060726

Allemagne: le Parti de l’égalité socialiste admis à l’élection

La commission électorale a confirmé l’admission du Parti de l’égalité socialiste (PSG) à l’élection au Landtag de Berlin le 17 septembre prochain. La commission électorale a constaté que la liste de candidats du PSG a été soumise «dans les délais requis en bonne et due forme» en même temps que 2200 signatures certifiées conformes requises.

Au total, la commission électorale a admis 23 partis et, en conséquence, la liste des partis comporte le plus grand nombre de partis jamais enregistrés à l’élection de Berlin depuis 1990, a dit Andreas Schmidt von Puskás. La participation record datait de 1995, lorsque 17 partis avaient participé à l’élection. Lors des élections de 2001, l’on n’avait compté que 13 partis.

La commission électorale a rejeté huit partis dont quatre pour n’avoir pas soumis le nombre requis de signatures et quatre autres parce que la proposition de candidature présentait des vices de forme, à savoir qu’elle avait été abandonnée par les partis sans avoir été retirée.

Une série d’organisations de droite se trouve parmi les partis admis, telles les Républicains, le NPD néonazi (Parti national démocratique d’Allemagne) et le PRO (Partei Rechtsstaatlicher Offensive - Parti d’Offensive constitutionnelle). L’unique candidature que l’on trouve à gauche, mis à part le Linkspartei.PDS (Parti de la Gauche.PDS, parti du socialisme démocratique) qui avait participé au gouvernement durant les années passées et qui, de par sa politique antisociale est haï, et le groupe de l’Alternative électorale Travail et Justice sociale (Wahlalternative Arbeit und Soziale Gerechtigkeit - WASG) qui critique le Parti de la Gauche.PDS, tout en soutenant sa construction sur le plan fédéral, est celle du PSG.

Tous les autres partis, tels le Parti communiste allemand (DKP) et le parti maoïste MLPD se sont soit affiliés au Parti de la Gauche.PDS soit, comme c’est le cas du MLPD, ont fait une demande d’adhésion mais qui a fait l’objet d’un refus.

L’admission à l’élection signifie pour le PSG le lancement d’une campagne électorale intense durant laquelle il montrera clairement l’urgence d’une perspective socialiste et qui devra faire l’objet de discussion. Ce faisant, le PSG, souligne que l’élection de Berlin devra être vue en relation avec les changements profonds qui ont lieu dans la situation internationale. Les attaques brutales et agressives qu’Israël perpétue contre la population au Liban et dans les territoires palestiniens ainsi que les attaques militaires ciblées destinées à détruire l’infrastructure du pays, font que le Proche Orient se trouve au bord d’une guerre très étendue.

Le fait que la chancelière, Angela Merkel, et le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, se soient placés de façon inconditionnelle derrière la politique belliqueuse israélo-américaine, est politiquement criminel. Ils renforcent de ce fait les éléments réactionnaires de la politique internationale en les encourageant à se lancer dans de nouvelles aventures militaires dont les conséquences seront dévastatrices. Dès à présent, il est déjà question que les attaques militaires pourraient être étendues à la Syrie et à l’Iran.

Au vu de cette situation, la mobilisation de la classe ouvrière sur la base d’une perspective socialiste revêt une signification tout à fait extraordinaire.

C’est de ce point de vue que le Parti de l’égalité socialiste (PSG) participe à l’élection au sénat de Berlin. C’est ainsi que l’on peut lire dans sa déclaration électorale : «Notre participation représente un pas important dans la construction d’un parti international qui lutte contre la guerre, qui défend les droits démocratiques, l’égalité sociale et qui travaille à l’éradication de la pauvreté.»

Le PSG souligne le lien étroit qui existe entre les questions sociales et la lutte contre la guerre ; il écrit dans sa déclaration:«Notre objectif n’est pas de demander l’aumône ou de réformer le capitalisme, mais de le remplacer par un système socialiste dans lequel l’économie sert les besoins de la population laborieuse et non les profits d’une oligarchie financière et la cupidité des PDG.»

La candidature du PSG est directement dirigée contre la politique opportuniste du Parti de la Gauche.PDS, qui est directement responsable du déclin social des années passées et contre le WASG qui, tout en critiquant cette politique, soutient la construction de ce parti sur le plan fédéral.

Dans le manifeste du PSG l’on peut lire: «Une initiative socialiste sérieuse au sein du Sénat de la ville de Berlin qui s’opposerait avec audace aux organisations patronales et aux groupes de pression, qui nommerait les choses par leur nom et qui mobiliserait la population pour un remaniement social fondamental aurait un résultat tout à fait différent de celui produit par les lâches lamentations au sujet de l’inévitabilité de nouvelles coupures sociales émanant des gens qui se prétendent de gauche et qui ne cessent de tirer les marrons du feu pour le compte de la droite.»

Le PSG appelle tous ses lecteurs à participer dans les semaines à venir aux meetings électoraux et à discuter avec les candidats du PSG.

wsws.org

 commentaire