040121 3 min

ecnomic

La politique mondiale est régie par l'accaparement de devises afin d'enrichir leur pays. Ce combat constant ne fait pas état de son esprit cannibale ou de ses pratiques guerrières pour atteindre leurs buts.

Cette lutte permanente ne vise pas tant de dévaliser les plus faibles, qu'à les exploiter. On arrive à des paradoxes où le développement sur le mode occidental se répand, parallèlement à la misère et la dégradation écologique qu'il produit.

300 personnes possèdent 10% des richesses mondiales, on ne le répétera jamais assez, si jamais on se demande quel est le risque de tout miser sur l'argent et de créer des combats et des concurrences.

Si on modifie la définition de certaines valeurs, ça change la compréhension de l'intérêt de chacun.

La concurrence fait que le client est impitoyable avec ses intérêts financiers, même si ce n'est pas judicieux dans son domaine. Le but étant en permanence d'économiser, tout l'évolution est la plus ralentie possible en permanence.

De plus, le client se fera leurrer, et les conséquences accidentelles seront reportées sur des banques d'assurance, que la coutume a rendu habituelles. Les renseignements les plus honnêtes ne seront pas ceux que son fournisseur produit à propos de lui même.

Or nous sommes tous d'accord pour estimer que si un soin scientifique est appliqué à la mise en fonctionnement de quelque chose, c'est en permanence et sans tergiversations commerciales que les plus récentes évolutions seraient appliquées.

Que la seule confiance qu'on peut avoir en notre système est une confiance morale, car l'intérêt est éthique, car à ce moment-là ça paraitra normal.

Dans ce contexte, plutôt que de protéger des inventions, il sera vital de les déployer et d'en faire la promotion, afin de les confronter et les faire évoluer.

Pour que chacun retrouve son compte il ne faut pas tant revoir la chaine économique, que s'interroger sur le rapport entre le travail produit et la rémunération obtenue. cette estimation ne peut se faire qu'avec un suivit informatique élaboré. et en fonction d'une reconnaissance homogène des rémunérations.

Et la rémunération ne peut être confiée aux entreprises elles-mêmes, si au final cette seule tache constitue 15% d'un travail fournit qui pourrait ne pas l'être, et que ça coute autant. Pourquoi pas un simple système central qui rémunère tout le monde, sur une seule et unique banque ? Que les entreprises disposent de moyens communautaires et d'employés que leur production peut se permettre / nécessite

De la même manière, en médecine, les moyens disponibles se doivent moralement d'être les plus élaborés disponibles sur Terre à ce moment. Ne pas disposer de moyens financiers pour atteindre un objet qui se situe dans une caisse fermée à clef devant le malade qui souffre, est immoral.

Si jamais les questions à résoudre pour atteindre un fonctionnement de société moral sont trop complexes, pitié, ne partez pas en vacances pour tout oublier !