060819 12 min

Le schisme de ces temps moyenâgeux

Aussi loin du plausible, est-ce possible ?

C'est la première fois qu'une guerre ne se termine pas en disant "plus jamais ça". Au contraire, tout le monde s'inquiète : A quand la prochaine ?

w4lk60819

# Une guerre c'est normal si c'est injuste

Déjà, ce qui déclenche une guerre n'est jamais autre chose que futile ;

Une guerre est toujours injuste en soi.

C'est d'ailleurs étonnant que les gens s'étonnent qu'une guerre soit injuste et immorale.

Y a-t-il des guerres justes ? Tuer est-il utile ?

Il serait temps de se poser la question.

Il y a au contraire des règles de bonne conduite pour la guerre, mais elles ne sont pas respectées évidemment : en période de démence comment respecter des règles ?

Et d'ailleurs, en temps de paix, quelle idée de s'abaisser à devoir établir des règles pour la guerre ?

C'est la guerre qui devrait être interdite, tout simplement !!

Les politiciens eux, ils ont l'air d'en savoir plus que les bonnes gens. Eux, ils trouvent cela normal. Les morts, ils appellent cela un dommage collatéral.

En 44, les américains avaient amplement bombardé la Bretagne, y compris surtout des innocents, c'est ça un dommage collatéral, c'est pas grave, il faut bien ça.

Aujourd'hui on peut envoyer un missile par guidage laser au centimètre près, on peut voir à travers les murs, pister par satellite, mais pour autant, les dommages collatéraux existent toujours, et le carnage est toujours aussi grossier.

N'est-ce pas sous couvert de cette imprécision qu'Israël a tué tant d'arabes ?

Il y a juste que pour une civilisation qui se pavane dans une "modernité", on voit bien que les problèmes de fond - psychologiques, ceux qui conduisent à la guerre - ne sont pas résolus.

Si la technologie est rutilante de perfection, l'esprit scientifique qui a permit d'aboutir à cette perfection, lui, n'appartient pas aux chefs de guerre.

Ne voit-on pas que ces chefs d'états sont des attardés mentaux en comparaison à la science dont ils bénéficient ?

# les raisons des guerres

Pour en arriver à faire la guerre, il faut vraiment être un crétin profond quand même.

Et pour y envoyer des "boys" tous frais prêts à mourir, il faut vraiment n'avoir aucune humanité. Pire, on peut même estimer quels sont leurs intérêts...

C'est à dire que sous aveu, ils diraient qu'il y avait des raisons à leurs crimes !

A ce niveau, la raison de la guerre s'inscrit dans un élan religieux, puisque c'est clairement apparenté à un rituel sacrificiel.

C'est à dire qu'ils investissent des vies humaines pour récupérer des avoirs, de nouvelles possessions.

Tout en ne se salissant pas les mains. Tout en évitant trop d'efforts de réflexion.

La violence, c'est ce qui arrive quand la pensée plafonne.

Et puis toutes ces armes et ces tanks, ces belles munitions, si elles existent, elles doivent bien servir à quelque chose, doivent-ils se dire.

# Le principal problème c'est d'imposer les choses.

Les humains les moins évolués veulent toujours imposer des choses.

Ils ne comprennent pas que leur volonté procède de leur déficience intellectuelle ;

Ils s'obstinent à vouloir appliquer des méthodes brutales pour obtenir des résultats imaginaires et irrationnels.

Là où il y a évolution, c'est dans la méthode, mais par contre pour ce qui est du manquement moral, c'est plus long à évoluer.

Cela est inquiétant car imaginons les humains qui veulent des choses stupides et finissent par les obtenir : ce serait pire.

Mais de toutes manières la méthode qui consiste à imposer les choses, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, il faut bien comprendre que cette méthode EST la guerre.

Guerre qui engendre l'oppression et répand la haine.

La guerre, c'est de vouloir imposer sa volonté, sa vision, sa "leçon", sa stratégie à des faibles et des opprimés.

Mais imposer quoi que ce soit sans que ce ne soit sincèrement voulu par toutes les parties, n'aboutit jamais évidemment.

Mais ça ne les empêche pas de vouloir le faire quand même.

Pourtant si la guerre s'est terminée, c'est parce que Israël s'est dit "ok on va arrêter", sinon, que l'agressé soit seul à le vouloir, serait resté sans effet.

C'est bien la preuve que les choses ne peuvent être obtenues que par consentement !

Si la fin de la guerre avait été imposée par la force, ça aurait provoqué une situation encore plus électrique. Mais quand même elle le reste car l'agresseur est insatisfait de son résultat, et surtout il veut se donner plus de temps pour plancher sur une nouvelle méthode plus efficace.

Mais il ne remet toujours pas en cause ses déficiences mentales, et c'est ça qui fait peur !

C'est même terrorisant.

# Les lois aussi, sont imposées "illégalement"

Ce qui est incroyable aussi chez les humains ce sont les règles qu'ils s'imposent à eux-mêmes, et qu'ils n'arrivent pas à respecter (évidemment).

Par exemple imposer 15 000 soldats d'interposition a été décidé sur on ne sait pas quelle base, mais en tous cas maintenant on s'aperçoit, ô surprise, que c'est difficile rendre cela possible.

Mais alors, juste une question, qui a décidé de ce nombre ?

Non parce que de toute évidence, ça a été imposé, comme d'habitude, sans réelle connexion avec la réalité, sans sondage, sans concertation, sans rationalité.

N'est-ce pas un peu décrédibilisant ?

# Face à la réalité

Amusant, l'Allemagne veut bien y aller, mais seulement pour contrôler les mouvements d'armes à la frontière. "Seulement" : ce n'est pas rien ! c'est même beaucoup plus efficace, pour ce qui est de la collaboration avec l'agresseur.

Et dire qu'ils ont été conduits à ce poste parce qu'ils rappellent des mauvais souvenirs aux juifs ! Que les juifs ont peur des allemands !

N'est-ce pas la preuve qu'une peur irrationnelle est à l'oeuvre dans leur psychisme traumatisé ?

Et pendant ce temps les mouvements d'armes vendues à l'agresseur israélien, elles, sont acceptées même si elles sont illégales et immorales.

Non non, ce n'est pas une fiction.

C'est peut-être pour ça que les gens ont du mal à être connectés avec la réalité, elle est tellement surnaturelle : on terrorise des innocents en les traitant de terroristes, et aucun d'entre eux, pour l'instant, ne s'auto-questionne.

On interdit la circulation des armes, mais pas au bon endroit, sans que ça n'inquiète aucun de ces politiciens. N'est-ce pas de la folie ?

# Courber les significations à sa guise

La force d'intervention, en elle-même, c'est toute une histoire.

Idée avancée par Kofi Annan pendant le sommet du G8, elle a été rejetée, jusqu'à ce que le sioniste Ehoud se dise qu'il pouvait faire tourner cette force à son avantage, après mure réflexion.

C'est à partir de là que la FINUL a commencé a se poser des questions.

Et Kofi aussi, était-ce bien ça son idée ? S'est-il bien fait comprendre ou bien est-ce qu'on ne se moquerait pas un peu de lui par hasard ?

Et personne d'autre que lui n'a eu la moindre autre idée ?

Déjà que cette FINUL se fait bombarder sciemment par les sionistes, et maintenant (après mure réflexion), elle va servir sa cause.

# Irrationalité

Alors elle sert à quoi cette force d'interposition ? Bah maintenant elle ne s'interpose plus entre les bélligérants, ce qui est vraiment un concept incroyable quand même, mais elles ont le dos tourné vers Israël et surveillent sa frontière des méchants Hezbollahis.

Autant dire que la situation est inconfortable pour eux, qui ne sont pas dupes, et qui ont bien vu ce qui se passait.

En passant, c'est quand même incroyable que cette "force d'intervention" soit sur le territoire libanais exclusivement. Pourquoi n'a-t-on pas posé cette force à égale distance de la frontière entre les deux pays ?

Si on se souvient que l'agresseur, pas dans la pub mais dans les faits, est Israël, c'est d'ailleurs sur le territoire d'Israël qu'elle devrait se positionner, afin d'empêcher les sionistes d'opprimer les faibles civiles.

Au lieu de cela, bah non, la force est destinée à protéger le riche israélien de l'action terrorisante des pauvres libanais qui sont des terroristes.

Allons plus loin : euh, comment dire, à qui compter faire croire que c'est en se positionnant "sur le terrain"... physiquement ! que ça va servir à quelque chose ?

N'aurait-il pas été légèrement plus approprié de s'interposer sur le "terrain politique" ?

On demandait aussi à cette "force d'interposition" de désarmer le Hezbollah. Physiquement toujours. La encore, autant dire que c'est de la folie d'imaginer ça. Qui décide ces choses-là, aussi loin de la réalité des faits, aussi loin du plausible ?

Je crois que c'est toute une mentalité d'arrogance, chez les humains, d'imposer des décisions irrationnelles et de ne jamais accepter d'en supporter les conséquences.

Et pourtant quand les lois sont votées, les humains en général se mettent en quatre pour les respecter, parce que dans leur esprit la loi c'est bien, tandis que la morale, c'est confus, bizarre, abstrait, voire même dangereux d'essayer d'y penser.

Apparemment, personne d'autre que la loi dictée arbitrairement ne se sent responsable de la justice.

# Le schisme

Mais le problème comme on l'a vu, c'est que ceux qui font les lois sont trop partisans et trop éloignés de la réalité.

Cette assertion, est très concrète, et pour le prouver scientifiquement, mettons si on tombait sur la 1701 sans avoir connu l'histoire, du point de vue historique, on dirait que c'est Israël le gentil et qu'il a gagné en plus, alors que dans la réalité c'est lui le méchant et en plus il a gravement perdu.

C'est comme si, par avance, on avait déjà réécrit l'histoire...

C'est édifiant, cette césure entre le réalisme, la rationalité, qui sont des choses qu'on obtient par le travail, et l'immaturité des décideurs politiques, qui est fantasmatique.

Dans chaque pays, on s'étonne de cela vis-à-vis des politiciens, par exemple quand ils s'amusent à expulser des "étrangers" - comme ça voulait dire quelque chose d'être "étrangers" - pour des raisons totalement obscures et impossibles à exprimer, mais qui leur semblent évidentes à eux seuls, à eux et et à leurs sbires fascinés.

Et dans "le monde", il se passe la même chose, les lois internationales sont complètement à côté de la plaque, alors qu'il suffit de "travailler" pour ne pas l'être, au lieu de dicter bêtement des conditions imaginaires, et d'imposer des "visions" délirantes, en terminant sa plaidoirie par "Et qu'il en soit ainsi".

Il y a vraiment un schisme entre deux mondes, celui de ceux qui s'imaginent une réalité sans faire le moindre effort pour la comprendre, qui imposent ses lois de façon irrationnelle et inconséquente, et le monde réel, qui par une espèce de tradition culturelle, continue de croire que ces institutions sont garantes de ce qui est morale et juste, et qui, n'arrivant pas à faire le lien entre ce qu'on leur raconte et ce qu'ils voient, se sentent un peu déboussolés.

C'est dans le terme de "communauté internationale" qu'on voit ce schisme. Ce terme de "communauté internationale" a deux sens contigus. L'un concerne les politiciens déconnectés de la réalité, et l'autre, les gens qui manifestent dans les rues contre la guerre.

Ceux deux clans sont en complet désaccord sur toute la ligne.

Et pourtant les politiciens se nomment eux-même "la communauté internationale", comme s'ils étaient des manifestants incompris.

Mais je le redis, ce qui sépare celui qui sait de celui qui spécule dans le brouillard, ne tient qu'à la quantité de travail qu'il produit... réellement.

# Un peu de recul

Ces politiciens montrent du doigt "le terrorisme" avec la même exaltation postillonnante que leurs grand-pères accusaient le premier venu d'être un "hérétique" (!) ce qui suffisait à justifier qu'on crame son corps immédiatement.

Ce serait intéressant d'étudier plutôt, comment apparaît par émulation un conditionnement qui amène une réponse automatique stimulée par le simple fait de prononcer un seul mot.

Il apparaît clairement, aux yeux de l'historien comme de l'intellectuel, que l'hérétisme consiste seulement à "penser différemment", et que cela semble aujourd'hui débile, "hérétique" de traiter les autres d'hérétiques.

Notons en passant que pour en arriver à nos jours l'hérétisme était le début d'un schisme qui combattait la vision de la "vérité", proclamée par le "dogme" catholique.

Vérité, dogmatisme, schisme, voilà des concepts "ma foi" très contemporains.

Si on pousse d'une seule seconde l'étude dans cette direction, on voit bien que ceux qui sont nommés "dictateurs", "terroristes", le sont par une institution dogmatique qui nie le schisme que constitue l'antilibéralisme, pourtant inéluctable.

# Conclusion de cette folie

Si c'étaient les gens qui faisaient les lois, tout irait beaucoup mieux.

En fait une bonne idée serait d'inventer le concept de "démocratie". Je viens de l'inventer, c'est un néologisme ! Ça veut dire que ce sont les peuples qui sont responsables de la politique, à la place de la noblesse, du clergé et de la bourgeoisie !

Je pense que dans le futur, à mon humble avis, il y aura plein de démocraties et même peut-être une démocratie mondiale, où les gens voteront les lois.

(Et où on condamnera les impotants à la labeur...)

-8119