090524 9 min

Religion politique



Être né Juif

Il y a un problème en ce moment : coincés dans une pensée stupidement aristotélicienne, les gens ne savent plus de quel bord ils doivent être, opposant constamment les uns avec les autres par la seule dialectique.

En passant le rédaction de The Newsnet tient à s'excuser d'avoir diffusé des infos sur Dieudonné à une époque, n'ayant pas obtenu assez tôt la preuve de son attachement au FN, ce qui est quand même un monde.
La récupération de la cause palestinienne, pour les FN, n'est due qu'à la seule raison que ce pays est occupé par une puissance étrangère, et c'est parfaitement légitime de le dénoncer. Par contre tant que l'occupation est mentale, il y a matière à se méfier de toutes les certitudes !

Comment s'articulent judaïsme, sionisme, antisionisme et antisémitisme ? Aucun d'entre eux n'est le strict contraire de l'autre (c'est de la faute à Aristote).

Le judaïsme

C'est une religion dont on peut très facilement critiquer l'évolution, quoi qu'elle parte de livres plus anciens que ceux du catholicisme. C'est juste que le temps apporte son lot de méprises, d'erreurs et de recontextualisations temporelles des écrits. La lecture des anciens écrits laisse beaucoup de place à une interprétation qui n'hésite jamais à devenir folklorique, mais à la limite peu importe tant que c'est fait avec de bonnes intentions.

La religion juive c'est super bien d'ailleurs ceux qui ont la chance d'y avoir droit l'adorent et la vénère. Le principal avantage est surtout affectif et aussi matériel, car dès lors qu'on est né juif on fait partie de la plus grande famille du monde. Déjà dans une famille la joie est grande de se retrouver en grand nombre car c'est là que les liens entre les gens sont les plus tendus, puis si c'est une grande famille on est encore plus content mais quand on est juif, alors là c'est à une famille mondiale qu'on appartient. Cela préfigure sans conteste l'état d'esprit qui doit unir tous les humains.

En fait par extension parfois aussi on s'affilie avec des gens par l'amitié ou les études, puis à leur familles et ainsi les réseaux sociaux vont en grandissant. On peut très bien adopter ou se faire adopter dans d'autres groupes que les siens avec succès bien que le lien ne soit familial que dans son acception la plus civique qu'elle puisse être.

L'antisémitisme

On est juif si sa mère l'est et ainsi de suite, quelle que soit la religion qu'on adopte ou pas.
Ainsi il y a des juifs arabes, des juifs catholiques, des juifs bouddhistes etc...
De là apparaît le terme du sémitisme, les sémites étant en gros ceux qui ont un peu le même genre de tronche car on voit bien à leur ADN qu'ils sont juifs, au même titre que les autres colorimétries pigmentaires. Juifs et arabes sont des Sémites. Les juifs de Palestine sont des Arabes.

Le racisme non colorimétrique possède le titre spécifique d'antisémitisme si son clivage est le sémitisme-non-arabe, comme il peut utiliser le clivage de classe sociale, de castes, ou même d'intelligence. Tous les clivages du monde peuvent servir les racismes, l'erreur étant le clivage lui-même. C'est normal puisque la mécanique qui en est à l'origine est la même pour tous, qui est l'exclusion de ce qui n'est pas comme le « nous » qu'un individu lambda peut se représenter ; on peut dire aussi le refus de l'inclusion, ou le rejet. Souvent ce qui est rejeté c'est l'effort à faire pour comprendre les autres.

La racisme, avant toutes choses, je suis sûr que tout le monde l'a oublié, c'est quand on va vers quelqu'un, par amitié, pour sa profession, pour trouver un logement, et que cette personne nous rejette pour des raisons qu'elle refuse d'avouer. Ce qui est sous-entendu par cette façon de faire (aristocratique au sens péjoratif) cause de graves lésions dans la société, malgré le peu d'effort à faire pour éviter cela.
C'est la plus grande injustice sociale qui puisse être, et c'est condamné par les Droits de l'Homme.

Le sionisme

L'emblème du judaïsme est l'étoile psychogéométrique de David comme le logo des nazi était une reprise d'une culture dont tout le monde se moque (une svastika version « soleil couchant »), ou encore comme la marque du christianisme est la croix qui a servie à y clouer le plus grand de leurs maîtres.

Par contre une erreur s'est glissée dans la précédente présentation, car l'étoile de David est aussi le drapeau du pays des juifs. Et c'est là qu'il y a un hic. Hitler aurait bien voulu que son logo devienne son drapeau mais il a fini par admettre que c'était pas possible, après avoir essayé. Par contre les juifs ont pu fonder leur propre pays, c'est, au choix, comme si le catholicisme avait fondé son propre pays avec une croix sur leur drapeau, ou encore comme si une société à but lucratif avait fondé son propre pays avec un logotype stupide. C'est un peu ce qui nous pend au nez d'ailleurs.

Avec la complexification des sociétés on a vu consécutivement la séparation de choses qui étaient confondues dans les sociétés moins complexes, comme la séparation de l'église et de l'état puis ensuite la séparation du judiciaire et de l'exécutif. Dans la société de bas niveau de complexité qu'est Israël tout ça est encore très confondu. Il faut s'y attendre aussi si une entreprise à but lucratif voulait créer son propre état.

Ce qui fait une Société humaine est surtout le fait que les grandes décisions ne sont pas prises en confrérie car dans ce cas les arguments sont toujours auto-cohérents. Dans une société multi-sanguine, pour qu'un argument ait de la valeur il lui faut qu'il ait pu passer d'un réseau à l'autre avec le succès de l'approbation unanime. C'est ainsi que se profile le phénomène de la justice, grâce à la technique de la démocratie.

Mais entre les buts affichés et les méthodes effectives, il y a une sacrée distance.

Le sionisme est un clan politique de juifs méprisant le droit international, s'auto-excusant de tous les crimes, consanguin, unanime, ayant des appuis industriels puissants dans le monde entier, et utilisant la bannière du judaïsme pour justifier une politique à but lucrative.

Nombreux dans le monde sont les puissants qui désirent utiliser les instincts religieux au service de la continuité de leur position sociale. Ils voudraient que la politique soit une religion, que les lois qu'ils promulguent soient acceptées comme des lois de Dieu lui-même. Ça arrange bien les affaires que d'utiliser les ressorts de la foi pour faire passer des lois, ou pour crédibiliser celui qui en a eu l'idée.

Des français en France peuvent avoir un caractère « pro-sioniste » dès lors qu'ils font usage des mêmes méthodes que les sionistes en Israël. Ce langage est commun à toutes les extrêmes-droites. Sionisme et FN se haïssent familièrement, car ils se servent tous deux des mêmes méthodes dialectiques ; ils utilisent tous deux les névroses comme des ressorts auxquels ils prétendent apporter un soulagement, qu'on sait très bien temporaire et qui renforce ensuite la névrose.

L'antisionisme

De là apparaissent des gens ultra-spécialisés qui dénoncent le sionisme comme étant une récupération politique du judaïsme à but lucrative et égoïste, causant malheur et souffrance autour d'elle. Il s'agit pour eux de s'exercer dans une sous-sous-catégorie du Droit qui n'intéresse personne pour définir la légitimité d'un état religieux. On estime en général et depuis longtemps que cette légitimité est nulle. Les antisionistes font valoir ce qui est devenu une règle depuis longtemps.
Et d'ailleurs le discours d'Israël est de quémander en s'apitoyant sur son sort un minimum de droit à exister, en prenant des exemples qui ne laissent aucun doute sur cette légitimité.

Par contre quand même il faut bien que les racismes s'exercent, de préférence dans des domaines où ils peuvent passer inaperçu de sorte à ce que les idiots y défoulent leur excès de mauvaise énergie ; sachant toutefois que la mauvaise énergie est résiduelle de l'énergie mal utilisée (ce qui a très vite fait de promettre un cercle vicieux).

Ainsi l'antisionisme peut-il lui-même se voir utilisé par l'extrême-droite, comme le sionisme utilise le judaïsme, ce qui est vraiment un comble.
Ceux-là sont comme une double-négation, utilisée par les premiers sionistes pour discréditer l'antisionisme en le rattachant à de l'antisémitisme, ce qu'il n'est pas dur à faire avaler à ceux qui regardent la télé de façon évasive.

Ainsi est apparu un antisionisme haineux et colérique (je le redis c'est un comble), au travers de Dieudonné-Soral dont voici le site d'un des supporters (attention, préparez votre sac à vomis : lessakele.over-blog.fr qui ne perçoit aucun inconvénient à glisser subrepticement de « A bas le sionisme » à « Sionistes hors de chez nous ! » (sachant que pour lui sioniste = juif, il faut le faire quand même).

Le vrai bon antisionisme

Le judaïsme n'a aucun besoin de l'état d'Israël pour faire tenir aussi fortement que c'est déjà le cas les liens des réseaux juifs. Ils le sont par la familiarité et l'amitié qui lie les gens au sein de ces réseaux. Le respect des traditions peuvent se faire par amusement ou de manière touristique et curieuse. Ce sont d'ailleurs ces moments qui sont les plus forts pour une culture, quand elle se voit grandir.

L'emblème du judaïsme aurait mieux à gagner à devenir celui d'une foi proto-familiale internationale, permettant d'augmenter les liens d'entente entre les gens et étant orientée comme depuis toujours vers l'aide désintéressée des plus faibles, et caractérisée comme depuis toujours par sa générosité et son entrain.

Le « vrai bon » antioniste est pacifique, il sait que le judaïsme, il n'y a pas à revenir dessus, chacun croit ce qu'il veut, pour autant qu'il aime les Droits de l'Homme et qu'il aime Dieu, et admire sa création. Mais pour autant, de là à créer tout un état rien que pour les juifs, il y a un pas que l'antisioniste refuse de franchir.

L'idée de l'état d'Israël était une mauvaise méthode pour obtenir une protection contre l'exclusion, qui consistait à s'isoler du monde complexe en créant une microsociété archétype.
La meilleure protection contre l'exclusion en terme général est celle prônée entre autres par un judaïsme qui, au lieu d'être étatisé, serait prolongé à la sphère amicale.

J'ai obtenu de ma grand-mère cette étoile de David en or massif, et en hommage à cela j'ai envie de dire que le vrai judaïsme est celui qui laisserait sans contrepartie tout ce qu'Israël a construit à l'usage des résidents palestiniens au sein d'un état unique et démocratique, ayant proclamé la séparation de l'église et de l'état, afin que tous vivent en paix.

8119