L'appât du gain

120318 8 min
On a beau retourner la question dans tous les sens,
destruction de la biologie,
industrie vouées à la production de malheur,
énergie humaine consacrée à pédaler dans la semoule,
paupérisation, famine,
guerres pour écouler les stocks d'armes,
modes de vie impliquant la confiscation de ce même mode de vie à d'autres,
puis aux générations futures puis à eux-mêmes,

Vous êtes vous déjà demandé,
ayant testé de polluer les mers en disant que jamais n'arrivera le jour où elles seront stériles,
si à force de couper les arbres un jour il n'y aura plus d'oxygène pour respirer ?
Ah non c'est impossible hein ?
Il faut le voir pour le croire hein ?

Élections qui riment à rien,
où le plus crédible est le moins rationnel,
seul moment où on croit avoir un quelconque contrôle sur le devenir,
alors que, de un, ce n'est pas le cas, puisque les gars d'en haut sont au-dessus de ça,
et que, de deux, confier ces choix à ceux dont ce n'est pas le métier ne rime à rien
et d'ailleurs le deux rime avec le un,
c'est logique et normal que les élections ne riment à rien.

Vous êtes-vous déjà demandé,
s'il ne valait pas mieux élire une organisation
pour chaque problème à résoudre
lui confiant tous les moyens d'agir ?
Mais ce n'est qu'un exemple,
un premier pas vers la réflexion.

Mensonge permanent,
même les fictions à la télé sont comme les mensonges des enfants,
grossiers, irrationnels, hallucinants,
expression de la peur et du chaos.
Arnaque perpétuelle, normalisée, légalisée, obligée, admise,
mentons épais et dents blanches,
costume cravate et torture mentale,
illusion, déni, cécité mentale, démence,
postillons, empêcher de parler, dédain, auto-suffisance,
étroitesse d'esprit, obstination forcenée,
prise en compte de trois paramètres maxi par réflexions,
l'acceptation de la douleur remplace la liberté,
l'imposition de la souffrance signifie la puissance.

Vous êtes-vous déjà demandé,
ce que feraient la mafia, les voleurs, les malfrats, les bandits,
si l'appât du gain ne signifiait plus rien ?

Avez-vous compris l'idée,
qui consiste à intercaler un intermédiaire entre vous et les objectifs louables ?

Voulez-vous vraiment porter la responsabilité,
d'avoir autorisé, avalisé, consenti tous les crimes commis,
et dont vous ne profiterez jamais ?
Commis à votre encontre ?

Vous allez lire ce texte et dire « ah c'est bien »
ou peut-être dire « ah le con ! »
et vous allez rentrer à la maison soyeuse et paisible,
scotomisant ces images habituelles d'enfants qui meurent de faim,
vous allez croire qu'on essaie encore de vous faire culpabiliser,
pour mieux trouver la paix nécessaire pour regarder la télé.

Vous allez voter dans un esprit de but lucratif individuel à court terme,
afin de parler d'égal à égal avec vos oppresseurs,
qui vous chient dessus.

Ils vous diront que vous l'avez bien mérité,
et le pire c'est qu'ils auront raison.
Vous serez scandalisés par ces méthodes compliquées,
et vous ne saurez pas quoi répondre à part la colère,
dont ils sauront faire un bon usage,
à votre encontre.
Encore.

Souvenez-vous en 2007 je disais,
en tant qu'anonyme, invisible, habillé en jean-sweat-baskets,
que le père Sarko était un psycho,
qu'il fallait être aveugle pour ne pas le voir,
que son cerveau avait été haché au cutter et que tout se mélangeait là-dedans,
qu'il n'arrivait même pas à faire des phrases,
(d'ailleurs ils ont vite rectifié le tir pour pas que cela ne se voie)
et qu'il allait causer beaucoup de morts.
Et vous avez voté pour lui comme des connards,
et il vous a chié dessus, comme c'était prévu.

Là maintenant je vous explique,
en tant qu'anonyme en jean-sweat-baskets,
(les mêmes qu'il y a quatre ans)
que l'appât du gain s'interpose entre vous et vos nobles aspirations.
On vous empêche de passer.
On vous démotive de passer.
On critique ceux qui essaient de passer.
On leur explique que ce sont des tricheurs de vouloir passer par-dessus le tourniquet.
Qu'ils sont nuisible à la société,
cette si belle et si parfaite organisation,
issue de la sédimentation culturelle,
en hommage à nos aïeuls qui sont morts pour elle,
où tout est réglé comme une horloge,
où les gens travaillent dur pour que cela soit ainsi,
qui a tant prospéré et dont vous avez tant profité,
que tant de pays nous envient, qui fait tant rêver,
ce si beau système,
« après tout ce qu'il fait pour vous »,
(comme disent les tortionnaires)
avec des banquiers si gentils,
qui s'interposent entre vous et vos nobles aspirations,
comme les feux-rouges règlent la circulation,
cette si belle et si parfaite organisation,
qui n'a aucune concurrence et aucun égal,
à part le fait d'abolir l'appât du gain.
Mais ça évidemment c'est trop énorme.
Seul un physicien polynucléaire richissime est autorisé à en avoir l'idée.
Auquel cas on dirait « ah dis-donc il y a des l'espoir alors ».
« On est tranquilles maintenant ».

Hey les mecs pensez un peu à l'appât du gain !
Imaginez tout ce que vous avez à gagner et le peu que vous avez à perdre,
à abolir l'appât du gain !

Votre habitation sera luisante et limpide comme dans les catalogues,
les villes seront emplies de centres de jeux et d'activités sociales,
l'alimentation sera livrée à tout le monde en parts égales,
vous ferez du sport, de la promenade,
n'aurez plus aucune angoisse pour le futur,
toute action humaine sera ordonnée et efficace,
personne ne viendra vous faire chier,
vous écrirez des poèmes qui parlent du bon temps,
vous vivrez heureux et paisibles,
élèverez vos enfants,
à tel point que vous irez chercher le danger,
histoire de garder un bon entraînement,
au cas où un abruti voudrait tout foutre en l'air,
vous saurez quoi lui répondre,
en toute fraternité,
vous saurez lire en lui,
et lui être utile,
pour qu'il soit heureux lui aussi.

Voilà c'est ça le programme !
D'un côté tu as l'appât du gain,
de l'autre vivre heureux et en paix.
Choisis !
Et donc, Agis en conséquence !

Tout marche à l'envers dans cet univers,
l'appât du gain renvoie la névrose, la perte, la folie,
l'avarice, la tristesse et la mort,
le don de soi renvoie le bonheur, la paix, la justice,
ah oui en fait c'est le contraire,
ce qui s'interpose entre l'appât du gain et vous,
ne peut rien être d'autre que vous-mêmes.
Non pas qu'on s'auto-empêche,
mais plutôt qu'on s'anti-suffit !
Le bonheur s'obtient en le donnant.
La paix s'obtient en la faisant.
La justice découle de l'égalité,
l'égalité de la fraternité,
la fraternité de la liberté,
la liberté de la sécurité,
la sécurité de la justice.

Ça,
quand un truc est cybernétique comme ça,
ça s'appelle un système
Le cosmos est un système,
la biologie est un système,
mais l'appât du gain n'est pas un système !
On obtient rien d'autre que ce qui surgit d'un système.
Si on désire ce qui surgit,
il faut mettre en oeuvre la mécanique qui la produit.
Ce qui est objectif et désirable, c'est le système,
ce qui est subjectif et offert en cadeau, c'est ce qu'il produit.
Vouloir le cadeau c'est détruire le système,
et en construire un autre dont les fruits,
sont le malheur et la destruction,
de façon à bien faire comprendre,
comment ça marche en réalité.
Vouloir le cadeau, c'est mal !
On obtient toujours ce qui résulte de ce que nous faisons,
et ne faisons pas.

Si c'est l'appât du gain que vous voulez,
ce n'est pas l'appât du gain qu'il faut viser,
c'est sur ce qu'il signifie qu'il faut focaliser,
et au nom de ça,
ce sont les us et coutumes qu'il faut surmonter.
Vous savez vos petites traditions,
vos ridicules rituels,
avec des présidents et des riches,
des cravates microbiennes et leur dentifrice,
pour toute preuve de leur bonne intention,
le travail qu'il faut trouver et garder,
l'argent qu'il faut amasser mais dépenser,
les arnaques qu'on vous félicite d'avoir montées,
la misère qu'il faut oublier,
la souffrance qu'il faut endurer,
les cris qui se perdent dans la nuit,
la valeur que vous donnez,
aux pertes humaines qu'il faut bien consentir,
vos belles aspirations oubliées,
que votre réalité a supplanté
bref tout ce qui est habituel
il faut le dépasser.
Car c'est la guerre !
C'est elles ou nous !
Valent-elles vraiment le coût ?