040305 8 articles 3 min

bioethique

les medecins sont soumis à la loi qui est inopérante.

certains attendent du peuple qu'il décide lui même, mais déplacer ainsi le problème ne résout pas la question bioéthique sur laquelle il faut pourtant s'entendre.

par le passé, les gens mourraient là où aujourd'hui la médecine les sauvent. c'est bien là la gloire de la médecine, que de permettre la continuité de la Vie.

à partir d'ici en bioéthique il faut définir ce qu'est la vie ; pour cela il est conforme de se rapporter à la pleine jouissance de ses capacités, esquissée dans les droits de l'homme.

ensuite il apparait la question de la dignité humaine, qui poussée à l'extreme, pour sauver des vies jusqu'au bout on la rend insoutenable comme un record à battre. cette methode souffre d'une grande peur apparente de la mort, si on voulait faire une psychanalyse du médecin qui agirait de la sorte. or la dignité consiste en une grande part à l'image qu'on laisse de soi.

a entendre les temoignages des accompagnateurs endeuillis il existe bien des choses du type emotionnel et meme métaphysique qui apportent un eclaircicement sur le sens de la vie. cette notion est très importante pour la bioéthique qui doit aussi avoir un fondement positif porteur d'espoir et d'équilibre. bioéthique et dignité doivent pouvoir fonctionner ensembles.

enfin, la médecine saura facilement conserver vivant un etre humain de 80 à 120 ans, car elle tend à le permettre. aussi quel intérêt de multiplier par autant toute la souffrance humaine et en meme temps multiplier les soucis et l'énergie consacrée au deuil.

une proposition faisait reference a un lieu consacré où se reuniraient les proches pour assister à la fin de vie d'un membre de la famille.

il est inutile de specifier si cette fin de vie est volontaire ou non, on le sait, qu'au fond, elle ne l'est pas.

cette opération devrait etre permise a toute personne dont la mort est annoncée, et par extension aux personnes ne jouissant plus de leur capacités ou en fin de vie normale. a ceci s'oppose symetriquement le contre-usage de la loi qui participerait au suicide abusif et à la déprime suicidaire désormais autorisée. cette question est sous jacente et jamais soulevée et là aussi il faut se referer à la meme psychanalyse que le medecin ayant peur de la mort et agissant en faux heros dans un but psychotique et soulageant.

a la question "c'est quoi la vie ?" qui est antecedante à la definition de la bioéthique, il n'y a pas de reponse mais pour le moins il est primal pour chacun de penser que les morts sont et partent en paix.

articles affiliés ordre chronologique
designs 060425

premier essai

(le meilleur)
designs 060425

premier essai

designs 060425

premier essai

designs 060425

xs1

designs 060425

xs2

designs 060425

xs3

flytrain 060425

flytrain