060821 3 min

Je n'entends que des politiques de vidage de l'eau d'un bateau crevé.

{::export from newsnet in futur by newsnet date: 21/08/06}Je voterai blanc.

Aucun parti politique n'a en aucune manière travaillé de quelque manière que ce soit.

Tout ce que je lis c'est de la bonne volonté et ce qu'on appelle des "plan de travail" ou encore "des contraintes".

De simples ordres proférés, des éditoriaux.

En tant que scientifique et programmeur, je sais ce qu'est un "Système".

Le système social est à l'agonie car il n'existe pas. Il repose uniquement sur une sédimentation culturelle. C'est un assemblage d'us et coutumes instinctifs.

Si il tient miraculeusement debout, il n'en est pas moins soumis à des soubresauts inévitables, qui se traduisent par de la misère et des morts, des virus, une pollution incalculable, et probablement la destruction de toute vie sur Terre.

Je n'entends que des politiques de vidage de l'eau d'un bateau crevé, et déjà quasiment sous l'eau.

Si un parti politique s'affichait résolument du côté de Chavez, Morales, et de la tendance sociale antilibérale, contre les états-unis, contre les systèmes financiers, à la limite ce serait un bon début.

Mais antilibéral signifie surtout que le gouvernement doit reprendre possession des institutions financières, et non pas comme aujourd'hui, confier cela à des entreprises à but lucratif. C'est débile ce système.

Vous pourrez avoir toute la bonne volonté du monde, c'est le principe de "à but lucratif" qu'il faut abolir.

Pour arriver à cela il y a des méthodes, de nombreuses personnes on travaillé dur pour élaborer des systèmes fonctionnels parfois étayés sur des modèles informatiques très convaincants.

De réels systèmes économiques alternatifs, avec une autre forme de calcul de l'argent, qui ne demande qu'à, si ce n'est être reconnus, au moins être étudiés.

La seule "croissance" acceptable, est celle du niveau moyen de vie.

Dans un système orienté vers cet objectif, les méthodes coulent de source ; quoi qu'un système ça ait toujours des "bugs", dans la mesure où les microréseaux doivent fonctionner avec les macroréseaux, d'où le concept de "mécanique".

Quelques idées simples :

- Abolir tout impôt et taxer les transactions boursières dans un premier temps, afin de récupérer largement de quoi rembourser la dette de l'état.

- Se réapproprier (ainsi) la production fiducière.

- Abolir (ainsi) la dette des pays pauvres.

- Transformation du but lucratif en but systémique : une entreprise qui fait fortune, ça veut dire une baisse des prix pour le consommateur.

- Système informatique de répartition des richesses (naturelles, de production excédentaires, etc...) => (très important) ce sont les algorithmes de ce logiciel qui seront l'objet de discussions politiques.

- Législation sur les salaires pour une meilleure répartition, au prorata de l'effort fourni (et non du mérite...).

- Logiciel de répartition des tâches : afin d'assurer l'emploi équitable de tous, faisant ainsi en sorte que chacun puisse choisir parmi plusieurs emplois proposés selon ses compétences, même pour de courtes durées.

- Instaurer un système de vote permanent via internet.

- Instaurer une loi permettant la destitution immédiate d'un politicien en cas de violation.

- Loi sur la psychotechnique des candidats éligibles : ils devraient passer des tests d'intelligence et de psychoaffectivité (ça aurait évité que Bush soit au pouvoir, ça éviterait que Le Pen ou Sarkozy le soient).

- Propagation du système aux pays connectés.

etc etc... (à votre service)

-8119