090828 7 min

La triple entente du connard avec lui-même.

Je crois que nous arrivons à un stade où l'humanité doit évoluer ou périr.
En tous cas ce n'est plus possible de rester à ce stade de l'arriération alors que les consignes du Cosmos ont évoluées du fait de ce qui a déjà eu lieu.
Si on sait par instinct que la nature a horreur du vide, les gens ignorent encore que la nature déteste tout autant ce qui est redondant.
Or il y a des conneries qu'il n'est plus possible de voir se renouveler encore.

C'est con mais je dis ça parce que ce matin un connard m'a éjecté à coup de perceuse de 180 décibels dans la gueule de mon sommeil réparateur alors que je n'avais pas fini d'apaiser mon âme.
Avouez que tout de suite c'est très parlant.

Les gars ils vivent sur le mode campagnard en se levant à 6 heure du mat et se mettent à agiter leurs outils les plus bruyants pour passer le temps sans se demander si ça ne va pas démolir la vie du voisin qui croyait pouvoir dormir (et qui en l'occurrence a travaillé jusqu'à 3 heures).

Comment vivre dans une société où la présence d'autrui est totalement balayée de la conscience ?

Le Connard est celui dont la pensée fonctionne en circuit fermé et qui trouve logique ce qui n'est qu'une tautologie d'intérêts immédiats.

Il est reconnaissable immédiatement dans une foule car c'est celui qui se croit plus malin que les autres. Toutes ses raisons d'agir sont prêts à jaillir sur le mode de l'insulte.

C'est facile à deviner, la gente du connard la plus répandue est celle des supérieurs hiérarchiques, des politiciens et de toute personne motivant son action par le besoin d'obtenir une autosatisfaction.

Il faut bien se mettre à sa place aussi, le connard se dit qu'il ne peut plus rien faire tant qu'il n'a pas fait sa connerie. C'est ça qu'on nomme « le circuit fermé » de la pensée. Le gars est bloqué et obsédé par l'accomplissement de sa connerie.
Et ce qui est valable pour un gars est valable pour un Monde (à la dérive et qui court à sa perte).

C'est pour cela qu'on admet qu'est « mal » le refus du dialogue car il permet de débloquer le connard de la contrainte dans laquelle il est pris au piège.
Mais le problème est que ce « dialogue » est si rare qu'il est en est presque devenu interdit.
La seule conversation que le connard accepte est celle dans laquelle il peut tout comprendre afin de se retrouver dans sa posture dominatrice.

Cependant, là est une astuce, on ne peut débloquer un connard qui se croit supérieur aux autres que si on en est pas un est qu'on l'est (supérieur à lui, en terme de spiritualité)... d'où la rareté du dialogue constructif.

Le supérieur spirituel doit toujours faire un effort pour abaisser sa fréquence vibratoire pour ne pas effrayer le connard, ce qui fait voir immédiatement à ce dernier à quel point c'est un connard, qui tend à se rétracter dans sa pensée en circuit fermé.

Une pensée tautologique est facile à observer, c'est là où la cause et la conséquence sont temporellement inversés de sorte que la raison d'agir soit sensée parler d'elle-même et ne pas avoir à être expliquée, étiquetée sous le label du bon sens ou de la normalité.
Pensez à « la guerre préemptive » si vous cherchez un exemple flagrant de connerie élevée à l'échelle sociale, symbolique de toutes les autres et résultat de leur cumul.

Le refus du dialogue est la marque de fabrique la connerie, qui de son point de vue est une protection contre une agression qui tend à bousiller son piètre équilibre mental, si il veut en obtenir un plus ample et plus solide.

La pensée du connard ne supporte que rien n'en soit enlevé ou n'y soit ajouté, sinon il perd complètement pied. Il défend chacun de ses arguments comme les membres de sa famille et repousse toute nouvelle considération comme des étrangers immigrés qui viennent voler le pain des français.

La connerie peut être considérée comme le meilleur équilibre mental qui soit, surtout dans les périodes de grande fatigue ! Mais à un moment ça se trouve confronté à l'évidence selon laquelle cet équilibre-là provoque le déséquilibre chez ceux qui ont une pensée plus sophistiquée. De là apparaît la loi morale number one du Cosmos : « ton intérêt privé n'est qu'une conséquence descendante de l'intérêt collectif ».

Les connards sont fiers de montrer que leur intérêt privé est enrichi car c'est sensé prouver qu'ils ont bien servi la société. Par contre dès qu'il s'agit de servir la société ils laissent ça aux dégénérés de pauvres utopistes complètement à côté de la réalité.

Mais là encore le connard répondrait, s'il était capable de parler, que ce qui le motive est l'intérêt collectif puisqu'il se considère comme parfaitement représentatif de l'ensemble du monde normal qui est sensé marcher parfaitement. Et le pire bien sûr est que tant qu'il agit ainsi, détruisant la pensée constructrice de ceux qui sont plus évolués qui lui, il en reste ainsi.

C'est difficile de parler le langage du connard afin de se faire entendre de lui car il n'utilise pas la parole comme les humains, mais les actes symboliques comme seule et unique moyen d'expression connu.

En soit encore une fois il a raison, l'humain sert à faire et pas à rester là à causer éternellement, il faut savoir passer à l'acte et ça le connard sait très bien le faire. Cependant la science et la philosophie sont des antichambres de l'action qui servent à la conditionner de façon à ce qu'elle n'aille pas entrer directement en collision avec la logique et la morale, et donc le phénomène de la Vie.

La méditation et la foi sont un état d'esprit caractéristique de ceux qui pensent avant d'agir, afin que leurs actes soient cohérents avec les lois du Cosmos.

Pour cela on a peut-être voulu enseigner aux humains le principe du calme méditatif avant même qu'il ne devienne capable d'en tirer profit, alors qu'en fait ce calme méditatif est un héritage de la pensée raisonnable, histoire d'en prendre l'habitude et d'en avoir le réflex. En effet l'évolution a toujours besoin de soulever des contradictions telles que celles-là, où il faut du calme pour penser, et il faut savoir penser pour obtenir l'apaisement.

Alors évidemment que les connards à qui on a enseigné le calme méditatif au travers une culture religieuse, n'y voient aucun intérêt et se retrouvent alors comme dans une chambre noire où des ombres menaçantes s'élèvent sur les murs.
Ils trouvent ça stupide et demandent pourquoi ne pas simplement allumer la lumière ?
De là ça a créé tout un courant d'agnosticisme, devenu zététisme, devenu marque de fabrique de celui qui veut se faire élire comme patron des autres ; comme si cette preuve de sa capacité était suffisante pour remplacer sa capacité effective.

Bref le connard possède des raisons d'agir que tout le monde connaît très bien et dans lesquelles chacun se reconnaîtra.

Une pensée auto-logique, une détermination préalable à la raison, et la foi en soi, qui sont les trois motifs de la connerie humaine, sont en fait les prototypes primitifs de la vraie logique, de la raison de la raison, et de la foi tout court.

Le stade où on est arrivé est une voie sans issue, une mauvaise évolution, ou plutôt une évolution qui a prit pour acquit les bienfaits d'une intelligence qu'elle n'a pas su générer.

Dès lors comme à chaque fois dans ce cas il convient de régresser à un stade antérieur de cette évolution pour repartir sur une nouvelle voie. Il faut retourner à l'époque où furent inventées la politesse et l'orthographe, et substituer à la raison des simples principes une raison fonctionnelle prouvée scientifiquement, bien plus solide et bien moins facile à détourner de son intérêt premier, à savoir la recherche du (fameux) bien-être.

8119