connaissent, la violence maximale.

Ils sont tellement cons.
Il faut pas leur en vouloir ils ont seulement quelques centaines d'années.
C'est un peuple jeune.
C'est comme Israël avec qui ils s'entendent très bien, qui a 60 ans seulement, alors ils en sont encore à l'inquisition, du point de vue évolutif.

*

Enfin bon.
J'ai commis des erreurs dans mes cheminements, et comme mes articles les retrace, certains d'entre eux peuvent en témoigner.

Pour être capable de vaincre par la raison ses propres erreurs il faut déployer une énergie bien supérieure à celle qu'on avait mise en œuvre au moment où elles ont lieu. C'est pourquoi il faut aussi faire preuve de tempérance dans ses actes et ses propos. Ils n'ont jamais à être maximaux.

Au cas où s'avérerait vraie la théorie selon laquelle devient réalité ce sur quoi on focalise le plus, il vaut mieux ne pas trop croire que le monde est pourri, foutu, que le point de retour a été franchi, que tout espoir est perdu. Évidemment, direz-vous, mais quand même souvent on se le dit.

*

Il y a eu des moments d'espérer, que Keshe libère le monde en apportant des technologies du futur, qui permettent de se libérer de l'énergie fossile, et donc finalement de libérer le monde. On sait bien dans les milieux relativement ufologiques que ça fait très très longtemps qu'existent des moyens de donner de l'électricité gratuite à tout le monde, de faire pousser des forêts dans les déserts, d'en finir avec la famine, tout en prenant les mesures que la logique impose telles que la limitation des naissances, de façon équitable. Cela, finalement, constituerait un antécédent, pour dire "ah tiens donc, une loi peut être la même pour tous, dans tous les pays, pour une raison purement logique, et complètement indépendante de toute idéologie ?" "Quelle grande nouveauté !".
"Et il n'y a pas d'autres domaines où on pourrait agir comme ça, maintenant que l'idée a été lancée ?".

Et puis finalement l'effet produit par cet espoir est l'abandon du combat, si tout est réglé et s'il n'y a plus qu'à attendre. Surtout si ce sont des gens bien qui s'en occupent. On pourrait même croire au libéralisme, qui remplace les états, puisque les gens sont gentils. Or qu'est-ce qu'un effet produit sinon le but de la manœuvre ?

Ensuite il y a eu la menace des extra-terrestres qui utilisent à nos dépends le principe du commerce. C'est une faille tellement gigantesque que n'importe quelle civilisation USA-tique (colonialiste) s'empresserait de la saisir. Les gens sont hypnotisés par ça, croient vivre en démocratie alors que c'est une dictature (au sens moderne, qui vient de nulle part, et où on peut accuser personne), sont programmés au plus profond d'eux-mêmes à ne pas être capables de s'interroger sur le principe du commerce, alors ainsi donc : voilà le plan, pour qui veut piller la Terre. Voilà les faiblesses.

Mais comme je l'ai dit les craintes peuvent devenir réalité ; il y a un certain charme à vivre heureux et insouciant, et à brasser la joie de vivre autour de soi. ça a un certain effet. Ce n'est pas vain.

*

Je crois que le reproche fondamental qui est fait aux gens que nous sommes, dans les médias alternatifs, c'est que quelle que soit la société on serait toujours placés du côté alternatif. C'est peut-être une chance pour nous que cette fois-ci la société soit aveugle, corrompue, et dangereuse, car si elle était en paix on ne pourrait peut-être pas non plus s'y mêler.

Il y a des gens que j'admire qui ont une capacité innée à entrer dans le système, à faire siennes les règles du système, à considérer cela comme une joie, et à considérer leurs succès comme la preuve de leur bonne santé. Ils s'associent à la société, pensent comme elle, vibrent avec elle, lui octroient une sorte de dévotion qui est celle des plus proches amis, un lien de confiance, de dévotion, et d'amour inconditionnel. Ils sont même prêts à mentir pour elle. (moi je n'ai jamais fait ça même pour un ami).

Si la société n'était pas malade et complètement aveugle et méprisante envers les plus évidents fondements de la vie, ce serait bien d'être comme ça.
C'est comme ça que les médias veulent que les gens soient. C'est ça le pouvoir en place. Les mecs jouent leur rôle indépendamment du monde réel. Et comme si le monde était en paix, comme si tout était normal, pacifique, magnifique, ils s'offusquent à propos des penseurs libres.
Et le plus névrotique des reproches qu'ils peuvent leur faire, est de ne pas savoir s'associer à la société.

(Alors que ce sont les seuls qui la sauvera)

*

A propos des sublimes promesses de la technologie,
attends, je te montre la photo de la voiture volante :





et toutes les belles choses qu'il est possible d'avoir
(là j'ai pas la photo de la famille chinoise partie d'un bidonville et qui fini dans un appartement de luxe absolu, où tout est domotique, les véhicules électriques, un village Eurêka dans la ville, fermé par des hauts murs et dont l'entrée et la sortie sont contrôlés atome par atome, qui appartient à une firme genre Samsung - Dans cette ville ils doivent travailler 18 heures par jour pour faire bonne impression)

Ou alors si tu veux je te montre la photo que tu connais par cœur, de la villa de luxe avec un jardin magnifique et splendide, avec toutes les espèces d'arbres et de fleurs du monde, où les enfants ont toujours des activités nouvelles et amusantes, avec la piscine olympique d'eau potable chauffée, des espaces somptueux car inutiles quoi que luisants, pas une poussière sur les étagères, bref...

Personne ne se dit par exemple qu'il pourrait mettre à profit une partie de sa propriété privée pour le public...
Je j'avais cet argent c'est ce que je ferais, je créerai un espace public, où les gens pourraient se rencontrer, flâner, avec des chambres, des salles, des jardins, et du personnel, le tout complètement gratuit. Il se ferait dévaster en moins de deux mais c'est pas grave, si t'es riche tu remets à neuf quand tu veux. L'idée se propagerait, et la dévastation serait remplacée par l'habitude. ça aurait des effets, certains négatifs, mais au moins on aurait essayé quelque chose dans le seul but de faire plaisir aux gens.

Enfin bon, ceci pour dire, la richesse, l'opulence, l'abondance, tout ce qui a été confisqué aux peuples en accord avec leur flagrant désir de se faire dominer et piétiner, ne serait-elle pas plus joyeuse si elle était partagée par tout le monde, accessible à tous ?
Quel plaisir sadique peut-on avoir à vivre dans le luxe en se sachant extrêmement privilégié, en sachant que les autres doivent trimer pour gagner le droit d'acheter les calories qu'ils viennent juste de brûler ?

Des fois on se demande quand même.

*

Par contre si c'est un magasin alors là aucun problème pour pénétrer dans une propriété privée. Personne n'a l'impression que c'est une propriété privée.
Et dans cet antre les propriétaires font ce qu'ils veulent, de façon associée.

Ah oui j'en viens à la question du commerce : ils disent "les prix les plus bas", mais en fait ils disent "les prix qu'on veut". D'un magasin à l'autre les prix changent, d'un pays à l'autre ils changent encore plus, selon la quantité, la tête du client (l'Allemagne allait même offrir des sous-marins nucléaires en cadeau à Israa), et de cela émerge une réalité, qui est infecte, car elle est à l'opposée du principe d'une loi qui serait la même pour tous à cause de la simple raison.

C'est l'expression de la loi du plus fort, c'est son neuveu en quelque sorte, c'est la loi de la chance. Quand quelqu'un obtient un meilleur prix, c'est un privilège, il ne dit pas aux autres "hé les gars voici la combine". Il veut se sentir privilégié, le client. Et donc forcément du coup il est d'autant plus arnaquable. Mais apparemment il aime ça, en tous cas c'est tout ce qu'il mérite, puisqu'il ne pose pose pas les bonnes questions. C'est ça le libéralisme. Son adage c'est "si tu as tort d'acheter, tant pis pour toi, le principal est que tu aies acheté !".

Je veux dire, avec cette idée du magasin qui propose "les meilleurs prix" vient automatiquement l'idée selon laquelle, le client, il n'a qu'à se débrouiller pour obtenir les meilleurs prix. Si il le faut il n'a qu'à aller d'un magasin à l'autre, faire des comparatifs, croiser les données dans un tableur, et tout ce travail, si jamais il le fait, il n'a pas d'obligation pour le partager avec les autres.
Bref c'est chacun sa merde.

Là où je veux en venir,
(suivez le cheminement)
c'est à Marinaleda,
le pays le plus intelligent du monde, où tous les salaires sont équivalents, en parfait respect de tout ce que j'ai pu préconiser bien avant d'avoir connaissance de cette expérience, uniquement pour des raisons fonctionnelles et éloignées de toute idéologie. On ne va pas leur dire par exemple "Oui mais Staline aussi il a préconisé ça". On s'en fout, c'est juste que ça marche. Les gens sont payés pour fabriquer leur propre maison, louée ensuite quinze euros par mois. Tout le monde travaille, mais pas de façon mécanique, plutôt de façon volontaire.

C'est toute une mentalité qui est embarquée dans ce projet. Et devant le succès de l'opération compte tenu des moyens puissants dont on dispose (l'humanité connectée, en réseau, la puissance de calcul, l'incrémentation de l'intelligence) cette idée devrait se répandre, normalement. Les gens devraient s'empresser de vouloir faire pareil, et comme je l'ai aussi préconisé, de mettre en œuvre des systèmes qui permettent de combler les lacunes de jeunesse, comme le fait de faire des échanges entre le système morbide du commerce et ce système rationnel, afin d'obtenir certains éléments de haute technologie, notamment pour les hôpitaux.
Le temps de devenir complètement autonome (que leur fabrication n'ait plus de secrets), et que tout soit régi par les règles de la raison, à la place des règles du commerce.

L'humanité a mit deux mille ans à arriver à ce stade, toute une civilisation a été bâtie, pierre par pierre, un jardin gigantesque, et aujourd'hui, est-ce ironique, on peut refonder toute une autre civilisation en quelques années à peine. Je sais ça parait dur à croire mais c'est possible. C'est comme le fœtus qui retrace en quelques semaines toute l'évolution de la biologie, qui a prit des milliards d'années, ou même plus.

Pourquoi ces promesses brillantes, enthousiasmantes, vitales au sens de la vitalité, pourquoi ces belles choses n'appartiennent-elles pas à l'esprit de la société ? Pourquoi appartiennent-elles à ceux qui sont rejetés, à l'écart de la société ? Il faudrait vous poser la question les gars.