051108

ségrégation sociétale

C'est ce soir que le couvre-feu, argumenté positivement par le fait que les jeunes "n'ont rien à faire dehors", ressemble plus à ce qui est sa nature, la volonté de "faire taire".

En ayant préalablement créé la confusion entre les ennemis en désignant d'autres "victimes", des citoyens innocents plutôt que des "déshérités" (tout aussi innocents),

le couvre-feux est du coup rendu admissible par la plupart sur le fondement de la tranquillité d'esprit.

En effet la volonté de casser le rythme d'une révolution grimpante peut se faire voir, mais moi j'y verrai plutôt une réaction disproportionnée voulue pour des raisons obscures, et bien que cette hypothèse soit peu crédible ça n'empêche pas que l'ensemble des actions menées ont pour effet concordant à chaque fois d'aboutir au déferlement de la violence aveugle et injuste.

Ce qui va arriver est que le couvre-feux (je ne comprenais pas ce mot exactement hier, n'osant y croire) ne sera aucunement respecté, pourquoi le respecter après avoir fait les effractions nerveuses précédentes qu sont bien plus graves ?

Compris comme l'incompréhension que ça suscite, c'est vécu comme une provocation, dont l'application aura été refusée dès la prononciation de l'idée.