120722 3 min

les raisons interminées

Ce dont l'homme raisonnable a le plus à se plaindre dans le monde ce sont les raisons interminées. Ah tien en voilà encore un nouveau, de mot. Les semi-raisons ou raisons de surface sont légion dès lors qu'on cherche à comprendre les tenants d'un fait, comment il est justifié. Un exemple très pratique pour étudier cela, un exemple qui a été créé comme les arracheurs de dents ont créé le fameux dicton, est celui du port de vêtements religieux. C'est pratique de s'appuyer sur un exemple pour parler d'une idée même si c'est très vite insuffisant. En tous cas on comprend tout de suite avec cet exemple que dès lors qu'on interroge les raisons de l'abhorration des signes religieux on active des réponses qui, si on se fie au ton employé pour les déclamer, semblent être amplement suffisantes et vouloir tout dire, à part que ça sonne creux pour l'homme de raison (qui ne sont que 10% de la population).

Les raisons exposées en cachent toujours d'autres, qui elles sont gardées un peu comme un mafieux dirait "mêle-toi de ce qui te regarde !". Pire encore ces semi-raisons ou raison de surface sont des histoires racontées comme des comptes de fées qui n'ont que très peu avoir avec les faits qui sont sensés en découler.
D'un point de vue topologique si on cherche à établir Comment ces raisons sont connectées aux faits, ou mieux encore comment se compose ou se construit la raison exposée, à quoi c'est relié, alors on se risque dans la chasse gardée du subconscient-mafiosi.

Même le mot "une raison" peut finir par revêtir une signification plus proche de l'excuse ou de l'ordre asséné que d'une chose réellement construite, comme son étymologie le laisse supposer, où plieurs objets sont mis en rapport, en ratio, ou le rapprochement qu'il peut y avoir entre tels et tels faits qui dont la raison.

A la télé il y a une série américaine débile avec Merlin l'enchanteur "au pays des légendes", genre "à l'époque de la magie". Les gens vivaient sous la dictature d'un roi qui n'avait jamais à exposer les raisons qui étaient les siennes, surtout que personne ne pouvait comprendre les actions du seul homme de raison d'un village de paysans, qui vivent "à l'abri" dans leur royaume, protégé par leur roi.
Mais en fait c'était surtout une dictature et les légendes n'étaient rien d'autres que des histoires à dormir debout qu'on racontait au bon peuple pour pas qu'il ne cherche à creuser les vraies raisons. C'est clair dit comme ça qu'on comprend pourquoi la télé est une très bonne cliente de tout ce qui pourrait rapprocher les gens de la pensée magique, avec des comtes de fées, de façon à ce que l'habituation permette finalement que s'établisse la dictature, cette fameuse (oligo-)dictature mondiale qui grandit dans l'ombre.

L'habituation à ne pas aller se risquer à interroger les vraies raisons des actes derrière les faits constatés, pour le peu qui le sont, est une porte béante laissée ouverte à l'injustice, la cruauté, la démence. C'est comme si on souhaitait que cela se répande et se multiplie, c'est une invitation au meurtre.