050719 2 min

game

La notion de jeu est fondamental pour le développement harmonieux psychique et physique,
et l'effet de prémunir contre des développements entropiques localement, renvoie le phénomène de "jeu" à la dimension d'un philosophie.

On retrouve les propriétés du jeu dans les thérapies (chromatérapie, sisi! = manipuler les couleurs des images ça fait du bien) autant que dans ce qui est fondamental à l'humain, son côté léger et bucolique (sisi! bis).
L'Art humain a renvoyé les effets de société au rang de chose décorative et plaisante, y compris les développements parfois tordus de l'évolution. Il y a toujours au fond de l'humain une notion de détachement ce qui est très important.

Ainsi ce qui est évité par le jeu (les développements localement entropiques) au niveau d'une société ça devient, selon notre vocable, la tyrannie. Bien sûr les jeux terrestres favorisent la guerre et le défoulement de stress accumulé (donc incline "le stress utile" à se développer, par une mécanique d'enrôlement) ; parfois les jeux de société tournent à la baston lamentable à cause des déclencheurs qu'ils contiennent, mais là encore ce sera "le jeu" ou le détachement qui sauvera la partie.
Il s'agit d'une certaine souplesse d'esprit.

Mon idée du jour c'était que "le jeu", pouvait très et bien et d'ailleurs c'est amusant, se révéler être tout ce que la société humaine fait chaque jour.
En effet le système économique, est un jeu, une règle du jeu, selon laquelle les choses doivent fonctionner normalement. Le non respect des règles déstabilise toute la partie en cours, ou est réprimandé proportionnellement au carré de la masse de personnes qui acceptent la règle du jeu...

Ensuite le contre-poids c'est que les déplacements de population ont toujours été l'accomplissement d'un échec dans une société. Ils ont été excusés à l'époque par les motifs de leur activité, et ils ont été crût. Aujourd'hui si on déplace des populations c'est pour raison économique, donc plus rationnelle et plus solide que i c'est idéologique, mais il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'un déplacement de populations, qui n'est rien d'autre qu'une privation d'une liberté fondamentale des Droits de l'Homme.

C'est ainsi que j'ai fais le pont entre le phénomène de "jeu" et l'absolutisme qui découle de son absence.