060825 3 min

Exemple de dénouement sur la position de la France dans le conflit

{::export from newsnet in politic by newsnet date: 25/08/06}
w4lk60825

La France se montre hésitante à déployer ses hommes au Liban.
C'est un peu normal.

Tout le monde répète que c'est à cause des mauvais souvenirs mais on élude à chaque fois qu'il y a même pas quelques semaines la FINUL était bombardée sciemment.

Cette absence très critiquée, surtout par Bush et donc la presse mondiale, peut très bien en réalité devenir un atout stratégique.

Être récalcitrant à désarmer le Hezbollah ne peut qu'être bien vu par eux (et par tous ceux qui sont du côté de la justice).

Mais cela ne se verrait qu'à l'occasion de nouvelles offensives, car si des combats venaient à se déclencher au Liban, sous le feux des attaques sionistes, les Français seraient automatiquement dans le camps libanais.
Entraînant avec lui les autres pays.

Car non seulement le Hezbollah n'aurait aucun intérêt à tirer sur eux, mais semble logique qu'ils leur offriraient leur protection.

Tandis qu'il est certain que quand Tsahal ouvre les hostilités, il se contente d'envoyer des prospectus puis ensuite il ne fait pas de quartier, pas de détails, comme il l'a prouvé suffisamment de fois.

La question principale qui est la place de la France dans ce conflit (traditionnellement "le cul entre deux chaises") pourrait se résoudre à l'occasion d'une nouvelle offensive israélienne, qu'eux-mêmes attendent avec impatience bien que tout ai montré combien c'était stérile.

Mais la volonté de tuer n'a jamais rien de rationnel.
Tuer Nasrallah comme ils le préconisent ouvertement, ne posséderait aucune fonctionnalité, si ce n'est se faire plaisir.

Pour cela ils n'hésitent pas à violer les lois sans scrupule, dans le seul but de satisfaire leur ego paranoïaque, et ils n'hésiteraient pas à tirer sur les soldats de la FINUL, en s'excusant vaguement ensuite.

--

Il faut bien admettre que la 1701 a été rédigée précipitemment et est donc imparfaite. Par ailleurs il était question de la rediscuter plus en détails après, mais au fait ? Quelles nouvelles ?

Le choix de 15 000 hommes a été décrété sans concertation aussi on voit bien que son seul intérêt était la cessation immédiate des meurtres.
Dans ce cadre, la 1701 a rempli son rôle et c'est fini.

Avant d'aller plus loin avec la 1701 il faudrait peut-être mettre en application celle qui, si elle avait été respectée, n'aurait pas permit tous ces développements funestes.

Le désarmement du Hezbollah peut légitimement être abandonné, ou ajourné, mais abandonné c'est mieux.
Voler leurs armes à une armée de résistance contre un oppresseur, ça fait tâche quand même.

En fait finalement, après ces hésitations, et à condition de refuser le déarmement du Hezbollah "dans l'immédiat" (=discours politicien), la présence des casques bleus pourrait être un gage de préservation de la paix.

-8119