31/01/2007 11 min #6553

Phase d'Impact de la Crise Systémique Globale : Les six aspects de la “Très Grande Dépression US” de 2007

{::export from newsnet in Actu by newsnet date: 26/01/07}
- Communiqué public du GlobalEurope Anticipation Bulletin N°11 (15 janvier 2007) -

Pour l'équipe LEAP/E2020, l'année 2007 va voir les Etats-Unis s'enfoncer dans la « Très Grande Dépression », à savoir la rare conjonction historique d'une forte dépression économique, d'un effondrement stratégique et d'une crise politique et sociale interne majeure, qui constituera le cœur de la phase d'impact de la crise systémique globale : crise immobilière, crise financière, crise économique, guerre commerciale, escalade militaire et crise politique en seront les six principaux aspects développés dans le GEAB N°11, selon les axes ci-dessous :

1. Taux d'épargne négatif et baisse annuelle des prix de l'immobilier au niveau national : deux indicateurs économiques majeurs américains désormais à leur plus bas depuis la crise des années 1930

2. La « montagne russe » des taux d'intérêts US en 2007

3. Le secteur financier US est déjà entré en faillite : aujourd'hui Ownit, Mortgage USA Lenders,… demain Ameriquest, Wells Fargo, HSBC Finances ?

4. Moyen-Orient : pour masquer son échec en Irak, l'administration Bush prépare la guerre intra-musulmane chiites contre sunnites et Israël le bombardement nucléaire tactique du programme atomique iranien

5. Chine et Russie s'activent pour refouler en 2007 les Etats-Unis hors d'Asie centrale et organiser la poursuite de la chute du Dollar

6. Marchés émergents, prêts immobiliers à risque : 2007 va voir le grand retour du risque sur les marchés financiers … et l'addition va être lourde après les années d'insouciance.

Dans ce communiqué public, LEAP/E2020 a choisi de présenter des extraits des chapitres 1 et 4 qui permettent au lecteur de bien mesurer l'ampleur de la dépression en train de se mettre en place. Mais auparavant, il paraît important de bien préciser les raisons des incertitudes sur l'avenir qui dominent les analyses de ce début d'année 2007. La principale cause selon les chercheurs de LEAP/E2020 tient au concept de « brouillard statistique ».

Le « brouillard statistique » de l'entrée en récession destiné à faire douter que le Titanic est bien en train de couler
Le passage de 2006 à 2007 illustre parfaitement l'entrée dans la phase d'impact de la crise systémique globale annoncé par LEAP/E2020. Et comme dans tout changement de phase, le passage par le point zéro est caractérisé par ce qu'on peut appeler le « brouillard statistique », qui voit les indicateurs pointer dans de directions opposées et les mesures donner des résultats contradictoires, avec des marges d'erreur désormais supérieures ou égales aux mesures elles-mêmes (1).

Ainsi, lorsque le Titanic est déjà condamné, les passagers de première classe dansent encore, persuadés par les officiers que le naufrage est impossible.

En l'occurrence pour la planète en 2007, le naufrage qui va préoccuper tout le monde est celui des Etats-Unis, que LEAP/E2020 a décidé d'appeler la « Très Grande Dépression », d'une part parce que le nom « Grande Dépression » est déjà utilisé pour faire référence à la crise de 1929 et aux années qui ont suivi ; d'autre part car pour nos chercheurs, la nature et l'ampleur de ce qui va se passer est d'une tout autre dimension (pour plus de détails, s'abonner).

Et ce n'est pas le discours officiel ronronnant de ce début d'année 2007 qui peut changer grand-chose à l'évolution déjà bien entamée. Il suffit pour s'en convaincre de mettre les déclarations actuelles en perspective avec les annonces du début 2006.

Taux d'épargne négatif et baisse annuelle des prix de l'immobilier au niveau national : deux indicateurs économiques majeurs américains désormais à leur plus bas depuis la crise des années 1930

Ansi, lorsqu'au début 2006 la Réserve Fédérale américaine et l'ensemble des principaux opérateurs et relais d'information économique et financière niaient l'existence d'une bulle immobilière (et rejetaient donc formellement tout risque de crise dans ce secteur), l'effondrement des prix avait déjà commencé conduisant l'immobilier américain à sa plus grande crise depuis les années 1930 (d'ailleurs des analystes parlent désormais de « la dépression immobilière 2007 ») (2) avec pour la première fois depuis cette époque une baisse annuelle du prix de l'immobilier sur l'ensemble du territoire des Etats-Unis (3). Et la baisse de l'immobilier US n'est pas terminée même si les données officielles essaient de cacher la réalité, au point que même CNN s'en émeut et dénonce la déconnection entre des chiffres qui décrivent une « réalité » mitigée et un marché immobilier américain réel s'enfonçant dans la crise (4). Ainsi, comme le rapporte une très intéressante étude de Merryl Linch, fin Décembre, l'indice de l'achat immobilier de l'Université du Michigan est tombé à 41 (contre 45 précédemment) (5). Le marché va donc continuer à s'effondrer faute d'acheteurs (6).

{Emprunts hypothécaires aux Etats-Unis - Source The Economist}

Avec les taux d'épargne négatifs, la baisse annuelle du prix de l'immobilier est la deuxième donnée économique fondamentale en moins d'un an à rejoindre des niveaux jamais observés depuis la Grande Dépression des années 30 (pour plus de détails, s'abonner).

Moyen-Orient : pour masquer son échec en Irak, l'administration Bush prépare la guerre intra-musulmane ‘chiites contre sunnites' et Israël le bombardement nucléaire tactique du programme atomique iranien

Ainsi lorsque, il y a un an seulement, le gouvernement américain vantait le succès des élections législatives en Irak et la formation du nouveau gouvernement en niant tout risque de conflagration interne au pays, la guerre civile avait déjà débuté pour aboutir aujourd'hui à l'escalade militaire américaine dans la région et aux prémisses d'une crise politique interne majeure aux Etats-Unis même.

La confrontation entre le Congrès démocrate et l'administration Bush a commencé dès l'entrée en fonction des nouveaux élus, comme annoncé dès Septembre 2006 dans le GEAB N°7. Et ce n'est qu'un début. L'approche des élections présidentielles de 2008 va entraîner une radicalisation des deux camps dès le Printemps 2007. Le tropisme pro- israélien d'une grande partie des ténors démocrates cumulé avec le choix pro-sionniste de l'administration Bush place la crise israélo-iranienne au cours de l'agenda washingtonien des trois prochains mois. Une fois que G.W. Bush aura constaté (au Printemps) que l'ajout de 20.000 soldats US en Iraq n'a en rien empêché (au contraire) l'extension de la guerre civile, dans un contexte de dépression économique et de conflit politique intérieur croissant, il ne trouvera de « solution politique » que dans une nouvelle aventure militaire au Moyen-Orient. Son allié israélien Ehud Olmert ayant lui aussi désespérément besoin de se « refaire » une image de leader fort, les conditions idéales pour l'escalade contre l'Iran sont réunies.

Pour l'équipe LEAP/E2020, il apparaît donc clairement que si les Etats-Unis acceptent l'idée d'une confrontation militaire avec l'Iran, elle aura lieu au Printemps 2007 et tentera de prendre deux formes complémentaires : une attaque nucléaire tactique israélienne sur les installations atomiques iraniennes d'une part, et d'autre part, un conflit de « terrain » sur le sol irakien dissimulé sous l'habit d'une nouvelle guerre de religion intra-musulmane Chiites contre Sunnites (7).

Outre que ce scénario est dans la logique guerrière des décisions de G.W. Bush, dont tout le monde a pu constater qu'il a superbement ignoré (comme l'anticipait l'équipe de LEAP/E2020 dans les GEAB N°9 et GEAB N°10) les conseils diplomatiques de la Commission Baker-Hamilton ou les volontés du nouveau Congrès démocrate. Il est également en phase avec la relation incestueuse de cette Administration américaine avec les grands intérêts financiers et pétroliers puisque non seulement c'est bien un militaire qui est à l'origine du « nouveau » plan pour l'Irak, le Général Jack Keane , mais il l'a rédigé en coopération avec un universitaire de l'American Enterprise Institute, Frederik W. Kagan (8); et surtout, ce général a la retraite dirige une entreprise de conseil, est un consultant senior de la firme KKR et siège au conseil d'administration de grands groupes américains comme l'assureur Metlife ou le groupe d'armement General Dynamics et la société de sécurité Allied Security Holdings (9). Allied Security Holdings est une des principales firmes privées américaines dans le domaine de la sécurité ; General Dynamics est la 6° société mondiale dans le domaine de l'armement ; et KKR, Kohlberg, Kravis Roberts & co. , est l'un des principaux fonds d'investissement mondiaux, qui a notamment payé en 2006 les plus importantes indemnités (837 millions US$) aux principales banques d'affaires qui le conseillent (dont Goldman Sachs, dont LEAP/E2020 a déjà décrit les relations étroites avec l'administration Bush dans les numéros précédents du GEAB) (pour plus de détails, s'abonner).

{(1) Comme l'équipe LEAP/E2020 a ainsi pu le constater pour les estimations des chiffres de l'emploi américain en Décembre 2006 ou les prévisions des ventes de détail aux USA en Novembre 2006 : voir « Chiffres de décembre 2006 sur l'emploi américain : une dés-information de masse camouflant une forte diminution de l'emploi américain » et « Seul le Père Noël connaît le vrai chiffre des ventes de détail aux Etats-Unis pour Novembre 2006 ». Ainsi pour ce qui est des ventes de détail aux Etats-Unis en Novembre 2006, le chiffre « affiné » (mais non encore définitif) est ainsi sorti le 12 Janvier 2007 à 0,6% au lieu de 1% annoncé. Attendons donc quelques semaines pour voir combien vont devenir les 167.000 emplois nouveaux de Décembre 2006. Une fois le « brouillard statistique » en dissipation..
(2) Source : “ The real estate depression of 2007 ”, Alex Gabor, OpEdNews, 06/01/2007

(3) Source : Standard and Poor's / BusinessWeek , 04/01/2007

(4) Source : « Housing market pain not revealed by stats », CNN Money, 11/01/2007

(5) Source : Merrill Lynch , 22/12/2006

(6) Tout résultat en-dessous de 50 indique une contraction du marché ; et plus le chiffre s'éloigne de 50 vers le bas, plus la situation va se dégrader.

(7) Sources « Exit US, Enter Saudi in Long Intra-Muslim War », Claude Salhani, WhiteHouse Chronicle , 30/11/2006 and Washington Times , 02/12/2006

(8) Source : The Redhunter , 19/12/2006

(9) Source : Metlife }

leap2020.eu

 commentaire