051113 4 min

ségrégation sociétale

{::export from login by login date: 13/11/05}
croire que faire taire la colère par la persuasion plutôt que les armes parce que ça fait plus civilisé, revient toujours au même principe ancestralement instinctif selon lequel il suffit d'effacer le laid à voir pour qu'il ne reste que le beau.
C'est une erreur de méthode sempiternelle et culturelle.

revenir à "comme c'était avant" (comme par exemple "loi de l'offre et de la demande") sont des chimères irrationnelles, des croyances populaires infondées, naïves. Vouloir les obtenir c'est de la démence.

il n'y a qu'avec une étude attentive et dépassionnée (donc collective) des motivations réelles qu'on doit se destiner à contrecarrer les nombreux facteurs qui sont à l'origine des comportement que le bon sens s'accorde à juger "déplorables". (si jamais ce n'est pas un coup de Bush mais bon je suis un peu seul avec cette théorie)
Mais ce ne sont pas des gens qui sont "déplorables", seulement ceux qui croient ceci, et la cause réelle des premiers : à savoir l'injustice sociale inhérente au système social lui-même, car il n'est pas rationnellement dirigé vers des buts utiles, mais uniquement vers des buts commerciaux utiles à très étroite échelle, sans pouvoir éspérer une "distribution équitable les richesses".
Ici le dicton populaire (et biblique) n'est pas "voulu", il est "brandit" comme une carotte pour un âne.
Ce n'est qu'une naïve espérance.

Du coup "ce monde" est une injustice.
Il va bien falloir se rendre à l'évidence.

pour moi déboucher à la nécessité est la preuve du mauvais usage antécédent de sa Liberté.

La liberté d'une population, c'est de choisir agilement l'organisation sociale qui correspond le mieux à sa capacité de production.
Aujourd'hui tout le monde pourrait vivre décemment.
en contre-partie le contrôle des naissances est une nécéssité absolue.

Par exemple en état de guerre le système va changer subitement, le marché noir va prendre le relais, etc... donc on y assistera qu'on le veuille ou non.
Autre exemple il a déjà changé au vu et su de tout, dans le silence total, le jour où l'argent s'est désolidarisé des valeurs-objets, devenant virtuel, et donc créable d'un clic, il y a peu de décennies.
Ce n'est donc pas difficile de changer de système sans créer de bouleversement.

Autre exemple la téléphonie pourraît être gratuite avec internet, et ça ferait granement avancer le traffic d'information à l'intérieur du système.
Dès lors comment faire marcher un système si complexe quoi que gratuit ?
Quitte à planifier l'activité humaine, pourquoi ne pas utiliser toute cette énergie disponible en l'employant à des causes humanitaires et du type précédent, à savoir "social tout simplement".

C'est justement l'abesence de capacité à servir sa société qui constitue une restriction de Liberté insupportable pour les révoltés.
Les punir ? vous êtes fous ?
Les honorer mais les calmer pour temporiser ? Une nouvelle méthode ?

Comment est-il acceptable de temporiser, voire retarder, alors que toute le système social humain est basé sur le chronomètre, que les mois passants sont des coûts à supporter ?
Pourtant n'est-il pas sage d'agir raisonnablement ?
Ne serait-ce pas mieux si cela était possible ?
Si les politiciens arrêtaient de la ramener sur des sujets qu'il faut mieux confier à des spécialistes ?

Il va de soi que dans ce cadre nouveau, les réticences des pouvoirs en place, contingents des pouvoirs financiers, n'apparaissent plus que comme une auto-défense contre l'évidence,
une idée si grande qu'elle met du temps à se distiller dans les esprits

en même temps j'aime bien me dire que les peuples du monde entier sont dignes de trimer comme ils le font;
mais leur grandeur de coeur et leur tolérence est usitée à but commercial ce qui les mène à l'esclavage, dont on sait qu'il n'est acceptable que pour une population n'ayant jamais connu autre chose.

Et ce qui m'effraie dans cette perspective, c'est de voir le discours s'accrocher au "racisme", alors que ça n'a aucun intérêt ni ne fait rien avancer, devenant un objet étudiable du coup, et dès lors l'esprit se focalise sur autre chose que la raison profonde du malaise de la société, à savoir tout simplement son manque de méthode.

Avant de lâcher le clavier, j'aimerais couper court à ce discours de folie actuellement répercuté dans "l'actu", à propos de l'immigration :
Rien que la démogrphie produit les mêmes effets que l'immigration.
Tout ce que ça prouve c'est que le système n'est pas agiile pour s'adapter.
Logiquement plus de citoyens = plus de besoins = + de produits = + de travail = tout devrait fonctionner normalement.
Pourquoi n'est-ce pas le cas ?
A cause de la non "intégration sociale ?"
A cause de l'immigration ?
C'est trop peu crédible cmme argument comment les gens peuvent s'accrocher à une explication aussi manichéenne ?