060812 4 min

Mécanique de l'hallucination

"Rageur le CRIF publie un nouveau communiqué : « La décision du CSA de conventionner la chaîne de télévision du Hezbollah, Al-Manar, équivaut à une autorisation officielle donnée par la France à la propagande antisémite."
voltairenet.org

w4lk60812

Ici on voit ce qu'est une réflexion étriquée.
C'est un désir puissant et inassouvi qui oblige le cerveau à prendre un raccourcis typiquement fondamentaliste, exagéré, absolutiste.
Mais cela paraît logique pour ce cerveau surtout qu'il assouvi ainsi une somme de frustrations qui sont inexprimées avant ça. Pour lui cette solution est un échappatoire, comme un entonnoir inéluctable où tombe le sens.

- "La décision du CSA équivaut à une décision officielle"
=> premier raccourcis, qui constitue une accusation selon laquelle il y aurait une pensée unique, sûrement imposée par l'état au CSA. C'est très intéressant cette vision des choses, car elle a forcément été éduquée antérieurement : par quoi ? N'est-il pas probable que des gens différents fassent chacun leur travail indépendamment ?
(en fait non ! mais il faut lire l'article)

- "Equivaut à une autorisation à la propagande antisémite"
=> Ici, on est dans la démence, une grave psychopathologie, tout simplement parce qu'un objet est remplacé par son signifiant. Le sujet parle en pensant à sa névralgie.
Substituer le signifié par le signifiant a pour seul origine la dénonciation semi-consciente de ce qui veut être débattu en vérité mais qui ne peut l'être par le cerveau malade seul, sur la pertinence de cette signification.
L'israélien dit ici : "Pour moi Al Manar = (égal) la propagande antisémite. Comment remettre cela en cause ?". (remettre cela en cause le guérirait)
Mais seulement si c'était le cas, la chaîne aurait été interdite, et l'évidence serait suffisante.
Au lieu de cela (lire l'article) il aura fallu sortir de son contexte une scène d'un feuilleton lui-même déjà censuré, pour "montrer l'évidence".
C'est à dire que le sujet n'attend pas le consensus, il le stimule, en manipulant l'esprit des autres, afin qu'ils adhèrent à sa névralgie en fin de compte.

Et c'est en raison de cette perpétuelle substitution du signifié et du signifiant, poursuivant dans sa logique tronquée, que le psychopathe en arrive à élucubrer sur le fait que "c'est tout l'état français qui est antisémite".
"Le tout pour la partie", c'est un bon moyen pour reconnaître la déficience mentale.
(mais ceci n'est qu'une partie du concept)

Mais ce qu'il y a c'est que cette déficience, tant qu'elle n'est pas résolue et comprise, est adoptée, assimilée, et retransmise, jusqu'à ce que le groupe social dans son ensemble ou l'histoire soient à-même de démonter ce qui est injuste ; jusqu'à ce qu'un certain seuil d'intelligence soit atteint.

En attendant, les méthodes-excuses qui permettent de justifier les conclusions illicites poussent les uns et les autres - pour moi des faibles et des opprimés - à générer tout un "tohu-bohu" (comme c'est bien dit dans l'article) faisant se faire tenir entre elles des raisons qui sont toutes fondamentalement fallacieuses.

Cela est très important, car avec l'exercice de cette analyse on n'a rien fait d'autre que de retracer la technique psychologique qui permet l'augmentation exponentielle de la rage ;
A chaque fois en remplaçant un signifié par un signifiant, et ce nouveau signifiant devenant un signifié, permet d'évacuer un nouveau signifiant encore plus "fondamental", et névralgique, haineux, et étriqué.

C'est exactement ce qui s'est passé quand on est passés successivement du capo-Shalit-excuse-à-la guerre (alors que eux, ils ont des milliers de prisonniers),
- à un objectif étendu au Hezbollah,
- puis à un objectif étendu à "redessiner toute la région".

C'est d'ailleurs très important car la conclusion de ce "trajet" était préméditée, comme on a pu le voir ici et là - le plan d'invasion était prévu de longue date) mais, comme un éclair dans le ciel, dès qu'on a le "+" et le "-", la foudre se déclenche.
Ça fonctionne comme ça le psychisme.

Et tout ça, uniquement parce que la psychopathologie, exactement la même que le nazisme, est incapable par elle-même d'admettre les failles de son raisonnement.

-8119