090423 5 min

Ce qui fait sens

Le projet de constitution pour l'économie de Paul Jorion ouvre un champ de discussions d'une passionnante richesse.

Bien que le motif principal soit de cadrer ce qui peut et ne peut pas se faire en terme d'économie, j'estime de la plus haute importance qu'à l'instar des Droits de l'Homme cette constitution « constitue » un pallier inévitable dans la complexité du système social global.

L'avantage des paliers évolutifs est qu'ils nettoient une grande somme d'approximations et d'incertitudes issues du l'évolution normale du système, qui a toujours tendance à se créer de nouveaux problèmes.

L'apanage d'une (bonne) constitution est de savoir s'isoler des méthodes qui seront utilisées pour faire correspondre la réalité aux aspirations exprimées.

Par exemple ça ne doit pas interdire de pouvoir créer un système entièrement rénové ou comme je le suggère souvent, un système prototype testé localement dans une certaine forme d'autarcie.

De là intervient une observation d'une grande ingénuité : sur son blog on peut faire des donations pour rémunérer son travail salutaire, qui prend forme de publication d'articles « press'lib », c'est à dire diffusables gratuitement mais qui ne pourraient pas exister sans ces donations.

Ceci est un paroxysme de la stupidité !
Mais comme il n'y a pas moyen de faire autrement c'est par obligation qu'une part grandissante des sites d'information et d'analyses salutaires adopte ce mode de fonctionnement, comme si les gens étaient assez riches pour faire des donations, et sans qu'on ne s'interroge à aucun moment sur la provenance de cet argent.

Si le principe se répandait davantage, on verrai mieux la stupidité car ce serait simplement impossible que toute le monde se fasse des donations croisées, que toute l'économie fonctionne sur la base de donations.
Il faut bien qu'à un moment il y en ait un qui aille travailler chez McDo pour pouvoir, avec les miettes qu'il récupère, faire fonctionner ce système.

Toutes les associations à but non lucratif sont cernées par cette stupidité, obligées de mendier leur pain quotidien pour la bonne cause, auprès de ceux qui, par hasard, en auraient le loisir et les moyens.

En étudiant ce microcosme économique on devrait pourtant déjà pouvoir tracer les grandes lignes de ce qui serait plus logique de faire.

Il arrive souvent que, étant spécialement pas riche, mais ayant envie d'aider, je propose une forme de troc à ces sites en leur disant que je peux les héberger à condition toutefois qu'ils utilisent le CMS que j'ai conçu, tout en n'hésitant pas à réclamer qu'il évolue si besoin.

Je fais aussi des petites donations à Handicap International et j'ai essayé plus d'une fois de leur proposer une aide bien plus précieuse que 5 euros par mois, sous forme d'usufruit de la licence d'exploitation du CMS qui leur permettrait de créer des blogs à grande vitesse (prévus pour être super rapides et pour une publication soutenue).

Mais non, rien à foutre. Ils préfèrent que ça leur coûte ultra cher.

De même j'ai proposé un système de comptabilité partagée sur le modèle de mon étude afin d'avoir une zone de tests d'un système de politique algorithmique.

Toujours sur le principe des donations hélas, il se serait agit de centraliser toutes les donations pour les sites et associations sur une seule plate-forme et de faire publier par une banque respectable la comptabilité entière de ces donations.

Ensuite, par un double-système de votes et d'automatismes à base de coefficients eux-mêmes issus des votes (ceci afin de créer une temporisation nécessaire aux fluctuations prévisibles), en fonction des visites sur les sites et en fonction de l'estime comparée accordées à ces sites et associations, il s'agirait de leur réaffecter le pourcentage de ces donations qui leur revient.

Un bon système doit savoir être transparent, et si une personne ne désire faire sa donation qu'à une seule et unique entité, elle doit aussi pouvoir affecter 100% de sa donation manuellement, autant qu'elle peut choisir d'en affecter un certain pourcentage au système de redistribution équitable (ou qui cherche à produire l'équité).

Jusqu'à présent, faute de crédibilité tout ceci est resté dans les cartons, bien que le logiciel ait été écrit dans une version préliminaire et rustique.

En fait à terme il faudrait pouvoir se dégager du système des donations pour qu'un autre prenne le relais, à savoir l'état lui-même. C'est même le rôle, normalement, de l'état que de pouvoir permettre la vie de ce qui est du domaine humanitaire et culturel, et de tout ce à quoi le business du but lucratif ne peut pas répondre.
Cela peut inclure la musique et le cinéma pour peu que ces produits soient vendus à un très faible coût, et puis ensuite vendues aux stations de télé au prorata de leur audimat.

Tout le monde est très pauvre dans ces affaires de petits sous et de rafistolages d'un système économique injuste à la base, alors qu'en fait la vraie richesse est que nous avons les moyens de le faire, et d'initier ainsi tout un système économique.

8119