051124 3 min

modulations de sens

Le refoulement => Certains ont encore la paléo-habitude de pointer pour responsable ce qui n'est qu'un rendu illogique dans le mental provoqué par un trouble interne.
Ainsi une déformation fait ressortir un fait, c'est du domaine de la psychose ou de la paranoïa selon les diverses fréquences et puissances d'apparition.
Aussitôt le fait est cru extérieur, libéré, extériorisé, ce qui est soulageant, et en même temps le stress interne est réduit par cette soupape.

C'est à force de refoulement que cette systémique devient naturelle, si naturelle qu'on peut chercher longtemps avant de trouver la solution à un problème, que la nature aura précisément elle aussi désigné comme étant un problème à résoudre d'urgence.
Et que le tissu social environnant, lui aussi imprégné du même paradigme aveuglant, perpétuera sans le savoir les erreurs qui empêchent la résolution.
Ici apparaît le phénomène de psychovirus, quand par exemple l'esprit d'honneur emplit une armée, ou que l'esprit de pureté emplit les lacunes inadmises des nazis.

Pourtant il y a plein de méthodes pour filtrer le réel afin de ne pas brusquer la conscience, car les automatises reliés à ce qui observé dans le présent demandent beaucoup de travail pour s'adapter à des changements brusques dans l'environnement social.

Ainsi le refoulement est partiellement une activité naturelle comme les microbes, parasites, bactéries sont "naturels" et non toxiques puisque prévus puisque participant au phénomène de "vie" dans lequel nous sommes inclus.

Mais dans une autre mesure le refoulement va s'assimiler à l'oubli des motifs permettant de sentir les raisons sur lesquelles se sont élaborées les constructions logiques, se désagréger et se moduler, et par causalité rendre illogique et "stupide" toute la démonstration.

En réalité ce genre de motifs est si fréquent que ce processus est un automatisme, et c'est précisément ce monde mental constitué par l'entendement accordé à un discours, ou en d'autres termes les paramètres spirituels qui définissent son contexte, qui constitue avec la tonalité de la voix la plus grande partie de ce qui est reçu comme un message lors d'un dialogue.

Ainsi par exemple la précipitation à se référer à une définition accordée à un mot pour le comprendre, est d'office une éradication des nombreux autres paramètres qui constituent un message, en particulier le ton de la voix et le contexte moral dans lequel il a été prononcé.

De la même manière que le sage et le criminel sont tous deux "en paix avec eux-mêmes", l'un se reconnaissant dans les doutes sur ses choix, l'autre assumant la raison qu'il a construite pour justifier ses actes, il sera toujours très périlleux de ne pas basculer brusquement d'un extrême à l'autre au sein d'une analyse super fine.

Ainsi le refoulement sera capable par exemple, de faire que le refoulé explique aux gens qu'ils le sont, que toute la société l'est (à ses yeux) afin de mieux déplacer le focus du soucis, afin toujours de l'extérioriser.

Si tout le monde faisait ça, tout ceci ayant lieu au sein d'un réseau de relations sociales dans une société, logiquement il aurait de l'énergie dans les câbles...