111024 8 min objection de conscience

l'equi-monde

On peut lui donner le nom qu'on veut, Equi-monde, HumanState, Etats-Unis du Monde, Gaïa Project....

Il s'agit de créer un état transnational, dont la première des caractéristiques est d'être indépendant du lieu où on habite.

C'est vrai, pourquoi être un citoyen d'un pays si on ne l'a pas choisi, et si ces pays sont en guerre ? N'est-ce pas là le résidu puant d'une époque où le libre-arbitre n'avait pas d'effet sur les coutumes ?

Car voyez-vous, nous pays occidentaux sommes en guerre contre les pays pauvres, ou même en fait en concurrence contre tous les pays du monde, dans une lutte acharnée pour, non pas le pouvoir, mais au stade où nous en sommes seulement pour la survie d'un "mode de vie" aussi irresponsable que maléfique.

Ces guerres sont menées pour que les gens puissent continuer de vivre dans une paix factice où on leur sert des informations qui font ce que fait la raison dans un cerveau malade, à savoir trouver des excuses pour ne pas se fatiguer à voir la réalité en face parce que cela a trop d'implications (ce qui est le principal facteur du fameux sentiment d'insécurité tant prôné par les avares).

Dans l'armée nous avons des "objecteurs de conscience", qui selon la loi ont le droit de refuser de partir en guerre, du moins tel que cela était formulé à l'époque où les armées n'étaient pas professionnelles, et où les guerres éclataient vraiment entre les civilisations.

Aujourd'hui aucune guerre n'éclate entre les civilisations, il n'existe quasiment aucun racisme à par celui qui est motivé et entretenu par les médias, afin de rendre logique le fondement du principe du commerce ; les gens n'ont aucune envie ni aucune motivation pour aller reprocher à d'autres des irritations dont ils savent facilement localiser la vraie nature.

Seuls les gouvernements provoquent, veulent, désirent et mènent à bien les guerres meurtrières de grande échelle, ceci afin de satisfaire la voracité des industriels qui risquent de devenir complètement fous si jamais on leur annonce qu'ils perdent de l'argent.

Ainsi, bien qu'utilisés pour le profit des industries et financés par les citoyens, les militaires ont perdu tout honneur en continuant d'exercer une activité qui n'a plus aucune légitimé. Aujourd'hui les "armées" devraient plutôt être des gens capables d'intervenir dans des missions périlleuses pour sauver des vies humaines.

Bref, l'objection de conscience n'a même plus à s'appliquer puisque le citoyen, désormais, on ne lui demande plus rien, seulement de participer à un rituel démocratique sans aucune valeur et qui n'a aucun impact sur le système de servage qui a été mit en place au fil des décennies, avec un soin et une méthode qui le rendent presque impossible à décrotter.

En passant, je me demande même comment ils ont réussi le tour de force de faire que les élections démocratiques occidentales soient réalisées de telle manières que personne n'ait le droit de communiquer à autrui ce que sera son vote, et d'en discuter publiquement, comme si cela devait rester une affaire privée.

C'est vrai qu'en parler au travail (quand on en a un) risque de nous le faire perdre, puisque ces patrons sont forcément très contents des génocides commis au nom de leur profits, et ils ne manquent pas de le faire savoir sans aucune retenue, au point de discriminer directement ceux qui ne sont pas de "droite" dès l'embauche. Sinon leur "motivation" risque fort de passer pour un mensonge !

Pourtant, non seulement les gens devraient débattre publiquement de ce qu'ils veulent voter, mais surtout, cela donnerait la seule et unique assurance que ces scrutins ne sont pas truqués.

Alors j'ai ma Tata, ancienne secrétaire présidentielle qui me dit que la rigueur avec laquelle ces scrutins sont menés est telle qu'il est impossible de frauder. Mais moi je dis qu'il est réellement impossible de frauder si les gens savent qui a voté pour qui, en affichant leurs noms dans une base de données publique, ceci afin que n'importe qui puisse recompter les votes.

Mais ça, c'est encore secondaire. Voter n'a jamais mené à rien, et involontairement, quoi que nous fassions, quelle que soit notre "cas de conscience", on est tous obligés, forcés, d'être dans le camps des impérialistes criminogènes, qui condamnent le monde à son autodestruction, avec une probabilité qui atteint les 100% pour l'an 2150 si j'en crois les dernières nouvelles.

(les non terrestres, eux, s'inquiètent plus pour la faune et la flore, qu'ils jugent exceptionnelle)

Car dans la pratique, nous participons à ce chantage consenti qu'ils nomment "commerce", sommes obligés d'acheter pour survivre, et la bonne conscience est donnée dans le choix (responsable) des produits, un peu comme dans le choix (responsable) des politiciens.

Quelle que soit notre activité, indépendamment de ce que la conscience crie, tous nos actes ne font que renforcer, enrichir et conforter cet occidentalisme criminogène, dont nous n'observons que les prémisses aujourd'hui avec la Libye.

Et qui dans peu de temps, s'appliquera sans aucune hésitation directement à tous ceux qui s'opposent à l'empire (en leur envoyant des cancers par micro-ondes ou n'importe quelle technique assez couramment utilisée, dite "chirurgicale", mais là c'est au sens propre).

-

Bon.
(c'était juste pour placer le contexte)

Une des solutions que j'avais trouvée pour la Palestine était ce principe d'état non territorial, où n'importe qui, même deux voisins du même immeuble, peuvent appartenir à des pays différents, respecter des lois qu'ils ont choisies librement, et se soumettre à un fonctionnement auquel ils adhèrent moralement, sans pour autant que ceux qui n'y adhèrent pas en subissent les conséquences, puisque eux seraient sous l'égide d'autres lois, d'autres fonctionnements.

Dans ce cadre-là il fallait, comme le préconise également G. Galloway, un sur-état qui s'occupe d'administrer les biens communs, dont l'administration doit être confiée à l'intelligence scientifique et en aucun cas à des opinions.

Ici, voilà :

(ah ils aiment le principe de concurrence libre et non faussée ? alors OK !)

Si sur un même territoire les états sont en concurrence dans la mesure où le citoyen paie les impôts pour le système qu'il désire, eh bien du coup cela les forcerait, les uns et les autres, à se montrer les plus séduisants possibles.

Imaginez qu'on puisse dire (beaucoup en rêvent) MERDE au pays qui est le nôtre, la France, le Canada, à ce Système, sa politique névrotique, ses guerres, ses mensonges, ses abus, son indécence, son outrecuidance, sa suffisance, et cela grâce à un acte simple et décisif : adhérer à un nouvel état transnational.

Voyons quelles seraient les conséquences, et deuxièmement, quelles devraient être les principe de cet Etat mondial, dont la vocation est de regrouper les Indignés.

Mais que ces considérations ne soit pas prises au pied de la lettre, l'objectif est véritablement de créer une immense vague d'émigration morale de ces pays criminels, autant que des pays assaillis évidemment.

Premièrement, le but étant de ne plus participer à la vie politique et économique du système qu'on veut abandonner, il faut avoir le courage de perdre sa nationalité, ne plus payer d'impôts, ne plus rien consommer en provenance des industries ayant un but lucratif, et pouvoir présenter une pièce d'identité officielle stipulant qu'on est un objecteur de conscience, membre d'un état mondial, dont on respecte les lois, et que les lois et les impôts du "pays" historique où on habite, eh bien on n'en veut plus ! (dans quelle langue faudra-t-il le dire ?)

Voyons maintenant ces lois ou principes, qui motiveraient cette migration.

Les lois civiles ne sont que des prérogatives citoyennes, jamais des ordres abrupts, car on désire que le citoyen soit responsable mentalement, si on veut qu'il soit impliqué moralement.

L'état transnational aurait pour prérogative de mettre en oeuvre les dispositions qui permettent de mener à bien une activité professionnelle au profit de ce système non-injuste.

Si il fonctionne comme je l'ai décrit dans d'autres articles, en créant sa propre monnaie selon les règles pensées et mises en oeuvre dans le but de favoriser l'abondance et la gratuité, et en plaçant le Droit avant les moyens, il aura vite fait d'obtenir une indépendance forte.

C'est normal et très facilement prévisible, puisque l'activité professionnelle serait stimulée par le fait que tout se fait sans but lucratif (le calcul est simple, sans but lucratif veut dire que tout est moins cher !), étant donné que les moyens découlent des Droits (par des mécanismes simples déjà expliqués en long en large et en travers).
Les activités professionnelles sont encouragées en fonction de leur utilité, et (pour aller vite) rien n'est autorisé à freiner ces activités.

On peut aussi s'imaginer plusieurs étapes évolutives, entre l'adhésion et la participation de plein pied au nouvel édifice civilisationnel, de sorte qu'une adhésion symbolique puisse donner lieu à un véritable changement de paradigme.

Mais ce qu'on peut s'imaginer avec le plus de facilité, c'est la tête que feraient ces mafieux politiciens quand ils s'apercevront que des millions de personnes se seraient évadées du circuit fermé dans lequel ils avaient espéré les garder éternellement, et que leur activité n'aurait pas d'autre effet que d'en convaincre toujours plus d'adhérer à un autre système qui prône l'abondance et la gratuité, qui découlent logiquement d'une gestion à long terme de ressources.

Ils se retrouveraient avec leurs gros tas de billets que la moitié des habitants de la terre refuseraient d'accepter, heurtés par les souvenirs douloureux d'un moyen-âge obscurantiste et criminel... et confortés par les résultats probants d'une gestion intelligente et de principes systémiques en accord avec les valeurs morales d'une humanité qui possède le désir de vivre.