060723 5 min

Les bombardements de prospectus

w4lk60723

Cette méthode est née lors de la seconde guerre mondiale, inaugurée par les nazis, eh! oui.
Je ne sais pas si cela est vraiment visible, mais quelle immense terreur peut être délivrée, distillée, avec cette méthode !

La guerre menée par Israël se joue surtout sur le plan psychologique, réitérant les derniers sadismes à la mode mis au point par les USA, et testés à Gantanamo.

Le terrorisme, si à force de courriers à travers internet on a pu faire comprendre qu'il ne se situait pas là où il était désigné par prolongation du doigt pointé sur de pauvres opprimés, mais précisément située sur le détenteur de ce doigt pointé, il faut en plus spécifier une nuance de prime importance : la terreur, ce n'est pas tant les bombes, car oui les bombes créent la peur (et la mort, en plus), mais la terreur est avant tout un processus psychologique.

Il n'y a aucun doute sur le fait que la douleur la plus intense infligée ne peut être la mort ou mieux, la mort ou la capture d'un proche devant sa famille comme cela se fait, non car ces crimes sont trop parlants et rendent le coupable trop vite stoppable.

Non la terreur la plus vicieuse, qui permet d'être perpétuée le plus longtemps sans se faire démasquer, et qui plus est la plus virulente, est belle et bien la terreur psychologique.

De nombreuses méthodes ont été mises au point.

- la distribution de prospectus, largués par avion (qui contiennent aussi des bombes réelles) signifie de manière sous-jacente que ce sont des bombes qui auraient pu être larguées, sans distinction. Mais c'en sont !

- certains d'entre eux contiennent des messages d'une "grande gentillesse", conseillant aimablement à la population de bien vouloir aller se mettre à l'abris.
(D'ailleurs je serait curieux d'en savoir davantage SVP)

Une fois on conseilla à un groupe d'aller se mettre à l'abris, oralement, pour finalement les éloigner suffisamment des armées afin de les faire exploser sans se prendre trop de poussière. Il y a la violence physique, ok, mais surtout la violence morale, qui a pour but de transformer toute information israélienne comme une menace de mort latente.

- la terreur par le bruit : à Gaza, le F16 américains, pilotés par les israéliens, faisaient des bangs sonores toute la nui pour empêcher les populations de se reposer, pour en fait, les pousser à bout.
Le but est clairement de les irriter assez pour que les ripostes soient criminelles, de sorte que la communauté internationale se mettent radicalement à les désigner comme les terroristes que les plus "informés» prétendent qu'ils sont déjà.

- la terreur par l'accoutumance : Toutes les nuits à la même heure exactement au Liban, les bombardements commencent. Cela n'est pas qu'anecdotique, la réflexologie ainsi conditionnée crée dans le cerveau des réseaux qui permettent de prévoir les réitérations, afin que toute leur vie durant, à la même heure, la terreur se fasse sentir. C'est une méthode très précise et saillante de traumatisme psychologique "à vie» sciemment infligé.

- le retournement des terres, le meurtre du bétail (ou même pas le meurtre mais la blessure grave afin que des virus soient propagés), la contamination des eaux, la coupure d'électricité, sont autant de non-meurtres qui passent largement à travers les mailles du filet de la presse internationale, qui de son côté ne s'intéresse qu'aux faits parlants et iconographiques.

- la destruction des oliveraies centenaires en Paléstine, la fierté culturelle par excellence, et également la matière première de la plupart de leurs spécialités culturelles (huiles, savons, etc) a été décidé sciemment en raison de l'important attachement affectif que les paléstiniens avaient pour leurs somptueux paysages et arbres.

- Une fois ça a consisté à entourer un village d'un mur de 9 mètres de haut, isolant un village, et le condamnant à l'inondation en refusant d'évacuer les eaux de pluie. Littéralement, ça a consisté pas seulement en la création d'une prison, et en l'impossibilité de se déplacer librement (prétendant que malgré cette "mesure", ils peuvent très bien "vivre") mais ensuite ça a consisté à les noyer sciemment, enfin presque, seulement à rendre incultivables les terres, mais libérant les eaux avant qu'ils ne soient vraiment noyés.

- L'agression psychologique, la dévalorisation de l'humain, l'humiliation... Autant de techniques de faible amplitude mais répétées à l'infini permettent de distiller la peur en entrant dans les maisons à l'aube, en enfermant les palestiniens chez eux et en leur imposant des règles arbitraires pour aller uriner, les contrôles permanents aux "checkpoints» faits avec un tel mépris, qu'ils laissent les gens pourrir 3 heures au soleil avant de leur rendre leurs papiers.

- le tir de balles entre les gens, les bombardements dans les immeubles vides, la creusée de tranchées en plein centre ville, l'explosion des canalisations, la rupture des routes et surtout des ponts (ainsi ça oblige à faire le tour, consommer plus d'essence, perdre plus de temps)brefs tous les dégâts à l'infrastructure sont autant de violences et d'atteinte à l'humanité, bien que cela ne s'appelle pas officiellement ainsi, et justement c'est sur cette lacune que les agresseurs comptent jouer.

La violence morale comme on peut le voir, c'est toutes le violences non infligées directement et laissant entendre que ce ne sont pas des violences réelles sur l'humain.
C'est une violence qui refuse d'être considérée comme une violence, cela s'ajoutant à la douleur.
Et Israël se défend avec tout son honneur, d'avoir tué quiconque, ou alors peut-être quelques kamikazes en puissance, et divers terroristes sur lesquels ils n'ont aucun doute.

Si en Grande-Bretagne on fait tout un scandale pour avoir tué sans sommation un arabe après les attentats du métro, sous prétexte qu'il avait l'air d'un "terroriste", en Palestine c'est tous les jours que des fillettes, des enfants, des hommes sont abattus en étant traités de terroristes, et a fortiori en riant pendant que le chargeur se vide dans ses entrailles.

-8119