061101 4 min

ce qui est parent de la violence

A propos de l'article "Nos Enfants..." : bellaciao.org

En fait il ne s'agit jamais que de rebondir sur ce fait-divers pour aborder le thème : "nos enfants", bonne porte d'entrée pour ensuite aborder le thème : "ce système".

C'est un peu dommage si ce sujet très important attend un fait-divers pour devenir intéressant.
C'est surtout le bas âge des ptits gars qui aura conditionné ce thème alors.
Même si pour ma part il n'est pas encore possible d'écarter d'autres thèses plus conspirationnistes.

Une question de société.
Les actes criminels peuvent varier de nature, et si aujourd'hui on constate une augmentation du professionnalisme terroriste, c'est aussi que toute la pyramide de cette violence gonfle.

A sa base est la violence morale, une somme de procédures venues des adultes et transmises à "nos enfants" qui les frustrent et les inhibe.

'Nos enfants" voient vite qu'il n'y a rien à faire sur cette terre.
Tout ce qu'il y a de bon est imaginaire, et tout ce qui importe est physique, ça fait une grave scission. Une grave déprime. qui a des causes matérielles, et qui les accentue.
Car outre les révoltés (les énergiques) il y a ceux qui se suicident sans rien dire, ceux qui n'accorde aucun intérêt aux procédures culturelles (les détachés), ceux qui s'enferment chez eux et n'ont pas de relations sociale, tout ça ce sont des variantes du même malaise.

A un moment donné à cause de ce mauvais traitement réservé à ces actes qui sont parlants de problèmes plus vastes et profonds (répression = réponse inappropriée = violence), la violence peut muter vers une augmentation des crimes inopinés.
Comme ce garçon de 15 ans qui a soudainement tué une copine à coups de couteaux en se référant à un film qui faisait pareil.
Sans savoir pourquoi. Sans qu'on puisse accuser personne.

Ainsi les accusations d'aujourd'hui n'auront plus lieux d'être, (proclamer "chez moi c'est calme" constitue une accusation) tandis que les crimes continueront, voire augmenteront.
Tant qu'une réponse appropriée n'est pas apportée, c'est logique que ça continue.
Les beaux discours uniquement appuyés sur l'effet psychologique du slogan sont d'une très faible efficacité face à cela.

Alors on leur répond "si vous avez des propositions, parlez !" mais pour faire quoi ? Se faire récupérer est le summum du succès d'une idée.
Ce n'est pas comme ça qu'une idée sérieuse entre dans l'engrenage des fonctionnements, demander à entendre une phrase magique en réponse à tous les problèmes et leur profondeur, c'est à la limite de l'insulte.

Le pouvoir au peuple ?
On leur dit aussi avec ingénuité "allez voter" eh oui c'est le seul moyen, il n'y en a pas de meilleur, mais voilà quoi, la plus grande révolution possible c'est de voter pour qui déjà ?

Si il y a trop de divergences entre les gens, si la plupart vote par effet-mouton, si le résultat ne convient pas à une part importante de la population, on arrive aux limites du système démocratique, car il devient peu efficace.
Si il faudrait diviser la société et créer deux pays avec les riches d'un côté et les pauvres de l'autre, si c'est ça qui arrange les affaires de tout le monde, alors c'est déjà la preuve d'un échec. Imaginez ça, la France quand même, pays des Droits de l'Homme, divisée. Avec un mur de protection entre les deux pourquoi pas ?
C'est la dernière mode en ce moment.

Que faut-il faire pour obtenir ce qui est juste ?
Si cette question intéresse quelqu'un, le simple fait de se le demander initie le travail profitable qui en sera la réponse.

A la base du problème de fond
Toute l'éducation est le mot contraire du mot "stimulante", alors que la stimulation de l'acuité intellectuelle devrait être la principale ligne directrice de l'instruction. C'est elle qui permet de faire évoluer ce qui est ensuite nouvellement instruit aux jeunes. (dans un monde normal ce serait comme ça)
Là aussi, on récolte ce que l'on sème.
Ça n'est pas injuste.

-8119