050914 7 min

ecosio

Le RMI, le chômage, le syndrome de Stockholmes, et les diverses effractions aux Droits de l'Homme :

Les gens qui arrivent au RMI sont en réalité au bord du suicide. Les échecs consécutifs, la dégradation de l'image qu'on se fait de soi, conduisent à une situation dont il n'est plus possible de se relever sans énergie vitale et mentale, et cette énergie se dissipe avec le désespoir.
Ce dispostif prévient les drames, que le matérialisme ne conçoit pas comme des drames.
Le RMI suffit tout juste à assurer la survivance, dans un état entre la vie et la mort.

La musique, les arts et toutes les désaliénations sont très importantes dans l'éducation, mais hélas ce temps passé à l'auto-éducation est considéré comme perdu par la société, alors qu'il s'agit d'un enrichissement personnel et mental qui est primordial pour toute construction. (la raison est qu'on VIT)

Les peuples affamés le sont en raison du système économique, dont les fortunes s'agglutinent auprès de cités royales et richissimes, fermées et isolées. Cet argent, n'est pas redistribué, et tend à se conglomérer.
L'autosatisfaction des masses richissimes (1% de la population mondiale en possède 50%) rend impossible d'envisager une redistribution homogène et régulière des richesses créées par le travail des hommes et comptabilisé avec l'argent qui stagne, dans les principaux pôles entropiques (=destructeurs pour l'ensemble du système social humain) que sont le pétrole, la drogue, les médicaments (sans aucune hésitation, on sait que les antibiotiques sont directement créateurs de nouveaux super-virus qui mutent une fois par attaque).
Les OGM, de même ont un but économique, on appelle ça des produits à haut rendement, leur seul défaut est que ça stérilise la terre et qu'il faut la changer régulièrement.... et aussi quelques mutations génétiques chez le moustique mais qui s'en soucie ? (or sans moustique, qui mangent les bactéries, les virus se développent encore)

Ces antibiotiques et insécticides, antitétanos, et les 50 piqûres de neuroléptiques (le rat meurt en laboratoire) que le bébé subit pendant la phase primordiale de la croissance de son cerveau, conduisent à atrophier ses capacités intellectuelles.

Je pense que ceci est volontaire, comme est volontaire toute connerie qu'on laisse faire par intérêt.
L'intérêt est flagrant, c'est la conservation du contrôle, qui est un processus naturel. on voit que les médias ne dépassent jamais le niveau de la 6ième pour ces développements intellectuels, les tutoiement destinés aux vielles CSP, les débats politiques systématiquement guerriers et vides d'arguments (la profession de foi est un politique, mais jamais aucun argument scientifique, à part des pourcentages sans significations scientifique tant que ce n'est pas inscrit dans son explication rationnelle).

Pourquoi est-ce important que les cerveaux ne soient plus capables de traiter l'information, c'est à dire de produire une combinaison de modèles mentaux dans le cortex frontal puis de choisir avec l'aide de l'émotif la solution à un problème, posé.
Aucun enfant n'a reçu d'éducation propre à "penser par soi-même", et si c'est le cas, la brimade ou l'incompréhension n'hésiteront pas à anéantir toute création.
Pourquoi est-ce voulu ou semi-voulu ? parce que la seuil d'acceptation des masses doit être testé, de la même façon qu'un enfant teste ses parents en faisant des bêtises.

Le facteur émotif, complètement esquivé par la philosophie Keynesienne, est une grave erreur qui coûte cher à l'humanité, et à son moral.
Le facteur psychoaffectif contrebalance très exactement l'intelligence, en clair gentil=intelligent, méchant=pas d'activité du cortex.
Rares sont les politiciens "gentils". Ils sont comme beaucoup, impulsifs, rigides, irrationnels, et très excités de frôler le pouvoir de la maîtrise, qui est une illusion fantasmatique

Or la politique, la vie d'entreprise, tout ce qui est possible à dire sans avoir honte dans cette société, est littéralement éloigné, culturellement, de toute psychoaffectivité.
Dans le même temps les arts sont florissants, et la musique salvatrice, mais cette distance d'avec le beau est telle, que beaucoup de gens la croient sans réalité et sans effet sur la réalité.
L'argument du cinéma est "la vie c'est pas du cinéma", c'st comme un contrebalancement qui s'appuie sur la croyance en la dualité aristotélicienne, qui est une grave entéléchie pourtant admise communément.

Revenons au syndrome de Stockholmes, après ces petites disgressions on envisage mieux la torture de celui qui est exclu socialement, au départ à cause de lui, puis ensuite à cause des lois amplificatrices de la Nature.
Il s'agit d'un concept primordial, qui est l'auto influence des systèmes, qui à l'écart de leurs homéostasies naturelles, tendent à partir d'un certain seuil à s'éloigner définitivement de toute possibilité de retrouver un équilibre.
De même, un système néguentropique (enrichissement, amélioration, perfectionnement, et stabilisation), renvoie à un enrichissement à son tour. Ce système est naturel, c'est juste étonnant que la bourse fonctionne ainsi, capable de se justifier elle-même (de s'enrichir toute seule) et n'ayant plus besoin du travail des humains.

L'humain, maltraité par ses frères et laissé à l'appréciation devant son mirroir, se voit lui-même comme parfaitement coupable de sa situation. L'acceptation est humaine et naturelle, l'appropriation de tares reçus par les voies de l'affectif depuis le milieu familial sclérosé et sans compréhension, sont comprises comme des auto-accusations.

Or la réalité est que la pauvreté dans le monde est le fait volontaire et pleinement conscient du système social capitaliste (capitalisme = agglutinement des richesses pour voir venir).
La pauvreté, la famine, l'exclusion sociale, le chômage, les contraintes journalières, la limitation de l'éducation (militaire et d'un autre temps), sa pauvreté morale, sont à chaque fois autant d'effractions à la charte fondamentale des Droits de l'Homme et du Citoyen.

En 1789 avant réécriture de ce texte, le principal argument (qui s'est curieusement dissipé pour donner lieu à un défilé militaire le 14 juillet qui n'a aucun rapport) était que plus jamais, plus jamais les peuples ne subiraient de lois irrationnelles, fementées par des riches bourgeois sans connexion avec la société, à l'abris derrière les murs de Paris.

Ainsi on décida que les lois devaient être rationnelles, ce qui a conduit à la conception du principe de "constitution".
(c'est le principal motif de fierté d'appartenir à la France, qui est un peuple paisible mais réactif, mais aussi manipulable et naïf)

Très vite, le pouvoir a été repris, mais cette fois de façon plus hypocrite, moins criarde, et toute aussi tortionnaire : car les tares mentales ne disparaissent pas : elles se transmettent, et elles glissent de façon à devenir inconsciente.

Ainsi les peuples aujourd'hui n'ont aucun contrôle sur la politique, les choix proposés au votes sont extrêmement pauvres et restrictifs, bref avec le système de la démocratie on fait croire aux peuples qu'ils sont libres, alors que les droits fondamentaux de l'Humain sont bafoués quotidiennement, avec toujours l'excuse d'un jour pouvoir régler cela... peut-être... avec le temps....

Or pendant ce temps chaque citoyen délivre dans l'atmosphère avec sa voiture assez de CO2 par an pour asphyxier toute un stade olympique.
En haute altitude les gaz lourds (produits industriels à base de chlore) retiennent 10000 fois plus l'énergie et la chaleur, puis en se cassant ces molécules utilisent le O3 (ozone), dont la destruction de 50% reviendrait à stériliser les dix premiers mètres de vie sous le niveau de la mer.

Ensuite, cette augmentation de température empêche les océans d'absorber le CO2, la chaleur augmentant le CO2 contenu dans les glaces se libère : c'est le chemin vers la spirale infernale, dont la régulation consiste à brasser tout ça violemment.

Il y a une autre loi de la Nature qui est l'amplification, en un mot, la néguentropie et l'entropie luttent avec une force égale, alors qu'en apparence (matière) l'entropie est dominante dans l'univers (toutes les ondes s'aplatissent jusqu'à anéantissement).
C'est pourquoi je remercie vivement les actions positives et énergiques, même si elles paraissent démesurément petites, elles ont en réalité une influence néguentropique sur tout le Cosmos !