061113 4 min

Re: discours de politicien

à partir de : bellaciao.org

cool, j'peux parler à un de ces gars de la télé !
Pouvoir débattre en public est un bien précieux comme le diamant.

Cher monsieur le politicien,
Je sais que vous faites un métier difficile mais je me demandais si par hasard vous auriez pas un poste à pourvoir pour planifier les changements structurels majeurs dont dépend la survie de l'humanité à moyen-terme et dont personne ne parle jamais ?
En fait il me faudrait une équipe d'environ 500 à 2000 personnes pour être sérieux.

J'en profite pour critiquer amicalement votre récupération de l'antilibéralisme sous forme de "libéralisme moins agressif", mais à mon avis cela ne peut être un bon cadre pour les transformations dont je vous ai parlé.
Pour étayer ce que je nomme succintement "mon avis", c'est uniquement d'ordre scientifique : on teste et on voit le résultat.

Que les politiciens soient maintenant obligés de venir parler avec les vrais gens est une bonne évolution.
"Ils" parlent de démocratie participative, sans trop s'étendre sur les détails dont par exemple en quoi ça consiste, mais en gros bientôt Sarko, Ségo seront obligés d'y passer aussi. Répondre aux questions soulevées serait vraiment une bonne avancée. Même à l'assemblée nationale ils répondent jamais aux questions (et pire que tout leur réponse met fin péremptoirement à la discussion).

L'exercice de la candidature a aussi l'air de pousser les gens à faire des affirmations de plus en plus évasives et convaincues à la fois.
Je trouve que cela est une agitation stérile, une fébrilité malsaine, et un spectacle affligeant.
Surtout mesuré à côté des crimes contre l'humanité qui se trament dans le dos des gens.
J'espère qu'un jour les gens seront au courant, et qu'ils se révolteront en masse contre la mafia politique planétaire, émanation du capitalisme outrancier nommé "libéralisme".

Un seul élu, qui que ce soit, ça ne mènera à rien, c'est évident.

La structure gouvernementale commence historiquement à se gripper, vous avez remarqué ?
Les Droits de l'Homme s'érodent. Vous êtes d'accord ?
Les causes de cela sont la non limitation morale, impulsée par l'appât du gain perpétuel, vous êtes d'accord ?
Il en résulte un mouvement brownien qui conduit l'humanité à une crise sans précédent, comment ne pas le voir ?

C'est sûrement cela qui rend crédible l'idée de démocratie participative, et de 6ième république.
Ce serait 1% du bon chemin à suivre.
Mais admettez que rien n'a été pensé de probant. Je le sais car c'est ce à quoi je travaille depuis plusieurs années, et c'est très rarement assez élaboré. Et quand ça l'est, au mieux c'est récupéré dans un discours...

Moi je voterai (à la limite) pour celui qui détournera l'argent de la guerre pour la médecine, qui fera des taxes sur la bourse, penchera en faveur d'Hugo Chavez, condamnera fermement les violations aux droits humains (notamment Israël et les USA) et proposera un mode de fonctionnement qui fasse en sorte que le système soit non libéral.
Une seule personne ne peut pas faire cela, évidemment.
Prétendre le faire c'est autre chose.

L'antilibéralisme, que vous, vous modérez (en plus !) en argumentant "un libéralisme moins sauvage", est précisément ce qui nuit à tous, à court et à long terme.
Comme ça s'est dit de la bouche de personnes très bien placées pour le dire, le libéralisme : "on a déjà bien assez essayé".

On voit bien que l'économie mondiale est une erreur de calcul, elle ne fonctionne pas, tout le monde est endetté, ça ne veut plus rien dire.

Ce système empêche seulement de faire travailler ceux qui auraient des solutions pour un meilleur futur, de développer d'autres énergies, etc... Personne n'en a le temps, prit dans ses tourments quotidiens.
Le manque de temps est une carence mortelle.

Car au final, oui, c'est déjà le cas, c'est déjà "participatif" : ce sont les gens qui font que le futur est meilleur, et le système social sculpté par les politiciens ne ferait que le leur permettre.

En fait historiquement ce sont surtout les révolutions qui ont été les plus prolifiques pour système social et culturel, et toujours à l'encontre de la volonté des politiciens, qui symbolisent l'anachronisme, ne sont que les rouages déterministes d'un système établi et plus jamais remit en cause.

Voter pour qui que ce soit sera de toutes manières catastrophique puisque ça ne changera rien. Je n'ai jamais vu des élections aussi inquiétantes. C'est comme perdu d'avance pour tout le monde.

-8119