120309 4 min

Multivers



En mettant Celestia sur fond d'écran j'ai réfléchi au concept de multivers,
je cherchais à connaître la taille de l'univers et me demandant quelles étaient les galaxies les plus éloignées connues,
j'ai observé la structure filamenteuse des trainées de galaxies,
qui n'est pas sans rappeler une disposition fractale
j'ai vu qu'on ne pouvait que supposer que l'univers était infini,
la plupart postulent que tout trajet en ligne droite renvoie au point de départ
je me suis souvenu de la notion de "hypersphère de courbure négative"
comme si tout trajet en ligne droite revenait à parcourir la circonférence d'un tore
Cela serait scientifiquement prouvé si dans n'importe quelle direction on pouvait observer notre propre galaxie
à part le temps que met la lumière à nous parvenir...

ensuite je me suis demandé comment sortir de cette espace
les vaisseaux d'Oummo eux disent sauter dans un univers où la vitesse de la lumière est plus grande,
afin de parcourir de plus grandes distances
pendant un parcours lui-même en hyperespace (dans un référentiel différent)
(enfin j'ai pas vraiment compris s'ils font les deux ou si les deux n'en sont qu'un)
mais si on y réfléchi cela implique une certaine concordance entre les univers
dans la mesure où dans un univers plus petit relativement,
la vitesse de la lumière étant la même elle semble aller plus vite
(il faut s'imaginer le trajet de l'extrémité du rayon d'un radar,
où la distance parcourue est moindre si le rayon est plus petit)
si je parcours 10 mètres dans celui-ci ça revient à en parcourir 100 dans le nôtre

j'ai donc pensé à la façon dont les univers sont en contact les uns avec les autres
il ne peuvent pas être en contact partout, tout le temps,
il doit y avoir une structure filamenteuse un peu comme les grilles énergétiques,
des points de contact entre les univers
il est possible d'imaginer que l'univers 1 est en contact avec seulement l'univers 2
(en partant de celui tout en bas où la vitesse de la lumière est nulle,
et où parcourir 1000 Km revient à parcourir 0 mètre dans le nôtre)
et l'univers 2 en contact avec le 1 et le 3, donc 2 univers
et le 3 en contact avec 2+3 univers, le 4 avec 5+3
et ainsi de suite selon la suite de Fibonacci
de sorte que l'univers limite soit en contact avec tous les univers
c'est juste une idée qui m'est venue

mais l'histoire surtout c'est que cet espace infini qu'est un univers,
est avant tout une bulle de temps
sortir de cet univers c'est sortir de son temps
de sorte que cette structure d'hypersphère (à courbure négative)
est surtout parlante de la structure du temps lui-même
d'habitude on pose toujours le temps comme une dimension,
placée en-deça ou après la dimension 3,
en fait les quatre dimensions sont l'espace, la masse, l'énergie et le temps
elles fonctionnent de la même façon imbriquée que notre suite de Fibo,
la masse est "connectée" avec l'espace,
l'énergie est connectée à la masse et à l'espace
et le temps est connecté à toutes ces dimensions



Sur la rondité

l'idée globale c'est que parcourir une ligne droite, une surface ou un espace 3D, aussi surprenant que ça paraissait à ceux qui doutaient de la rondité de la Terre, permet toujours de revenir au point d'origine.
en fait une ligne droite devrait toujours être représentée par un cercle,
(sinon on utilise "demi-droite")
dès qu'on projette une dimension tangentiellement on obtient la dimension suivante
mais surtout on ne peut pas séparer les dimensions comme on fait,
la surface n'est que la surface d'une sphère, (la ligne ne s'exprime que sur une surface) et de la même manière si on a besoin d'un espace 3d ça suppose un cadre 4D
la projection d'une sphère doit donner un tore de rayon double du rayon de la sphère
(ça dessine un entonnoir au milieu)
dans cet espace, se déplacer à sa surface signifie passer par la périphérie de toutes les tranches simultanément
si bien qu'il faut que ce tore s'incurve de sorte à ce qu'un déplacement soit représenté par le seul point (au milieu du tore) qui soit commun à la périphérie de toutes ses tranches.

le fait qu'une distance s'exprime par une chaîne (fermée) d'IU est moins surprenante avec ce principe de rondité.