060719

L'échec promis de la manipulation médiatique et étatique

{::export from dav in projets by dav date: 19/07/06}L'échec promis de la manipulation médiatique et étatique ;

L'attaque probable contre l'internet en riposte.

w4lk 60719

Nous vivons une époque cruciale.

Bien sûr, il y a des théories qui montre que le temps est une illusion, que l'espace de notre vie est tout aussi crucial que "La Création" elle-même.

Mais surtout, historiquement, nous sommes à un tournant.

Les peuples, sont très soucieux de la pensée collective, c'est ce qui fait leur force, leur unité, mais aussi cela peut être facilement retourné contre eux comme une arme.

Cette arme, c'est la désinformation fondée sur le sens commun.

Si "tout le monde le dit", alors, chacun est enclin à le penser, quitte à se torturer.

L'apparition de la télévision a été une révolution, car elle offrait à la vue l'unité du peuple.

Sa promesse, était qu'on allait parvenir à une entente mondiale, à un monde unifié par des valeurs de justice, communes à tous les Hommes.

Mais cela finalement, n'était que symbolique de ce qu'internet permet finalement en vérité.

Car dans le même temps, la puissance de la télévision a vite été comprise comme une puissance commerciale, et cette puissance commerciale a vite été comprise comme une "arme de persuasion massive"...

Ainsi, la politique mondiale, se résumant en un petit peuple de dirigeants, accolé à un autre petit peuple de riches propriétaires, a trouvé en la télévision la soupape qui permet les actions que personnes n'aurait jamais acceptées.

Grâce à la télévision, les Droits de l'Homme ne sont plus qu'un lointain souvenir, utopique, qu'un réalisme placide défini comme étant loin de la réalité.

Réalité qu'il est bon, donc, de détenir.

Dès lors les plus crédules, croient en cela, "le monde est injuste", "l'homme est un loup pour l'homme", "c'est toute la vie qui est injuste"... Et donc quoi ? Et donc ça justifie qu'il ne faille pas se plaindre, qu'il faille se comparer aux plus malheureux, et vivre modestement, sans émettre d'opinion que seuls "ceux qui savent" ont le droit d'émettre.

Puis soudain vint internet.

Avec ses sites perso au début, prévus pour être moches, et emplis de publicités qui permettent leur gratuité, et ralentissent leur fonctionnement.

Mais si on avait suivi à la lettre les consignes du libéralisme, il n'y aurait jamais eu de logiciels gratuits "FreeSource" tels que les SPIP, les blogs, (le logiciel Fcnet dont je suis l'auteur...) etc...

Et sans cette profusion d'informations, il devenait légitime de "syndiquer" l'information, c'est à dire de la formater pour la rendre interopérable, c'est à dire que le logiciel et le flux RSS sont prévus pour se connecter.

Et avec cela, de par le monde à part en Chine où c'est un crime - mais alors le crime que constitue le fait que ce soit un crime n'est que plus flagrant - tout à chacun, avec son appareil photo, ses mots, peut exprimer son opinion, faire son témoignage, en fait, lancer une émulation autour d'une idée promise à se déployer dans les esprits si elle conforte la logique.

Et dès lors une concurrence à la télévision étatique est apparue.

Aujourd'hui, on arrive à un summum, au moment où le clivage va devenir évident, conscient, et pas seulement une vague sensation, où l'internet serait le perdant.

Aujourd'hui, pendant que la télévision et la presse écrite mentent effrontément, en toute innocence car selon eux, ils ne s'agit que de recopier des dépêches qui tombent et de les commenter tout au plus, ou de faire des interviews d'hommes politiques qui les corroborent et les appuient..., pendant que la mascarade se joue, sur internet la vérité perce comme la lumière traverse un nuage après un orage.

Clairement, il y a de quoi s'alarmer.

Que se serait-il passé si, pendant qu'on s'extasie à regarder le foot, le vélo, les divertissements avec des applaudissements enregistrés, les gens s'entretuaient à quelques milliers de kilomètres d'ici, sans qu'on le sache ?

Pour rendre ce réveil moins douloureux, la presse médiatique a prit soin d'habituer les gens à une espèce d'insouciance, de routine.

De sorte qu'en Irak, les jours d'attentats se suivent, et se ressemblent, et ne soulèvent toujours aucune analyse politique ni aucune action pour faire arrêter cela, même après 4 ans de combats et de douzaines de morts quotidiennes.

Et pour cause c'est impossible, puisque ce sont ceux qui sont aux commandes de ces médias qui trouvent un intérêt quelconque à faire que cela soit ainsi.

Et nous simples spectateurs, ne savons à peine comprendre qui est qui, qui fait quoi, pourquoi, dans quel but...

Nous savons juste que c'est malheureux et inéluctable.

Personne n'a l'idée de faire une émission où on propose des solutions et on les met à l'oeuvre, par exemple.

Mais heureusement je le redis, internet arrive à la rescousse.

Fédérateur, Il offre une concurrence légitime, et des explications meilleures, des raisons diverses, des lieux de rendez-vous, et une justice unique.

La justice, c'est de refuser que les faibles sont opprimés pour le profit des puissants, qui diffusent l'idée que cela est normal, puisque cela a toujours été ainsi ;

que pour changer, il faudrait des centaines d'années, et en premier lieu, il faudrait rembourser les dettes que ces pays pauvres ont contracté auprès d'eux...

Eux ce sont les sauveurs !

Et les spectateurs, eux, ils voient ce à quoi ils échappent si ils se taisent.

-- Dès maintenant, puisque c'est la grande mode pour une raison écologique et culturelle, demandons à déclarer internet comme "Patrimoine de l'Humanité" !

A assurer sa sauvegarde, sa liberté de fonctionnement, et son caractère authentique !!

En effet, savez-vous, la machine existe, elle permet de déployer une onde électromagnétique qui rendrait inopérants tous les circuits imprimés, et toutes les machines qui les fabriquent. A n'utiliser qu'en cas d'extrême urgence.

Car cette concurrence aux pouvoirs médiatiques tend à effriter ces pouvoirs, à dévoiler ce en quoi ils sont iniques, et à rendre visibles ses insuffisances et ses manquements.

C'est tout de même incroyable, à peine supportable, qu'en France comme aux Etats-Unis comme j'imagine un peu partout, sans cesse, les faibles et les opprimés soient présentés comme des persécuteurs, des "terroristes", cela afin de conforter des choix stratégiques destinés à sauvegarder un système économique qui ne peut, et de toutes façons, ne pourra jamais fonctionner correctement.

-8119

 commentaire