14/07/2006 3 min #2191

Après la mini-carotte de l’annulation de la dette en 2005, le G8 va sortir le gros bâton en 2006

{::export from newsnet in Actu by newsnet date: 14/07/06}En 2005, le sommet du G8 de Gleneagles annonçait une initiative « historique » d’annulation de la dette de certains pays pauvres envers la Banque mondiale, le FMI et la Banque africaine de développement (BAD).

Un an plus tard, on est loin du compte. La liste des pays ayant docilement appliqué toutes les mesures d’ajustement structurel nécessaires pour en bénéficier comporte aujourd’hui seulement 19 noms (sur 165 dits « en développement »). De plus, le créancier le plus important, la Banque mondiale, a attendu le 1er juillet 2006 pour la mettre en pratique et, contrairement au FMI et à la BAD, a exclu les dettes de l’année 2004 de la mesure, réduisant de 5 milliards de dollars sa portée.

Au final, force est de constater que cette initiative ne résout rien. Elle va déboucher sur une réduction des remboursements de dette inférieure à 50 milliards de dollars sur les 40 prochaines années pour ces 19 pays. Les sommes libérées chaque année pour les 19 pays, légèrement supérieures à 1 milliard de dollars, sont incroyablement faibles face aux dépenses militaires mondiales (1100 milliards de dollars par an). Le gain actuel est même inférieur au surcoût occasionné par la hausse des prix du pétrole. En fait, la situation pour ces pays s’est encore détériorée.

Du 15 au 17 juillet 2006, à St Petersbourg (Russie), le sommet du G8 va notamment chercher à avancer vers un accord sur le cycle de Doha en discussion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), cycle imposant une libéralisation accrue de l’économie mondiale et pénalisant durement les pays les plus pauvres contraints de se soumettre davantage aux intérêts des plus puissants. Le président de la Banque mondiale, Paul Wolfowitz, a même écrit aux dirigeants du G8 et de 5 pays en développement pour leur demander avec fermeté de conclure sur ce point.

Les pays du G8 préfèrent actuellement centrer leurs réflexions sur les enjeux géostratégiques (Iran, Liban, Palestine, Corée du Nord...), énergétiques (pétrole, gaz naturel...) et commerciaux (cycle de Doha, adhésion prochaine de la Russie à l’OMC). La reprise en main par le G8 est en cours. Le reste ne sera sans doute que de l’agitation médiatique.

Pourtant, les derniers chiffres publiés par la Banque mondiale montrent une dette extérieure des pays en développement plus élevée que jamais : 2800 milliards de dollars. Elle organise la poursuite de la mainmise du FMI et de la Banque mondiale sur l’économie des pays du Sud, rendant impossible toute forme de développement juste et durable.

Le CADTM réclame l’annulation totale et inconditionnelle de la dette extérieure publique de tous les pays en développement et l’abandon des politiques d’ajustement structurel, premiers pas vers la mise en place d’une autre logique économique, enfin respectueuse de l’humain et de l’environnement.

cadtm.org

 commentaire