26 min

Comment enseigner sa souveraineté au citoyen (3)

Le discours interdit

Préambule

Où le peuple français, ayant franchi quelques pas dans l'apprentissage de sa souveraineté, écoute les promesses de l'anthropologie transcendantale dont les principes de 1789 sont porteurs, où il s'initie aux jeux de la politique avec les signes, où il découvre les fondements théologiques communs aux démocraties et aux sotériologies idéologiques, où la République tombe du Charybde de l'incarnation de la vérité au Scylla de son évaporation dans le langage, où l'intelligence se révèle le Saint Esprit de la politique, où le suffrage universel entre dans le temple de la raison.

1 - Jahvé et le monde
2 - Les blessés de l'esprit de justice
3 - L'inconscient protestant de la démocratie
4 - La politique des signes
5 - La vie spirituelle de la démocratie
6 - Les embarras méthodologiques de l'anthropologie scientifique
7 - Les jansénistes et les négociants de la physique mathématique
8 - Qu'est-ce que le génie
9 - L'orang-outang et le nucléaire
10 - Le regard de Swift aujourd'hui
11 - L'orang-outang théatralisé
12 - Les nouveaux exploits de Gulliver
13 - Le voltage cérébral du pithécanthrope rugissant

1 - Jahvé et le monde

Pour comprendre la tâche qui attend les intelligences et les courages de votre génération - celle dont l'autorité se fondera sur des preuves de votre souveraineté intellectuelle et morale, donc sur une raison instruite de ses droits et consciente de ses devoirs - je vous signale quelques routes grandes ouvertes à vos espérances, quelques voies encore inexplorées de votre bon sens et quelques chemins dont le génie de la France s'inspire depuis Descartes.

La première ancre de votre raison, vous la jetterez dans le marécage intellectuel où Israël est censé défendre un Etat souverain face à des terroristes inexplicablement terrés à Gaza et qui s'obstinent, pour des raisons aussi illégitimes qu'incompréhensibles, et depuis plus soixante ans, à lancer des roquettes de fabrication artisanale sur le territoire sacré de leur voisin. Quel est le statut d'une nation réputée nantie d'un territoire dûment circonscrit par le droit international, comme tous les Etats de la planète et qui se trouve autorisée à étendre sans relâche, la armes à la main et en toute innocence, des frontières qu'elle fait remonter aux temps bibliques?

Qu'est-ce qu'un pays à la fois dûment reconnu par le jus gentium actuel et pourtant en expansion continue au nom de son ciel? Comment se fait-il que la victime de ce messie de lui-même soit tenue pour coupable d'impiété et que son sanglant conquérant soit proclamé le saint et le prophète de la guerre du droit public de l'humanité actuelle? Voilà le monde à l'envers dans lequel vous vous trouvez ligotés; le "crime" dont on accuse une victime innocente se trouve assorti, de surcroît, de l'épithète infamante de terroriste. La cause du brigand religieux est tellement tenue pour salvatrice qu'elle mobilise l'artillerie du salut nucléaire dans le monde entier. Mais comme il serait ridicule de pointer les bouches à feu de la rédemption par l'apocalypse sur des "criminels" coupables de défendre avec des frondes la terre de leurs ancêtres, on fait diversion d'en menacer un lointain complice éventuel et fournisseur potentiel d'armes dites "conventionnelles" aux malheureux assiégés et affamés de Gaza - j'ai nommé l'Iran de Cyrus et de Xénophon.

2 - Les blessés de l'esprit de justice 

Voyez comme la véritable souveraineté de la France vous tient le langage le plus simple et le plus naturel du droit international, celui du bon sens de La Fontaine et de Molière : on vous demande de protéger un criminel de guerre, on vous demande de mettre le monde cul par-dessus tête au bénéfice d'un conquérant, on vous demande de jeter aux orties la balance millénaire du juste et de l'injuste. Citer un peuple opprimé à comparaître devant le tribunal de son oppresseur, le contraindre à s'asseoir sur le banc des accusés, voilà un défi digne du rang qui vous attend, celui d'un tribunal de la civilisation mondiale actuelle: votre magistrature est celle des esprits et des âmes. La cour de justice des siècles, c'est vous, la juridiction de la sagesse et de la droiture de tous les peuples et de toutes les nations de la terre, c'est vous. Soyez fiers de la grandeur qui attend les blessés de l'esprit de justice.

Le glaive de la raison de la France vous rappelle qu'il est contradictoire, pour tout Etat qualifié de démocratique, d'avancer d'une coudée dans le règlement du conflit au Moyen Orient à partir de présupposés aussi destructeurs des principes et des valeurs du genre humain. Ne demandez pas aux calvinistes du XVIe siècle de couper en deux la poire du mythe eucharistique des catholiques, qui croient dur comme fer à la "présence réelle", au sens physique du terme, de la victime trucidée sur une potence, puis longuement clouée sur l'offertoire du salut. Mais si les paroles de la consécration sont réellement transsubstantifiantes, disent quelques théologiens romains de la démocratie, pourquoi les principes de 1789 ne le seraient-ils pas à leur tour, pourquoi le baptême des peuples dans la magie vocale des modernes, celle du culte de la Liberté, ne copierait-il pas le prodige verbal censé s'accomplir sur l'autel du sacrifice vaticanesque, qui vous dit: "Ceci est ma chair" - et aussitôt la chair immolée est censée paraître sur l'offertoire?

3 - L'inconscient protestant de la démocratie

Voyez combien votre initiation à la signification anthropologique et politique confondues des diverses théologies entre lesquelles les monothéismes se partagent sollicite l'initiation de votre intelligence de catéchètes de la liberté démocratique, voyez comment un apprentissage de ce type est nécessaire à l'accomplissement de votre vocation de guerriers d'une foi - celle qui voudrait concrétiser la souveraineté des peuples. Car l'inconscient de ce modèle de gouvernement est demeuré eschatologique par nature et par définition, tellement le statut de l'égalité est téléologique et tellement votre liberté se veut aussi sotériologique en son fondement que celui de la charité censée "rédemptrice" des chrétiens. Mais comment votre raison salvifique vous convertirait-elle à une religion de la justice si, en sous-main, la démocratie persévérait à s'exprimer à l'école confuse et embarrassée des théologies du salut, qui sont grassement récompensées à titre posthume et qui se mettent au service d'une idole de trésoriers chargés de vous changer en sorciers et en magiciens? Serez-vous les prophètes d'une démocratie leurrée, serez-vous les annonciateurs de la victoire des mots sur les choses?

Sachez que le droit international d'aujourd'hui témoigne tour à tour de son origine dans la théologie protestante de la grâce gratuite et dans celle de la grâce payante du catholicisme et qu'à ce titre, vous devez refuser de reconnaître la prétendue "présence réelle" d'un Etat réduit à l'achat de son existence physique en Judée. Car le guichet des Nations unies qui l'a intronisé dans un temple païen du droit et de la justice ne lui a vendu qu'une étiquette de complaisance : sachez que cet Etat est hérétique par nature, du seul fait qu'il se déclare réel et légitime à titre corporel ; sachez que les prêtres empressés de 1947 sont relaps et renégats en ce qu'ils ont opéré le prodige d'une transsubstantiation truquée et propre seulement à l'esprit de sorcellerie dont s'inspire l'eucharistie romaine - celle d'une validation de faux-semblants dont usent les juristes de Curie.

4 - La politique des signes 

Voyez comme la politique de la liberté place au cœur de l'histoire de l'humanité la réflexion philosophique sur les documents anthropologiques qu'on appelle des orthodoxies: car toutes les doctrines religieuses se présentent scindées entre la chair et l'esprit. S'il était permis de légitimer un Etat conquérant, donc despotique, le droit canon des modernes - celui de la démocratie mondiale - serait mis tout subitement au service exclusif du profane et du temporel. L'existence surréelle de la France des valeurs s'est fondée sur les sources trans-psychophysiologiques des principes de 1789, donc sur la seule réalité qualifiable de véritable aux yeux du génie janséniste des démocraties rationnelles. Selon cette éthique, la politique ressortit en propre aux signes fondateurs du "sens spirituel" du monde et à eux seuls. La vraie France est un signe, un signal, un emblème, un blason, une lanterne.

Gardez-vous de vous lancer en aveugles dans l'arène, attendez que votre cerveau se soit armé d'une science des arcanes psychiques du genre humain dont les religions, même idolâtres, vous enseigneront du moins les rudiments d'une foi délivrée de la peur. En 1940, c'est l'inconscient religieux du Général de Gaulle qui lui a fait déclarer purement et simplement inexistant en droit international un gouvernement de Vichy réduit au statut du temporel à ses yeux, donc illégitime ab origine, puisque issu d'un vote inconstitutionnel du Parlement de l'époque. Un droit français fidèle à l'esprit de Port Royal n'est pas habilité à confier le pays à un Etat seulement musculaire. Trente ans plus tard, c'est l'inconscient de l'esprit d'orthodoxie, celui du "droit positif" de l'Eglise catholique et de son physicisme eucharistique qui a fait juger à Jacques Chirac que la France de l'esprit - celle des principes de 1789 - était responsable et coupable de l'existence supposée "réelle" du gouvernement des magiciens de Vichy, alors que ce n'était que la France charnelle qui avait " commis l'irréparable " aux yeux du Général de Gaulle.

5 - La vie spirituelle de la démocratie 

Pour vous préparer à combattre l'hérésie politique israélienne, il vous faudra porter la culture mondiale à la profondeur d'un déchiffrement anthropologique des options théologiques dont le cerveau du simianthrope est tributaire à titre psychogénétique.

Car la démocratie mondiale ne se décode qu'à l'école du décryptage du religieux. Exemple: le christianisme des Croisades ou de l'Inquisition n'est pas le christianisme réel, parce que la foi véritable n'est pas serve des sorcelleries du corps. Mais alors, il vous faudra combattre les chances offertes aux défaussements tartuffiques de la foi! A l'opposé, si l'Eglise dite réelle était un Israël en sabots, un Israël de la guerre et de la torture, un Israël des conquérants et des guerriers de Jahvé, parce que cet Etat, certes illusoire dans son principe, se trouverait néanmoins dûment légitimé sur la scène internationale par un effet inévitable de sa présence en chair et en os sur les terres de la Judée et de la Samarie, comment armerez-vous jamais l'humanité d'une vie spirituelle authentique ? Le sacré est surréel ou n'est pas. Comment serait-il une matière, une substance, un assemblage de molécules?

Laissez-vous saisir à bras le corps par la grandeur et le tragique de votre temps. Par bonheur, et malgré l'inculture de votre classe dirigeante, qui a pris autant de retard intellectuel sur votre siècle que celle de la Renaissance sur Erasme, la politique guerrière d'Israël échoue à valider en droit l'esprit de conquête qui arme le glaive du messianisme biblique. Vous expliquerez donc au clergé laïc des ignares les arcanes du mythe de l'incarnation ou de la désincarnation de la vérité. Quand l'humanisme européen et mondial sera devenu expert de la pesée de l'inconscient religieux qui sous-tend les documents psychobiologiques encore grossièrement chosifiants dont témoignent les théologies punitives, vous ferez, de votre raison, le feu de votre intelligence; et votre vocation de fondateurs de la vie spirituelle de la démocratie sera votre flambeau. Alors seulement votre raison deviendra l'arme des prophètes et des voyants, alors seulement vous convertirez les musulmans et les chrétiens à retrouver leur propre foi. Savez-vous qu'un muslin et une muslima sont simplement des spirituels, même s'ils n'ont pas lu le Coran, même s'ils sont étiquetés juifs ou chrétiens aux guichets de leur Eglise?

6 - Les embarras méthodologiques de l'anthropologie scientifique

Et maintenant, progressons encore de quelques pas dans votre initiation aux rudiments de la seconde Renaissance. Comment féconderez-vous la postérité de Darwin, comment nourrirez-vous l'encéphale d'une démocratie mondiale encore tragiquement dépourvue d'une connaissance anthropologique de l'Histoire? Apprenez que, depuis la mort du grand Anglais en 1882, l'interprétation de l'évolution de notre espèce n'a pas tenu ses promesses, apprenez qu'elle est tombée en panne du seul fait que les premiers balbutiements de l'anthropologie comparée ont conduit cette discipline pourtant porteuse d'un prodigieux avenir scientifique à un examen exclusif et tragiquement privé de boussole de la distance intellectuelle qui a progressivement séparé les fils d'Adam du quadrumane à fourrure que vous savez. Et pourtant, voyez avec quelle évidence notre spécimen originel

- L'australopithecus Sediba et nous, Un nouveau départ de l'anthropologie critique, 25 septembre 2011

préfigurait les carences ultérieures dont nous témoignons encore dans l'ordre politique ! C'est que la pesée de notre prototype sylvestre et de ses descendants sédentarisés s'est trouvée faussée sur les points qu'il importait d'observer en tout premier lieu. Car les premiers anthropologues étaient tellement persuadés de savoir déjà ce qui est rationnel et ce qui ne l'est pas qu'ils ont négligé avec un bel ensemble de se demander sur quelle balance il convenait de peser non seulement l'intelligence moyenne du genre simiohumain, mais celle des savants de leur époque, alors que s'ils avaient emprunté le chemin d'une analyse préalable des présupposés ambigus dont ils usaient, nous nous serions tout de suite placés sur trois pistes cruciales.

7 - Les jansénistes et les négociants de la physique mathématique

La première, aurait contraint les anthropologues naïfs de leur temps de remarquer que la civilisation actuelle n'obéit nullement à un affûtement assuré et continuel de la pénétration d'esprit native du pithécanthrope, mais seulement à une parcellisation accélérée de ses savoirs sur des lopins de plus en plus étroits, donc à une localisation rabougrissante et amoindrissante de ses compétences Comment remédierez-vous au rétrécissement de votre champ de vision? Voyez la médecine: elle s'est partagée entre une soixantaine de spécialités thérapeutiques ou chirurgicales hautement efficaces, mais microscopiques. Or, ce fractionnement à la fois payant et infirme de vos performances ne répond ni à une mutation, même imperceptible, de l'encéphale simiohumain en tant que tel, ni même à un approfondissement du panorama de vos exploits: un grand mathématicien manquera autant de jugement littéraire, historique ou psychologique qu'un ilote. La spécialisation des cerveaux ampute l'intelligence globale de la tribu et la frappe de myopie.

Heisenberg soulignait le fossé, infranchissable qui sépare les physiciens, ces praticiens invétérés des mathématiciens, des ascètes de leur discipline; mais il ne disposait d'aucune anthropologie critique qui lui aurait permis de classer les têtes, de les comparer et de les hiérarchiser, alors que l'encéphale du simianthrope instruit se divise entre deux catégories significatives, celle des purificateurs et celle des arrangeurs. Peu importe que l'équation e=mc² soit rudimentaire et pleine de fautes de logique - il suffit que ça marche globalement. Les stylistes relâchés et les marchands un peu convertis à la logique se partagent le gâteau de la physique mathématique. Or, la pesée des jansénistes et des négociants des équations vous renverra à une anthropologie abyssale, celle qui vous permettra d'observer au microscope les tractations auxquelles le singe cérébralisé actuel se livre avec la notion de vérité qui bouscule ses neurones.

8 - Qu'est-ce que le génie 

Exemple: Alain Peyrefitte, de passage au ministère de la recherche scientifique du Général de Gaulle, s'était dit que seul un cerveau bien frais et tout neuf tirerait d'embarras les savants français de l'atome, qui échouaient à seulement imaginer le déclencheur de la bombe thermonucléaire. On découvrit un berger des Landes dont le quotient intellectuel parut faramineux au vu des tests de l'intelligence alors en usage et on le mit en apprentissage de la combinatoire générale qui régit la physique théorique. Mais le blocage de l'entendement scientifique français est demeuré insurmontable.

Si nos savants s'étaient seulement montrés un brin psychologues et un rien anthropologues, ils auraient su que toutes les grandes découvertes scientifiques ont été simples comme bonjour et que si c'était bel et bien, comme on le disait, à une seule "idée de génie" du Dr Teller que l'Amérique devait la découverte de ce détonateur, elle devait tomber sous le sens. Mais les intelligences moyennes croient se rendre supérieures à se compliquer la tâche et à se précipiter dans mille embarras. Après trois ans de piétinements du logiciel cérébral de la France, un atomiste anglais auquel il était évidemment interdit de trahir le secret des anglo-saxons, fit comprendre aux brillants sujets issus de nos écoles "d'excellence" que la solution était de simple bon sens, ce qui a enfin mis le génie cartésien de notre nation sur la piste, mais avec un grand retard.

Chez les Grecs de l'Antiquité, une déduction d'une simplicité enfantine avait permis à Démocrite de comprendre que la terre est ronde, parce qu'un navire arrivant du large montre d'abord la pointe de ses mâts et surgit progressivement de l'élément liquide. Pour terrasser ce miracle apparent, il suffit de s'appeler Prométhée. Revenons aux voleurs de feu de notre temps: le seul fait qu'on joue au ping-pong sur un vaisseau voguant à toute allure sous le vent suffit à prouver que le vide n'est nullement une masse uniforme et que tout objet transporte son espace-temps toutes voiles dehors. Un peu de réflexion nous aurait enseigné depuis belle lurette la théorie de la relativité restreinte de 1904.

Votre future souveraineté politique s'alimentera donc d'une science des ressorts du génie de la mécanique dont la balance de votre anthropologie critique vous apprendra que les grandes aventures scientifiques contemporaines exigent une collaboration fatalement superficielle entre des centaines de types de connaissances partielles à rattacher à leur centre commun, mais qu'aucun cerveau sommital n'embrasse plus l'ensemble de l'aventure mondiale qu'on appelle la technique. Et pourtant, votre classe dirigeante continue de juger les civilisations à l'aune de leurs exploits fragmentaires. Vous vous demanderez donc quels sont les mécanismes sociaux et psychobiologiques qui nous conduisent à la spécialisation de nos cerveaux, quelle hiérarchie des valeurs préside aux jugements normatifs du singe semi-pensant et quelle éthique de votre intelligence vous armera des droitures supérieures d'une logique trans-animale.

9 - L'orang-outang et le nucléaire

Demandez-vous maintenant sous quels feux de l'évidence il se rétrécit peu à peu, le fossé si large en apparence qui séparait, hier encore, l'humanité d'un côté du chimpanzé ou de l'orang-outang de l'autre. Et, pour cela, allumez la bougie dont la lumière vous éclairera sur la signification anthropologique d'une recherche scientifique entièrement consacrée à la traque des différences les plus extérieures entre deux espèces censées séparées. Ce parti-pris n'a-t-il pas occulté, l'autre versant du problème, celui qui vous convaincrait tout de suite de mettre résolument tête-bêche toute cette dialectique univoque et mal dirigée. Que se passerait-il si vous placiez le timon à l'arrière du char et si vous vous demandiez ce qu'un regard rétrospectif vous apprendrait du capital psychophysiologique simien? Car l'orang-outang est un aboyeur chevronné. Bien davantage que le chimpanzé, cet animal est un inquiet que son angoisse native contraint à inspecter sans relâche les frontières de son territoire forestier afin de conjurer la menace d'une agression imaginaire. Ecoutez-le pousser des hurlements ridicules, mais dissuasifs à ses yeux. Se doute-t-il seulement de ce qu'il lui arriverait si des adversaires démesurés surgissaient soudainement à l'orée du bois? Sa voix suffirait-elle à les convaincre de prendre leurs jambes à leur cou?

Voyez maintenant, la lanterne de Diogène à la main, quel terrain d'observation et d'expérimentation le bon sens politique offre à votre réflexion sur l'Histoire de l'orang-outang; et pour cela, dites-vous, en logiciens avertis, qu'une société déjà devenue semi animale et, par bonheur, encore en cours d'évolution, se présentera nécessairement à votre pesée légitimement soupçonneuse de l'intervalle relativement étroit qui sépare actuellement la masse des cerveaux enténébrés de naissance, d'un côté, d'une poignée d'encéphales sommitaux, de l'autre. Quoi de plus enfantin et de plus évident, pour un peuple intelligent, de remarquer que l'extrême rareté des pics de la raison réduira fatalement leur solitude à une impuissance politique sans remède.

10 - Le regard de Swift aujourd'hui

Il en résulte, vous direz-vous, que seul le spectacle des comportements universels de la horde vous reconduira comme par la main à l'observation, si hautement heuristique, de la gesticulation théâtrale de l'orang-outang évoqué ci-dessus. Du coup la scène que joue jour après jour l'espèce désappointée à laquelle vous appartenez vous présentera en laboratoire, si je puis dire, des démonstrations quotidiennes et irréfutables de l'entêtement qui caractérise le capital psychobiologique héréditaire qui pilote tous les Etats d'une planète en devenir. Vous remarquerez ensuite que le substantif gesticulation et l'adjectif gesticulatoire n'ont débarqué que depuis quelques années dans une politologie demeurée aveugle, et vous vous direz que l'inconscient pithécanthropologique qui téléguide des termes si récents ne se laissera déchiffrer qu'à la lumière d'une interprétation prospective de l'évolution cérébrale d'un animal obstiné.

Car enfin, n'est-il extraordinaire, vous direz-vous, que les plus grandes puissances dites démocratiques - les Etats-Unis, la Chine, la Russie - se livrent à une politique étrangère ouvertement qualifiée sans fards de gesticulatoire jusque sous la plume des commentateurs les plus ordinaires et les plus médiocres de la géopolitique? Mais quand l'Amérique brandit sans honte des fusées qu'elle qualifie de boucliers, donc d'armures réellement protectrices face à un danger effrontément supposé réel et quand M. Poutine, répond à cette titanesque mascarade par la mise en place précipitée de cuirasses nucléaires à ses frontières, ces deux géants d'une simulation simiohumaine ouvertement affichée savent-ils davantage que l'orang-outang aboyeur des origines que ces armes sont seulement de théâtre et qu'elles ne se servent nullement d'antidotes efficaces l'une à l'autre, puisque la logique la plus élémentaire vous enseigne que la mise en scène de la pulvérisation réciproque et instantanée des deux bêtes dans l'imaginaire nucléaire rend leurs armes militairement aussi inexistantes que la foudre de Zeus?

L'orang-outang actuel vous présente donc sans sourciller les traits distinctifs qui vous permettront d'approfondir la science politique plus instruite dont bénéficiera votre future souveraineté cérébrale; car vous remarquerez que la dissuasion hurlante de l'orang-outang ignore l'inanité de ses cordes vocales, comme il est dit plus haut, tandis que l'humanité, elle, semble avoir acquis un embryon de science expérimentale de l'inutilité des modulations furieuses qu'elle éructe, donc un commencement encore imperceptible de pesée de l'inconscient simien qui pilote ses gesticulations pseudo guerrières.

11 - L'orang-outang théatralisé

Vous vous direz ensuite, en psychologues prospectifs du pithécanthrope actuel, que la notion même de "stratégie de la dissuasion" est fondée sur une contradiction radicale et tapie au plus secret de l'inconscient simianthropologique. Car, ou bien la dissuasion est censée effective, ce qui rendrait la menace nucléaire crédible, et, dans ce cas, le détoisonné adulte est une bête politique en ce sens que son évolution l'a rendue consciemment suicidaire. Du coup, votre pari portera sur la possibilité ou non de le faire de renoncer à défendre son capital psychobiologique mortifère, donc à s'enfuir à toutes jambes à la vue de sa tombe réfléchie dans le miroir de l'atome sépulcral. Mais s'il faut lui mettre résolument ses funérailles sous les yeux pour qu'il se décide à reculer, épouvanté par la découverte de sa complexion auto-immolatoire, vous en concluez qu'il se trompe le plus sincèrement du monde sur sa véritable nature et qu'il n'est précisément pas inexorablement auto-oblatif sur l'offertoire des pavanes de Clio, donc qu'il feint seulement de se rendre tributaire d'un verdict matamoresque de ses gènes.

Quand l'ambiguïté psychique qui caractérise ce bimane se sera réfléchie sur votre rétine, vous examinerez à la loupe la signification simianthropologique du rire, des grimaces et des ricanements de la bête ; et vous remarquerez que la Russie répond à la stratégie du décérébré d'en face avec un mélange d'humour et de gravité, d'amusement discret et d'exposition souriante d'une foudre dont le Kremlin ne veut pas étaler la stupidité d'une manière trop offensante pour l'idiot d'en-face.

Cette combinaison mi-figue, mi-raisin du folâtre et du sérieux doit non seulement servir à votre éducation politique, mais vous instruire sur le champ entier d'information qui fait se marrer sous-cape le singe semi-renseigné Observez la route suivie par le porte-avions Maréchal Kouznetsov en direction de la Syrie à partir de la mer de Mourmansk. Cette navigation fainéante lui a fait longer toute la façade atlantique de l'Europe, puis traverser lentement la Méditerranée entière du détroit de Gibraltar à Damas. Une si longue trajectoire signifie qu'il s'agit d'une villégiature diplomatico-scénique bien apprêtée de la rencontre de l'orang-outang moderne avec le porte-avions USS-GH Bush.

Tout au long d'une croisière sur l'Océan de son imagination militaire, le cyclope d'acier aura mouillé dans des rades amies afin de bien souligner que la gesticulation des monstres aux yeux crevés n'a pas besoin de montrer des crocs d'orang-outang hurleur : elle peut désormais s'agrémenter d'un persiflage caché, d'un fou-rire retenu et de toutes les nuances d'une semi-distanciation intellectuelle déjà post-darwinienne à l'égard d'une mappemonde encore en suspens entre deux espèces. L'observatoire de la raison partiellement vociférante de l'humanité actuelle a débarqué dans l'Histoire. Les caméras de la planisphère filmeront les colosses de l'inutile. Quel voyage de plaisantin souriant, un brin ludique, un tantinet fleuri, un rien moqueur!

12 - Les nouveaux exploits de Gulliver

Mais puisque les deux singes, le velu et le nu, semblent savoir déjà, mais seulement en secret et sans se l'avouer clairement qu'ils se trouvent dans l'incapacité gênante et humiliante de se tirer dessus comme au bon vieux temps, leur formidable sur-armement a d'ores et déjà atteint le point-limite du gesticulatoire spécifique du simianthrope désormais privé de levers de rideau d'autrefois. Quelques pithécanthropes aussi isolés que Robinson sur son île ont pris suffisamment de recul pour observer la horde à la fois ostentatoire et empêtrée dans ses gènes; et ceux-là se disent qu'on ne bousculera pas aisément l'évolution ambiguë, poussive et perplexe dans laquelle on se trouve embarqué, puisque les rendez-vous cuirassés avec soi-même donnent encore le change à la masse immense des cerveaux moyens de l'espèce. Mais il est devenu possible d'accélérer la chute des écailles qu'on a sur les yeux. Combien de temps encore faudra-t-il jouer le jeu de l'histoire aveuglée du seul animal condamné à flotter entre ses deux cervelles?

En vérité, le ridicule est un nouveau-venu sur la scène du monde. Cet accélérateur géant des neurones de la conscience, sachez qu'un général chinois vient de l'identifier à Laputa. Si l'Iran était attaqué par les Etats-Unis, dit-il en passant et sans insister, Pékin le secourra même au prix d'une IIIe guerre mondiale. Mais tout le monde sait que Téhéran décode les logiciels des drones d'en face et que le Molière de l'électronique n'a pas besoin de ce théâtre pour ajouter un numéro grondant aux huit tintamarres du comique actuellement en piste. Il se trouve seulement qu'un animal dont l'armature nucléaire est devenue définitivement disproportionnée à sa musculature commence de sculpter ses rodomontades avec précision sur les planches du gesticulatoire, de sorte que les trans-anthropologues dont vous fournirez les phalanges internationales observeront les étapes les plus récentes d'une évolution dont le rythme s'est soudainement précipité.

En 2001, il a fallu recourir en toute hâte au fantasmagorique improvisé de la "guerre des étoiles" afin de tenter de redonner in extremis des muscles et de la couleur au gesticulatoire apocalyptique. Puis, le 11 septembre 2001 a donné un ballon d'oxygène inespéré et même providentiel au mythe fatigué de la pulvérisation cataclysmique. Cette étape a culminé dans la scène hilarante d'une fiole microscopique brandie par le Général Colin Powell devant une Assemblée des Nations Unies bouche bée : en trois quarts d'heure, le diable incarné en Saddam Hussein devait faire exploser le globe terrestre - et l'on a entendu un Premier Ministre anglais prendre la relève de ces trémoussements devant l'assemblée législative tout entière des éberlués et des médusés insulaires.

Mais, de nos jours, le général chinois cité plus haut illustre le plus clairement du monde le retour apparent du gesticulatoire classique, qui semble avoir retrouvé un instant le statut vocifératoire des canons de Marignan. L'orang-outang actuel goûterait-il à nouveau la théâtralisation tonitruante de son capital psychobiologique ancien? Mais ne vous y trompez pas, l'étalage ostentatoire de ses cuirassés et de ses porte-avions n'est plus qu'un masque rendu ambulatoire par sa propulsion atomique. Le hurlement originel refait surface, mais dans un monde qui a ridiculisé les trois cent trente trois mètres de long, les soixante-dix mètres de large, les quatre-dix avions de chasse et les neuf mille mâles et femelles d'équipage du Gulliver des mers.

13 - Le voltage cérébral du pithécanthrope rugissant

Mais si votre génération d'encéphales embarrassés par leurs retrouvailles apparentes avec la vocifération originelle de l'orang-outang devait donner l'exemple d'une jeunesse ardente à s'armer de tensiomètres nouveaux de l'histoire et de la politique simiohumaines, vous armerez le monde de demain d'un voltage cérébral tellement trans-animal qu'une élite nouvelle de notre espèce prendra le commandement de l'évolution crânienne des peuples et des nations. Vous vous trouvez déjà à mi-chemin de la boîte osseuse qui vous attend, vous voyez déjà de haut le capital zoologique d'un animal suspendu entre ses deux os frontaux. Observez bien les mascarades du Yahou contemporain, regardez-le se distancier peu à peu de ses propres simagrées, voyez-le agiter dans le vide ses simulacres et ses faux-fuyants tombés en quenouille, filmez son coincement peureux entre l'orang-outang devenu trouillard, donc conscient, et le pithécanthrope ébahi et étonnez-vous de vous voir vous-mêmes hissés sur tel barreau clairement identifié d'une échelle. Comment se fait-il que vous vous trouviez empêchés à la fois de rebrousser chemin et de progresser? C'est que votre devenir est devenu cérébral dans le miroir du nucléaire.

Mais si vous laissez périr dans l'œuf et avorter piteusement les encéphales rarissimes qui germent dans la postérité politique encore tremblotante de Darwin, vous asphyxierez les phalanges futures de votre raison ; et leur étouffement épaissira les rangs de vos adversaires, qui extermineront les fantassins de votre souveraineté, celle qui, d'un coup de patte, devait bouleverser l'évolution paresseuse du pithécanthrope rugissant.

Je vous donne rendez-vous le 2 janvier 2012

18 décembre 2011
aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr