050227 10 min

grandes idées

La pensée magique est celle qui ébloui les esprits alors même qu'il n'y a aucune lumière, provenant de ce qui est en fait un miroir.
C'est en surpassant les contradictions que né l'explication.
La morale a toujours été solide dans la mesure où le sens toujours prit par les événements tends à révéler leur vérité.

La pensée magique fait croire à cette lumière, comme un guide.
Par exemple n'importe quelle invention est rattachée à son inventeur, ainsi on connait "celui qui fait ceci" tel l'élément de notre société qui s'occupe de tel domaine, ça et son nom de famille sont souvent comme une coïncidence.
Celui qui marche sur des braises a surtout eu le privilège d'avoir eu cette idée saugrenue, et le seul capable de penser à une telle chose. On l'estime pour le chemin qu'il a fallu parcourir pour en arriver là.
Personne ne va articuler son esprit dans le sens de l'auto-intérrogation "et si moi je marchais sur des braises ?".

Pourtant la fascination autant que la facilité à localiser l'événement et donc à le mémoriser, fond de cette perspective une montagne dans le subconscient, inversement plus massive que le conscient réfute la possibilité d'avoir lui-même cette idée.
Cette montagne peut subsister tel un paisible paysage ou se fondre dans les brumes, elle subsistera, et diminuera de taille relative telle une peau de chagrin au fur et à mesure qu'on s'en approchera.
Ce que la polarisation amène, est de rendre subfonctionnel les éléments de son fonctionnement, d'en faire le paysage sans relief sur lequel on se trouve.

Mais revenons à notre décors, le grandes idées restent inaccessibles jusqu'à ce que notre chemin nous y mène.
Mais leur apparition dans le subconscient, le lever de brume, signifient par la logique l'impossibilité de l'amener à la conscience, puisque le subconscient agit selon cette fonction qu'il ne peut déplacer.

Cette fonction est sans doute plaisante pour ce qu'elle permet, tel un outil, d'exprimer et qui par ailleurs dans le psychisme est jugé pas assez "sorti". Par exemple une signification mythologique résonnante avec des fonctionnements subconscients ou des refoulés sera récitée une fois ou plusieurs fois, comme en tournant autour d'une idée centrale qui ne peut être directement exprimée, mais au moins mise à jour et en fait activée dans les autres psychismes qui écoutent.

Ces activations ont lieu dans une société qui s'entend et se comprend.
Les plus grandes idées humaines sont celles pour lesquelles tout le monde a dit "ah ouais ok on fait ça". Parce que la solution possédait en elle un potentiel imaginaire, qui a résonné avec une grande force dans les esprits, comme étant capable de désigner l'enfoui, le mystique, bref le futur.

Ainsi la monnaie a existé dans de nombreuses civilisations, comme une stabilisation nécessaire d'un référant afin d'articuler un langage de société.
Il s'agissait je pense vraiment au début d'un langage de société, qui enfin affirmait l'avènement de la justice grâce à une invention humaine.

En créant des valeurs ça a permit à l'esprit de s'étalonner ou du moins d'apprendre le principe de l'étalonnage de ses niveaux d'importance qu'il accorde aux choses.
L'évolution est ainsi faite qu'une fois enseignée la tactique le joujou devient désuet.

De nouvelles contradictions sont à résoudre, comme par exemple comment payer le médecin s'il faut lui donner le sac de farine qui fabrique le pain pour nourrir la malade ? Ceci ne se libère du blocage que par le sous-entendu d'une société vivant dans l'abondance, auquel cas la rémunération fait fonctionner tout le système ce qui rend logique la présence du médecin.

Là encore l'évolution fait du médecin non pas une profession qui au début fut "de foi" mais une conscience de toute la population de la nécessité de l'existence de la médecine.

Mais là encore la pensée magique s'immisce, lorsque le médecin est le seul détenteur d'un savoir, de son expérience, et qu'il ne peut fournir aucune explication limpide, même stigmatisée ou symbolique.
On retrouve après dans les couches qui ne vivent pas dans l'abondance comme le système initial l'avait prévu, des médicaments d'importation vendus à des gens qui ne savent pas lire, et qui font simplement commerce de tout ce qui est commercialisable.

Alors que si une science, une invention est vraiment un liant pour la société humaine, étant adoptée de tous elle est assimilée et comprise, puis finalement ingérée par tous.
Plus elle est vitale, moins l'invention ne possède de propriétaire.

Celui qui eût l'idée de dessiner des corps humains dans la pierre ou des visages, a eu une idéée de génie. Sans doute n'est-il pas le seul. Cette invention est dans la culture terrestre, un socle liant, dont la signification profonde est la grande capacité affective dont est capable l'esprit humain.

Dans notre société contemporaine on ajoute les contradictions inhérentes au fait que la structure sociale soit injustement abondante (c'est peu dire), qu'elle dévore ce ont elle a elle-même besoin, et les protection légales aimantée vers la croyance indéracinable même devant l'échec en la propriété privée et l'individu.

La notion d'individu signifie l'être pensant comme élément intégralement responsable et libre, en fait, une unité, une forteresse.
Inviolable et défendu par la loi, il est maître et esclave de lui-même.

Tout réfère aux constructions et aux guerres, car les grandes actions sont souvent des choses simples et symptomatiques, symboliques d'une grande quantité de fonctionnements, y compris pour la psychologie et la physiologie.
Dans l'accomplissement de ces grandes opérations mentales de compréhension du monde et des choses, surviennent une énergie psychique, un dynamisme qui à son tour possède des aspects thérapeuthiques ou stimulants.

Par exemple l'absence de stimulation intellectuelle peut corroborer les apparitions de la maladie d'Alzheimer, et je suis sûr de beaucoup d'autres, le cancer ou le sida.
De nombreux autres facteurs psychiques montre la relation corps-psyché, comme une activité syntonique. Par exemple la mort rapide d'un sidaïque après un choc psychologique.

Pour qu'une grand invention humaine vale le détour, il faut désormais qu'elle résolve à elle seule l'ensemble de ces problèmes, dont la conscience est grandissante.
Ainsi fut la berlue du communisme, où vraiment les peuples étaient avides et en toute bonne foi, certains de tenir le bon filon pour une société humaine plus juste, et plus équitable.

Le fait que ça n'ait pas tenu face aux enracinements de la conscience du soi qui sont trop peu connectées entres elles pour avoir une réelle conscience de groupe, et donc face à l'argent et la propriété intellectuelle, n'a eu pour effet que de renforcer les certitudes sur les pensées magiques, liant l'être avec ces concepts, comme des choses divinement inaliénables.

En fait c'est une contre-réaction, l'effet "valve" qui veut qu'autour d'une pression ait leu une dépression.
L'effet valve ne laisse passer le courant que dans un sens, un vers l'assimilation donc le subconscient, intégration des nouvelles fonctions psycho-mathématiques créées par les humains, jusque dans l'ADN, et l'autre courant qui ne croise pas le premier, dans le sens inverse de la prise de conscience, et donc de l'élargissement des considérations mises en oeuvre dans la création d'une idée nouvelle.

Lorsque la pression du subconscient est trop forte, qui est un contre-courant à l'intégration et à l'assimilation, c'est comme si une alarme s'allumait, comme un danger de débordement si on rempli un entonnoir trop vite, ou comme une eau qui bout pour mieux dire la fonction temporelle logarithmique.

Soudain le courant de prise de conscience bloque l'assimilation, ce qui bloque la prise de conscience, indirectement puisque l'impossibilité logique provient en fait de l'impossibilité de retourner contre soi ce que le psychisme vient de désigner comme étant précisément ce qui le différencie de "l'autre".

Or les acceptions sont nombreuses en réalité lorsque le dialogue est instauré, on découvre toujours de fines nuances qui libèrent les raisons de ces polarisations.

Ainsi par exemple l'apparition d'extraterrestres dans nos vies serait le pire moment pour penser à leur existence, par auto-défense contre cette sorte de crampe mentale, le psychisme va trouver une explication la plus scintillante possible pour justifier des actes destinés à retarder ou tempérer la prise de conscience de l'existence extraterrestre, si ceci remet en cause trop de fonctionnements pour le psychisme.
En réalité, les métabolismes s'adaptent immédiatement à leur nouvel environnement, et déploient des techniques dont il vaut mieux ignorer le réel degrès de sophistication.

*

Dans cette société les désignés responsables des causes de malheur le sont avec bonheur et entrain, ce qui au fond n'est pas si drôle mais encore plus au fond montre toute la nature amusée du peuple humain.

La laisser-allé confié à sa société est bien plus important que ce qu'il n'est vraiment capable de gérér, sauf depuis l'avènement de l'informatique, et donc de la capacité stocker des données organisées en tableaux multidimensionnels, ce qui permet leur multi-classements.

Mais il faudra sûrement 100 ans entre la création du tableur et son usage par la société comme outil quelconque de calibration ou de prise de poul civilisationnel.

De même cette innovation réimplémente les échecs d'autrefois avec de nouvelles perspectives, autant qu'elle interroge sur des résultats équivalents obtenus sans cet outil, tout comme on s'interrogerait sur les pyramides de Cheops sans énergie, donc sans système mécanique motorisé.

On prend conscience aussi que c'est tout le travail de l'humanité dont on bénéficie à chaque seconde, si cette évolution a conduit à ce qu'un immeuble puisse finalement être construit en quelques mois, selon des normes conventionnelles et sophistiquées.

Imaginer de dire qu'un égyptien refusait qu'on fasse évoluer son outil de levage des pierres, ne ramène-t-il pas à ce que nous demanderaient nos arrières petits enfants à propos de la posture indélébile de l'individu-propriétaire-et-donc-non-injuste ?
Finalement il s'avère injuste d'agglutiner les fortunes puisqu'elles sont injustement réparties, pourtant c'est le but avoué de la plupart des habitants de la terre.
Autant que de convertir en gaz la roche liquide noire hydrocarbure dont de nombreux usages sont pourtant non polluants et à la fois de bons substituts aux bois.
Autant que d'enterrer les morts en terre alors même que la population devient très dense, la logique organise d'elle-même la mentalité de la société en fonction de l'organisation humaine et vice-versa.

Ceci fait que les espoirs sont de plus en plus grands et lointains, pour qu'une gagement puisse permettre la réactivation de la conscience avec des nouveaux paramètres, comme à l'échelle de toute la civilisation come un seul être dynamisé par l'apparition d'une idée, la réactivation doit provenir d'autant plus "lojn" que les certitudes et les attachements irrationnels qui sont figés dans la conscience et qui doivent être détachés pour libérer l'articulation, que ce même irrationnel peut le permettre.

Ainsi la pensée-magique qui est à la fois la conséquence d'une société endormie sur ses lauriers, et à la fois la seule entrée possible pour la réactivation, désigne la provenance divine du message qu'elle attend, et tout à la fois accentue les raisons et l'urgence de ce prévu-comme-brusque changement.