14/07/2006 13 min #2180

Je Pense Donc Je Cite

Dans cette page vous trouverez une sélection de citations pures qui (on l'espère) parlent d'elles mêmes... On est même tombé dans le travers de l'auto-citation. Personne n'est parfait...

(si vous en avez d'autres, nous acceptons les suggestions)

{"L'Histoire m'absoudra"}

"Quand les Etats-Unis sont venus chercher Cuba, nous n'avons rien dit, nous n'étions pas Cubains".


Viktor Deda

[CUBA] Le Blocus a été instauré par les Etats-Unis au nom de la "Démocratie" et du "Monde Libre". Mais le monde est-il plus démocratique lorsqu'une machine-outil tombe en panne faute de pièces détachées ? Le monde est-il plus libre lorsqu'un médecin cubain opère sans anésthésie ?
Viktor Dedaj

L'information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d'à peine plus de pouvoir sur l'information qu'une caissière de supermarché sur la stratégie commerciale de son employeur.
Serge Halimi

[CUBA] Quand je suis retourné à Cuba en Février [1993]... J'ai découvert des pédiatres exerçant dans des hôpitaux splendides qui passaient chaque matin à compter les rares médicaments pour les enfants... le directeur d'un centre de soins me faisait part de ses craintes de voir le lait disparaître pour les touts petits, comme cela était déjà le cas pour les enfants de plus de sept ans... Que doit-on penser au sujet d'un embargo qui interdit nourriture et médicaments aux enfants ? J'ai honte.
Dr Benjamin Spock - lettre au New York Times, le 3 Juin 1993.

La communication est à la démocratie ce que la violence est à la dictature.
Noam Chomsky

[CUBA] A un moment c'était l'Angola. A un autre moment c'était l'Amérique Centrale... mais ce n'était en réalité que rhétorique. En fait, la seule condition préalable qu'ils [les Etats-Unis] ont jamais posée reste la même depuis le tout début : ils n'aiment pas la Révolution Cubaine, point. Ils ne l'ont jamais aimé et ont passé plus de 30 ans à essayer de nous reconquérir. La rhétorique diplomatique change selon les époques mais fondamentalement Washington poursuit toujours exactement le même objectif : l'élimination de la Révolution Cubaine... Mais il faut se souvenir que tout a commencé en Mai 1959 quand nous avons voté la Loi sur la Réforme Agraire. Washington ne s'est jamais fait à cette idée... Le conflit USA-Cuba doît être vu plus à la lumière de nos relations bilatérales que dans un contexte de confrontation Est-Ouest. C'est pour cela que le conflit demeure, bien que la Guerre Froide ait cessé et que l'Union Soviétique n'existe plus.
Ricardo Alarcon - Ministre des Affaires Etrangères de Cuba - 1992

[CUBA] Exiger - sans autre forme de procès - le multipartisme, LA démocratie, des élections "libres" et une presse libre à 150 km de Miami est une façon comme une autre d'aller pisser sur la tombe de Salvador Allende.
Viktor Dedaj

L'abstrait n'a pas d'image, c'est son défaut ontologique. Seul le réel est filmable. Pas la réalité.
Ignacio Ramonet

[CUBA] Le gouvernement des Etats-Unis sont seuls, défiant la volonté des nations du monde, dans la mise en oeuvre de cet crime contre l'humanité. Il agit dans l'intérêt d'une poignée de groupes économiques qui veulent s'approprier les richesses de Cuba et appauvrir le peuple Cubain dont la révolution apporta la santé, les libéra de la misère et apporta aussi une éducation universelle partagée avec les pauvres de la planète. Cessez cette honte.
Ramsey Clark (ex-Ministre de la Justice des Etats-Unis)

L'art de la politique est de faire en sorte que les gens se désintéressent de ce qui les concerne.
Daniel Mermet

[CUBA] De ce pays [les Etats-Unis] gonflé de richesses matérielles et intellectuellement misérable, où il y a tant de sans-abris et d'affamés, j'ai pu admirer la lutte de Cuba pour partager ses maigres ressources afin que chacun puisse retrouver sa dignité. Cuba est admiré dans le monde entier parce que les cubains ont démontré un amour, un engagement et un sens du sacrifice pour tout ce qui - les êtres comme la planète - est opprimé, pour tout ce qui souffre. Aujourd'hui, à l'heure où souffre à son tour Cuba, il est temps d'agir.
Alice Walker (Pasteurs pour la Paix - USA)

L'écart gigantesque entre ce que font les dirigeants des Etats-Unis dans le monde et ce que les habitants des Etats-Unis croient qu'ils font est une des grandes réussites de propagande de la mythologie politique dominante.
Michael Parenti

[CUBA]. ..La mal nommée loi "Cuban Democracy Act" [loi dite Torricelli (n.d.r.)] est questionable dans sa théorie, cruelle dans ses mesures pratiques et ignoble dans le contexte expéditif en cette période électorale... Une minorité influente de la communauté cubano-américain réclame à cors et à cris le renforcement des mesures contre un régime blessé...
Il y a finalement quelque chose d'indécent à voir vociférer ces exilés vivant en sécurité à Miami et réclamant encore plus de douleur pour leurs cousins plus pauvres...
New York Times, éditorial du 15 Juin 1992.

[CUBA] Cuba, où il y a ni disparus, ni meurtres, ni tortures, subit depuis trente ans un blocus qui entraine d'immenses privations pour son peuple et freine son développement.
Beinusz Szmukler, président de l'Association Américaine des Juristes - 1994

[CUBA] L'embargo exprime la confusion entre vendetta et politique d'intérêt national. C'est une relique de la guerre froide.
George Miller - membre du Congrès des Etats-Unis - 1994

Les exemples de Cuba et de l'Irak rendent évidents le fait que les sanctions économiques sont, à la base, une guerre contre la santé publique. Notre éthique exige une défense de la santé publique. Alors, en tant que médecins, nous avons le devoir moral d'appeler à la fin des sanctions. Ayant découvert la cause, nous devons agir pour l'eliminer. Permettre à notre raison de dormir produira plus de monstres.
Editorial du New England Journal of Medecine, 24 Avril, 1997

Je crois, juridiquement parlant, qu'il y aurait des motifs sérieux pour inculper chaque président des Etats-Unis depuis la seconde guerre mondiale. Il ont tous été soit de véritables criminels de guerre, soit impliqués dans de graves crimes de guerre
Noam Chomsky

[CUBA] Cette nuit, la première du blocus, il y avait à Cuba quelque 485550 voitures, 343300 réfrigérateurs, 549700 postes de radio, 303500 téléviseurs, 352900 fers à repasser, 288400 ventilateurs, 41800 machines à laver, 3510000 montres, 63 locomotives et 12 paquebots. Tout, à l'exception des montres suisses, avait été fabriqué aux Etats-Unis.
Gabriel Garcia Marquez

[CUBA] "Certes, certes, mais le blocus n'explique pas tout" me disent ceux qui se croient bien inspirés. Mais moi j'attends toujours que quelqu'un, parmi nos média, me dise enfin ce que le blocus explique.
Viktor Dedaj

Nous faisons semblant de ne pas comprendre le lien entre notre confortable niveau de vie et les dictatures que nous imposons et protégeons par une présence militaire internationale.
Jerry Fresia

La façon intelligente de maintenir la passivité des gens, c'est de limiter strictement l'éventail des opinions acceptables, mais en permettant un débat vif à l'intérieur de cet éventail - et même d'encourager des opinions plus critiques et dissidentes. Cela donne aux gens l'impression d'être libres de leurs pensées, alors qu'en fait, à tout instant, les présuppositions du système sont renforcées par les limites posées au débat.
Noam Chomsky

Le conservateur moderne est engagé dans un de plus anciens exercices de philosophie morale chez l'homme : la recherche d'une justification supérieure morale pour notre égoisme.
John Kenneth Galbraith

Nous sommes prêts à accepter des mensonges si ça rend nos vies plus faciles.
?

Une fois que vous avez vu certaines choses, vous ne pouvez pas les dé-voir. Et ne rien voir est autant un acte politique que de voir quelque chose.
Arundhati Roy

Le prix à payer pour être présenté par les média comme un candidat "responsable et sérieux" est généralement d'être en accord avec la distribution actuelle de la richesse et du pouvoir.
Michael Lerner

L'emprise des multinationales sur l'opinion publique des Etats-Unis est une des choses incroyables du monde occidental. Aucun pays développé n'a réussi à éliminer des média, et avec autant d'efficacité, toute forme d'objectivité - sans même parler de dissidence.
Gore Vidal

La liberté d'une démocratie est en danger si le peuple tolère l'emprise croissante de puissances privées au point où elles possèdent plus de pouvoir que l'état démocratique lui-même. C'est l'essence même du fascisme - la mainmise sur le gouvernement d'un individu, d'un groupe ou de tout autre pouvoir de contrôle privé.
President Franklin D. Roosevelt

le monde ne se meurt pas, il est en train d'être assassiné, et les assassins ont un nom et une adresse
Utah Philips

[CUBA] Il y a beaucoup d'ignorance sur ce qui se passe à Cuba et on ne veut jamais rien leur reconnaître. Si d'autres avaient fait ce que Cuba a fait [pour lutter contre le SIDA], ils seraient admirés par le monde entier.
Peggy McEvoy représentante de UN-AIDS à Cuba de 1996 à 2001

"Les Etat-Unis eux-mêmes, par leur tendance croissante à agir de manière unilatérale et sans respect pour les préoccupations des autres, est devenu un état voyou."
Robert MacNamara, secrétaire à la défense étatsunien de 1961 à 1968
paru dans l'International Herald Tribune, 26 juin 2000.

Il faut s'endurcir, mais sans jamais se départir de sa Tendresse.
Ernesto "Che" Guevara

''Derrière chaque enfant qui meurt de faim se cache un assassin ''
Jean Ziegler (Forum Social Mondial de Porto Alegre 2003)

"L'Occident a dominé le monde non pas par la supériorité de ses idées, de ses valeurs ou de sa religion mais par sa supériorité à recourir méthodiquement à la violence. Les occidentaux l'oublient souvent, les autres ne l'oublient jamais."
Samuel P. Huntington

[CUBA] "Le système de santé cubain est plus efficace que celui des Etats-Unis"
Jocelyn Elders - 12 Septembre 2001
ancien "ministre de la santé" des Etats-Unis sous Clinton et qui fut poussée à la démission sous la pression des conservateurs après avoir osé suggérer que tous les jeunes devaient avoir accès aux préservatifs.

[CUBA] "Tant qu'il y aura l'impérialisme, nous ne pouvons nous permettre le luxe du pluri-partisme. Nous ne pourrions jamais concurrencer l'argent et la propagande que les Etats-Unis déverseraient ici. Nous perdrions non seulement le socialisme, mais notre souveraineté nationale aussi"
Eugenio Balari
in Medea Benjamin, "Soul Searching," NACLA Report on the Americas 24, 2 (August 1990): 23-31.

[Palestine] "c'est un cliché de journaliste que de souligner le caractère futile de lancer des pierres contre des tanks. Faux. Il est certain qu'il s'agit là d'un acte symbolique, mais pas futile. Il faut beaucoup de courage pour affronter une monstre d'acier de 60 tonnes avec des pierres ; l'impuissance du lanceur de pierres à arreter le tank ne fait que souligner l'impuissance du tank à faire ce qu'il est censé faire : terroriser la population."
Gabriel Ash
''Why I won't vote for Kerry'' http://www.yellowtimes.org/article.php?sid=1916

[CUBA] "Il s'agit de permettre au peuple cubain de se lever et de dire "nous n'en pouvons plus" ".
Dennis Hays Miami Herald, 19 Juin, 2004
ancien directeur de la Fondation Nationale Cubano-Américaine a parfaitement résumé l'idée derrière le renforcement du blocus (qui, rappelons-le encore une fois, "n'existe pas" selon la formule consacrée des anticastristes en Europe).

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l'opposition donne l'impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l'île de la Grenade - ce n'avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l'invasion - protéger les citoyens américains se trouvant dans l'île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n'avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».
Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l'American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l'attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l'invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l'île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

"J'ai la plus grande admiration pour votre propagande. La propagande occidentale est délivrée par des experts qui ont reçu la meilleure formation au monde - dans le domaine de la publicité - et maitrisent leur technique avec une efficacité extraordinaire. Votre propagande est subtile et convaincante ; la notre est directe et évidente. Je pense que la différence fondamentale entre nos deux mondes, en ce qui concerne la propagande, est très simple. Vous avez tendance à croire à la votre, alors que nous avons tendance à ne pas croire à la notre"..
un journaliste soviétique basé aux Etats-Unis
relevé dans http://www.doublestandards.org/quotes.html

"personne ne peut terroriser toute une nation, à moins que nous ne soyons tous complices"
Edward R. Murrow

[CUBA] (Mel Martinez) dit qu'il pense que de nombreux cubains qui fuient l'île ne sont pas des réfugiés politiques, et qu'ils ne risquent pas vraiment de repression à leur retour. "Je sais que les interviews [des cubains repêchés en mer] révèlent souvent que ces gens ne sont pas qualifés pour le statut de réfugié politique" (...)

Mel Martinez - sénateur cubano-américain de Miami, anticastriste farouche...
http://www.miami.com/mld/miamiherald/news/front/10183924.htm?1c

"Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés"
Président George H.W. Bush
cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre d'infos datée de Juin 1992.

"Acheter un journaliste coute moins cher qu'une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York: Sheridan Square Press, 1991)

"Ce que nous disons aux Américains c'est qu'il a été prouvé que vos renseignements sont bidons et que désormais le monde entier le sait."

Porte-parole de l'Association des Pilotes de Lignes Britannique, après l'annulation de plusieurs vols à partir de Londres et à destination des Etats-Unis pour raisons de risques d'attentats.

et c'est pas fini...

vdedaj.club.fr

 commentaire