64 min

Ii - L'invention des notions de « peuple élu » et de « terre promise »

"La chose la plus difficile au monde est de suivre à la trace n'importe quelle idée jusqu'à sa source!." (Edward Mandell HOUSE)

2ème Partie

Aux sources du sionisme

II - L'invention des notions de "peuple élu" et de "terre promise"

La "Terre promise": "De nombreux versets du Deutéronome, de la Genèse, de l'Exode, des Nombres, du livre de Josué décrivent un territoire qu'un notaire divin aurait "promis" à un groupe de fuyards-fantômes, conduits par un guide spirituel imaginaire, qui a confié l'achèvement de sa mission à un chef de guerre fictif, lequel a réussi l'exploit de faire s'écrouler les murailles d'une ville qui n' en avait pas à l'époque supposée des évènements..."

- 1 - Un regard sur l'actualité
- 2 - Histoire réelle et Histoire mythique
- 3 - Quelques jalons historiques
- 4 - Le roi Josias impose le monothéisme dans le Royaume de Juda
- 5 - La rédaction du Deutéronome
- 6 - Le virus morbide de "peuple élu"
- 7 - Qu'est-ce que la "Terre promise"?
- 8 - La mort de Josias et la destruction du Temple
- 9 - Conclusion

1 - Un regard sur l'actualité

Tout le monde se souvient de la mise en scène réalisée par un obscur sous-ministre du petit Etat d'Israël lors d'une convocation de l'ambassadeur turc et du scénario complaisamment détaillé en hébreu à l'intention de la presse convoquée pour la circonstance: un vaste et confortable fauteuil haut sur pattes au centre de la pièce dans lequel s'étalait complaisamment le petit fonctionnaire au veston débraillé et un étroit siège bas dans un coin, près de la porte, réservé au représentant du grand pays qu'est la Turquie.

Cette saynète n'est pas uniquement la manifestation de la grossièreté accidentelle d'un individu particulier, elle est la représentation, en tous points réaliste, du théâtre mental et symbolique qui se joue dans les cervelles, non seulement des dirigeants, mais des 94% des habitants qui approuvent la politique de ce microscopique Etat. L'inconscient biblique théâtralisé a brusquement débarqué sur le devant de la scène politique. D'après ce scénario, le "peuple élu" s'épanouit confortablement au centre de l'univers, tandis que le "reste du monde" est relégué en vrac dans les banlieues de la planète.

Le sous-Ministe israélien Danny Ayalon et l'Ambassadeur de la Turquie, son Excellence Ahmet Oguz Celikkol

Jamais un Etat n'avait à ce point révélé au grand jour les phantasmes qui grouillent dans les neurones de ses dirigeants. Mais si l'ambassadeur d'un Etat de quatre-vingts millions d'habitants, riche d'une culture millénaire, d'une industrie prospère et d'un prestige international de plus en plus mérité est traité avec un tel mépris par un fonctionnaire subalterne d'un étaticule né de la dernière pluie, il est facile d'imaginer les sentiments qu'éprouve le "peuple élu" pour les "arabes" qui les entourent et qui, à leurs yeux, polluent leur "terre promise " par leur seule présence sur les lieux.

Caricature non signée parue dans un journal turc (source Al-Manar)

D'ailleurs David Ben Gourion justifiait le nettoyage ethnique des Palestiniens dès juin 1938 dans une déclaration à l'agence juive, donc avant même la création officielle de l' Etat: " Je suis pour le transfert forcé. Je ne vois rien là d'immoral." (cité par Ilan Pappé, Le nettoyage ethnique de la Palestine)

Une fois obtenu le principe de la création d'un Etat, le même Ben Gourion, considéré par certains comme un "homme de paix" digne d'être honoré par l'attribution d'un lieu public à Paris, avait prévu à la fois l'objectif et les moyens de parvenir à l'éradication de la gangrène que constitue, aux yeux des colonisateurs, la présence de la population palestinienne: "A la suite de l'établissement de l'Etat et après la mise sur pied d'une grande armée, nous abolirons la partition et nous nous étendrons sur l'ensemble de la Palestine. L'acceptation de la partition ne nous engage nullement à renoncer à la Cisjordanie. On ne demande pas à quelqu'un de renoncer à son rêve. Nous accepterons un Etat dans les frontières fixées aujourd'hui - mais les frontières des aspirations sionistes ne dépendent que des Juifs et aucun facteur externe ne pourra les limiter."

Le "reste du monde", qui n'a jamais rien compris à la psychologie des sionistes et à leur rêve, n'est pas mieux traité, aujourd'hui, que l'ambassadeur de Turquie. Celui-ci n'est pas le seul, en effet, à avoir enduré l'arrogance pathologique des dirigeants sionistes. Le ministre des affaires étrangères français a accepté sans broncher de passer sous les fourches caudines de l'interdiction qui lui a été vertement signifiée d'entrer dans le bagne de Gaza et il a obtempéré piteusement. De même, le souverain pontife romain, représentant pourtant d'un milliard de chrétiens et oublieux de la parabole du bon Samaritain, a rasé le mur au sens propre et a avalé sa mitre lors de son pèlerinage récent autour des emmurés. Il s'est plié humblement à tous les oukazes de l'Etat hébreu. De même encore, moult commissaires et députés de l'évanescente et lâche Union européenne n'osent piper mot et obéissent, l'échine basse, aux interdits qui leur sont opposés.

Le pape Benoît XVI rase le mur israélien, Discours devant le mur à Bethléem, le 14 mai 2009

La mansuétude du microscopique Moloch dressé sur ses ergots et le jabot gonflé d'une morgue effrontée, est allée, après un premier refus hautain, jusqu'à permettre à la pâle représentante de la politique étrangère d'une Europe dont l'esprit de soumission n'a plus de limites, de jeter un coup d'œil sur les bagnards dont les citoyens européens financent les infrastructures sur un territoire que le "peuple élu " s'empresse immédiatement de transformer en tas de gravats dans un jeu de massacre à répétition, et sans que personne ne se lève pour crier avec colère " ça suffit! " et oblige le prédateur à payer pour ses destructions.

Aux dernières nouvelles, le secrétaire général de l'ONU, après avoir essuyé, lui aussi, un premier refus impérieux, a été finalement "autorisé", on ne sait à la suite de quelles pressions, à fouler le sol du bagne de Gaza. Mais une fois arrivé à l'aéroport, aucun membre du gouvernement hébreu n'était présent pour l'accueillir. "Je suis humilié", a gémi M. Ban Ki Moon.

Une question se pose: quelles peuvent bien être les racines psychobiologiques de l'incommensurable arrogance des membres d'un petit Etat qui vient de débarquer sur la scène internationale mais qui donne des ordres à tous les autres Etats de la planète, formule des oukazes, présente des exigences, menace qui lui plaît, détruit quand ça lui chante, tue, ravage, insulte les ministres anglais qu'il compare à des chiens, le tout dans une sorte de silence pétrifié des puissances politiques de la planète transformées en statues de sel?

De plus, d'où vient la totale et inhumaine insensibilité du bourreau qu'il est devenu à l'égard des souffrances endurées par ses victimes ?

- Le territoire, les rats et les hommes
- L'axe de l'apocalypse se rue à l'assaut du camp de concentration de Gaza.

Or, des recherches récentes en éthologie viennent de démontrer que la capacité d'empathie n'est pas le propre de l'homme (voir le Monde du 27 février 2010). Il est prouvé que les grands singes, les éléphants et d'autres mammifères sont sensibles à la souffrance d'autres animaux, même s'ils ne font pas partie de leur groupe. Les Israéliens qui approuvent à une majorité écrasante les actions criminelles de leur armée sont-ils moins aptes que des éléphants et des singes d'éprouver de l'empathie pour les souffrances qu'ils infligent à des civils désarmés, à des enfants et même à des nourrissons sous prétexte qu'ils ne font pas partie de leur tribu? Pire que la jungle, l'Etat d'Israël?

Empathie animale

Barbarie israélienne

"Si Israël ne s'est jamais lancé dans un génocide de l'ampleur de l'Holocauste, le nettoyage ethnique que cette nation inflige aux Palestiniens équivaut, moralement, à une version lente et en mode mineur des camps de la mort. J'ai du mal à comprendre comment un peuple pour lequel il a été si difficile de se relever des horreurs de l'Holocauste peut ensuite infliger à d'autres ce qu'on lui a fait " écrit le grand romancier sud-africain André Brink dans ses mémoires, intitulées Mes bifurcations (Actes Sud, Arles, 2010)

Mais il ne suffit pas de s'indigner, de décrire et même, comme le fait le grand romancier André Brink ci-dessus, d'établir des rapports judicieux avec des évènements comparables déjà survenus dans l'histoire du monde. Le comportement politique du sous-ministre humiliant un ambassadeur est une caricature de l'ensemble de la politique d'un Etat incapable de s'insérer dans la politique mondiale, d'un Etat qui tue de sang-froid, se spécialise dans une épuration ethnique aussi féroce qu'hypocrite, détruit ses voisins et va même jusqu'à pointer ses têtes nucléaires sur les Etats européens qui sont pourtant d'une servilité exemplaire à son égard. "La septième chaine israélienne a diffusé un entretien exceptionnel avec le professeur Martin Van-Crevel, spécialiste mondial de référence des guerres de basse intensité. Le professeur émérite de l'Université hébraïque de Jérusalem y a développé publiquement les propos qu'il tient depuis une dizaine d'années dans les cénacles fermés des académies militaires israéliennes et états-uniennes. "

Et que dit ce M. Crevel : "Dans le cas où les Européens s'opposeraient à une déportation [des Palestiniens], Tel-Aviv n'aura d'autre choix pour survivre que de détruire des capitales européennes sous le feu atomique, étant entendu que les Européens ne pourront pas riposter sans tuer leurs amis Palestiniens."

Il tient ce discours depuis 1998 (voir La Transformation de la guerre, Editions du Rocher, 1998) et non seulement cet individu n'a toujours pas été interné dans un asile d'aliénés, mais il se répand en conférences et en émissions de télévision sans que personne trouve à redire à ses déclarations. Il s'agit d'un homme qui se définit lui-même comme un "chien enragé ", sauf que les chiens enragés ne courent pas en liberté dans la nature. Ils sont euthanasiés.

Le Professeur Martin Van-Crevel

Qu'un fantasme militaire aussi absurde que criminel puisse bourdonner dans la cervelle d'un homme qui n'est pas un quidam de base et qui exerce une fonction de "conseil" dans la hiérarchie militaire, démontre le dérèglement mental qui a atteint aujourd'hui des échelons importants de cet Etat.

C'est afin de comprendre les origines psycho-religieuses de l'arrogance pathologique et de l'impunité dont jouit cet Etat auquel il est permis de traiter de chiffon de papier soixante sept résolutions de l'ONU condamnant sa politique de colonisation et de persécution des Palestiniens, qu'il est important de remonter à l'origine de sa séparation psychologique d'avec "le reste du monde".

Voir: Ils ont crucifié Marianne... Les nouveaux exploits de Tartuffe en Palestine

Jai donc essayé de remonter le plus loin possible dans le temps, afin de tenter de découvrir dans quelles circonstances une tribu modeste, devenue progressivement une petite nation enserrée entre deux puissants empires - l'empire égyptien d'un côté et l'empire assyrien, puis babylonien, de l'autre - s'est construit un arrière-monde mythique qui en fait une sorte de météorite chu d'une autre galaxie et impossible à intégrer dans le jeu diplomatique de la civilisation actuelle. Cet Etat se permet de ne respecter aucune règle de la morale internationale la plus élémentaire et n'obéit même pas aux réflexes de l'éthique animale récemment mise en lumière par les éthologues.

J'observerai ultérieurement comment cet arrière-monde auquel il a accroché son "rêve" s'est si bien durci dans les cervelles durant les 1900 ans d'absence de ce groupe humain de la scène politique mondiale, qu'il a façonné au fil des siècles un homo israelus psychiquement pré-conditionné par un imaginaire allogène au fonctionnement normal des Etats modernes. Il s'est rué sur le Moyen Orient comme un "chien enragé", reconnaît-il, lorsqu'il a été autorisé à reprendre pied en Palestine. Aujourd'hui, il n'hésite plus à menacer le monde entier - à commencer par ses frileux alliés - d'un arsenal nucléaire entassé en toute illégalité mais, suprême dérision, avec l'aide hypocrite des nations qu'il menace aujourd'hui de vitrifier.

*

Avant d'en arriver à la description des circonstances qui ont présidé à la rédaction du Deutéronome, le texte fondateur de la mythologie juive, je rappellerai quelques jalons de l'histoire "normale" de la région durant les cinq siècles qui s'étendent entre le -Xe et le -Ve siècles. En effet, c'est dans un contexte politico-social précis, qu'il est essentiel de connaître, que fut élaboré le grand roman théologico-politique que constituent les écrits bibliques. Or, le Deutéronome, réputé fondateur du monothéisme, fut le premier des textes rédigés, même s'il figurera plus tard en cinquième position dans le Pentateuque ou Torah. C'est dans ce " Livre " que furent introduits dès l'origine les thèmes de "peuple élu" et de "terre promise" qui détermineront de manière définitive les relations politico-psychiques de ce peuple avec ses voisins et avec "le reste du monde". Les "Biblia - les Livres - constituant un ensemble aujourd'hui appelé "Ancien Testament", sont un patchwork de parties hétérogènes rédigées à des époques différentes par des scripteurs différents et réunies dans un ordre grossièrement chronologique afin de leur donner à l'ensemble un semblant de cohérence. Mais ces textes sont à l'histoire de cette population ce que la légende arthurienne est à l'histoire de la France.

2 - Histoire réelle et histoire mythique

Qui sont les rédacteurs de la fiction biblique appelée Ancien Testament, dans quel but, quand et dans quel contexte cette fiction a-t-elle vu le jour?

L'historien italien Mario Liverani, dont j'ai déjà parlé dans mon précédent texte, apporte à ces questions les réponses les plus logiques, les mieux argumentées et les plus crédibles qui peuvent être présentées dans l'état actuel de la science historique. Son ouvrage capital bouleverse l'historiographie biblique qui en était plus ou moins restée à Ernest Renan et à sa volumineuse Histoire du peuple d'Israël en cinq volumes parue en 1887.

Il ne s'agit évidemment pas, tant dans l'ouvrage de Liverani que dans le présent article, de jeter négligemment aux poubelles de l'histoire les récits non historiques de l'Ancien Testament et de n'y voir qu'un tissu de mensonges. Les récits bibliques sont une loupe qui permet, non seulement de lire, mais de comprendre le présent. Littéralement parlant, il s'agit, en effet, d'affabulations pour certaines des péripéties relatées, de grossissements volontaires à des fins politiques ou religieuses d'un petit évènement réel pour d'autres et enfin, de mythes pour les plus intéressants.

Voir: Aux sources du sionisme : La Bible et l'invention de l'histoire d'Israël

Le mythe n'est pas dans l'histoire. Il est l'histoire, car il crée l'histoire. Il est hors du temps ordinaire car il est le temps universel et il dévoile une vérité universelle. Le récit n'est que le support matériel de circonstance destiné à véhiculer cette vérité. C'est pourquoi le mythe ne recherche pas la vraisemblance. Peut-on voler le feu du soleil ? La réponse est évidente. C'est pourquoi Prométhée n'est pas un vrai voleur d'un vrai feu, Icare n'avait pas de vraies ailes de cire qui auraient fondu parce qu'il s'est imprudemment approché du soleil, Sisyphe n'a pas passé sa vie à soulever un vrai rocher et une femme nommée Sara, vieille épouse d'un homme appelé "Père de la multitude" - Abraham - n'a pas enfanté à l'âge canonique de cent ans.

Les évènements miraculeux ne sont pas des matériaux historiques. C'est pourquoi le mythe des deux enfants d'Abraham parle de tout autre chose que de la parturition miraculeuse d'une vieille épouse légitime et d'une jeune servante . Abraham est une métaphore du Créateur-géniteur. Il est donc le père de tous les peuples - notamment des peuples de la région. Mais attention, les "fils", donc les peuples, ne sont pas égaux, dit le mythe: l'un est le fils de la femme légitime, tandis que l'autre est né d'une union ancillaire.

Contrairement aux codes antiques les plus respectés, qui donnent automatiquement la préséance à l'aîné, c'est le cadet, Isaac, qui deviendra le fils préféré, puis le successeur du père, donc le nouveau maître des lieux. Ismaël, issu d'une servante, sera, dit le mythe, son domestique et devra lui obéir. Comme dans la saynète de sous-ministre et de l'ambassadeur, Isaac officiera "en-haut" et Ismaël sera relégué "en-bas".

On voit que la mise en scène décrite en introduction vient du plus profond de l'inconscient religieux des israélites.

Sarah amenant Agar à Abraham, Mathias Stomer, ère moitié 17e siècle, Musée Condé à Chantilly

Le mythe d'Abraham contient donc en germe la politique actuelle au Moyen Orient. Il donne son sens rétroactif à l'arrogance originelle des Israéliens qui se posent en descendants du fils de la femme légitime, donc en maîtres, face aux Palestiniens en particulier et à tous les Arabes en général, considérés par eux comme étant les descendants du fils d'une domestique et donc destinés à servir le peuple légitime.

De plus, le mythe se vante de ce que le "peuple élu" n'est jamais un arbre si desséché qu'il ne parviendrait plus à reverdir. Les deux vieux époux centenaires sont toujours assez gaillards pour s'adonner aux plaisirs de la chair et rien ne leur est impossible. Même un pied dans la tombe, le peuple miraculeux continuera à enfanter.

En revanche, les récits concernant David et Salomon ne sont pas des mythes, mais de faux récits historiques relatant des récits d'exploits outrageusement gonflés à partir de légendes transmises oralement, embellies, romancées et destinées à offrir à une nation en train de se créer un glorieux passé auquel se référer.

3 - Quelques jalons historiques

J'ai montré, dans le précédent texte à quel point la subjectivité des archéologues Israël Finkelstein et Neil Asher Silbermann était omniprésente dans le compte-rendu de leurs travaux. Mario Liverani est beaucoup plus rationnel et rigoureux que les deux archéologues américains et son extraordinaire érudition en fait un modèle de rigueur, pour l'instant non dépassé, dans son approche laïque, rationaliste et critique du récit biblique d'un point de vue strictement historique.

Il rejoint dans une première partie, par des voies différentes, les conclusions opérées sur le terrain par les archéologues de La Bible dévoilée, mais il le fait en historien qui s'attache à décrire ce qu'il appelle "l'histoire normale" des populations qui ont vécu sur le territoire cananéen en la situant dans l'histoire globale de la région, dont elle est évidemment tributaire et sans se contenter d'une paraphrase des textes bibliques qu'il ne cite que pour montrer le passage de "l'histoire normale" à "l'histoire rêvée". Ce seul fait constitue une immense originalité par rapport aux innombrables histoires d'Israël en circulation. De plus, dans une seconde partie de son gros ouvrage, il analyse les conditions et les objectifs de "l'histoire inventée". Il rend le récit signifiant et décode les motivations des fausses constructions historiques.

Le tableau de la région qui se dessine à partir des nouvelles études bibliques présente, à l'origine, des cités-Etats prospères dans les plaines de Samarie au nord et de villages pauvres et peu peuplés dans le sud plus montagneux. Il s'agit d'entités sociales très modestes unies par des liens de parenté et des accords de voisinage au sujet de l'utilisation des zones de pacage des troupeaux, comme il est confirmé par les vestiges archéologiques.

a

Vers le - IX siècle, un véritable Royaume d'Israël se crée dans la prospère province de Samarie autour de la dynastie de Omrides, tandis que Royaume de Juda, continue à ne regrouper, au sud, que des tribus récemment sédentarisées. Il demeure au stade archaïque d'une grosse chefferie avec des roitelets locaux, d'ailleurs vassaux du royaume de Samarie. La "capitale" de Juda, Jérusalem, n'est qu'un village à peine plus important que les villages voisins, avec des habitations disséminées.

Mais en - 722 la riche province du nord est ravagée par l'incursion des armées assyriennes conduites par le roi Sargon II. La Samarie vaincue est complètement vidée de ses habitants originels et ne se remettra jamais de ce désastre. Cette invasion signe l'acte de décès d'un Royaume d'Israël indépendant.

Sargon II

Les Assyriens avaient trouvé une méthode radicale d'éviter la renaissance de mouvements nationalistes : ils déportaient en bloc tous les habitants des contrées conquises et les remplaçaient manu militari par le transfert de populations originaires d'une autre province soumise. C'est ainsi que la capitale Samarie fut repeuplée par des Babyloniens tandis que l'élite du royaume omride ainsi qu'une grande partie de la population du royaume du Nord furent conduits à Babylone. Ce fut la première captivité à Babylone d'une partie du peuple hébreu. La haine des scribes de Juda pour tout ce qui touchait au Royaume d'Israël a occulté ce premier désastre. Seule comptera la deuxième captivité, parce qu'elle concernera les habitants de Juda.

L'empire assyrien n'avait pas l'intention de créer un désert économique dans les provinces conquises, si bien que les déportations croisées se faisaient par groupes familiaux et même par villages entiers. Mario Liverani cite des documents assyriens qui révèlent à quel point l'empire assyrien était méticuleusement et puissamment organisé: "Des gens des quatre parties du monde, de langue étrangère et de dialectes incompréhensibles, habitants des montagnes et des plaines, (...) je les transportai, sur l'ordre d'Assour, mon Seigneur, et par la puissance de mon sceptre. Je les fis devenir une seule langue et je les installai là. Comme scribes et surveillants, je leur assignai des Assyriens, capables de leur enseigner la crainte de Dieu et du roi." (Liverani, p. 206)

C'est ainsi que les furent créés les Samaritains, vomis par les textes bibliques, même lorsqu'ils adoptèrent la religion jahviste, mais dont les Evangiles louent la charité et la générosité .

"Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba dans les mains des brigands, qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups et s'en allèrent, le laissant à demi-mort. Un Sacrificateur, qui fortuitement descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l'ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit. Il s'approcha et banda ses plaies... puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l'hôte (c'est-à-dire au gérant de l'auberge) et dit: aie soin de lui et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. " (Luc 30-36)

Les malheurs du Royaume d'Israël profitèrent au Royaume de Juda. Celui-ci connut alors un important boom démographique, grâce à l'immigration des fuyards du nord qui refusaient la déportation à Babylone ou l'assimilation. Mais en même temps, une collaboration économique s'établit entre Juda et l'empire assyrien. Elle bouleversa une structure sociale archaïque qui avait peu changé depuis les temps rustiques de David et de Salomon. Un Etat centralisé commença de naître. L'accroissement de la population permit le développement de l'artisanat et la richesse de Jérusalem s'accrut spectaculairement.

Un temple de dimensions modestes, dont on pense qu'il fut construit, non pas par Salomon, mais par le roi Joas (-IXe siècle), petit-fils de la reine omride Jezabel - dont Racine a si bien transcrit les tourments - fut rénové et agrandi. Mais les fouilles archéologiques n'ont trouvé aucune trace de ce premier temple, même si quelques vestiges de trois lieux de sacrifices qui pourraient dater de cette époque, ont été découverts. Comme Jérusalem était devenue un centre relativement important sous les rois Ezéchias (-716 à -687) et surtout Josias (-640 à -609), il est admis qu'un temple existait à cette époque et que ces deux rois l'ont considérablement agrandi, enrichi et embelli.

Alors que depuis le - IXe siècle Jahvé était déjà considéré comme le dieu "national" des Hébreux du sud tout en partageant, officiellement, cette fonction avec les autres dieux locaux, notamment Baal ou Ashera, le roi de Juda, Ezéchias tenta d'opérer une première centralisation religieuse autour de son culte. En même temps se diffusaient dans les campagnes, "par capillarité", écrit Mario Liverani, divers cultes de la fertilité "que la religion Jahviste officielle ne saurait avoir écartés sans courir le risque d'être totalement marginalisée" (p.171).

Sur le plan politique, ce roi prit la tête d'une révolte ouverte contre les Assyriens. S'alliant aux roitelets voisins et à l'Egypte, il constitua une ligue anti-assyrienne. Mais l'Assyrie réagit violemment et écrasa tous les conjurés. Le roi de Juda, Ezéchias, n'échappa à la catastrophe de la destruction de sa capitale qu'en acceptant, dans un premier temps, le versement d'un important tribut à l'empire assyrien.

"Quant à Ezéchias de Juda qui ne s'était pas soumis à mon joug, j'assiégeais 46 de ses villes fortifiées et entourées de murs, et les petites villes des environs, sans nombre, au moyen de l'assaut sur des ponts et de l'attaque par des machines de guerre, au moyen des combats de fantassins, au moyen de brèches, de sapes, de bouleversements, et je les conquis... je l'enfermai lui-même (Ezéchias) comme un oiseau en cage dans Jérusalem sa résidence. J'élevai des bastions contre lui, et à quiconque sortait de ses portes je fis payer son méfait. Les villes que j'avais dépouillées, je les détachai de son territoire et je les donnai à Mitinti, roi d'Ashdod, à Padi, roi d'Acaron, à Sil Bel, roi de Gaza et ainsi je diminuai son territoire... Quant à lui, Ezéchias, la splendeur de ma majesté le renversa et il fit livrer à ma suite les Urbi et les soldats d'élite que pour défendre sa résidence à Jérusalem il avait introduit et pris comme troupes auxiliaires, en même temps que 30 talents d'or, 800 talents d'argent... et pour livrer son tribut et me rendre hommage il envoya ses messagers. " (Cylindre de Taylor, document assyrien)

Sennacherib

Ce qui, dans les écrits bibliques devient:

"En la quatorzième année du roi Ezéchias, Sennachérib, roi d'Assyrie, monta contre toutes les villes fortes de Juda et s'en empara. Alors Ezéchias, roi de Juda, envoya ce message au roi d'Assyrie, à Lakish : "J'ai mal agi ! Détourne de moi tes coups. Je me plierai à ce que tu m'imposeras." Le roi d'Assyrie exigea d'Ezéchias, roi de Juda, 300 talents d'argent et 30 talents d'or, et Ezéchias livra tout l'argent qui se trouvait dans le Temple de Yahvé et dans les trésors du palais royal. C'est alors qu'Ezéchias fit sauter le revêtement des battants et des montants des portes du sanctuaire de Yahvé, que le roi de Juda, avait plaqués de feuilles d'or, et le livra au roi d'Assyrie." (2R 18, 13-16)

La description qui sera faite d'un mythique temple de Salomon et des placages de feuilles d'or sur les murs, doit beaucoup au souvenir des embellissements rutilants effectués par Ezéchias et à la nostalgie de leur perte.

En fin de compte, la campagne assyrienne triomphalement commencée se termina de manière inattendue par la déroute de l'armée de Sennacherib. Des révoltes sporadiques éclataient ça et là dans les provinces conquises d'un empire devenu immense et difficile à protéger partout à la fois, si bien que les troupes se trouvaient disséminées en des endroits éloignés les uns des autres.

Carte de l'empire assyrien à l'époque du roi Ezéchias

Mais l'historien grec Hérodote d'Halicarnasse (-Ve siècle) donne une explication plus surprenante de la soudaine défaite des Assyriens : une invasion de leur camp par des rats qui rongeaient, dit-il, tous les équipements de cuir, sans parler de la peste qu'ils propageaient. Ce fléau, tout en ravageant les rangs de l'armée, terrifiait des troupes superstitieuses qui l'attribuaient à la colère de leur dieu. La superstition était identique chez les Judéens, mais comme la situation tournait en leur faveur, il ne pouvait s'agir que d'une intervention bienveillante de leur dieu. Les troupes égyptiennes alliées des Judéens l'attribuaient, elles, à la puissance de leur propre divinité.

Dans le récit biblique, cet épisode devient:

"Cette même nuit, l'Ange de Yahvé sortit et frappa dans le camp assyrien 185.000 hommes. Le matin, au réveil, ce n'étaient plus que des cadavres. 36 Sennachérib roi d'Assyrie leva le camp et partit. Il s'en retourna et resta à Ninive. 37 Un jour qu'il était prosterné dans le temple de Nisrok, son dieu, ses fils Adrammélek et Saréçer le frappèrent avec l'épée et se sauvèrent au pays d'Ararat. Asarhaddon, son fils, devint roi à sa place. " (2R 19, 35-37)

A Ezéchias succéda le long règne de 45 ans de son fils, Manassé, durant lequel le Royaume de Juda fut le siège d'une contre-réforme réforme religieuse qui avait vu revenir les dieux multiples. D'autre part, Manassé avait accepté une politique de soumission totale à l'Assyrie et il avait tourné le dos, dans tous les domaines, à la politique de son père. C'est durant cette période que le prophète Isaïe sera mis à mort.

Après un court intermède d'un roi Amon, rapidement assassiné, le trône de Juda revint à un roi de 8 ans, né en -640 . Dès qu'il fut en âge de régner par lui-même, Josias revint avec vigueur à la politique religieuse d'Ezéchias .

4 - Le roi Josias impose le monothéisme dans le royaume de Juda

Le règne de ce roi, une fois passé le temps de régence, constitue le tournant décisif dans l'instauration du monothéisme nationaliste hébreu et le point de départ de la rédaction des textes bibliques. Ces textes connurent des versions différentes, car leur écriture s'échelonnera sur plusieurs dizaines d'années. On sait que les rédactions en furent plusieurs fois modifiées au gré des développements politiques, mais on ne possède aucune trace des diverses versions.

En effet, les conséquences de la chute du Royaume de Samarie et les importants développements économiques et sociaux qui se produisirent dans le Royaume de Juda s'accompagnèrent d'un radical changement d'attitude de la hiérarchie religieuse du temple de Jérusalem. Le déclin de l'empire assyrien laissera les mains libres à Josias pour procéder à une puissante centralisation des pouvoirs dans tous les domaines. C'est ainsi qu'il imposera avec une poigne de fer de profondes religieuses, tant dans son royaume de Juda qu'en Samarie, le déclin de l'Assyrie lui ayant permis de prendre le contrôle de cette province.

Josias et les lévites de son entourage qualifièrent d'impies les nombreux cultes particuliers qui continuaient d'être pratiqués tant au nord qu'au sud. Les sanctuaires périphériques furent détruits et le dieu Elohim des Samaritains disparaîtra au profit de Jahvé. Josias "ordonna []... de retirer du sanctuaire de Jahvé tous les objets de culte qui avaient été faits pour Baal, pour Asheraet pour toute l'armée du ciel [].... Il supprima les faux prêtres que les rois de Juda avaient installés et qui sacrifiaient []... à Baal, au soleil, à la lune, aux constellations et à toute l'armée du ciel. []... Il démolit la demeure des prostituées sacrées, qui était dans le temple de Jahvé"

Un monothéisme rigoureux et intransigeant devint progressivement la norme. Ce fut la grande réforme jahviste de Josias centrée sur un seul lieu de culte légitime : le temple de Jérusalem. La reprise en mains religieuse et politique fut favorisée par un affaiblissement de l'empire assyrien en butte, de son côté, à des attaques des Mèdes et des Scythes. D'ailleurs sa capitale, Ninive, sera prise en -612.

La restauration amorcée par le grand-père de Josias, Ezéchias, fut poursuivie et amplifiée. Elle s'est accompagnée de l'élaboration d'une orthodoxie tatillonne, fourmillante de rites cultuels imposés non seulement aux habitants de Juda, mais également à tous les israélites qui étaient demeurés dans le nord sous la férule assyrienne.

Certains biblistes parlent à ce propos de "naissance du monothéisme" et de la "civilisation judéo-chrétienne". Ce sont des affirmations aussi audacieuses qu'erronées comme le révèle la plus ancienne tradition égyptienne figurant dans Le Livre des morts.

L'idée d'un monothéisme universel existait deux millénaires avant que les prêtres-lévites du temps de Josias la théorisent et la rapetissent au profit d'une seule tribu. "Tu es l'unique, le Dieu des tout premiers commencements du temps, l'héritier de l'immortalité, par toi seul engendré, tu t'es toi-même donné naissance ; tu as créé la terre et a fait l'homme" est-il écrit dans Le Livre des Morts égyptien dont les manuscrits furent trouvés dans les tombes de pharaons ayant vécu 2600 av. J.-C, soit 2000 ans avant la réforme de Josias.

" Tourne vers moi ta face Soleil levant
qui éclaire nos deux royaumes de ta beauté.
Toi, la lumière des hommes,
Tu chasses les ténèbres de l'Egypte
Tu as la même apparence que : " ton père Rê "
qui se lève chaque matin au ciel.
Tes rayons pénètrent jusqu'au fond des cavernes obscures
et aucun endroit n'est privé de ta splendeur
Tu entends les paroles et langages de tous pays,
car tu as ... des millions d'oreilles !
Ton oeil est plus brillant que les étoiles du ciel
Ta vue est meilleure que celle du soleil.
Même ce que prononce celui qui se cache dans la caverne
parvient jusqu'à tes oreilles,
et si l'on fait quelque chose de caché,
ton oeil le verra néanmoins,
fils aîné du Dieu Maître de l' Univers ... ".

Dés que l'écriture fut décryptée, les premiers égyptologues - Erik Hornung Eugène Grébaut, ou Auguste Mariette - admirent que "les multiples dieux égyptiens ne sont qu'une des manifestations possibles de l'Unique, du Suprême". En 1885 l'allemand Carl Lepsius écrira dans le premier volume de son oeuvre intitulée La religion et la mythologie des anciens Egyptiens : "J'exprime la conviction que dès les premiers temps, les Egyptiens adoraient le Dieu unique, anonyme, incompréhensible, Eternel dans sa plus haute pureté..."

Ainsi, Atoum, Rê, Ptah, Amon, Aton, Neith, Isis et Osiris ne sont que les représentants locaux et temporaires du Grand Dieu Eternel qui régit l'Univers avec ses trois principes : amour, justice et vérité.

Une forme de monothéisme existait également dans l'empire assyrien: selon un mode de fonctionnement religieux très proche de celui de la religion égyptienne, les dénominations particulières des divinités n'étaient que des aspects ou des fonctions du même dieu Mardouk:

"Urash est Mardouk de la plantation
Lugalidda est Mardouk de l'abîme
Ninurta est Mardouk du sommet
Zabada est Mardouk de la guerre
Enlil est Mardouk de la seigneurerie et de la consultation
Nabu est Mardouk de la comptabilité
Sin est Mardouk qui illumine la nuit
Shamash est Mardouk de la justice
Adad est Mardouk de la pluie
Tishpak est Mardouk des troupes
Shuqamuna est Mardouk qui contient."

(Cité par Liverani, p.281)

Mardouk

Le christianisme retrouvera ce mécanisme avec, par exemple, l'apparition d'innombrables Vierges Marie locales, mais chaque fois sous les formes et des vêtements spécifiques: on aura ainsi la Vierge de Lourdes, celle de la Salette, de Fatima, de Czestochowa, de Medjugorge, etc, pour n'évoquer que les plus célèbres en Occident, soit plus d'une cinquantaine d'avatars dans le monde entier. Mais toutes ces Vierges Marie sont réputées n'être qu'une seule et même mère de Jésus-Christ.

5 - La rédaction du Deutéronome

Le Deutéronome, cinquième Livre actuel de la Thora, mais rédigé en premier, prenait pour modèle les codes de vassalité assyriens : Jahvé sera le maître d'Israël comme Mardouk représenté par l'empereur était le maître de l'empire assyrien.

Du point de vue de la politique intérieure et du prestige de la Judée de l'époque, Josias fut son seul grand roi. C'était un homme politique avisé. Il avait compris que théologie et politique sont les deux faces d'un même pouvoir et qu'un gouvernement fort exige une unité psychique sans faille, qui peut se résumer par le triptyque : un seul Dieu, Jahvé, un seul sanctuaire, celui du Temple de Jérusalem, un seul pouvoir centralisé autour celui du roi. "Gouverner, c'est régner sur les imaginations", dira Necker. Cette phrase aurait pu être la devise de Josias.

Tous les pouvoirs forts suivirent d'ailleurs cette même politique d'unité nationale qui va de pair avec l'unité des imaginaires religieux. Les rois espagnols expulsèrent de leur royaume les juifs, même convertis au catholicisme, et les protestants et Louis XIV imposa une stricte orthodoxie religieuse en révoquant l'édit de Nantes qui accordait le droit de culte aux protestants et revint sur sa politique de tolérance des débuts de son règne à l'égard des juifs.

Les lévites du Temple s'attachèrent à cimenter les énergies et les imaginaires; et pour cela, de conserve avec le pouvoir du roi, ils conçurent et commencèrent à rédiger une grande saga destinée à donner naissance à un nationalisme susceptible de résister victorieusement à un empire assyrien déclinant. Il fallait galvaniser le peuple en lui offrant des modèles héroïques susceptibles de susciter une émulation dans la population. Les "aventures" de Moïse, de David, de Salomon, de Josué furent scénarisées comme des peplums hollywoodiens avant la lettre et contiennent le même pourcentage de vérité historique.

En même temps l'union mentale du peuple fut subsumée par l'introduction dans les récits de la notion de "peuple élu". Un grand objectif nationaliste lui fut présenté: la conquête d'une "terre promise". Il faut garder présent à l'esprit que les premiers livres du Deutéronome constituent une littérature de résistance rédigée dans un objectif politique immédiat, celui de mobiliser et d'unifier les énergies de la nation.

Il faut reconnaître également que les lévites du Temple étaient déjà pourvus d'un solide sens de la communication, dont on verra que leurs successeurs feront merveille au XXe siècle. Un stratagème digne de l'ampoule de saint Janvier à Naples dont le sang coagulé se liquéfie à date fixe ou de la nourriture avalée par la statue de Bel des Assyriens dont parlera le prophète Daniel, fut mis au point. Au cours de travaux dans les souterrains du Temple, "on" découvrit un livre "oublié de tous" qui était censé contenir une version ancienne d'un "Livre de la Loi" et qui serait une version originelle du Deutéronome.

A une époque où l'écriture était peu pratiquée en Palestine et les "textes écrits" aussi rares qu'une pépite d'or dans le désert de Gobi, cette "découverte" présente toutes les caractéristiques d'une ruse destinée à donner une réalité quasi miraculeuse et une confirmation divine à ladite "découverte".

"On voit d'emblée l'expédient, écrit Mario Liverani: retrouver un manuscrit " antique " pour conférer tout le poids de la tradition antique et son autorité à ce qui devait être une réforme novatrice. Mais il est surtout important de constater la coïncidence temporelle de cette réforme avec le déclin de l'autorité impériale assyrienne. Bref, Josias saisit l'opportunité de remplacer une dépendance et une fidélité promises au seigneur terrestre, l'empereur, par une dépendance et une fidélité au seigneur divin, Jahvé . " (Liverani, p. 238)

Dans le Deutéronome, l'épisode est ainsi rapporté:

"Le grand prêtre Hilqiyyahu dit au secrétaire Shaphân : "J'ai trouvé le livre de la Loi dans le Temple de Yahvé." Et Hilqiyyahu donna le livre à Shaphân, qui le lut. Le secrétaire Shaphân vint chez le roi et lui rapporta ceci : "Tes serviteurs, dit-il, ont fondu l'argent qui se trouvait dans le Temple et l'ont remis aux maîtres d'oeuvres attachés au Temple de Yahvé. Puis le secrétaire Shaphân annonça au roi : "Le prêtre Hilqiyyahu m'a donné un livre" et Shaphân le lut devant le roi." (2R 22, 8-10)

La profonde réforme religieuse de Josias donna naissance à une religion qui se prêtait à une interprétation férocement nationaliste. Car, à partir de récits, de légendes, de mythes - y compris de mythes appartenant aux peuples voisins comme celui de la découverte du nourrisson Moïse sur le Nil - à partir de débris d'anciennes coutumes, de chants, de poèmes transmis oralement de génération en génération depuis des siècles ou de quelques récits fragmentaires, les lévites du Temple recréèrent une histoire nationale héroïque et glorieuse entièrement inventée, comme le révèlent les recherches archéologiques récentes.

Voir: Aux sources du sionisme : La Bible et l'invention de l'histoire d'Israël

Ils y intégrèrent la prise en compte des préoccupations politiques et territoriales provoquées par les conflits contemporaines avec les empires ou les tribus voisins et notamment la nécessité de conquérir les territoires limitrophes . C'est pourquoi figure dans le texte, sous forme d'injonctions du Dieu, toute la masse des ambitions et des frustrations du royaume de Juda de l'époque face à ses voisins et rivaux immédiats dont il lorgnait les terres et face aux deux puissants empires dont il se sentait menacé : l'Egypte d'un côté et l'Assyrie, de l'autre.

Les petits royaumes de la région du temps de Josias (Source Wikipedia)

L'objectif politique n'était pas aisé à atteindre. Afin de galvaniser les énergies, des incitations aux crimes et aux génocides des populations voisines sont exprimées dans le Deutéronome de la manière la plus crue et la plus réaliste . Comme toujours en pareil cas, c'est aux sentiments les plus racistes et les plus xénophobes que le pouvoir politique et son bras séculier font appel.

C'est pourquoi le Jahvé créé par les prêtres Judéens est évidemment le reflet du psychisme des lévites du temps de Josias et du roi lui-même. Ce Jahvé-là est leur image au miroir. En auteurs d'un roman national, ils ont dessiné en creux leur propre silhouette et en ont fait la bouche d'ombre de leur propre mentalité. Mais ils n'auraient pas pu l'imposer si elle n'avait pas correspondu à la mentalité du peuple.

Car le Deutéronome est non seulement un code religieux implacable, il est également une manière de code civil. Il prescrit l'observance des fêtes nationales (la Pâque, les Tabernacles), il interdit les "mariages mixtes" et impose la protection des faibles et des indigents, mais uniquement à condition qu'ils fissent partie de la communauté.

Et que font dire les lévites du Temple à ce Jahvé-là dans le Deutéronome?

"Lorsque Jahvé ton Dieu, aura supprimé les nations chez lesquelles tu vas pour les déposséder devant toi, quand tu vas pour les déposséder devant toi, quand tu les auras dépossédées et que tu habiteras dans leur pays... " [Dt 12, 29]

Et voilà décrite la situation du peuple palestinien dépossédé par des colons venus d'ailleurs. Mais il ne suffit pas de voler les autres peuples, Jahvé prescrit de les humilier, avant de les exterminer:

"Sache aujourd'hui que l'Éternel, ton Dieu, marchera lui-même devant toi comme un feu dévorant, c'est lui qui les détruira, qui les humiliera devant toi; et tu les chasseras, tu les feras périr promptement, comme l'Éternel te l'a dit." (Dt IX, 3).

Les 80 millions d'Egyptiens et les Jordaniens devenus des quasi vassaux du petit Israël qui dirige leur politique extérieure, en savent quelque chose. Jahvé est le Dieu de la guerre d'un petit Etat qui cherche désespérément à étendre son territoire .

"Mais dans les villes de ces peuples dont l'Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras rien vivre de ce qui a souffle de vie. Car tu devras les vouer à l'anathème, les Hittites, les Amoréens, les Cananéens, les Périzzites, les Hivvites, et les Jébusiens, selon ce que t'a commandé Jahvé ton Dieu, te l'a ordonné.... " [Dt 20,16-18]

"Jahvé me dit : Vois, j'ai commencé de livrer Sihon et son pays à ta merci. []... Sihon sortit à notre rencontre lui et tout son peuple pour le combat. Jahvé, notre Dieu, nous le livra, et nous le battîmes, lui et ses fils, et tout son peuple. Nous nous emparâmes alors de toutes ses villes, et nous vouâmes chaque ville à l'anathème, hommes, femmes et enfants, nous n'avons pas laissé de survivant. C'est seulement le bétail que nous prîmes pour nous en butin." [Dt, 2, 31- 36]

" Og Roi du Bachân sortit à notre rencontre, avec tout son peuple, pour nous combattre à Edréi. Jahvé me dit: ne le crains pas, car je l'ai livré entre tes mains, ainsi que tout son peuple. ; nous le battîmes au point de ne laisser aucun survivant . Nous nous emparâmes de toutes ses villes .(...) Nous les vouâmes à l'anathème. (...) Mais tout le bétail et les dépouilles des villes, nous les prîmes pour nous en butin." [Dt, 3, 1-8]

Comme on le voit, Jahvé est un Dieu pousse-au-crime à l'égard des peuples voisins. Il possède, en outre, un œil de pilleur de ruines et de maquignon et n'oublie jamais de mettre la main sur le bétail .

" Lorsque l'Eternel, ton Dieu, t'aura fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession, et qu'il chassera devant toi beaucoup de nations, les Héthiens, les Guirgasiens, les Amoréens, les Cananéens,les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens, sept nations plus nombreuses et plus puissantes que toi; lorsque l'Eternel, ton dieu, te les aura livrées et que tu les auras battues, tu les voueras à l'anathème, tu ne traiteras point d'alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce. Tu ne contracteras point de mariage avec ces peuples, tu ne donneras point tes filles à leurs fils, et tu ne prendras pas leurs filles pour tes fils; car ils détourneraient de moi tes fils, qui serviraient d'autres dieux, et la colère de l'Eternel s'enflammerait contre vous: il te détruirait promptement. " [Dt, 7, 1-5]

Par l'intermédiaire de ses hécatonchires disséminés dans les pays occidentaux, Israël a efficacement poussé l'Amérique à détruire l'Irak. L'orgueilleuse Babylone delenda est deux millénaires après la déportation des Judéens. Ninive n'est plus qu'un tas de ruines. Seule la Perse résiste encore malgré les efforts déployés par les innombrables petites mains qui oeuvrent dans les chancelleries occidentales. La vengeance est un plat qui se mange froid. Après une parenthèse de deux millénaires, l'Israël d'aujourd'hui prend sa revanche sur les vainqueurs du roi Josias.

Car Jahvé est un tyran cruel. Il n'éprouve pas une ombre de pitié pour les vaincus et préconise l'extermination des prisonniers.

"Tu voueras à l'anathème tous les peuples que l'Eternel, ton Dieu, va te livrer, tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié []... L'Eternel, ton Dieu, enverra même les frelons contre eux, jusqu'à la destruction de ceux qui échapperont et qui se cacheront devant toi. []... L'Eternel, ton Dieu, te les livrera; et il les mettra complètement en déroute, jusqu'à ce qu'elles soient détruites." [Dt, 7, 16, 20-25]

Un Jahvé génocidaire est censé donner les conseils les plus pervers : surtout ne pas "achever" immédiatement les vaincus et en bloc, mais les exterminer doucettement, hypocritement, par petits paquets. On voit que la directive biblique est aujourd'hui consciencieusement appliquée à Gaza. L'Israël actuel s'est employé à "créer une grande panique" d'entrée de jeu, en procédant à un bombardement massif producteur d'un grand massacre. Puis il a bouclé hermétiquement le plus gigantesque ghetto jamais créé sur la planète et a condamné les survivants à une misère physique et psychique destinées à les anéantir à petit feu. Les nombreux produits chimiques mortifères déposés dans le sol lors des explosions d'armes prohibées par les lois internationales, mais employées sans vergogne par cet Etat, accélèreront le délabrement physique des habitants. Pour faire bonne mesure, l'Etat disciple des conseils des lévites enverra ses frelons bibliques sous la forme de drones vrombissants et meurtriers.

" Et même le seigneur ton Dieu leur enverra le frelon jusqu'à la disparition de ceux qui resteraient et se cacheraient devant toi. Ne tremble pas devant eux, car il est au milieu de toi, le seigneur ton Dieu, un Dieu grand et terrible. Le seigneur ton Dieu chassera ces nations devant toi peu à peu : tu ne pourras pas les achever aussitôt, car autrement les animaux sauvages deviendraient trop nombreux contre toi. Pourtant le Seigneur ton Dieu te livrera ces nations et jettera sur elles une grande panique jusqu'à ce qu'elles soient exterminées. Il livrera leurs rois entre tes mains, tu feras disparaître leur nom de sous le ciel ; aucun ne tiendra devant toi, jusqu'à ce que tu les aies exterminés. " [Dt 7,20-25]

Même le rêve de domination mondiale est théorisé :

"Écoute, Israël! Tu vas aujourd'hui passer le Jourdain, pour te rendre maître de nations plus grandes et plus puissantes que toi []... d'un peuple grand et de haute taille, les enfants d'Anak []... Sache aujourd'hui que l'Eternel, ton Dieu, marchera lui-même devant toi comme un feu dévorant; c'est lui qui les détruira, qui les humiliera devant toi; et tu les chasseras, tu les feras périr promptement, comme l'Eternel te l'a dit." [Dt 9, 1-4]

Le Deutéronome n'est pas le seul "Livre" qui contienne ce genre d'incitations aux meurtres et aux pillages. Des encouragements au génocide ainsi que d'innombrables anathèmes, préludes à des exterminations pullulent dans les textes rédigés ultérieurement par d'autres lévites, mais toujours dans le même esprit. Le Lévitique, les Nombres, Josué ou Les Rois sont remplis d'exhortations du même style.

Les ravages provoqués dans les psychismes durant des siècles par des commandements haineux à l'égard des "non-élus" et attribués à un Dieu colérique, vindicatif, injuste et cruel aboutiront l'épisode humainement troublant d'un groupe de rabbins sautillant joyeusement en se tenant la main au spectacle de l'armée de leur Etat faisant frire les enfants de Gaza avec des bombes au phosphore blanc. Des familles entières pique-niquaient joyeusement sur les collines en contemplant le spectacle de Gaza en flammes. Les fours crématoires portatifs - et tout-en-un - constituent un indéniable progrès technologique.

Rabbins faisant la ronde en regardant brûler Gaza

D'ailleurs, le Jérusalem Post rapporte que l'ancien Grand Rabbin Sépharade Mordechai Eliyahu a décrété "qu'il n'y avait absolument aucune interdiction morale contre le massacre indiscriminé de civils lors d'une offensive massive militaire potentielle à Gaza ayant pour but d'arrêter les lancements de roquettes" Ce rabbin préconisait déjà en 2007 d'envoyer " un tapis de bombes sur Gaza ". (The Jerusalem Post 30/05/07) Son gouvernement l'a si bien entendu qu'il s'est livré à Gaza, entre le 27 décembre 2008 et le 16 janvier 2009, au massacre digne des descriptions figurant dans le Deutéronome. Ce rabbin ou un autre sont peut-être en train rédiger un nouveau chapitre relatant ce bel exploit du "peuple élu".

Le rapprochement entre les recommandations de la Bible et les actuelles incitations au génocide des habitants de Gaza et de la Palestine occupée tout entière est d'autant plus pertinent que le Jerusalem Post a rapporté que ce rabbin avait adressé, au premier ministre d'alors, Ehud Olmert, une missive dans ce sens. Pour ce faire, il s'est précisément fondé sur l'autorité des textes bibliques. La lettre avait été publiée dans un journal hebdomadaire distribué dans toutes les synagogues d'Israël. L'article déclarait qu' "Eliyahu avait écrit que selon l'éthique juive de guerre, une ville entière est tenue collectivement responsable pour la conduite immorale d'individus. A Gaza, l'ensemble de la populace est responsable parce qu'elle ne fait rien pour arrêter le tir de roquettes Quassams."

Le fils d'Eliyahu, Schmuel Shapira, lui-même Grand Rabbin de Safad, avait surenchéri sur les déclarations de son père et déclaré que "s'ils n'arrêtent pas après que nous en aurons tué 100, alors nous devons en tuer un millier". Il a ajouté "et s'ils n'arrêtent pas, nous devons en tuer 100 000, même un million. Tout ce qu'il faut pour qu'ils arrêtent".

Victimes offertes au Moloch israélien

Naturellement, il ne vient pas à l'esprit de ces rabbins dont le psychisme est demeuré celui des lévites du temps de Josias, que lui-même, son fils, et l'Etat d'Israël tout entier sont tout simplement des voleurs et des intrus, que leurs rapines sont un butin de guerre illicite aux yeux du droit international actuel et que leur "éthique" n'est que la manifestation d'un barbarie primitive. Mais ces individus-là ont bloqué leur imaginaire au VIIe siècle avant notre ère et sont imperméables aux règles juridiques et morales actuelles. C'est devant des réactions comme celles-là qu'on s'aperçoit que l'humanité a tout de même accompli quelques progrès moraux en deux mille ans - pas toujours dans les faits, mais au moins dans les principes.

Le journal Le Temps rapporte qu'une française installée depuis 2001 dans les territoires volés aux Palestiniens déclarait sans complexes au journaliste du quotidien helvétique: "Ce qui compte dans notre milieu, ce n'est pas ce que disent Benyamin Netanyahou et Barack Obama, mais ce que Dieu ordonne de faire pour préserver notre caractère juif. Le reste, ce n'est pas notre problème."

Mais pourquoi ces rabbins père et fils n'actualiseraient-ils pas le Deutéronome? Je propose même mon aide bénévole pour présenter de manière "biblique" les récents massacres de Gaza. Rien de plus facile:

"Jahvé me dit: 'Vois, j'ai livré Gaza et son pays à ta merci. Tu ne traiteras pas d'alliance avec Gaza, tu ne lui feras pas grâce. Tu regarderas la ville souffrir, saigner et mourir et tu te réjouiras, car ses habitants ne sont pas fidèles à ma loi. Sache qu'aujourd'hui, Jahvé, ton Dieu marche devant toi. Pour un juif tué, tu en tueras cent mille. Le roi de Gaza avait fait envoyer quelques projectiles sur nos villes. Jahvé notre Dieu arma notre bras de colère et nous le livra, lui et tout son peuple. Nous nous emparâmes de toutes ses villes, et nous vouâmes chaque ville à l'anathème, hommes, femmes et enfants. Nous avons laissé des survivants afin qu'ils témoignent de la grandeur de Jahvé notre Dieu, qu'ils expient leur crime et qu'agonisent dans les ruines . Nous n'avons pas pris de dépouilles dans les villes de la province Gaza, car Jahvé nous avait déjà permis de tout voler. La massue de Jahvé réduira le reste de Gaza en poussière."

C'est, en effet, un jeu d'enfant d'attribuer ses propres turpitudes au Dieu de sa tribu.

On comprend mieux, à partir de cet arrière-monde biblique, pourquoi la soldatesque israélienne se livre sans états d'âme, aux pires exactions et aux pillages des domiciles des populations autochtones dans les territoires qu'elle occupe. Dans son Histoire du peuple d'Israël, Ernest Renan écrit, à propos du nationalisme barbare inventé par les écrits du Deutéronome : "Israël n'est pas le seul peuple pour qui l'adoption d'un dieu protecteur ait été une déchéance. (...)Jahvé n'est pas juste ; il est d'une partialité révoltante pour Israël, d'une dureté affreuse pour les autres peuples. Il aime Israël et hait le reste du monde. Il tue, il ment, il trompe, il vole pour le plus grand bien d'Israël. Et pourquoi, vraiment, serait-ce ce dieu particulier qui aurait fait le ciel et la terre?" (t. 1, p.175)

Cependant, du point de vue de la politique générale du Royaume de Juda, la réforme de Josias fut une réussite éclatante. Ce petit territoire ne sera plus jamais aussi prospère économiquement et aussi unifié mentalement qu'il le fut à cette époque. Le désastre ne se fera sentir qu'au fil des siècles, lorsque le groupe humain qui vénère ce Dieu-là sera incapable de s'assimiler à tous les Etats dans lesquels le conduira son errance. Car les notions de "peuple élu" et de "terre promise" introduites dans des textes et interprétées au sens le plus littéral, le plus matériel et le plus grossier, créèrent entre ce peuple et le reste de l'humanité une barrière psychique aussi hermétique que la ceinture de Van Hallen autour de la terre.

6 - Le virus morbide de " peuple élu "

Le mythe les plus puissant du judaïsme est, en effet, celui de "peuple élu" de son dieu, c'est cette élection qui fait le juif, c'est par rapport à ce mythe qu'il se définit face aux autres peuples .

"Si Jahvé s'est attaché à vous et vous a choisis, ce n'est pas que vous soyez le plus nombreux de tous les peuples: car vous êtes le moins nombreux d'entre tous les peuples. Mais c'est par amour pour vous et pour garder le serment juré à vos pères ". (Dt 7,7-8)

Cependant, cette élection n'est pas gratuite, elle repose sur des devoirs et des obligations rituelles, mais surtout sur des promesses de prospérité pour les "élus" et de menaces pour les nations qui s'opposeraient au chouchou du dieu. Il s'agit donc d'un donnant-donnant matériel qui s'apparente à une transaction commerciale.

" Je ferai de toi une grande nation, et Je te bénirai et rendrai ton nom grand ; et tu seras une source de bénédictions pour les peuples. Je bénirai ceux qui te bénissent et maudirai ceux qui te maudissent ; et par toi, toutes les familles de la Terre seront bénies". (Genèse 12,2)

Or, tous les peuples sont "élus" par leur dieu: les Egyptiens se vivaient comme élus par le dieu Râ, les Romains par Jupiter, les Grecs par Gaia, les Germains par Wotan, les Assyriens par Mardouk, les musulmans se vivront élus par Allah et les chrétiens par le Dieu de la Croix. Mais l'originalité de l' "élection" que se sont inventée les Hébreux vient de ce qu'elle est matérialisée par un territoire et par des récompenses concrètes que leur dieu aurait réservés à eux seuls. Un rejet violent, absolu et quasi animal de tout étranger au groupe en est le corollaire. Elle pose les bases d'un nationalisme sectaire et de son corollaire, la xénophobie et le racisme.

Car le Jahvé du premier Deutéronome se présente comme un Dieu cruel et raciste qui n'offre à ses adorateurs que des perspectives de rapines et de guerre. C'est dans ce contexte psychologique qu'il faut situer la phrase d'Attali dans son interview : "Pour un juif, la pauvreté est insupportable ". Dans cet univers, la pauvreté est vécue comme le signe de la malédiction divine.

Voir : Du Système de la Réserve fédérale au camp de concentration de Gaza - Le rôle d'une éminence grise: le Colonel House pagesperso-orange.fr

Il est impossible de savoir comment est né un sentiment aussi puissant de rejet de l'étranger au groupe. A partir des péripéties de l'histoire antique, telle qu'évoquée ci-dessus dans ses grandes lignes, on peut imaginer qu'un petit groupe humain coincé entre deux empires conquérants et rivaux, mais ambitieux et énergique, soumis à des vagues périodiques d'invasions tantôt de l'un, tantôt de l'autre, en rivalité aiguë avec sa propre province du Nord, a éprouvé un besoin d'autant plus puissant de se serrer les coudes, qu'il s'agissait pour lui d'une question de survie nationale. Car le simple énoncé d'une histoire qui répond aux règles de l'historiographie moderne prouve qu'un véritable Etat hébreu n'a existé de manière significative dans l'histoire mondiale qu'entre les règnes d'Ezéchias et de Josias, c'est-à-dire durant à peine un siècle.

C'est précisément après la mort de ce seul roi judéen qui laissa une trace dans l'historiographie de la région, puis durant les cinquante ans de captivité à Babylone et les années qui suivirent, que furent rédigés les récits bibliques principaux. Mais il faudra attendre le retour de captivité pour que soient réintroduites dans les textes des notions de morale universelle. "La fin de l'indépendance politique, la destruction du Temple, la déportation dans des lieux étrangers ont mis un terme ... à une participation ensemble de la communauté au culte officiel. (...) C'est ainsi que se créèrent les conditions pour l'avènement d'une religion personnelle, intérieure, moins liée aux cérémonies publiques, mais fondée au contraire sur des valeurs éthiques." (Liverani, p.283)

Ainsi les rabbins orthodoxes Naturei Karta proclament haut et fort que, de même que dans toutes les religions de la terre, "l'alliance" avec Dieu n'est que spirituelle quitte à passer outre aux passages qui n'ont rien de "spirituel".

"Écoute, Israël, l'Éternel, notre Dieu, l'Éternel est UN. Béni soit à jamais le nom de Son règne glorieux.Tu aimeras l'Éternel ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de tous tes moyens. Que les commandements que je te prescris aujourd'hui soient gravés dans ton cœur " (Dt, 6,4)

Animés d'un esprit véritablement généreux et sensibles à l'injustice dont sont victimes les Palestiniens, ces rabbins sont toujours au premier rang lors des nombreuses manifestations auxquelles ils participent inlassablement aux côtés des défenseurs des droits des Palestiniens. Ils proclament haut et fort que "tout au long de leur histoire, les sionistes ont eu recours à l´intimidation, à la guerre, au nettoyage ethnique et à un terrorisme soutenu par l´Etat pour réaliser leurs objectifs. Voilà ce qu´est, a été et continue d´être l´agenda criminel de ce mouvement sioniste. Mais au-delà de ces crimes épouvantables, ils osent prétendre que ces actions infâmes sont faites au nom de la sainteté, au nom du Tout-Puissant, au nom du Judaïsme et des Juifs! "

Manifestation des rabbins de Naturei Karta

Aux âmes spirituelles, tout est spirituel, quitte à trouver des interprétations allégoriques aux récits ou aux exhortations les plus cruels. Les courageux rabbins de Naturei Karta en sont un exemple vivant. Cependant, c'est le texte pris dans son acception la plus littérale et la plus vulgaire qui fut retenu par la totalité des hébreux antiques. Les rabbins père et fils cités ci-dessus, les 94% d'Israéliens qui ont soutenu le massacre de Gaza et fêté leurs soldats assassins, la grande majorité de la diaspora juive et des dirigeants comme Liberman, Barak, Livni, Netanyahou ou le général Ashkenazi n'ont pas d'états d'âme moraux. Il suffit de les regarder. Ce sont des laïcs, mais pour ces têtes politiques, les prescriptions bibliques sont une arme supplémentaire sur laquelle ils s'appuient afin de justifier leur politique d'expansion coloniale.

Une brochette représentative de dirigeants sionistes actuels: Ehud Barak, Avigdor Liberman, Tzippi Livni, Benjamin Netanyahou, le Général Askhenazi

"Une photo c'est une griffe ... contre l'oubli, l'impunité, l'injustice et l'ingratitude." Chahid Slimani

7 - Qu'est-ce que la " Terre promise " ?

De nombreux versets du Deutéronome, de la Genèse, de l'Exode, des Nombres, du livre de Josué décrivent les limites d'un territoire qu'un notaire divin aurait "promis" à un groupe de fuyards-fantômes, conduits par un guide spirituel imaginaire, qui a confié l'achèvement de sa mission à un chef de guerre fictif, lequel a réussi l'exploit de faire s'écrouler les murailles d'une ville qui n' en avait pas à l'époque supposée des évènements.

Voir: Aux sources du sionisme : La Bible et l'invention de l'histoire d'Israël

Nous sommes donc bien dans le même cas de figure que dans le récit des aventures d'Enée auquel la légende prête une expérience galante avec une reine qui vécut quatre cents ans après lui. Tous les peuples se racontent des histoires sous la forme d'un roman fondateur. Des légendes d'Enée existaient avant Virgile, des légendes sur Moïse ou David existaient avant que les prêtres de Josias, utilisant les méthodes romanesques classiques de dilatation de telle partie de la légende ou d'omission de péripéties inopportunes, produisissent un récit cohérent et adapté au but nationaliste recherché.

L'existence d'une "promesse" d'un Dieu notarial est présente dès les premiers versets dans la rédaction du premier livre par les scribes de Josias. On en trouve la trace à trois reprises dans le Deutéronome. Dès le premier chapitre, il est dit:

"Tournez-vous, et partez, allez à la montagne des Amorrhéens et chez tous leurs voisins, dans la plaine, dans la montagne, et dans le pays plat, et dans le midi, et sur le littoral de la mer, au pays des Cananéens et au Liban, jusqu'au grand fleuve, le fleuve Euphrate." (Dt 1,7)

Et un peu plus loin :

" Vous avez atteint la montagne des Amorrhéens que Jahvé notre Dieu nous donne. Vois, Jahvé ton Dieu a livré ce pays à ta merci ; monte, prends-en possession, selon ce que t'a dit Jahvé, le Dieu de tes pères. " (Dt 1, 20-21)

On voit qu'à l'origine, la surface de ce fameux territoire couvrait quasiment le monde connu de l'époque dans son ensemble, l'Egypte mise à part: il s'agit, globalement du territoire déjà occupé par les Judéens de Josias, augmenté d'un important prolongement jusqu'en Mésopotamie avec l'Euphrate pour frontière, le territoire des Pharaons leur paraissant visiblement d'autant plus inaccessible, même en imagination, qu'il était protégé par la frontière naturelle de la mer Rouge.

Victimes de vagues d'invasion successives venant principalement des empereurs assyriens, puis Babyloniens, Sargon II puis Sennacherib, les Judéens rêvaient de vengeance et s'imaginant à leur tour des envahisseurs, ils firent proférer à leur Dieu le message qu'ils souhaitaient entendre et qu'ils auraient voulu mettre en action.

Dans le verset 11,24 du Deutéronome, le message est géographiquement plus ambigu, mais psychologiquement plus clair:

"Tout lieu que foulera la plante de votre pied sera à vous : votre limite sera depuis le désert et le Liban, depuis le fleuve, le fleuve Euphrate, jusqu'à la mer d'occident s'étendra votre territoire ". (11,24)

Si la fameuse "terre promise" s'étend à "tout lieu que foulera la plante de vos pieds", cela signifie bien que Jahvé offre la surface totale de terre à son "peuple élu ", pour peu qu'il s'y établisse et les lieux énumérés ne sont là que pour matérialiser le désir et concrétiser la connaissance de la mappemonde.

Les scribes postérieurs qui rédigèrent, après l'exil à Babylone, les chapitres suivants de la Torah ainsi que les prophéties d'Ezéchiel, sont beaucoup plus diserts. Mais l'accumulation des précisions géographiques, si elle révèle une connaissance plus fine de la topologie des lieux, rétrécit l'espace réservé au "peuple élu" alors que le Deutéronome l'avait laissé ouvert à l'infini avec son "tout lieu que foulera la plante de vos pieds". Visiblement, les Hébreux avaient réévalué leurs ambitions à la baisse ou peut-être avaient-ils pris conscience de manière plus réaliste des limites de leurs forces. Néanmoins, la surface qu'ils s'attribuent en rêve représente toujours entre vingt à cinquante fois, selon les versions, celle du petit territoire sur lequel ils ont toujours été confinés.

Comme les "Livres" sont depuis lors rangés selon la chronologie supposée du déroulement des évènements et non selon la chronologie réelle de leur rédaction, ce sont les récits plus récents qui décrivent les frontières avec la plus grande minutie . Cette minutie même imprime dans les cerveaux l'impression qu'il s'agit d'un territoire réel bien délimité. En même temps, la précision agit d'une manière hypnotique et finit par imposer la sorte d'évidence que ce peuple possèderait un destin exceptionnel qui ne pourrait se manifester que dans un seul endroit bien précis de la planète et nulle part ailleurs.

" L'Éternel parla à Moïse, et dit: Donne cet ordre aux enfants d'Israël, et dis-leur : Quand vous serez entrés dans le pays de Canaan, ce pays deviendra votre héritage, le pays de Canaan, dont voici les limites. Le côté du midi commencera au désert de Tsin près d'Édom. Ainsi, votre limite méridionale partira de l'extrémité de la mer Salée, vers l'orient ; elle tournera au sud de la montée d'Akrabbim, passera par Tsin, et s'étendra jusqu'au midi de Kadès Barnéa ; elle continuera par Hatsar Addar, et passera vers Atsmon ; depuis Atsmon, elle tournera jusqu'au torrent d'Égypte, pour aboutir à la mer. Votre limite occidentale sera la grande mer : ce sera votre limite à l'occident. Voici quelle sera votre limite septentrionale : à partir de la grande mer, vous la tracerez jusqu'à la montagne de Hor ; depuis la montagne de Hor, vous la ferez passer par Hamath, et arriver à Tsedad ; elle continuera par Ziphron, pour aboutir à Hatsar Énan : ce sera votre limite au septentrion. Vous tracerez votre limite orientale de Hatsar Énan à Schepham ; elle descendra de Schepham vers Ribla, à l'orient d'Aïn ; elle descendra, et s'étendra le long de la mer de Kinnéreth, à l'orient ; elle descendra encore vers le Jourdain, pour aboutir à la mer Salée. Tel sera votre pays avec ses limites tout autour. " (Nombres, 34,1-12)

Comme on le voit, Jahvé est un fin cartographe!

Grand Israël, représentation de 1695

C'est pourquoi un Etat qui se dit laïc comme l'actuel Etat d'Israël et qui obéit au rituel superficiel des démocraties reste en réalité une crypto-théocratie imprégnée de la certitude indéracinable que la terre qu'il conquiert les armes à la main lui a été prescrite en héritage et que la Bible est son acte de propriété. Par conséquent, le 22 mars 2010, l'actuel chef du gouvernement israélien, M. Benjamin Netanyahou, a pu affirmer à Washington que "le peuple juif construisait déjà Jérusalem il y a trois mille ans et il continue à le faire aujourd'hui".

C'est ce roman théologico-politique qui est censé donner à l'Etat d'Israël moderne la justification morale de son droit à s'installer sur la terre palestinienne. En fait de démocratie, il faudrait plutôt parler d'ethnocratie religieuse puisque cet Etat pratique une impitoyable discrimination à l'encontre de la population autochtone.

8 - La mort de Josias et la destruction Temple

Le règne de Josias se termina tragiquement : il fut tué à Megiddo en -609 par l'armée égyptienne commandée par le pharaon Nechao auquel il voulait couper le passage à travers la Palestine. Son ancien allié venait de changer de camp et courait au secours des Assyriens menacés par les Babyloniens, l'empire montant.

Outre qu'elle signe momentanément la fin de la réforme religieuse de Josias, sa mort est interprétée comme un châtiment par les tenants des cultes locaux qu'il avait détruits. Mais le secours du Pharaon Nechao sera insuffisant et Babylone vaincra à la fois l'Assyrie et l'Egypte.

Le petit successeur de Josias, devenu vassal du nouvel empire, se croira assez puissant pour se révolter contre son suzerain. Mais après un rapide siège de Jérusalem par Nabuchodonosor, la ville se rendra. Le roi, sa famille, les hauts fonctionnaires et tous les artisans, notamment ceux qui étaient spécialisés dans la métallurgie et le travail des métaux, dont le nouvel empire avait un urgent besoin afin de renforcer son armée, furent transportés à Babylone. Ce fut la seconde déportation d'Hébreux hors de leur territoire, mais la seule à laquelle les textes bibliques accordent de l'importance, puisque la première concernait le royaume honni du Nord.

Le Temple fut mis à sac et son trésor prit également le chemin de Babylone. Le royaume de Juda devint alors la province perse de Yehoud selon la terminologie araméenne et les Judéens devinrent les Yehoudim, les Juifs.

Babylone ne fut pas une prison cruelle pour les exilés. Ils y devinrent puissants et prospères. Une cinquantaine d'années plus tard, la Babylonie fut conquise par la Perse (l'Iran actuel) et Cyrus, l'empereur perse, magnanime, autorisa une partie des Hébreux à retourner dans l'ancien royaume de Juda pour bâtir un deuxième Temple. Mais la tutelle des Perses demeurait. Les Judéens ne furent plus jamais indépendants. A la soumission aux Perses succéda la tutelle des Grecs puis celle des Romains qui aboutit à la destruction totale de Jérusalem, ainsi que du temple.

D'ailleurs, l'actuel Etat d'Israël aurait dû, en toute logique, prendre le nom de Juda, puisqu'il se prétend le successeur des roitelets du Sud, David et Salomon, alors que le Royaume d'Israël, dans la province du Nord, avait définitivement disparu de l'histoire au VIIIe siècle avant notre ère, au moment de la première déportation à Babylone et hormis la période de la dynastie omride au -IXe siècle, il n'a laissé aucune trace dans la mémoire des peuples.

9 - Conclusion

Les résistances que rencontre la démythologisation du récit biblique viennent d'horizons multiples, et pas seulement des juifs, car les chrétiens se sentent étroitement reliés, eux aussi, aux mythes bibliques. Pour les Israéliens actuels cette révolution culturelle est inimaginable, puisqu'elle ébranlerait tout l'édifice idéologique sur lequel repose le succès ou l'échec de l'entreprise coloniale qui se déroule actuellement en Palestine. Mais elle est également vigoureusement refusée par la quasi-totalité des juifs du monde entier pour des raisons personnelles. En effet, cette reconnaissance constituerait pour un grand nombre d'entre eux une véritable castration psychique.

Comment accepteraient-ils de gaité de cœur de cesser d'être "uniques", aussi bien dans la grandeur que dans les malheurs? C'est la raison pour laquelle ils manifestent une hostilité tenace à la reconnaissance de tout génocide non juif et rejettent comme un blasphème l'idée que d'autres souffrances seraient comparables aux leurs. Ils sont d'ailleurs quasiment parvenus à imposer au monde entier leur vision mythologique du l'histoire, y compris de l'histoire contemporaine, puisque des règles drastiques édictées par de nombreux Etats, interdisent aux historiens d'effectuer librement leur travail.

Comment admettraient-ils de ne plus se vivre comme les membres d'un "peuple élu", exceptionnel, unique possesseur par décret divin d'un lopin de terre dont le statut est quasi miraculeux? Il leur faudrait pour cela quitter le piédestal sur lequel ils ont dressé leur moi mental privé et collectif et accepter de redescendre de la moyenne région de l'air dans laquelle ils se sont psychiquement domiciliés pour retrouver, sur la terre ferme, la communauté humaine universelle.

Or c'est dès la prime enfance qu'un racisme agressif à l'égard des non-juifs, stigmatisés sous le sobriquet de "goys", est inculqué aux enfants. L'épisode du petit sous-ministre israélien se plaçant "en haut" et reléguant l'ambassadeur de Turquie, "en bas" prouve que cette révolution copernicienne n'est pas près de s'accomplir.

Exemple d'éducation israélienne

Le sionisme n'est pas né par génération spontanée. Il est le fruit direct des recommandations raciales du Deutéronome. C'est dans la Torah que les sionistes de l'Israël actuel puisent leur inspiration et la justification de leur comportement. C'est pourquoi il est si important de connaître les textes originels, ainsi que l'histoire de leur venue au monde.

A suivre : III - Du Talmud à Théodore Herlz
30 mars 2010

Bibliographie

Mario Liverani, La Bible et l'invention de l'histoire, 2003, trad. Ed. Bayard 2008

Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman,La Bible dévoilée. Les nouvelles révélations de l'archéologie, 2001,trad. Ed. Bayard 2002

Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, Les rois sacrés de la Bible, trad.Ed.Bayard 2006

Ernest Renan, Histoire du peuple d'Israël, 5 tomes, Calmann-Lévy 1887

Douglas Reed, La Controverse de Sion

Jacques Attali: Les Juifs, le monde et l'argent, Histoire économique du peuple juif. Fayard, 2002

pagesperso-orange.fr